background preloader

Nocivité des OGM pour la santé : de nouveaux résultats accablants

Nocivité des OGM pour la santé : de nouveaux résultats accablants
Edifiant. Une nouvelle étude scientifique menée sur des rats de laboratoires pendant deux ans montre les conséquences gravissimes sur la santé provoquées par la consommation d’un maïs OGM, le NK 603 de Monsanto résistant à l’herbicide Round Up. Le professeur de biologie moléculaire Gilles-Eric Séralini a mené cette étude dans le plus grand secret. D’abord afin de se procurer les semences OGM nécessaires à ses expérimentations. Et ensuite pour éviter que les puissants intérêts des industriels des biotechnologies fassent tout pour atténuer la publication de ces résultats fracassants. © Dean Sewell / Greenpeace La menace est là, bien réelle en France aussi Le maïs OGM NK 603 peut être présent dans l’alimentation animale (destinée au bétail notamment) mais aussi dans des aliments vendus directement aux consommateurs. L’EFSA doit cesser d’être l’antichambre des industriels des biotechnologies. La complaisance doit cesser ! Related:  Nature & environnementActualités presse et ONGArticles en français sur les OGM

Le jus de poubelle, énergie de demain Le lixiviat, plus connu sous son nom d’usage «jus de poubelle», pourrait bien devenir une importante source d’énergie. C’est en tout cas ce que croient les fondateurs de la société Ennesys, spécialisée dans la production d’énergie verte à partir de l’exploitation de cette matière première. Leur idée: faire fermenter, dans un panneau ou dans des tubes, ce «jus» avec des eaux souillées, des micro-algues, et du C0². Ces derniers sont installés sur les façades et les toitures des immeubles de façon à ne grignoter aucune place au sol. Ces éléments sont ensuite utilisés pour alimenter en chaleur et en énergie le bâtiment. «2020, c’est demain» Placés sur les immeubles, les panneaux peuvent contribuer à 80 voire 100% des besoins en énergie primaire des immeubles, c’est-à-dire l’énergie nécessaire au fonctionnement de base de l’immeuble, vidé de ses occupants. La technique permettrait surtout aux promoteurs immobiliers de se conformer aux futures normes énergétiques et environnementales.

LIBERATION 19/09/12 Une étude sur les OGM révèle une surmortalité chez le rat Des tumeurs grosses comme des balles de ping-pong sur des rats nourris avec un maïs OGM du géant américain Monsanto : une étude choc de chercheurs français relance le débat sur les organismes génétiquement modifiés, au moment où la France se bat contre leur culture en Europe. «Pour la première fois au monde, un OGM et un pesticide ont été évalués pour leur impact sur la santé plus longuement et plus complètement que par les gouvernements et les industriels. Or les résultats sont alarmants», résume Gilles-Eric Séralini, professeur à l’université de Caen, pilote de l'étude. Dans le plus grand secret, les universitaires de Caen ont suivi pendant deux ans un groupe de rats témoins ainsi que 200 rats qu’ils ont répartis en trois grands groupes: le premier a été nourri avec un maïs OGM NK603 seul, le second avec ce maïs OGM traité au Roundup, herbicide le plus utilisé au monde, et le troisième avec du maïs non OGM traité avec cet herbicide. Mortalité deux à trois fois plus élevée

OGM : ils sont dangereux, conclut l’étude scientifique la plus complète jamais menée Pour la première fois au monde, un OGM et un pesticide ont été évalués (1) pour leurs impacts sur la santé plus longuement et complètement que les agences sanitaires, les gouvernements, les industriels et d’autres chercheurs ne l’ont jamais fait. Les résultats sont alarmants. Il s’agit de deux produits très représentatifs : un maïs transgénique tolérant au Roundup, le caractère partagé par plus de 80% des OGM alimentaires, et le Roundup lui-même, le pesticide le plus utilisé sur la planète. On ne teste pas au niveau réglementaire ces produits sur des humains, mais sur des rats. Ces tests ont donc porté sur 200 rats en observation pendant deux années sur plus de cent paramètres. Les dosages utilisés (à partir de 11 % d’OGM dans l’alimentation, et 0,1 ppb de Roundup dans l’eau) sont caractéristiques de doses environnementales courantes. Les résultats et l’expérience, son contexte et ses conséquences sociales font fait l’objet du livre Tous Cobayes ! Note :

TOUS COBAYES ? Le nouveau film de Jean-Paul JAUD dénonce les OGM et le nucléaire Comment se fait-il que les OGM agricoles soient dans les champs et dans les assiettes alors qu’ils n’ont été testés que pendant trois mois sur des rats ? Comment se fait-il que l’énergie nucléaire soit toujours l’énergie du futur alors que les hommes ont vécu Tchernobyl et Fukushima ? Les conclusions seraient-elles accablantes ? Après « Nos enfants nous accuseront » et après « Severn », le troisième long métrage de Jean-Paul Jaud s’attaque une nouvelle fois aux défis environnementaux, en donnant la parole aux agriculteurs japonais de Fukushima, sénégalais ou français, aux scientifiques, aux politiques ou aux militants. Autant de personnes qui s’expriment librement sur ces deux problématiques majeures, les OGM et le NUCLÉAIRE. Narré par Philippe Torreton, ce film apporte une vision transversale entre ces deux technologies, génétique et nucléaire. Le réalisateur Jean-Paul Jaud signe surtout avec Tous cobayes ? Alors, sommes-nous tous des cobayes ? Bande annonce Tous cobayes !

Mon dieu des enfants pris comme cobayes pour tester du riz OGM Mon dieu des enfants pris comme cobayes pour tester du riz OGM Des enfants chinois pris comme cobayes pour tester du riz doré juste pour augmenter sa teneur en vitamines. On peut voire des gens pris comme cobayes pour tester un nouveau médicament, mais les voir comme cobayes pour vérifier des (OGM) c’est terrible. Pour connaitre plus sur les OGM lire ce billet Oui dites-vous c’est ce que l’agence de presse officielle chinoise qui vient de publier sur une stratégie où des enfants chinois ont été nourris comme cobayes avec du riz manipulés génétiquement. Ce riz doré est de couleur jaune à orangé a été crée par les chercheurs suisses et allemands afin de réduire des carences en vitamines A, qui semble-t-il être très répondue en Asie et qui cause même des mortalités infantiles. Najeh Dali About Najeh Dali

Deux agriculteurs américains témoignent des méfaits des OGM | Rue89 Planète Wendel Lutz et Wes Shoemyer à Paris le 30 octobre 2012 « Les OGM détruiront votre modèle d’agriculture familiale s’ils sont adoptés ! » C’est en substance le message que sont venus porter en France deux agriculteurs américains « repentis » des OGM. Elu démocrate au sénat du Missouri, il est en lutte contre « l’accaparement monopolistique de l’agriculture par une poignée de firmes ». A ses cotés, Wendel Lutz, la cinquantaine débonnaire du typique « mid-west farmer », l’air tragique en plus de l’homme en résistance. Ils ont été invités à témoigner par Greenpeace afin de raconter « leur réalité ». Solidement installé au fond de sa chaise, Wes Shoemyer raconte : « Avant l’introduction des OGM, nous utilisions déjà l’herbicide Roundup pour brûler les mauvaises herbes, c’était miraculeux ! L’élu reproche aujourd’hui à Monsanto d’avoir mis en place une stratégie de capture du marché avec des prix attrayants, en particulier sur le Roundup, pour ensuite organiser l’envolée des prix. Wendel raconte :

RTBF 19/09/12 Le maïs OGM se trouve déjà dans les assiettes des Européens Depuis le début des années 2000, le maïs NK603 de Monsanto est autorisé dans l'Union européenne aux fins d'utilisation dans l'alimentation animale et de traitement industriel. Depuis 2005, la mise sur le marché d'aliments et d'ingrédients alimentaires issus de cet OGM est également autorisée. Les produits contenant des OGM, tels les popcorn, sont étiquetés de façon à ce que le consommateur sache s'il consomme des OGM ou non. Mais, avertit Maurice Losch, de Greenpeace, ce n'est pas le cas quand, par exemple, l'OGM est présent dans l'alimentation animale. Philippe Baret, professeur de génétique à l'UCL, était l'invité du chat de la rédaction. En Europe, le maïs NK603 n'est pas autorisé à la culture. Des évaluations contestables L'étude française montre que le maïs OGM NK 603 et l'herbicide Roundup, auquel il résiste, sont très toxiques. Cette nouvelle étude devrait offrir de nouvelles perspectives... Julie Calleeuw

EXCLUSIF. Oui, les OGM sont des poisons ! (Cet article paraît dans le "Nouvel Observateur" daté du 20 septembre 2012) C’est une véritable bombe que lance, ce 19 septembre à 15 heures, la très sérieuse revue américaine "Food and Chemical Toxicology" - une référence en matière de toxicologie alimentaire - en publiant les résultats de l’expérimentation menée par l’équipe du français Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l'université de Caen. Une bombe à fragmentation : scientifique, sanitaire, politique et industrielle. Elle pulvérise en effet une vérité officielle : l’innocuité du maïs génétiquement modifié. Lourdement toxique et souvent mortel Même à faible dose, l’OGM étudié se révèle lourdement toxique et souvent mortel pour des rats. En 2006, c’est comme un véritable thriller que commence cette recherche, dont le maître d’œuvre, Gilles-Eric Séralini, divulgue lui-même les conclusions dans un ouvrage à paraître la semaine prochaine ("Tous cobayes !" Nom de code In Vivo Pathologies lourdes, tumeurs mammaires

L'EFSA publie son examen initial de l’étude sur le maïs GM et les herbicides Communiqué de presse 4 octobre 2012 L'Autorité européenne de sécurité des aliments a conclu que l’article récent soulevant des préoccupations au sujet de la toxicité potentielle du maïs NK603 génétiquement modifié (GM) et d'un herbicide contenant du glyphosate était d'une qualité scientifique insuffisante pour être considéré valide pour l'évaluation des risques. L’examen initial réalisé par l’EFSA considère que la conception, le système de rapport des données et l'analyse de l'étude, tels que présentés dans le document, sont inadéquats. Les lacunes constatées ne permettent actuellement pas à l'EFSA de considérer les conclusions des auteurs comme étant scientifiquement valables. L’EFSA estime que l’article n’a pas été élaboré conformément aux bonnes pratiques scientifiques en vigueur, telles que les lignes directrices reconnues sur le plan international en matière d’études scientifiques et de communication des résultats. Principales conclusions de l'examen initial Notes aux éditeurs:

Pétition pour une protection de l’apiculture et des consommateurs face au lobby des OGM

Related: