background preloader

[DATA] Budget 2013 : 291 milliards, mais pour financer quoi ?

[DATA] Budget 2013 : 291 milliards, mais pour financer quoi ?
Voici le premier budget du nouveau Président Hollande. Emploi, travail, économie, mais aussi éducation, défense, sécurité, logement... Ce graphique représente la répartition des grandes politiques publiques 2013, décidée par la gauche. La taille de chaque rectangle est proportionnelle au montant des crédits alloués. Survolez chaque case avec votre souris pour avoir plus d'infos. Utilisez le clic gauche et le clic droit (Ctrl + clic pour les Mac) pour naviguer dans l'infographie. Cliquez ici pour revenir en arrièreCrédit : Jean AbbiateciSources : Lois de Finances 2009, 2010, 2011, 2012 et le projet de Loi de Finances 2013.

http://voila-le-travail.data-projet.com/budget2013/

Related:  Budgets de l'état français et non-Répartition des richesses PIBchoix politiques & économiquesde la DETTE... odieuse ! ♚Fiscalité

Le budget 2014 adopté en première lecture à l'Assemblée L'Assemblée nationale a largement adopté mardi 19 novembre l'ensemble du projet de budget 2014 en première lecture, le jour même de l'annonce par le premier ministre d'une refonte à venir de la fiscalité. La majorité des orateurs des groupes ont évoqué l'annonce surprise de réforme fiscale faite par Jean-Marc Ayrault, soit pour s'en féliciter, à l'image des écologistes ou des radicaux, soit pour prévenir, comme l'UMP, qu'elle ne devrait pas consister en une "anesthésie" pour continuer à augmenter les impôts. Lire : La contre-attaque fiscale de Jean-Marc Ayrault Le texte voté, qui reprend la quasi-totalité des mesures figurant dans le projet de loi présenté par le gouvernement, a été adopté par 320 voix contre 242, après la fin du passage en revue des dépenses, globalement en baisse inédite selon le gouvernement. Tous les socialistes, les radicaux de gauche et la très grande majorité des écologistes l'ont approuvé. Impôt sur le revenu

Une vague d'émeutes à venir en Europe ? Les Européens pourront-ils supporter la course à l’austérité qui sévit actuellement dans l’Union ? Une étude anglaise « More cutbacks mean more riots », (« Une hausse des coupes budgétaires entraîne une augmentations des émeutes »), publiée ce mardi 31 janvier, s’est penchée sur le liens entre les coupes budgétaires et les révoltes sociales et donne des éléments de réponse, alors que le nombre de manifestations constatées en Europe et dans le monde en 2011 a battu tous les records. Le professeur en sociologie Peter Taylor-Gooby de l’université du Kent s’est d’abord appuyé sur les travaux d’une première étude des économistes Jacopo Ponticelli et Hans-Joachim Voth, diffusée en août dernier, qui avait souligné une forte corrélation entre les périodes de réductions budgétaires et celles d’augmentation de l’« instabilité », à savoir les émeutes et manifestations ainsi que la délinquance et les assassinats constatés. (Fréquence des révoltes et échelle des coupes budgétaires)

18 propositions concrètes pour réguler la finance La violence de la crise aurait du provoquer une remise en question du système. Paradoxalement, la rapidité du sauvetage et les moindres conséquences de la crise par rapport à celle de 1929 font que rien n’avance. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir les solutions en main. Des intellectuels alternatifs se sont levés Venus de toutes les familles de pensée, de la gauche (Frédéric Lordon, Jacques Généreux, Emmanuel Todd, Jean-François Kahn ce week-end sur son blog dans un très bon papier), du libéralisme humaniste (Jean-Luc Gréau, Maurice Allais), du libéralisme étasunien (Paul Krugman, Joseph Stiglitz, Robert Reich) ou d’ailleurs (Jacques Sapir, Paul Jorion), un nombre toujours plus important d’économistes et d’intellectuels nous proposent des solutions pour refonder le système économique.

"Mon amie, c'est la finance"Le nouvel Economiste XEnvoyer cet article par e-mail « Mon amie, c’est la finance » Nouveau ! Pas le temps de lire cet article ? Classez le dans vos favoris en cliquant sur l’étoile. Pour une dévaluation fiscale LE MONDE | • Mis à jour le | Par Philippe Aghion, Gilbert Cette, Emmanuel Farhi (professeurs d'économie) et Elie Cohen (directeur de recherche au CNRS) L'idée d'un choc de compétitivité, c'est-à-dire d'un transfert de la charge du financement de la protection sociale des entreprises vers la contribution sociale généralisée (CSG) combinée à d'autres impôts de type TVA ou taxe environnementale, fait débat, y compris entre économistes se réclamant de l'héritage "keynésien". Partant du constat qu'un tel transfert implique une baisse à court terme du pouvoir d'achat du revenu des ménages en France, certains d'entre eux soutiennent qu'un choc de compétitivité ne peut que nuire à la croissance et à l'emploi car elle conduit à une baisse de la demande.

Avant l'écotaxe, les précédents reculs fiscaux du gouvernement Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Moïna Fauchier-Delavigne Le gouvernement socialiste qui avait, jusqu'à présent, été relativement épargné par les mouvements sociaux classiques, doit faire face à un "ras-le-bol" touchant la fiscalité des entreprises. Ménages, patronat et petits entrepreneurs, chacun obtient des concessions d'un exécutif qui semble prompt à faire marche arrière. Dernière en date, la volte-face, ce mardi midi, sur l'écotaxe poids lourds, dont le premier ministre a annoncé la suspension en réponse aux manifestations en Bretagne.

Les mesures d'austérité sont une supercherie” Actualité Docteur en sciences politiques des Université de Liège et de Paris VIII et président de la branche belge du Comité pour l’annulation de la dette du tiers-monde (CADTM), Eric Toussaint a coécrit et codirigé (avec le Français Damien Millet) un ouvrage intitulé “La dette ou la vie”. A l’aune de l’expérience de la problématique de la dette des pays du Sud, les auteurs livrent une analyse critique de politiques mises en œuvre au Nord, notamment dans la zone euro. Selon vous, telle qu'elle a été conçue, la zone euro était condamnée à connaître une telle crise… Le drachme, la peseta, l’escudo ont été surévalués par rapport aux autres monnaies, et notamment au deutsche mark, lors de la conversion en euro. Ce qui a donné un avantage compétitif aux pays comme l’Allemagne, les Pays-Bas, la France, la Belgique,… par rapport aux pays de la périphérie.

L’Islande, le pays des coupeurs de dettes Reykjavik, en Islande (SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA) Les Islandais ont compris quelque chose de fondamental : lorsqu’un débiteur ne peut plus payer, il n’est pas très malin de saisir son bien. Les banques américaines se sont retrouvées avec des tas de maisons murées sur les bras, dont la valeur chute, sans être tellement plus avancées. Nouailhac : La CGT d'EDF lourdement condamnée C'est une étrange affaire, et ce, depuis le début. Après plus de dix ans d'instruction sur l'un des financements les plus secrets du Parti communiste et de la CGT par le comité d'entreprise d'EDF, un procès s'était finalement tenu en juin dernier devant le tribunal correctionnel de Paris à la stupéfaction des intéressés eux-mêmes, plus habitués à être amnistiés qu'à être poursuivis. Pendant trois semaines, dans une indifférence quasi générale, volontaire ou soigneusement entretenue, le dossier du juge d'instruction Jean-Marie d'Huy, plus épais qu'une armoire normande, a été largement utilisé pour détailler les malversations et les détournements de fonds de la CCAS, la Caisse centrale d'activités sociales, qui fait office de comité d'entreprise à EDF.

Pour un choc d’offre sur le marché du logement Pour un choc d’offre sur le marché du logement Résumé : Le prix du logement devient écrasant pour de très nombreux ménages. Or la flambée des prix a été largement alimentée par les politiques successives de solvabilisation de la demande, qui ont subventionné les propriétaires vendeurs tout en poussant les classes moyennes à s’endetter lourdement. Budget de l'État français Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le budget de l'État français est un document répertoriant les dépenses et les recettes prévues de l'État français, voté chaque année par le parlement dans une Loi de Finances. Il ne comprend pas les budgets des collectivités territoriales (Régions, communes..) , ni celui des organismes de sécurité sociale, mais il prend en charge les retraites des fonctionnaires publics d'État. C'est un dispositif essentiel de structuration et de pilotage des Finances publiques, est un élément structurant de la démocratie représentative. En effet, il permet aux représentants élus par la population de peser et d'en contrôler les recettes (par le vote de l'impôt qui est de sa compétence exclusive) ainsi que les dépenses (pertinence et orientation des sommes disponibles à ce titre ). Il est un instrument financier au service du gouvernement permettant la réalisation de projets.

Le coût du projet de Sarkozy en 2007: 250 milliards L'UMP s'est livrée le 18 octobre à un magnifique exercice de mauvaise foi lors de sa Convention sur le projet socialiste. Derrière les intervenants, un compteur rappellant celui du Téléthon grandissait au fur et à mesure que l'UMP égrenait les propositions du projet PS, jusqu'à atteindre la somme faramineuse de 255 milliards d'euros. Sans même parler du chiffrage approximatif des différentes mesures, ce chiffre de 255 milliards concerne les 5 années de la mandature, alors qu'en matière budgétaire, on raisonne plutôt en année. Par exemple, quand le gouvernement parle d'un plan d'économies de 12 milliards, il faut comprendre 12 milliards par an et non en 5 ans.

Quand les actionnaires accaparent 60% des bénéfices des entreprises Les actionnaires nuisent-ils à la « compétitivité » de leur entreprise ? Combien coûte la rémunération du capital pour les entreprises cotées ? Chaque année, les dividendes versés aux actionnaires s’élèvent de quelques dizaines de centimes à plusieurs euros par action. Insignifiant ? Loin de là. Car les grandes entreprises françaises sont plutôt très généreuses avec leurs actionnaires.

Related:  Visualisations Citoyennes