background preloader

L'impression 3D menacée par des brevets

L'impression 3D menacée par des brevets
Il existe une crainte croissante chez les bidouilleurs qui s'enthousiasment pour les possibilités offertes par l'impression 3D : qu'elles soient un jour minées par des brevets qui freinent la mise à disposition des imprimantes 3D et/ou qui les mettent sous le contrôle de quelques entités commerciales qui chercheront à imposer des formats propriétaires (notamment de consommables) rendant l'impression plus ruineuse. Pour s'assurer que l'impression 3D reste aux mains des hackers qui ont largement contribué à la populariser, à base de ressources libres et open-source (en particulier le projet RepRap), l'Electronic Frontier Foundation (EFF) a décidé de tirer intelligemment partie d'une nouvelle procédure offerte aux Etats-Unis lors de l'examen des brevets, avec l'aide des internautes. Pour le moment, l'EFF a identifié trois brevets déposés entre 2010 et 2012 pour laquelle elle demande au public de soumettre des antériorités :

http://www.numerama.com/magazine/25491-l-impression-3d-menacee-par-des-brevets.html

Principe de l’impression 3D - Impression 3D le site dédié à l’impression 3D et aux imprimantes 3D L’impression 3D permet de générer rapidement une pièce physique à partir d’un fichier CAO en le découpant en tranches puis en déposant ou solidifiant de la matière couche par couche pour, en fin de compte, obtenir la pièce terminée. Le principe est donc assez proche de celui d’une imprimante 2D classique Pour certaines, les buses utilisées sont d’ailleurs identiques aux imprimantes de bureau. C’est l’empilement de ces couches qui crée un volume. Il existe différentes technologies d’impression 3D professionnel allant d’un prix de 15 000 euros à 100 000 euros :

L'impression en 3D bientôt dans votre salon Le procédé devrait rapidement se démocratiser avec l'arrivée sur le marché d'imprimantes 3D très performantes à moins de 2000 dollars (1600 euros environ) d'ici à 2016, selon le cabinet Gartner. L'impression 3D a le vent en poupe. Elle est même présentée par certains comme la prochaine révolution industrielle. Grâce à cette technologie, il est possible de réaliser des objets en très petite série, voire à l'unité. Un nouveau procédé de lissage révolutionne l'impression 3D Austin Wilson et Neil Underwood de Caroline du Nord ont inventé un nouveau procédé permettant de totalement lisser les impressions en 3D en utilisant de l'acétone. Ce processus, en plus de l’obtention d’une finition d’excellente facture, permet également de contourner tout un tas de complexes brevets propres au polissage. La technique reste perfectible et demande encore quelques modifications mineures.

L’innovation en 3D à Euromold - Mécanique Au salon Euromold de Francfort, c’est dans le hall consacré aux technologies de fabrication additive que l’on pouvait découvrir les principales nouveautés et innovations : impression 3D en continu, pilotage d’imprimante depuis une tablette, imprimantes 3D grand public… Le système de fabrication en continu de la VXC800 de Voxeljet est, avec l’imprimante 3D de grande taille d’Objet, l’innovation concrète la plus marquante du salon Euromold qui se déroulait à Francfort (Hesse) du 27 au 30 novembre 2012. Le concept, présenté lors du salon Gifa de Düsseldorf en juin 2011, est devenu une machine commerciale à technologie sable, adaptée à la fabrication de moules à usage unique.

L’imprimante 3D, ce gadget qui change le monde Imprimante 3D de la marque Makerbot Le salon des techniques de l'information et de la communication (Cebit) se déroule cette semaine à Hanovre en mettant à l'honneur l'économie du partage. On entend beaucoup parler de l'émergence de cette économie, mais ce partage croissant de connaissances, de ressources, de contacts, d'échanges ou d'emprunt d'objets peut-il changer le monde ? Quels sont les nouveaux espaces d'innovation ? Sont-ils portés par l'ambition de bâtir un monde plus viable ?

Gigabot : la plus grande imprimante 3D destinée aux particuliers Coïncidence ou véritable désir de faire connaître à tous cette nouvelle technologie, vous aurez pu constater qu’il ne se passe pas un jour sans que l’industrie annonce de nouvelles avancées en matière d’impression 3D. Aujourd’hui, un projet Kickstarter est à la recherche de fond pour proposer au grand public une imprimante 3D grand format baptisée Gigabot. Conçut par Re:3D et capable de concevoir des objets d’un volume maximal de 216000 cm³ (soit des objets de 600x600x600 mm maximum) posé sur un plateau d’un peu moins de 60 cm de large, l’imprimante 3D Gigabot devrait permettre la réalisation de pièces de grande taille sans pour autant manquer de précision. Ceci grâce à la technologie FFF (Fused Filament Fabrication) permettant d’utiliser des fils de PLA ou d’ABS dans des diamètres allant de 1,75 à 3 mm d’épaisseur. Enfin, pour voir la bête en action, glisser simplement dans la suite.

L'impression 3D d'un fusil d'assaut ou le rêve américain d'un étudiant texan - Défense Le magazine américain Vice diffuse un reportage consacré à Cody Wilson, un étudiant texan qui a réussi à produire des pièces de fusil d'assaut grâce à une imprimante 3D. Prochaine étape : produire une arme entière grâce à cette technologie. Donner la possibilité à chaque Américain de fabriquer son arme grâce à une imprimante 3D, c'est le rêve un peu fou de Cody Wilson, un étudiant en droit de 25 ans résidant à Austin, au Texas. Motherboard, la chaîne vidéo du magazine Vice, consacre un reportage à ce cow-boy des temps modernes, ardent défenseur du second amendement. Dans ce documentaire, on peut voir Cody Wilson utiliser une imprimante 3D pour fabriquer différents composants d'un fusil d'assaut léger (technique de la phtopolymérisation).

Déjà des imprimantes 3D personnelles à moins de 800 euros Ce nouvel objet va-t-il envahir nos bureaux beaucoup plus vite qu'on ne l'aurait pensé ? Lorsque nous avions parlé des imprimantes 3D en 2008, pour évoquer une révolution communiste en marche, nous avions fait ce parallèle avec l'évolution du prix des imprimantes papier pour montrer que le coût actuellement inabordable de l'impression d'objets pourrait rapidement baisser : Le prix d'une imprimante personnelle est passé d'environ 1000 euros en 1982 à 300 euros en 1997... et seulement 20 euros aujourd'hui pour les moins chères. C'est-à-dire que le prix de l'imprimante personnelle a été divisé par 50 en une seule génération (et ceci sans même tenir compte de l'inflation). Aujourd'hui, Desktop Factory propose déjà des imprimantes 3D personnelles à moins de 5000 dollars.

2013/02/11 > BE Pays-Bas 43 > Construire une maison avec une imprimante 3D Impression 3DConstruire une maison avec une imprimante 3D Janjaap Ruijssenaars, 39 ans, d'Universe Architecture à Amsterdam [1, 2] a présenté son idée de construire un bâtiment à l'image d'un ruban de Möbius -un ruban enroulé sur lui-même qui ne possède qu'une seule face [3]- en utilisant une imprimante 3D gigantesque. Le projet a été développé dans le cadre du concours Europan [4], dans lequel de jeunes architectes issus de quinze pays européens présentent leurs projets.

Related: