background preloader

Une liste de 16 000 militaires morts pendant les guerres napoléoniennes

Une liste de 16 000 militaires morts pendant les guerres napoléoniennes
Quels progrès depuis les débuts de l'Internet grand public ! On peut aujourd'hui y dénicher des documents que l'on n'aurait jamais pu rêver de consulter, comme cette " Liste de seize mille militaires Français ou au service de France, faits prisonniers de guerre de 1810 à 1814 et qui sont morts en Russie, en Pologne et en Allemagne, suivis d'une autre liste de militaires encore vivans en Russie". Cet ouvrage est disponible sur le site de la Bibliothèque Nationale de France, Gallica. Son titre en précise exactement le contenu, comme on le faisait à l'époque. Il a été édité en 1826 par le sieur Mehliss, notaire royal à Hemmendorf, alors un simple quartier de la ville de Rottenburg-am-Neckar, dans le Bade-Wurtemberg en Allemagne. Pourquoi ce personnage a t-il décidé de publier une telle liste ? Quelques rappels sont nécessaires sur cette période-clé de l'Histoire de France.

GENEANET - Registres & Archives en ligne Explorez votre généalogie, publiez votre arbre généalogique, débuter en généalogie. Geneanet InscriptionC'est rapide & gratuit ! Connexion Lundi 28 avril 2014 | Sainte Valerie | Français Partager Geneanet > Rechercher > Dans les archives et les relevés > Registres en ligne > France Archives et relevésRegistres en ligne Retrouvez ici les registres numérisés partagés par nos membres : registres paroissiaux, liasses notariales, tables décennales, listes diverses, etc. L'accès aux Registres en Ligne est libre dans la majorité des cas. 4 473 598 documents France Afficher par :Carte Liste alphabétique Autres pays Vous aussi, partagez vos registres ! Rechercher Langues disponibles : Allemand, Anglais, Espagnol, Finnois, Français, Italien, Néerlandais, Norvégien, Suédois, Portugais - © Geneanet 1996-2014 Voir aussi : Nos partenaires : Seniors à votre service

Une base de données inestimable concernant vos ancêtres marins On connaissait déjà Mémoire des Hommes pour leur base de soldats Morts pour la France pendant la première Guerre Mondiale, mais peu connaissent la base "Compagnie des Indes" qui répertorie des documents inestimables sur les navires et passagers du XVIIIe siècle. Dès le XVIIe siècle, l'essort du commerce maritime, qu'il s'agisse des épices, des soieries ou des esclaves, a engendré une véritable compétition internationale : il fallait être les meilleurs commerçants pour assurer la suprématie de son pays. Chaque pays possédait sa propre compagnie maritime. La Compagnie des Indes a donc été fondée par Colbert en 1664, et son existence durera jusqu'à la Révolution Française. Le site se trouve à l'adresse suivante : Un texte de présentation détaille tout ce que vous allez trouver, avec des liens vers les différentes zones, accessibles également par le menu de gauche. Exemple de journal de bord numérisé : 2/ Equipages et passagers

BVMM - Bibliothèque Virtuelle des Manuscrits Médiévaux Trouver un acte quand on ne sait pas dans quelle commune chercher Lors de recherches dans l'état civil, le cas se présente très souvent : les parents d'un ancêtre que l'on vient de découvrir ne se sont pas mariés ou ne sont pas nés dans la commune où nous faisons nos recherches. Et bien entendu, cette commune d'origine n'est pas indiquée. C'est là que le généalogiste éprouve à la fois un sentiment bien légitime de déception, doublé d'une grande excitation liée à ce nouveau challenge : retrouver la commune récalcitrante. Bien évidemment, si les parents viennent de loin, les retrouver est comme chercher une aiguille dans une botte de foin et on ne pourra pas compter sur les méthodes décrites ci-après. Par contre, et le cas est fréquent, si les parents viennent d'un village à proximité, il suffira de chercher alentours. Il ne faudra néanmoins pas chercher n'importe comment, voici quelques tuyaux pour ne rien laisser de côté... 1/ Comment chercher dans les communes alentours La méthode est simple, mais il est important de bien la respecter.

Comment mémoriser simplement vos recherches préférées Précisons tout d'abord que les alertes par patronyme sont totalement gratuites et accessibles à tous, il suffit d'être inscrit sur le site. Nous n'évoquerons donc pas dans cette note les recherches et alertes par individus*. Il existe deux méthodes pour créer une alerte par nom. La plus connue, c'est celle qui consiste, lors de chaque recherche simple effectuée sur le site, à utiliser le lien "Recevoir les nouveaux résultats". Nous allons détailler ici une seconde méthode, rapide et simple à réaliser. Rendez-vous sur le pavé de connexion en haut à droite du site et cliquez sur "Mon GeneaNet", puis choisissez Recherches et alertes "par nom". La page qui s'affiche vous présente le tableau comportant toutes les recherches que vous avez déjà mémorisées (avec, au dessus, un menu déroulant qui vous permet de revoir semaine après semaine les alertes reçues). Au pied de ce tableau, cliquez sur le lien "Créer une nouvelle recherche". [ les recherches par nom ]

Inauguration exposition « Napoléon et l’Europe » | Actualités du musée de l'Armée Aujourd’hui a eu lieu l’inauguration de l’exposition Napoléon et l’Europe, qui ouvrira ses portes au public dès demain, mercredi 27 mars. Le Ministre allemand de la Culture et des médias, Bernd Neumann et le Ministre de la Défense Jean-Yves le Drian ont conjointement inauguré la nouvelle exposition. A cette occasion, le Ministre de la Défense a prononcé un discours d’ouverture, que le musée vous propose de retrouver dans son intégralité ci-dessous : « Monsieur le ministre, cher Bernd Neumann, Mesdames et Messieurs, chers amis, Je voudrais avant tout m’excuser de devoir vous quitter dans quelques minutes. A la joie qui est la mienne, malgré ce contretemps, de vous retrouver en ces lieux, se mêle donc aujourd’hui le plaisir d’accueillir le ministre Neumann. Devant le titre, certains craignaient un propos orienté. Pour porter ce propos, il fallait une dynamique européenne ; il fallait surtout les ambitions conjuguées du musée de l’Armée et de la Kunsthalle de Bonn.

L'utilité de la presse numérisée en généalogie Récemment, plusieurs journaux ont choisi de numériser leurs archives papier et de les partager librement sur Internet. Si Gallica offre un accès privilégié aux principaux quotidiens de plusieurs pays ou zones géographiques du début du 17e siècle à la Seconde Guerre mondiale, certains journaux et départements ont choisi de diffuser eux-même les archives des périodiques. Un choix de qualité C'est le cas des journaux suisses L'Express et L'impartial, qui ont mis cinq ans à numériser 1,5 million de pages couvrant 275 années d'existence pour l'Express et 123 pour l'Impartial. Nous concernant plus directement, plus de 100 ans de presse locale ont été numérisés par le Finistère sur son portail internet des archives ( Mais d'autres se sont attelés à la tâche depuis plus longtemps. Vous êtes curieux quant aux journaux numérisés dans une région en particulier ? Et si vous êtes membre du Club Privilège, n'oubliez pas la presse numérisée en ligne sur GeneaNet !

D'où vient votre nom ? Il peut être fort utile de connaître l'origine d'un patronyme afin de pouvoir orienter ses recherches en cas de blocage. "D'où vient mon nom ?" vous permet d'appréhender l'implantation géographique d'un patronyme. La rubrique "D'où vient mon nom ?" On s'y rend par le menu "Débuter > D'où vient mon nom" Sur la page d'accueil, tapez un patronyme, ou cliquez dans le tableau des patronymes les plus fréquents (tous les chiffres proviennent des données déposées sur GeneaNet, très représentatifs de la réalité même s'ils ne doivent être pris que pour ce qu'ils sont : des estimations statistiques). On obtient alors en premier lieu la définition étymologique du patronyme, fournie par le spécialiste en onomastique Jean Tosti qui alimente ces définitions depuis des années (si vous remarquez une erreur ou un manque, n'hésitez pas à nous en faire part). Sous l'étymologie du patronyme, vous pourrez consulter une carte géographique adaptable à votre recherche. [ d'où vient mon nom ?

Related: