background preloader

Changer l’évaluation des élèves

Changer l’évaluation des élèves
Nombreux sont les observateurs qui s’inquiètent du poids, des formes et des conséquences des modes d’évaluation dans notre système éducatif et particulièrement au collège. L’évaluation par les notes est en effet devenue envahissante, au point qu’elle finit par dévorer une bonne partie du temps d’enseignement. Le système français de notation n’est guère centré sur l’encouragement et laisse planer l’idée que l’objectif « d’avoir la moyenne » serait suffisant ; la moyenne des moyennes permettant de compenser les échecs dans un domaine par les succès dans un autre, même si ces échecs constituent des lacunes majeures dans la culture des élèves. La plupart des examens fonctionnent sur un tel dispositif. La notation, un enjeu socialisé, un enjeu du travail enseignant Un tel constat pourrait laisser penser qu’il suffirait de changer le système de notation pour en atténuer ou en supprimer les perversités. Mais le problème se complique encore dans le vécu quotidien des classes.

http://www.cahiers-pedagogiques.com/Changer-l-evaluation-des-eleves

Related:  6- Evaluer en classeEvaluationIntérêts communsEvaluation des eleves

Evaluer le travail des élèves La question de l’évaluation des élèves ne se réduit pas à pour ou contre les notes ou à une opposition artificielle et fausse entre bienveillance et exigence. Sur le terrain, des équipes mettent en place des alternatives à l’évaluation traditionnelle pour plus de justice et de justesse, pour une évaluation au service des apprentissages. Le ministère doit les encourager, les accompagner, fournir un étayage scientifique pour mesurer leur efficience. Voici regroupés dans cet article différentes publications, traces de la réflexion du CRAP-Cahiers pédagogiques sur l’évaluation. Évaluer différemment les élèves : l’exemple danois Pas de notes avant 15 ans, pas de palmarès des établissements, des examens qui privilégient les projets ou les travaux inédits, l’utilisation généralisé des TIC dans l’évaluation : le Danemark présente une série de caractéristiques susceptible de faire réfléchir sur les relations entre l’apprentissage et les évaluations scolaires. Ce n’est certainement pas un modèle à recopier (les écoles était d’ailleurs ces derniers jours bloquées par un conflit entre les enseignants et les municipalités) mais il a le mérite d’aider à faire bouger les lignes et de considérer différemment des traits de notre système considérés comme naturels voire inhérents à toute situation scolaire. En France, toute réforme des modalités du Bac semble porter atteinte à la civilisation (universelle, cela va de soi), dévaluer les diplômes ou menacer l’équilibre des savoirs. Une école qui n’était pas obsédée par l’évaluation Les résultats restent confidentiels.

Quelles exigences ? En éducation prioritaire encore plus qu’ailleurs, il faut se poser la question de ce qui est essentiel dans les contenus et les activités d’apprentissage, en interrogeant des réponses trop simples du côté des exercices mécaniques ou de la mémorisation. Je discute avec la mère de Djamel pour faire le bilan de son fils en fin de premier trimestre de 6e. Elle est consternée, il n’avait, dit-elle la voix étranglée, aucun problème en primaire, quinze en français, certes son enseignant le trouvait un peu paresseux, mais elle ne soupçonnait pas les grandes difficultés que je lui expose et qui justifient une proposition d’orientation en Segpa. Un peu plus tard, cette même dame, pleine de confiance dans l’école, me confie qu’elle a parlé autour d’elle à d’autres parents et que tous sont étonnés devant les activités menées en français cette année. L’an passé, il ne faisait jamais de rédaction ou de travail sur des textes, mais seulement des exercices de conjugaison, des règles à réciter, etc.

Le socle commun et l'évaluation des acquis - Principes d'action pour évaluer les acquis des élèves Partir du quotidien de la classe : observer pour évaluer L'évaluation régulière des acquis des élèves est un acte pédagogique à part entière qui ne se limite pas à des temps spécifiques. Les progrès des élèves s'apprécient au fil des apprentissages. Changer l’évaluation ? Oui, mais avec quel outil de suivi Les livrets scolaires sont utiles mais leur conception et leur utilisation donnent rarement satisfaction : quel langage adopter pour les élèves comme pour leurs parents ? Quel degré de précision faut-il choisir ? Comment en faire un outil d’aide ? Une équipe de l’Isère a engagé une expérimentation et livre ici l’état de sa recherche. « Ah ! Ces livrets scolaires, quel charabia !

Au Danemark, des lycéens passent le bac connectés à Internet BACCALAURÉAT - Pile de livres d'un côté, fiches de l'autre, ordinateur face à lui: le lycéen danois est bien équipé lors de chaque épreuve écrite comptant pour le baccalauréat, et même parfois connecté à Internet. Les examens "sont faits pour tester les compétences. Les étudiants doivent utiliser la théorie et les méthodes (...) plutôt que les répéter", explique Steen Lassen, conseiller auprès du ministère de l'Education, chargé de la mise en oeuvre et du suivi de l'usage d'internet lors des examens. Dans ce contexte, "autoriser l'accès à Internet n'est pas une révolution mais plutôt une évolution", estime-t-il.

Éducation prioritaire En juillet 2012, le mot d’ordre a été lancé par le nouveau ministre de l’Éducation Nationale : refondation. Les piètres performances de l’école française justifient pleinement celle-ci : les inégalités de réussite sont, en France, particulièrement dépendantes de l’origine sociale (2e place dans l’OCDE) ; les écarts de compétences entre les élèves faibles et forts sont importants ; la proportion d’élèves faibles est croissante ; plus d’un élève sur six sort de l’école sans diplôme. La France est aussi en première position pour les disparités régionales de qualification avec un écart de 27,2 points entre les régions de l’Alsace et de la Corse où 60,1 % des sortants de l’école sont au mieux diplômés du second cycle (Commission européenne, 2012). Autant dire que l’actuelle éducation prioritaire (EP), censée « donner plus à ceux qui ont moins », n’est pas à la hauteur des enjeux.

Le socle commun et l'évaluation des acquis - Evaluer la maîtrise du socle commun du cycle 2 au cycle 4 Une évaluation en référence aux programmes d'enseignement L'évaluation des acquis des élèves dans les domaines de formation du socle commun se fait en référence aux contenus des programmes d'enseignement. Les objectifs de connaissances et de compétences de chaque domaine de formation du socle commun et la contribution de chaque discipline ou enseignement à ces domaines sont déclinés dans les programmes d'enseignement. Les acquis des élèves dans chacun des domaines de formation du socle commun sont évalués au cours de la scolarité sur la base des connaissances et compétences attendues à la fin des cycles 2, 3 et 4, telles qu'elles sont fixées par les programmes d'enseignement. L'évaluation porte sur les huit composantes du socle commun L'évaluation porte sur les quatre composantes du domaine 1 et sur les quatre autres domaines de formation.

Reconsidérer l’erreur L’examen des réponses erronées à quelques items de français de l’évaluation nationale CE2 en 2002 permet de réfléchir à la nature des erreurs des élèves. Leur analyse permet de dépasser le simple constat de non réussite et de repérer les procédures mises en œuvre par des élèves de huit ans et les obstacles rencontrés. Un document national, mis au point par le ministère depuis 1989, permet de mesurer les performances des élèves : il s’agit des cahiers d’évaluation nationale [1] qui proposent différents exercices de français et de mathématiques. Un moment essentiel de l’évaluation consiste en l’analyse des réponses et des erreurs : « L’évaluation doit conduire à un dialogue avec les élèves, portant sur l’explicitation des procédures qu’ils ont mises en œuvre, afin qu’ils prennent conscience de leurs acquis mais aussi de leurs difficultés. » (BOEN, 26/07/01) Les erreurs ne sont pas toujours des erreurs.

Évaluer autrement, restituer plus globalement Qui n'a pas rêvé d'une évaluation constructive, permettant aux élèves de restituer la totalité des connaissances et compétences travaillées? Qui n'a pas rêvé d'une évaluation globale et structurante permettant à l'élève de s'assurer de sa compréhension et de prendre automatiquement conscience des zones d'ombre demeurant à la fin d'un cours? Qui n'a pas rêvé d'une évaluation qui ne stigmatiserait pas mais au contraire permettrait de sortir grandi et confiant? L'introduction des tablettes dans les classes a déjà permis d'ouvrir le champ des possibles et surtout de pousser les limites usuelles des apprentissages en apportant sens, complexité et inédits[1] dans le quotidien des classes. L'évaluation ô combien décriée, stigmatisée et remise en question dans les systèmes éducatif français et internationaux, pourrait peut-être tirer parti de ce complexe inédit apporté par les tablettes. Comment?

Related: