background preloader

Atoutcerveau

Atoutcerveau
Related:  cerveau et cognition

PedagoGeeks. Social Learning, Personal Branding et innovations pédagogiques. Le blog de Daniel Gostain Comme vous le savez peut-être, depuis plus de vingt ans, je m'intéresse au personnage qu'est le clown dans son regard sur le monde, en particulier depuis quelque temps dans son regard sur l'acte d'apprendre. Jusqu'à présent, je l'ai fait dans son rapport aux savoirs à travers cette "Encyclopédie clownesque des savoirs", projet bien avancé dans son idée (et ce n'est pas fini). Les clowns se mettaient dans la peau de personnages-savoirs pour y vivre leurs émotions, leurs envies, leurs peurs, offrant ainsi un regard de proximité complice à l'enfant apprenant. Aujourd'hui, j'ai, avec mes partenaires clowns, Marie-France (alias Chabotte Tripouille) et Christophe (alias Pépito), choisi d'explorer un nouveau versant de l'apprentissage, celui de l'"empêchement à apprendre". Et si on donnait ça aux clowns ! Et si on offrait aux élèves cette sensibilité clownesque, pour leur permettre de réfléchir à ce qui fait obstacle pour apprendre, et -rêvons un peu - à ce qui pourrait faire dés-obstacle.

La neuropédagogie : la gym du cerveau pour apprendre plus facilement | euronews, science Cela ressemble à une partie de colin-maillard, mais c’est un cours de lecture. A tâtons, ces élèves de maternelle apprennent à lire avec leurs doigts. En plus de leurs oreilles et de leurs yeux, ils utilisent le toucher. Cette méthode bouscule les codes et pourtant, elle aide les enfants à mieux apprendre. Spécialiste du cerveau des tout-petits, Edouard Gentaz est convaincu que l’apprentissage de la lecture doit se faire en trois dimensions. Professeur de psychologie du développement, directeur de recherche au Laboratoire de Psychologie et Neurocognition du CNRS à Grenoble, il explique comment se fait l’apprentissage de la lecture dans le cerveau des enfants : “Le grand défi pour les enfants de grande section maternelle est de comprendre le lien entre la forme visuelle d’une lettre, qui est traitée dans les zones visuelles (du cerveau), avec les sons correspondants, qui sont traités dans les zones auditives. Et dans la tête des enfants, ça marche.

Guide de réflexion sur les stratégies d'apprentissage à l'université Une tête bien faite vaut mieux qu'une tête bien pleine. (Montaigne, Essais [1580]) « Le guide de réflexion sur les stratégies d’apprentissage à l’université » est un outil pratique et efficace qui vous permet de vous évaluer rapidement par rapport à des attitudes, des habiletés et des habitudes d’étude, toutes associées, selon les recherches dans le domaine, à la réussite des études universitaires. Il se présente sous la forme de 304 énoncés classés selon 10 thèmes et 47 catégories d’actions dont vous pouvez enrichir votre arsenal personnel de stratégies d’études, si elles n’y sont pas déjà présentes. Pour chacune de ces actions, un choix de deux réponses vous est proposé : rarement ou fréquemment selon que vous estimez cette attitude, cette habileté ou cette habitude présente chez vous.

How The Memory Works In Learning How The Memory Works In Learning By Dr. Judy Willis, M.D., M.Ed. Teachers are the caretakers of the development of students’ highest brain during the years of its most extensive changes. As such, they have the privilege and opportunity to influence the quality and quantity of neuronal and connective pathways so all children leave school with their brains optimized for future success. This introduction to the basics of the neuroscience of learning includes information that should be included in all teacher education programs. Teaching Grows Brain Cells IQ is not fixed at birth and brain development and intelligence are “plastic” in that internal and environmental stimuli constantly change the structure and function of neurons and their connections. It was once believed that brain cell growth stops after age twenty. High Stress Restricts Brain Processing to the Survival State Memory is Constructed and Stored by Patterning Memory is Sustained by Use The Future References Ashby, C.

etre et écran Neurosciences et apprentissages Les neurosciences constituent l'une des branches de la recherche médicale qui intéresse le plus le grand public. Nous fondons d'énormes espoirs dans la recherche sur le fonctionnement du cerveau, qui bénéficie de financements importants. Mais il n'est pas plus raisonnable de fonder l'espoir d'une société idéale ayant vaincu la maladie et, pourquoi pas, la mort, sur les neurosciences que sur les technologies numériques. Mais peut-on vivre et avancer sans cet espoir ? Sans doute pas. Il ne faudrait pourtant pas confier toute sa destinée d'apprenant et, plus largement, d'être humain, à la puissance de l'esprit. Ces caractéristiques semblent aujourd'hui pouvoir se déployer dans un espace numérique moins normé que l'espace physique, qui devient le terrain de jeu sans limites de notre esprit. Illustration : Lightspring, Shutterstock.com Exige-t-on trop des neurosciences? 5 mai 2013 Quand on fait dire n'importe quoi aux neurosciences L'appel du ventre 6 mai 2013 Mémoire, plagiat et réseaux sociaux

Dix constats clés de la recherche cognitive sur l'apprentissage (Schneider & Stern, 2010 1. L’apprentissage est une activité exercée par l’apprenant L’enseignant ne peut pas intervenir dans le cerveau de ses élèves pour y insérer de nouveaux éléments de savoir. Les connaissances que chacun possède ne sont accessibles qu’à lui seul. C’est donc l’apprenant qui doit créer lui-même de nouvelles structures de connaissance. Ce constat peut paraître évident, mais il a de profondes implications. Dès lors, l’enseignant ne doit pas se contenter de bonnes connaissances pédagogiques et de bonnes connaissances du contenu de la discipline qu’il enseigne, mais il doit aussi avoir une bonne connaissance du contenu pédagogique, c’est-à-dire comprendre comment les apprenants construisent leurs savoirs dans un domaine donné (Schulman, 1987). 2. L’enseignant ne peut aider ses élèves que s’il connaît leurs acquis. Dans l’exemple donné en introduction, l’enseignant n’a pas tenu compte des connaissances de ses élèves. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Conclusions

Stratégies pédagogiques et développement des stratégies d’apprentissage des étudiants Cet atelier est conçu pour former les enseignants de niveau universitaire. Les buts de cet atelier sont: Sensibiliser et informer sur les stratégies d’apprentissage. Ces différents outils constituent des documents de travail et les suggestions permettant de les améliorer sont les bienvenues! Quatre documents sont disponibles: Aide mémoire Cahier du participant Présentation Scénario pédagogique Ces ressources ont été élaborées dans le cadre d’un projet du Fonds de développement académique du réseau (FODAR) de l’Université du Québec avec la participation de l’ETS, l’UQAC, l’UQAR et l’UQAT. Merci à tous ceux qui ont contribué et aux membres du groupe ECEM : Hélène Bilodeau et Claude Boucher de l’UQAT, Sylvie Doré et Daniel Oliva de l’ETS, Claude Galaise de l’UQAR et Damien Hallegatte de l’UQAC. Merci à tous les professeurs et chargés de cours qui ont participé à la mise à l’essai de ces ateliers, leurs commentaires ont permis de bonifier ce matériel.

Comment tout mémoriser rapidement avec les répétitions espacées Comment mémoriser mes cours ? Comment retenir du vocabulaire anglais ? Des formules de mathématiques ? Des théorèmes de physique ? Voilà le genre de question qui hante le cerveau des étudiants de tout âge et de toute condition ! Répétitions espacées : grâce à la courbe d’oubli d’Ebbinghaus En 1885, Hermann Ebbinghaus publiait son livre « La mémoire. Cette courbe montre sans pitié que nous apprenons très vite. Si on étudie un sujet à fond, une seule fois, sans révision, il est impossible de retenir à long terme. Cela explique aussi pourquoi les étudiants qui s’y prennent à la dernière minute peuvent réussir un examen le lendemain ou le surlendemain. L’impact des répétitions espacées sur la mémoire à long terme Alors, est-ce sans espoir ? Non. Cette théorie suppose que, lorsque nous étudions quelque chose de neuf, nous en retenons la majeure partie pendant un temps très court. Transfert de la mémoire à court terme vers la mémoire à long terme via l’hippocampe Mais attention ! 1. 2. Comment ?

Transformer l’avenir, un talent humain Rénover les pratiques managériales, pédagogiques et collaboratives... Comment faisons-nous pour découvrir la réalité et explorer l’imaginaire ? Qu’est ce qui fait que ces deux notions soient dépendantes l’une de l’autre ? Elles sont loin d’avoir percé tous les mystères, toutefois les connaissances validées par la communauté scientifique sont largement suffisantes pour avancer sur la voie de la rénovation des pratiques managériales, pédagogiques et collaboratives. Plus proche de nous, à l'heure où j'écris ces lignes, une exposition permanente - C3RV34U - s’est installée à la Cité des sciences. Ces connaissances ont une influence de plus en plus grande sur la pédagogie, le management et la collaboration. L’actualité de la réforme de l’enseignement offre le spectacle de débats caricaturaux sur le contenu des programmes qui oublient de privilégier l’importance des processus pédagogiques qui permettent aux êtres en construction de se développer de façon harmonieuse. Bernadette Lecerf-Thomas

Comment fonctionne la mémoire Je me répète: la science prend du temps, je publie quand je peux, le mieux est de me suivre sur Twitter, Facebook ou Google Plus. Un grand merci à Stefania De Vito, chercheuse en sciences cognitives à l’ICM, Hôpital de la Salpêtrière. Elle publie dans plusieurs revues scientifiques (cfr. liens) : “Images of the future drawn from the past”, dans “The Psychologist”, la revue della British Psychological Society: “Clic! “Il futuro non sarà com’era”: Alexander Luria, « Une prodigieuse mémoire », Delachaux et Niestlé, 1992 Signaler ce contenu comme inapproprié

Related: