background preloader

Pourquoi nous ne pouvons pas attendre

Pourquoi nous ne pouvons pas attendre
L’un de vos arguments fondamentaux est que notre action se produit à un mauvais moment. Certains ont demandé : « Pourquoi ne pas avoir donné aux nouveaux élus le temps d’agir ? ». La seule réponse que nous pouvons donner, c’est que le nouveau pouvoir, comme l’ancien, a besoin d’être bousculé pour enfin agir. L’histoire est la longue et tragique illustration du fait que les groupes privilégiés cèdent rarement leurs privilèges sans y être contraints. « Attendez ! Depuis des années, j’entends ce mot : « Attendez ! Il nous faut constater avec l’un de nos éminents juristes que « Justice trop tardive est déni de justice ». Ceux qui n’ont jamais senti le dard brûlant de la ségrégation raciale ont beau jeu de dire : « Attendez ! Il vient un temps où la coupe est pleine et où les hommes ne supportent plus de se trouver plongés dans les abîmes du désespoir. « Pourquoi prônez-vous la désobéissance ? Vous exprimez une grande inquiétude à l’idée que nous sommes disposés à enfreindre la loi. Related:  Martin Luther Kinglutte contre les discriminationIntersectionnalité & co

La convergence. Twitter promet de très belles rencontres, ouais, mais aussi de se manger de sacrées surprises moins géniales. La semaine dernière, avec son 8 mars et son cortège de remise en question du féminisme et de sa légitimité, a été un festival de déni. Vraiment trop bien, les féministes de tout poil (haha) ont eu droit à tout : la culture du viol est un mythe, en France on a plus rien à revendiquer, y'a des problèmes plus importants, et j'en passe et des meilleures (sans oublier les blagues sur la vaisselle sans quoi le 8 mars ne serait pas complet). J'ai même appris, dis donc, que le patriarcat était mort en 68 et que du coup les féministes luttaient sans doute contre des fantômes. Exorcisons une féministe "fear le patriarcaaaaaarrgh" Dans le torrent de merde, j'ai dégoté des faux alliés parmi les twittos que je suis. Il y aurait des luttes prioritaires, on pourrait résumer ça comme ça. Le Capitalisme Manif de femmes de 36 ans à cheveux verts qui dessinent pour vivre

The Power of Non-violence by Martin Luther King, Jr. Martin Luther King, Jr. June 04, 1957 From the very beginning there was a philosophy undergirding the Montgomery boycott, the philosophy of nonviolent resistance. There was always the problem of getting this method over because it didn’t make sense to most of the people in the beginning. Another thing that we had to get over was the fact that the nonviolent resister does not seek to humiliate or defeat the opponent but to win his friendship and understanding. Then we had to make it clear also that the nonviolent resister seeks to attack the evil system rather than individuals who happen to be caught up in the system. Another basic thing we had to get over is that nonviolent resistance is also an internal matter. The Greek language uses three words for love. God grant that as men and women all over the world struggle against evil systems they will struggle with love in their hearts, with understanding good will. Modern psychology has a word that is probably used more than any other word.

La réacosphère saute sur le #gamergate Parmi les revendications des internautes se regroupant autour du hashtag #gamergate, prédomine la volonté de se faire entendre. Sur les chans, les réseaux sociaux et les forums, le mouvement se plaint d’être invisible dans la presse, de ne pas avoir voix au chapitre, sentiment d’autant plus amer que le camp opposé possède des porte-paroles largement relayé∙e∙s. La presse jeu vidéo ne serait plus à l’écoute de son lectorat, mais exclusivement au service d’activistes féministes comme Anita Sarkeesian bien décidé∙e∙s à imposer leur vision politiquement correcte du jeu vidéo. Il ne faut certes pas négliger cette impression de dépossession, qui mène souvent à la radicalisation et à la violence comme l’a si bien montré Liz Ryerson. A défaut de pouvoir dégager clairement ce que veulent les anonymes du #gamergate, comment rendre compte de leur point de vue ? Ca déconne à plein Youtube Internet Aristocrat Sarkeesian Effect Davis Aurini, suave, dans son salon, graouw... Une presse à réaction Milo

the life and times of j.m. - Can we white feminists call ourselves intersectional? Du communautarisme des minorités Je lisais quelqu'un expliquer doctement qu'il ne fallait pas que les musulmans tombent dans le communautarisme et que la France n'avait "jamais laissé s'installer un communautarisme très fort" (oh la menace ! ). Ayant en même temps découvert ce texte, c'est vous dire que j'étais d'excellente humeur. Le communautarisme. Rappelons quelques chiffres : Assemblée nationale : 26.9% de femme (l'immense majorité des députés sont blancs) Sénat : 22% de femmes (l'immense majorité des sénateurs sont blancs) Entreprises du cac 40 : les femmes représentent 24% des conseils d'administration, les minorités ethniques 4,5% Je veux donc bien qu'on m'explique que les musulmans font du communautarisme, que les femmes qui souhaitent la non mixité ponctuelle (quel affront !) (photo trouvée sur le blog d'Olympe) 3 femmes. 100% de blancs. Vous le voyez mon bon gros communautarisme d'hommes blancs ou pas du tout ? Est-il assez visible ce communautarisme qui est bien installé en France ? en quelque sorte.

The Martin Luther King Jr. Center for Nonviolent Social Change Tailspin - Pour mes élèves de Seine Saint-Denis Lorsque j’ai appris l’attaque de Charlie Hebdo, je rentrais de l’école. Un message, puis deux, sur mon téléphone. Puis je suis restée bloquée sur les chaînes d’information pendant un long moment sans pouvoir rien faire d’autre. Dans la salle des professeurs, l’une de mes collègues musulmanes réprime un sanglot en nous disant que sa religion est encore salie. Je veux vous parler de ce qui s’est passé hier. Alors ils m’ont dit ce qu’ils pensaient. Je leur ai expliqué. Et moi non plus, enseignante, je ne suis pas idiote. Il me semble de mon devoir, aujourd’hui, samedi 10 janvier 2015, de constater que nous avons face à nous une poignée de ces enfants. Lorsque je vois qu’un quotidien national, quelques jours après l’attentat contre Charlie Hebdo, part investiguer dans le 93 pour savoir comment ont réagi les élèves, je m’interroge, parce que l’odeur qui émane d’une telle démarche n’est pas très agréable à sentir.Pourquoi le 93 ?

Antigònê 2.0 - blacknoonajade: karkles-the-adorabloodthirsty: ... I was a Teenage Sexist Editor’s Note: This post originally contained a screen-grab of the repellent game Beat Up Anita Sarkeesian. We have since removed the disturbing image, and we apologize for not alerting our readers to graphic content in advance. I raised my hand. “I can’t stand female poets,” I said loudly, “because they constantly write about women’s issues instead of normal things.” My words hung heavy in the air. Worse, though, was the way a classmate in front of me whirled in her seat. Until that instant we had been friendly acquaintances. Now she stared at me in abject horror. A year later, in a bar on New Year’s Eve, I presented my theory as to why comediennes aren’t funny: “They do these minority jokes where you’re supposed to go ‘it’s so true,’ and it’s like, look, you aren’t in the minority; you’re half the world’s population.” Upon my announcing this, the dude whooped and slapped me a high-five. Yep, I was one of the guys. I was always one of the guys. I’d usually regarded girls with suspicion.

Martin Luther King’s “Letter from Birmingham Jail” Back in June 2013, I was suddenly inspired to read Martin Luther King Jr.’s thoughtful, powerful and provocative “Letter from Birmingham Jail.” It struck such a chord with me that I decided to write a post on it, in which I highlighted key excerpts. Today, January 20th, is Martin Luther King Day for those of us in these United States. Even if you have read Martin Luther King’s celebrated “Letter from Birmingham Jail,” I insist you read it again. We should never forget that everything Adolf Hitler did in Germany was “legal” and everything the Hungarian freedom fighters did in Hungary was “illegal.” I also think it’s important to recognize that many of his contemporaries referred to his tactics as “extremist,” very similar to how the term “terrorist” is used currently to demonize public dissent in America. But more basically, I am in Birmingham because injustice is here. Injustice anywhere is a threat to justice everywhere. To put it in the terms of St. Timeless prose. MLK Letter

Le racisme comme système - Une heure de peine... Lorsque l'on tape "racisme" sous google, la première proposition qui apparaît est "racisme anti-blanc". Et sur les liens proposés, il faut attendre le quatrième pour avoir une critique de cette notion. Les sociologues affirment souvent que le "racisme anti-blanc" n'existe pas : une idée mal comprise, parce que souvent appréhendée avec ce qu'il faut de mauvaise foi pour se lancer dans la fausse indignation contre la "bien-pensance". Derrière cette idée, ce qu'il y a en jeu, c'est la compréhension de ce qu'est le racisme. Une lecture superficielle de cette vidéo, dans laquelle s'engouffrent rapidement ceux qui ont à coeur de ne rien comprendre, consisterait à dire que l'idée que défend Aamer Rahman est celle d'un précédent historique : ce serait l'ancienneté du racisme "anti-noirs" (ou plutôt "anti-non-blancs") qui le fonderait comme seul "vrai" racisme et "excuserait" (dans un vocabulaire typique d'un certain conservatisme politique) le "racisme anti-blanc". Un malaise apparaît alors.

Le féminisme intersectionnel expliqué via... des pizzas ! Dans une vidéo postée sur sa chaîne SmoothieFreak, Akilah nous parle, avec humour, de l’intersectionnalité dans le féminisme. Terme popularisé par la féministe américaine Kimberlé Williams Crenshow, l’intersectionnalité peut être définie comme la situation d’individus exposés à plusieurs formes de domination ou de discrimination. Dans sa vidéo, Akilah réagit aux récentes polémiques provoquées par la journaliste Nellie Andreva qui écrivait dans un article que l’augmentation d’acteurs noirs à Hollywood réduisait les opportunités de travail pour les acteurs blancs. C’est en se servant de pizzas qu’Akilah réussit avec brio à nous expliquer les discriminations qu’on peut trouver au sein même du féminisme et les privilèges dues à la couleur de peau. À lire aussi : Nostalgia Chick : humour, féminisme et contradictions sur Internet Là où les choses se compliquent, c’est lorsqu’on comprend qu’il y a plusieurs sortes de pizzas et que certaines sont décrédibilisées au profit d’autres.

Non-feminist 'more hostile' towards men than feminists, study finds by Jess McCabe // 31 July 2009, 17:26 One of the hoary stereotypes about feminists is that we are 'man-haters'. I suspect that most feminists are more likely to roll their eyes at this sort of thing - I find it hard to take too seriously, although of course these stereotypes don't spring out of no-where, and they're often a type of silencing technique. (They're also quite interesting in what they can tell us, I think. For example, an explanation for the man-hating myth could be that our culture is so overly focused on men, and male-privilege is so deeply entrenched, that when feminists criticise the status quo it's read as being anti-men rather than addressing the marginalisation and oppression of women.) Anyway, some researchers at the University of Houston decided to investigate whether it's really true that feminists hate men. What they found was that feminists reported less hostility towards men than non-feminists. The study's take on this: Permalink

Related: