background preloader

Devenir homme (3/4) : « Masculin féministe : des hommes pour l'égalité »

Devenir homme (3/4) : « Masculin féministe : des hommes pour l'égalité »
Un documentaire d'Etienne Noiseau et Nathalie Salles Image de campagne de l'unité psycho-sociale Deusto-San Ignacio de Bilbao et de l'association d'hommes pour l'égalité Piper Txuri © Guillermo Casas La question du mariage pour tous et celle de l'abolition de la prostitution ravivent les prises de position féministes. Sexisme quotidien, violences faites aux femmes, inégalité salariale, déficit de parité dans la représentation politique... : l'inégalité en droits des femmes et des hommes fait un retour remarqué dans le débat public en France. Alors que les défenseurs de la société traditionnelle n'ont pas de difficulté à se faire entendre, les voix des hommes favorables à davantage d’égalité sont à peine audibles. Pourtant certains osent même publiquement prendre fait et cause pour les droits des femmes. Nous allons à la rencontre d’hommes qui ne se reconnaissent pas dans le modèle de domination masculine, des messieurs tout-le-monde ou des militants pour l'égalité. Qui sont-ils ? Avec :

Le mouvement FEMEN : Un nouveau féminisme ? - Idées A partir du documentaire de Caroline Fourest et Nadia El Fani, "Nos seins, nos armes" diffusé mardi 5 mars sur France 2 à 22h45. Avec : Eric FASSIN Nadia EL FANI Geneviève FRAISSE Eric FASSIN : « Ce documentaire est un hommage engagé au FEMEN. […] On peut considérer que cette nudité veut dire plein de choses, les seins sont un signifiant flottant. Geneviève FRAISSE : « J’aimerais revenir sur l’expression « féminisme populaire » : elles sont dans la rue. […] Il faut abandonner le débat sur quel type de féminité est en jeu dans l’image qu’elles donnent. Nadia EL FANI : « Dans la contestation révolutionnaire de rue, heureusement que ce sont les jeunes qui s’en chargent. […] Pour Alia, c’est avant tout un acte artistique. Sons diffusés : - Extraits du documentaire de Caroline Fourest et Nadia El Fani, « Nos seins, nos armes ».

Féminisme : les nouvelles formes d'intervention militante. - Arts & Spectacles A partir du spectacle "Modèles" de Pauline Bureau, au Théâtre du Rond-Point. Avec : - Myriam MARZOUKI - Eric FASSIN - Stanislas NORDEY Myriam Marzouki : « Modèles est une série de témoignages énoncés dans une adresse directe au public, qui reprennent des extraits de Virginie Despentes, de Virginia Woolf, ou encore d’interviews. Quand on découvre qu’il n’y a que des femmes sur scène, et où les hommes ne sont présents qu’à travers leur discours, on est surpris. La légèreté de la chanson de Lily Allen est à l’image du spectacle, même si certains moments sont graves. Eric Fassin : « C’est une pièce féminine, dont le public est majoritairement féminin. Ce spectacle est à peu près exclusivement hétérosexuel : il n’est jamais question de lesbianisme. Au-delà du contenu, on constate aujourd’hui un retour des revendications. Sons diffusés : - Extrait de la pièce Modèles . - Lily Allen, « Fuck You ».

Les masculinistes, une menace pour les droits des femmes et des enfants Parlons du masculinisme, et des dégâts collatéraux du masculinisme. Je n’ai entendu ce mot que très récemment, et ceux qui en parlent sont alarmés. Je me suis donc penchée sur la question, et en effet il y a de quoi être alarmé. Le masculinisme est une tendance politico sociale qui voit un complot féministe partout, et qui a pour but de revenir au Moyen Age, du moins en ce qui concerne les droits des femmes. Mais, il s’agit aussi d’un retour au Moyen Age en ce qui concerne les droits des enfants. Le principal argument des masculinistes est de dire qu’ils sont victimes des femmes, qui veulent toujours plus de droits, et qui piétinent les hommes, d’ailleurs elles sont très violentes avec eux, ces pauvres petits choses si fragiles : elles les poussent au suicide[1]. Comme Cro Magnon alias Eric Zemmour[2], certains parmi ces masculinistes veulent décider eux-mêmes de l’avortement[3], de la contraception des femmes car celles-ci se montrent irresponsables. Hélène Palma La propagande Noyautage

Genre et sexualité : le grand chambardement ? - Idées Aujourd’hui, j’ai le plaisir de recevoir Anne Emmanuelle Berger et François Buot. « Promis, si on se marie, on s’habillera pas en drag queen », ce slogan, un parmi cent, choisi parmi le recueil édité par les Editions Tchou en guise de célébration pour le vote de la loi autorisant le mariage pour les couples de même sexe signe-t-il l’essoufflement de « la politique de visibilité » apparue dans les années 1960 dans l’espace américain ? Est-il le signe d’une normalisation à venir ou d’une démocratisation en douceur de nos mœurs et coutumes en matière de relations amoureuses et sexuelles? La politique – laquelle ? Nous allons demandé des éclaircissements à ce sujet à nos deux invités.

La loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public 2 ans après Le texte d'octobre 2010 est entré en vigueur le 11 avril 2011. Quel bilan aujourd'hui ? Qui sont les femmes qui ont choisi de porter le niqab ? Le bilan : Les 7 articles de la loi concerne a priori aussi bien les femmes intégralement voilées que les Anonymous. Avec un voile intégral interdit sur la voie publique et dans tous les lieux ouverts au public ou affectés à un service public, comme l'école. Dans le journal de 8h de Ludovic Piedtenu, Frédéric Métézeau précise ses effets et quelques chiffres malgré le silence du ministère de l'Intérieur à ce propos : Les différents voiles intégraux et le cas français Précisions pratiques, géographiques et religieuses de Mohamed-Ali Adraoui, enseignant chercheur à Sciences Po Paris auteur de "Du Golfe aux Banlieues : le salafisme mondialisé" : Qui sont ces femmes ? - Témoignages de femmes voilées : Reportage de Frédéric Métézeau à Paris, dans le 11e arrondissement, près d'une mosquée fréquentée par des fidèles très conservateurs : Et ailleurs ?

Le stage de self défense Maïna14.04.2013 Je pense qu'il y a une confusion, l'autodéfense (en tout cas pour le Diana Prince Club) ce n'est absolument pas "un coup pour un coup" ! Au contraire, on ne menace jamais ni on attend l'agression en autodéfense, on se défend sans attendre dès lors qu'on a posé nos limites et qu'elles sont transgressées par un agresseur. répondre Chan10.04.2013 WENDO : autodéfense canadienne pour les femmes par des femmes instructrices. Prochain stage intensif à MARSEILLE les 18 et 19 mai 2013 avec WENDO PROVENCE (une association loi 1901 sans but lucratif). Notre site web : WWW.WENDO-PROVENCE.FR répondre orchidée09.04.2013 J'ai un frère avec qui je chahutais même à un âge adulte. répondre pochelu09.04.2013 Bonjour, Bravo pour votre émission ! répondre Batou08.04.2013 J'apprécie vos émissions en général pour leur pertinence et leur originalité. DONC, il n'y a jamais de limite avec un prédateur. JL Batou professeur PS : il existe des références si vous en souhaitez ! répondre anna danjon08.04.2013

Porter le hidjab, la nouvelle priorité de l’université algérienne Rien de nouveau à l’université algérienne. La recherche scientifique et l’université, ce couple qui perdure dans l’attrait et le rejet mutuels. Si l’un est dans l’action, l’autre la commente. Les deux se regardent en chiens de faïence. Pour faire bonne figure, le gouvernement aime à saupoudrer ses mesures de soutien au nom du développement du pays. Mais, en réalité, le monde universitaire algérien s’enfonce dans la médiocrité et la décadence. Et d’ailleurs, dés les premiers jours de cette campagne à laquelle ont pris part aussi des enseignants et des imams, une cinquantaine d’étudiantes sont revenues sur le droit chemin. Ces dernières se montrent passives, pour ne pas dire qu’elles ont accordé leur aval, face à un groupuscule financé par des fonds à la provenance douteuse.

Dimanche 5 mai à 20h: "Mais comment elles ont fait?" Podcast: Lire dans une autre fenêtre | Embed Ce dimanche 5 mai 2013 à 20h, je vous propose de découvrir la première partie de Mais comment elles ont fait ? , un documentaire sonore qui résonne fortement avec la récente actualité française autour du vote par l’Assemblée Nationale, de la loi sur le Mariage pour tous, mardi 23 avril dernier, loi qui ouvre désormais en France le mariage et l’adoption aux couples de même sexe. En effet, ce docu d’Hélène Antoine et Stéphanie D’Haenens, réalisé en Belgique en septembre 2012, explore quelques agencements de l’ homoparentalité et invite à une réflexion sociale et politique sur le désir d’enfants et les manières de les concevoir aujourd’hui . Telle une caisse de résonance d’histoires singulières qui défont les normes, il donne à entendre le « privé libéré » de 5 couples de femmes . Mais comment elles ont fait? 1er épisode : Du désir » 35’11 >>>> VERSION INTEGRALE DE CE DOCU DISPONIBLE EN PODCAST sur cette page A PARTIR DE LUNDI 6 MAI 2013.

Une femme cinéaste lève le voile sur l’Arabie Saoudite Cinéma Qui vous a initiée au cinéma dans un pays où il est interdit ? J’ai grandi dans une petite ville, dans une famille très classique. Etait-il permis de regarder ces films ? Dans les salles, c’est interdit, mais chez soi, on peut. Comment l’êtes-vous devenue ? Quand j’étais jeune, j’avais le sentiment d’être invisible. Quel était le thème de ce premier court métrage ? C ’était un thriller autour de la rumeur d’un tueur en série qui va d’une maison à l’autre pour tuer des femmes. C’est plus qu’ironique, c’est provocant. Pour moi, couvrir le visage de la femme, c’est la ségrégation, une façon de l’empêcher d’interagir avec le monde. Quelle fut la réaction de vos parents quand vous avez décidé de devenir cinéaste ? Mon père est mort mais il m’a vraiment encouragée, il m’a dit que ce serait difficile mais que j’en étais capable. Avez-vous choisi le vélo pour une raison précise ? La jeune fille représente la tradition, ma petite ville natale, ma famille, mon monde. Je pense qu’elle est fière.

Related: