background preloader

Une poétique anthropologique avec la littérature contemporaine de langue française

Une poétique anthropologique avec la littérature contemporaine de langue française

http://ver.hypotheses.org/

Related:  Anthropologie-Litterature

Ethnocritique ! - ETHNOLOGIE-RUSEE L'ethnocritique est une démarche nouvelle d'analyse des textes littéraires,. Ce type de critique articule une poétique de la littérature et une ethnologie du symbolique. Elle s'inscrit plus généralement dans un vaste mouvement historique et épistémologique de relecture des biens symboliques : histoire du quotidien et micro-histoire, sociologie des pratiques culturelles et ethnologie de l'Europe, génétique des textes et dynamique des genres, polyphonie langagière et dialogisme culturel, etc. L'ethnocritique est née du croisement des recherches d’anthropologie historique de la littérature (J.P.

EDITIONS ARFUYEN - Jean MAMBRINO Revue de Presse Les Ténèbres de l'espérance Le Mensuel littéraire et poétique (01/01/1900) par Nelly Carnet C'est une composition réfléchie que nous offre Jean Mambrino avec ce nouveau recueil de poésie qui fait apparaître sept chapitres de dix poèmes chacun. Une évolution semble avoir atteint son summum dont le poète, qui n'est plus dirigé que vers la vie, a pris l'entière conscience après avoir traversé des décennies. Les boloss des Belles Lettres grosse pression sur le père moliérissimo qui décide de dropper le flow cadencé de l'alexandrin pour se jeter dans l'arène de la prose de BG histoire que les joibours et les boloss ils captent aussi c'est quoi qu'il bave le p'tit jean-baptiste pokeur mais gaffe putain c'est le sniper du clash divin !! ça commence tu vois pas DJK mais sganarelle qui chille pépouze avec un keumi et il pose un slam sur la weed genre “trop de la balle les splifs susu même aristote ce gros boss antique il dit big up les splifs donc moi je dis c'est trop de la balle » bon là tu piges que sganny c'est plutôt une victime cérébrale et puis après il dit wallah DJK c'est un chaud de la teub il a sniffé une p’tite beurette bien bonne puis après il l'a épousée et BAM maintenant il l'a kickée comme un pitt sur le périph’ son blase c'est elvire mdrrr comme la crème fraîche et le beurre normal c'est une p'tite beurette des barres mais stop abusé putain !!!

La langue française n’est pas la langue française ! Un excellent dossier de recensions autour de la thématique qui concerne beaucoup d’entre vous dans vos recherches. Jetez un coup d’oeil sur le sommaire ci-dessous: C’en est fini de Babel ! Tous les beaux livres rendent “la langue” étrangère et nous invitent à les arpenter en nomades, en émigrés, en tziganes de nos idiomes les plus propres — et les plus sales. C’est dans cette perspective d’un imaginaire hétérolingue, dont le point de départ a été fourni par Abdelkébir Khatibi, pour qui “la langue française n’est pas la langue française : elle est plus ou moins toutes les langues internes et externes qui la font et la défont” (“Bilinguisime et littérature Maghreb pluriel, Denoël, 1983), que se sontt élaboré le numéro 12 de la revue LhT et le 37e dossier critique d’Acta fabula, dirigés par Samia Kassab et Myriam Suchet.

L'Amant, approche ethnocritique Si la littérature reste l’une des formes d’expression de la pensée, si l’écriture comme la lecture obéissent à des pratiques ritualisées de la part des acteurs qui se prêtent au jeu, elle a donc à voir avec l’ethnologie. Seulement, dans sa variante textualiste, l’ethnocritique veut se fonder elle sur ce qui est dit au cœur même du récit. Non pas sur les pratiques que le livre met en place mais sur celles qu’il raconte, sur ce qui, par lui, se dit du réel et d’un état du vivre ensemble. Il s’agit de faire entendre la polyphonie inhérente à l’univers culturel déployé par le texte [1], celui-ci appréhendé comme terrain de l’ethnologue aujourd’hui. À cette approche, l’écriture contemporaine de la littérature – en France – peut opposer plusieurs résistances. À ces caractéristiques s’ajoute une mise en doute bien moderne du langage dans sa capacité à dire le monde.

Le pantoun dans Malaisie, de Henri Fauconnier Nous accueillons aujourd’hui, et pour la deuxième fois, un fidèle de Lettres de Malaisie et un membre influent du projet Pantouns : Jean-Claude Trutt, animateur du site Voyage autour de ma Bibliothèque. Il nous parle de Henri Fauconnier, le premier écrivain français à avoir popularisé la forme pantoun à travers son roman Malaisie, Prix Goncourt 1930. Le pantoun reste d’actualité. Plus que jamais même. Au moment où j’écris ces lignes un grand concours de pantoun francophone a été lancé en Malaisie même, sur le site de Lettres de Malaisie auquel s’est jointe l’édition locale du Petit Journal. C’est ensuite une nouvelle somme, un travail extraordinaire, que va bientôt publier Georges Voisset, 250 pantouns en différentes traductions, sous le titre Pantouns, le joyau malais chez l’éditeur local ITBM (Institut Malaisien du Livre et de la Traduction).

ELLIADD - Notices scientifiques ANDERSON P. (1992). «L’ambiguïté de la relation apprenant / enseignant.» Les Cahiers du CRESLEF, n°32, Université de Franche-Comté. ANDERSON P. (1994). « La question de l’affect dans la relation apprenant / enseignant.» in Travaux de didactique du FLE, n°31, Université de Montpellier 3 Paul Valéry. ANDERSON P. (1996) « La relation entre apprenant et langue étrangère » in Travaux de didactique du FLE, n°35, Université de Montpellier 3 Paul Valéry. ANDERSON P. (1999). Présentation - Centre d’anthropologie culturelle CANTHEL - EA 4545 Le CANTHEL est le centre de recherche en ethnologie de la Faculté des Sciences humaines et sociales - Sorbonne, où l’ethnologie fut instituée par Marcel Griaule, André Leroi-Gourhan, Roger Bastide et Georges Balandier. Il est localisé au centre universitaire des Saints Pères. Le CANTHEL est un laboratoire d’anthropologie culturelle. Les chercheurs du CANTHEL se proposent d’explorer des thématiques transversales communes à différents terrains et plusieurs sous-disciplines. Il s’agit de rendre compte des conflits, des instabilités, des ruptures de sens, mais aussi des porosités, des compromis, des créations culturelles, sur des terrains choisis pour leur pertinence. Les membres du CANTHEL poursuivent tous des recherches sur des terrains spécifiques (Afrique, Amériques, Asie, Caraïbes, Europe) sur lesquels ils collectent des discours et des documents écrits, filment des images, observent des pratiques concrètes.

Ecrivez un texte sur votre père: ma contribution - Culturelles Je poursuis ma contribution au projet collectif de l'écrivain Mathieu Simonet, en vous engageant à y participer si la plume vous en dit, et à lire également les autres textes soumis, afin que ce projet vive! Pour rappel, Ici, le texte que j'avais écrit sur ma mère, et, pour la découverte, celui que m'a inspiré le thème "Avouez un mensonge"; et que je n'avais pas encore publié sur mon blogue: Là Je m'amuse, c'est vrai, sans me prendre au sérieux! Voici donc mon texte, et dès qu'il sera publié sur le site de Mathieu Simonet, je rajouterai le lien. Cher Monsieur Simonet, Le poème entre les langues : le corps, la voix, le texte La dite « langue maternelle » n’est pas toujours celle de la mère biologique. D’après le linguiste et didacticien Jean-Pierre Cuq (2002 : 90), le premier ordre à considérer serait celui de l’appropriation : à savoir que la langue maternelle est la langue de première socialisation de l’enfant, langue première s’acquérant naturellement et dont la fonction symbolique passerait avant la fonction communicative. Ainsi, cette langue « maternelle » que les didacticiens, dit-il, préfèrent actuellement appeler langue de départ ou encore langue de référence, culturelle et identitaire, est celle du premier groupe social dans lequel l’enfant développe ses capacités langagières. Cette langue de référence constitue pour lui le pôle de départ pour construire plus ou moins consciemment par la suite les hypothèses successives qui lui permettront d’élaborer son interlangue, dans son apprentissage ultérieur éventuel d’autres langues. Pour D. Tout texte poétique est une langue étrangère.

Art et littérature : journée d'études le 7 octobre 2013 - Centre d’anthropologie culturelle CANTHEL - EA 4545 Lundi 7 octobre 2013 – Entrée libre Amphithéâtre "Lavoisier A", bâtiment central Centre Universitaire des Saints-Pères 45, rue des Saints-Pères 75006 - PARIS Si l’anthropologie de l’art est aujourd’hui un domaine bien identifié de la recherche, le champ de l’anthropologie de la littérature est beaucoup moins facile à cerner. En premier lieu, la définition classique de la discipline anthropologique comme étude des sociétés sans écriture a longtemps entravé la constitution d’un tel domaine. En deuxième lieu, si l’observation participante est la méthode fondamentale de l’ethnologie, alors il est difficile d’observer l’écriture ou la lecture en train de se faire. En outre, schématiquement, les arts plastiques ou la musique sont des formes d’expression non verbales, situées sur un plan distinct du discours anthropologique.

Biennale des poetes en Val de Marne Comment j’ai su que ça n’était pas moi Je me suis rendu compte que j’étais en danger quand mon frère a téléphoné pour voir si j’étais encore en vie — il avait entendu à la radio : une femme conforme semble-t-il à mon apparence avait pleuré assise sur le mur du port avant de plonger. _______« Alors ça n’était pas toi? Cycle Traduction Dans le cadre d'un partenariat avec l'équipe de recherche Art&Flux (ACTE/CNRS) / ITM « Pasolini, la pluie, il doppiaggio, l'obsolescence, et l'architecture du mur de Berlin. De quoi s'avancer vers une considération de certaines des implications violemment séductrices de la traversée. »

Les romans de Milan Kundera : la dévastation du temple ? Dans son dernier essai, Le rideau, Milan Kundera revient sur le geste de Cervantès, qui inaugure l’âge du roman : Le pauvre Alonso Quijada a voulu s’élever en personnage légendaire de chevalier errant. Pour toute l’histoire de la littérature, Cervantès a réussi juste l’inverse : il a envoyé un personnage légendaire en bas : dans le monde de la prose. La prose : ce mot ne signifie pas seulement un langage non versifié ; il signifie aussi le caractère concret, quotidien, corporel de la vie. Dire que le roman est l’art de la prose n’est donc pas une lapalissade ; ce mot définit le sens profond de cet art[2]. C’est ce mouvement profanatoire du roman qui semble animer cette créature étrange, dessinée par Kundera et ornant la page couverture de l’édition chinoise de l’essai de François Ricard, Le dernier après-midi d’Agnès :

Related: