background preloader

_FutureWorkSkillsSummary_01.gif (1633×1033)

_FutureWorkSkillsSummary_01.gif (1633×1033)

Le monde en 2112 A quoi ressemblera le monde dans un siècle ? La Vie des Idées a demandé à des chercheurs de divers horizons d’imaginer des utopies pour après-demain, en mêlant diagnostics, appréhensions, solutions, espérances, toute la palette de l’inventivité et de l’optimisme, tout le registre des possibles. Louis-Sébastien Mercier dans L’An 2440, Jules Verne dans Paris au XXe siècle, George Orwell dans 1984 ont tenté d’imaginer le monde dans les décennies, les siècles à venir. D’autres, comme Fourier ou Cabet, ont tenté de concevoir, en des termes étonnamment précis, une société plus harmonieuse d’où l’exploitation et la souffrance seraient bannies. La Vie des Idées a demandé à des chercheurs d’imaginer le monde d’après-demain, en mêlant librement diagnostics, désarrois, solutions, espérances, toute la palette de l’inventivité et de l’optimisme, tout le registre des possibles. Sommaire Jean Gadrey, « Quand les écarts de revenus furent enfin plafonnés », 28 octobre 2011.

Les 10 compétences qui seront nécessaires en 2020 selon l’IFTF La connectivité mondiale, les machines intelligentes et les nouveaux médias remodèlent notre vision du travail, ce qui le constitue et les compétences dont nous avons besoin pour être productif. L’Institute for the future (IFTF) a décrit les 10 compétences clés dont nous aurons besoin dans une dizaine d’année. Cette étude se différencie des études habituelles qui cherchent plutôt à établir une typologie des métiers futurs (avec des prédictions qui ne s’avèrent pas exactes). L’article de la FING a proposé une traduction de ces compétences que nous vous reproduisons ci-dessous. Téléchargez le rapport présentant les compétences et la carte créée pour les représenter. via Appréhender la complexité | JeremyM Suite à ma petite sortie sur l'entreprise 2.0, beaucoup de choses très instructives se sont déroulées. Qu'il me soit permis de remercier les abonnés du flux ainsi que les "Re-Twitters" qui m'ont permis de multiplier par 25 l'audience de ce modeste blog, notamment Anthony Poncier pour le RT initial, et Thierry de Baillon (dont je comprend la revendication druckerienne, pensant effectivement que les idées de ce grand monsieur de l'entreprise moderne ne sont pas assez diffusées, et que je remercie également de parler autant de moi en mal là aussi sur Twitter !). Parlant de choses instructives, je pense avant tout aux différentes remarques sur les justifications théoriques de la collaboration, dont beaucoup se réfèrent à un papier de D.J. 1) Une approche de la complexité Commençons par le papier 'étendu'. Quand on parle d'ontologie ou d'épistémologie, c'est de genre de choses que l'on parle, c'est-à-dire des réflexions qui permettent de positionner les problèmes pour ensuite les résoudre.

UTS: - Transforming Cultures Pourquoi cela ne va pas plus mal ? par Patrick Viveret Une planète qui ne peut trouver 50 milliards de dollars pour alléger les misères du tiers monde, mais en dépense 500 par an pour la publicité et 1 000 pour les budgets d'armement, ne tourne pas rond. Comment expliquer cette situation? Tout l'ouvrage de Patrick Viveret consiste à nous convaincre qu'elle est le résultat de la propension des minorités possédantes, partout dans le monde, à vouloir satisfaire des désirs de richesse et de pouvoir bien au-delà du raisonnable. Pour guérir, il nous faut inventer un autre rapport à l'argent, au pouvoir et au temps, chez soi, en France, au niveau de l'Europe et du monde.

Qui expertisera les scientifiques ?, par Jacques Testart Le savoir entre déontologie, intérêts et influences Sommé d’arbitrer des débats de plus en plus techniques, le monde politique se tourne vers des experts afin d’éclairer sa décision. Mais ceux-ci, pour être compétents dans leur domaine, sont trop souvent liés aux intérêts du secteur. Une expertise publique pourrait aider à lever le soupçon : dans quelles conditions devrait-elle s’exercer ? par Jacques Testart, décembre 2010 Aperçu Faut-il encore demander l’expertise de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) sur l’innocuité des plantes transgéniques, quand tous ses avis ont été positifs et alors que sa présidente fut liée à l’un des principaux groupes de pression de l’agroalimentaire ? Il existe trois conceptions différentes de celle-ci. M. Taille de l’article complet : 1 232 mots. Vous êtes abonné(e) ? Connectez-vous pour accéder en ligne aux articles du journal. Vous n'êtes pas abonné(e) ? Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.

La veille comme art de vivre du futur Ce qui est aujourd'hui un comportement d'ultra-connectés sera demain la norme si l'on souhaite avoir une vie sociale normale. Voici un article qui a été publié dans l’excellent ebook : Regards croisés sur la veille (sur le blog du modérateur), qui fait intervenir plein de spécialistes pros du digital (et moi-même). Un article prospectif qui m’a donné l’occasion de poser toutes les idées concernant l’évolution de la veille digitale. Vous excuserez la longueur, cet article est fait pour être lu sur papier ou tablette.« Touff de la tribu des Görzg grimpa sur une colline. Information = survie Et cette leçon primordiale a accompagné l’être humain pendant des millénaires. Et puis, la civilisation s’est confrontée à des territoires d’un genre nouveau : les territoires digitaux. L’homme veille sans le savoir, une question d’adaptation L’homme s’est transformé en même temps qu’internet envahissait sa vie. Et aujourd’hui tout le monde veille sur Internet. L’entreprise initiatrice de ce comportement

Related: