background preloader

Les circuits courts ont la cote

Les circuits courts ont la cote
This video is currently unavailable. Sorry, this video is not available on this device. Video player is too small. Watch Later as __user_name__ as __user_name__ Normal

http://www.youtube.com/watch?v=YA6Bhw3hfAg

Related:  Canal, distribution directe/indirectedistribution est elle incontournableDISTRIBUTIONmercatiqueLes strategiesde distribution

Distribution (place) : canal de distribution pour d?placement produit Un canal de distribution comporte une panoplie d’entreprises qui participent à toutes les activités de déplacement d’un produit de sa fabrication à sa consommation. La distribution (Place, en anglais) est le 4ème élément du mix marketing. La ‘place’ est généralement traduite en français par ‘canal de distribution’, ‘chaîne de distribution’, ‘mise en place’, ‘distribution’ ou encore ‘intermédiaires’. E-commerce: Que retenir du bilan annuel Les prévisions ne sont pas atteintes, mais l’essentiel est là. La barre psychologique des 50 milliards d’euros de chiffre d’affaires a été dépassée en 2013. 51,1 pour être précis, ce qui représente une hausse de 13,5%. Au-delà de ce chiffre rassurant, des signaux indiquent en revanche une croissance plus mesurée, comme le panier moyen, en recul de 3,5%. Les Français ont multiplié les transactions de commerce électronique cette année, puisqu’elles bondissent de 17,5% pour atterrir aux alentours de 600 millions. M-commerce et place de marché Les principaux indicateurs mesurés par la Fevad (Fédération du e-commerce et de la vente à distance) renforcent ce que l’on savait déjà: la montée du nombre de transactions réalisées sur des outils mobiles comme les tablettes et les smartphones ; et l’espace de plus en plus important occupé par les places de marchés. 15% du volume d’affaires réalisé par les sites de l’IPM* sont réalisés par les places de marché, contre 10% en 2012.

Ikea, Conforama, Leroy Merlin… leurs méthodes pour nous vendre plus Pour contrer la crise et attirer le client, les grandes enseignes d’ameublement ont dû bouleverser leur stratégie et leurs techniques de vente. Lorsqu’on demande aux Français vers quelle enseigne ils se tourneraient s’ils devaient acheter un meuble de salon, ils placent Ikea en tête. Et pour un canapé ? Conforama. Et pour une cuisine ? Ikea.

Identifiez le sens des 9 types d’objections Loin d’être un frein, les objections rencontrées au cours du processus de la relation dessinent l’attitude de l’interlocuteur et son orientation. L’objection exprime un type de résistance et nous allons décrypter son intention. Dans la série « Les 9 clés de la Personnalité » article 24/41 Ne confondons plus multi-canal et cross-canal Billet écrit par Grégory Duhem, Business Developer, Improveeze Dès qu’il s’agit d’une stratégie commerciale ou marketing qui repose sur plusieurs canaux de distribution ou d’information, beaucoup de personnes utilisent le terme de multi-canal alors qu’ils parlent en réalité bien souvent de cross canal. Il est important de ne pas confondre multi-canal et cross-canal. Une stratégie multi-canal repose sur une multiplication des canaux de vente (vad, click&mortar, réseaux sociaux, mobile…). Ces différents canaux fonctionnent le plus souvent en silo, sans synergies en termes de relation client et d’efficience commerciale.

De nouveaux formats de magasin, plus petits, plus mobiles, plus proches Monoprix : une stratégie « hors les murs » pour plus de proximité géographique et relationnelle Fin janvier, Stéphane Maquaire, président du directoire de Monoprix, a fait le point lors d’une conférence de presse sur la stratégie de son groupe. « Monoprix est installé au cœur des villes depuis quatre-vingts ans, a-t-il rappelé. Mais au-delà de cette proximité géographique, nous basculons progressivement vers davantage de proximité relationnelle. Monoprix devient une marque du quotidien, au service des citadins. » Privilégier les citadins et non plus simplement les centres-villes.

Jeu pour les fabricants, set pour les distributeurs, Match en faveur des consommateurs ? Troisième pilier du marketing, la distribution et ses circuits ont subi de profondes mutations depuis un demi-siècle en France. Les canaux suivis par un bien de consommation, destiné à un consommateur final, permettent à ce produit de passer de l’état de production à l’état de consommation. Ils font alors intervenir différents acteurs et forment le circuit de distribution de ce bien. Ainsi, un produit peut être commercialisé par le biais d’une multitude de canaux de distribution et avoir un circuit de distribution extrêmement large. En outre, un même consommateur pourra utiliser plusieurs canaux de distribution pour répondre à ses besoins. Les fabricants ont-ils eu tout d’abord la part belle, pour ensuite se soumettre au jeu des distributeurs.

L'évolution des habitudes d'achat des Français entre 2012 et 2013 Le commerce actuel est omniprésent, résultant de la multiplication des points d'achat mais aussi de l'évolution des comportements des consommateurs. Afin de continuer à comprendre ces changements, Ipsos a réalisé la seconde édition de l'étude Omniretail pour CA Com, au sujet de l'évolution des habitudes d'achat des Français entre 2012 et 2013. Florilège des principaux résultats de ce sondage, effectué auprès d'un échantillon de 1013 personnes, représentatives de la population française, âgées de 15 ans et plus, du 5 au 8 avril 2013. Magasin connecté: les 10 tendances à suivre Aujourd'hui déjà, 87 % des consommateurs recherchent de l'information sur les sites marchands avant de finaliser leurs achats dans leurs points de vente habituels, et 32% vont acheter un article sur internet dès qu'ils ne le trouvent pas dans les rayons. Demain, ces magasins devront se réinventer pour continuer d'exister. Avec un triple enjeu. Primo : attirer, grâce au digital, des clients dans les boutiques. Deuzio : satisfaire ces clients sur le lieu de vente en créant une nouvelle expérience qui facilite le service puis l'acte d'achat. Tablettes tactiles, bornes interactives, réseaux wi-fi... ces nouvelles solutions technologiques doivent permettre de réenchanter l'acte d'achat en magasin et de fidéliser les consommateurs.

« Au bout du champ » distribue les fruits et... - PGC - Produit de grande consommation La petite boutique d’un peu plus de 20 m² ne se remarque pas au premier coup d’œil, dans cette artère plutôt calme de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Au cœur d’une zone résidentielle et face à un parc municipal, « Au bout du champ » explore depuis quelques mois une nouvelle voie de commerce alimentaire, à la confluence des tendances observées chez les consommateurs : des fruits et légumes frais et issus de l’agriculture locale, distribués en libre-service ou commandés sur Internet par les clients, qui les retirent ensuite dans des casiers automatiques, entre 8h et 22h. La boutique est implantée au coeur d'une zone urbaine, rue Camille-Pelletan, à Levallois-Perret (92)

Le marketing sensoriel L’ambiance apaisante d’une boutique, une odeur agréable, une musique qui nous séduit, des couleurs attrayantes… même si l’on ne s’en rend pas forcément compte, le marketing sensoriel peut expliquer la plupart de nos comportements d’achat. Le marketing sensoriel peut être défini comme : « l’ensemble de variables d’actions contrôlées par le producteur et/ou le distributeur pour créer autour du produit ou du service une atmosphère multisensorielle spécifique, soit à travers les caractéristiques du produit lui-même, soit à travers la communication en sa faveur, soit à travers l’environnement du produit au point de vente ». Qu’appelle-t-on le marketing sensoriel ? Par rapport au marketing traditionnel, le marketing sensoriel s’attache davantage aux cinq sens, et en particulier à l’odorat et au son, largement délaissés dans une approche marketing plus traditionnelle.

- Etude marché, Conseil en stratégie : Marketing, Communication entreprise, Relation client - La Poste entreprise : Le'Hub De l’arrivée en magasin au passage en caisse, Monoprix place la relation client au cœur de sa stratégie commerciale D’ici le mois de juin, l’ensemble des collaborateurs de Monoprix en magasin porteront une nouvelle tenue aux teintes noire et taupe (en illustration). Accompagnée d’un badge nominatif et inspirée des métiers de bouche traditionnels, elle permettra de les rendre plus facilement identifiables. C’est un des changements visibles de la nouvelle stratégie de l’enseigne, accompagnant la nouvelle signature, « Vivement aujourd’hui », et le nouveau logo jouant sur l’apostrophe de Monop’. Cette nouvelle stratégie vise à faire de la relation client un axe essentiel de différenciation. « Nous devons passer d’une simple proximité géographique en centre-ville à une proximité relationnelle grâce à l’écoute, l’attention et le conseil », explique l’enseigne. Monoprix affiche même l’objectif de proposer aux consommateurs « une expérience conviviale et relationnelle incomparable ».

La Fnac relie le Web et le magasin avec son appli mobile "Créer un pont entre le site web et les magasins grâce au mobile", telle est la vocation de la Fnac qui poursuit le développement de son plan stratégique 2015. L'enseigne mise notamment sur la nouvelle version de son application iPhone et iPad pour proposer une expérience plus simple, riche et personnalisée à ses clients. L'application permet avant tout d'effectuer l'ensemble du parcours d'achat depuis le mobile, grâce à certaines fonctionnalités. - Le mobinaute a accès à tout le catalogue et à l'offre marketplace. - L'option "Achat rapide" permet de payer la commande en une seule étape.

A découvrir dans LSA en exclusivité : le top Le premier baromètre du ecommerce, le EC3O, établi par Toluna, PWC et LSA consacre Cdiscount et Amazon, les deux grands pure players, qui font nettement la course en tête en 2013 en matière de chiffre d'affaires réalisé sur les marchés des produits de consommations (excluant les ventes de voyage, de services, de fichiers dématérialisés...). Reste que, derrière, les distributeurs physiques font mieux que résister surtout les enseignes alimentaires dynamisées par leurs drives (dont le poids paraît même sous évalué par le panel EC30, certains des consommateurs sondés ayant sans doute du mal à assimiler ces courses à du ecommerce). A noter les très belles performances enregistrées sur les 3 derniers mois de l'année 2013 par Amazon et Leclerc qui voient leurs ventes de biens de consommation physiques progresser de 73 % sur ces trois mois clés, devant Carrefour qui gagne 40%. Ø Culture et jeux : Les dépenses de fin d’année ont progressé de 32% dans cette catégorie. Méthodologie:

Related: