background preloader

Le berceau du web

Le berceau du web
Tim Berners-Lee, un informaticien du CERN inventa le World Wide Web en 1990. À l'origine, la Toile (ou le web, comme on le surnomme) fut conçue et développée pour répondre au besoin de partage d'informations entre scientifiques travaillant dans différentes universités et instituts aux quatre coins du monde. Le CERN n'est en effet pas un laboratoire isolé, mais plutôt le foyer d'une communauté d'environ 8000 scientifiques de 85 nationalités. Bien que ces scientifiques passent une part de leur temps au CERN, ils travaillent généralement dans des universités et laboratoires de leur pays d'origine. Le maintien d'une bonne communication entre ces scientifiques est essentiel. L'idée de base du WWW était de combiner les technologies des ordinateurs personnels, des réseaux informatiques et de l'hypertexte en un système d'information mondial, puissant et facile à utiliser. Un peu d'histoire Fin 1990, une démonstration d'un logiciel pour un système de base eut lieu. Une diffusion mondiale Related:  Tim Berners Lee

Travail n°2 (complément): Ray Tomlinson, l’inventeur du courrier electronique | L'histoire du Web en un clic L’inventeur du courrier électronique qui révolutionna notre vie quotidienne fut Ray Tomlinson. Un américain né en 1941 aux Etats Unis dans l’Etat de New York. C’est a cet ingénieur américain que nous devons donc ces milliards de mails qui transitent aujourd’hui a travers le globe. Voici son histoire. Tout commence avec l’ARPANET. Une autre de ses inventions qui est relié au courrier électronique est l’arrobase: "@".Ce caractère qui lui a permis de séparer un nom d’utilisateur de courrier électronique du nom de l’ordinateur dans l’adresse. Vous venez d’avoir un aperçu de l’invention révolutionnaire de Ray Tomlinson: le courrier electronique. Like this: J'aime chargement…

Web, 3D et innovation | "Pour que le virtuel devienne réalité" Ennemi à abattre ou mal nécessaire, TripAdvisor hérisse les hôteliers de Deauville Par Marie-Violette Bernard Mis à jour le , publié le "Soit vous me donnez une meilleure chambre, soit je vous mets une note catastrophique sur TripAdvisor." C’est, en résumé, la menace lancée par un client mécontent lors de son arrivée à l’hôtel Augeval de Deauville (Calvados). Sandrine Montier, gérante de ce trois étoiles situé en centre-ville depuis 1993, a tenté d'apaiser son hôte. "J’ai vérifié avec lui tous les éléments présentés sur le site, pour lui prouver qu’il avait réservé en connaissance de cause ; j’ai promis de le prévenir si une chambre se libérait, bien que nous soyons complets ; j’ai même proposé de contacter d’autres hôtels de Deauville s’il souhaitait partir", énumère la propriétaire, sans se départir de son calme. Dans la célèbre station balnéaire, Sandrine Montier n’est pas la seule professionnelle du tourisme à faire face à ce type de chantage. D’autres professionnels sont, comme lui, partis en croisade contre le site d’avis de consommateurs.

1989 - Tim Berners Lee - Histoire d'Internet Né à Londres en 1955, Timothy John Berners-Lee est diplômé du Queen's College de l'Université d'Oxford en 1976. Après notamment un début de carrière chez Plessey Telecommunications un équipementier en télécommunication anglais (intégré en 1989 au sein des groupes General Electric et Siemens AG), il travaille six mois en qualité d'ingénieur logiciel consultant au CERN (Centre Européen pour la Recherche Nucléaire). De 1981 à 1984, Tim Berners-Lee fonde la société Image Computer Systems dont il dirige les équipes techniques, avant de devenir membre du CERN où il travaillera notamment sur les systèmes temps-réel et l'acquisition de données. Durant sa mission précédente au CERN, il a conçu un programme de stockage d'informations, nommé Enquire (traduction: Se renseigner), qui va servir de base à ses prochains développement au sein du CERN. Information MeshThe Information MineMine of Informationet finalement World Wide Web

Web 3.0: définitions Les ténors s'affrontent à nouveau sur la définition de web 3.0. Jason Calacanis, blogueur et entrepreneur l'a défini le 3 octobre comme étant: "la création de contenu de grande qualité et de services produits par des individus doués utilisant la technologie de web 2.0 comme une plateforme." Et il donne comme exemple: "Une version de Digg dans laquelle des experts vérifieraient la validité des affirmations et rectifieraient les titres pour qu'ils soient plus précis serait la version web 3.0". Pas d'accord dit Tim O'Reilly, parrain, protecteur et propriétaire de "web 2.0", dans un commentaire à ce billet. Il n'est pas d'accord non plus, et le rappelle tout de suite, avec ceux qui disent que "web 3.0 c'est le web sémantique ". "C'est la rupture du paradigme clavier/écran et le monde dans lequel l'intelligence collective émerge non pas des gens en train de taper sur un clavier mais de la mise en œuvre de nos activités par des instruments." Ça vous inspire quoi ces considérations?

Delevoye : « Il faut passer à une société de partage » En 2011, il diagnostiquait une France prête à exploser. Aujourd’hui, le climat politique et social lui donne raison. Et Jean-Paul Delevoye vient de divorcer avec l’UMP. Jean-Paul Delevoye au Conseil économique, social et environnemental (Cese), le 13 novembre 2013 (Audrey Cerdan/Rue89) Trente ans après ses débuts en politique, Jean-Paul Delevoye se retrouve comme au premier jour, libre de tout parti. Un divorce dont ce « gaulliste social » de 66 ans parle, presque soulagé, déjà bien distant d’un parti qui ne ressemble plus à son bon vieux RPR, fier d’avancer à contre-courant des codes politiques qu’il exècre. « J’ai toujours dit que j’avais un seul maître, l’intérêt général et qu’une seule ambition, servir mon territoire. « C’est du racisme politique » Un peu plus tard dans la conversation, il se fait plus incisif : « On dit à un député de droite que s’il soutient un projet de gauche même intelligent, il est un traître. Parler aux assistantes sociales Le thermomètre Marine Le Pen

Paul Baran, inspirateur (et non fondateur) d’ARPANET 31 mars 2011 Paul Baran est mort samedi dernier, à Palo Alto en Californie, à l’âge de 84 ans. Cet ancien ingénieur de la RAND Corporation, méconnu du grand public et des internautes, est pourtant l’un des pionniers d’Internet, et il restera comme l’un des inventeurs (avec Kleinrock et les Anglais Davies et Scantelbury) d’une innovation majeure, qui aura révolutionné le monde des télécommunications puis plus tard bouleversé le monde entier : la transmission par paquets, à la base du fonctionnement d’Internet. Distributed network Ce qui est moins connu, ce sont les innombrables difficultés que rencontra Baran pour convaincre de l’intérêt de son projet. Sur l’histoire du projet Baran, il faut lire le livre de Katie Hafner et Matthew Lyon, Les Sorciers du Net. - oui, ARPANET était bien financé par le Pentagone mais il a d’abord été utilisé par les universités et ensuite par les centres militaires (et non l’inverse, comme on le lit trop souvent). [1] Serres, Alexandre. Imprimer ce billet

Vers un web 3.0 ? A peine le web 2.0 et ses concepts disruptifs commence-t-il à révéler son réel potentiel que l’on commence déjà à parler de la prochaine itération : le web 3.0. Ce mystérieux web 3.0 est-il une réalité aujourd’hui ? Non, pas du tout. Est-il opportun d’en parler dès maintenant ? Pour mieux comprendre et appréhender les enjeux de cet (hypothétique) web 3.0, il me semble important de revenir sur les anciens modèles, de les comparer avec les modèles actuels et de se projeter dans un avenir proche. Web 1.0 : une expérience intégrée La première version moderne du web, celle que nous avons connu à la fin des années 90 (je fais abstraction des débuts laborieux de l’internet), correspond schématiquement à une expérience intégrée de bout en bout par de gros acteurs. Si nous prenons comme exemple le choix et l’achat d’un produit culturel (livre ou CD), une des expériences les plus complexe en ligne, nous constatons que des acteurs comme Amazon étaient présents sur l’ensemble de la chaîne de valeur :

Related: