background preloader

Poly_cours_intro0708

Poly_cours_intro0708
Related:  La démarche scientifique de la psychologie cognitiveDémarche scientifique en psychologiepsy cognitive

La démarche de la Psychologie cognitive: l'expérimentation Section 2. Approche disciplinaire: mise en perspective des démarches La psychologie cognitive est une science expérimentale qui privilégie l'observation contrôlée du comportement humain dans le but de construire des modèles du fonctionnement cognitif. Elle procède donc, comme toute discipline expérimentale, par un cycle récurrent "Modèle -> Hypothèses -> Expérimentation...". Malgré cette approche unitaire, il existe au sein même de la psychologie cognitive différentes approches des processus d'acquisition des connaissances. L'approche structuraliste L'approche fonctionnaliste La psychologie différentielle L'approche socio-cognitive Generated with Harlequin WebMaker TECFA Research * AGORA PNR33 - NFP33

Big Data : est-ce que le déluge de données va rendre la méthode scientifique obsolète Nous voici entré dans l’ère des Big Data des ensembles de données tellement gigantesques qu’ils nécessitent de nouveaux outils techniques et scientifiques pour les comprendre et en tirer du sens. Un déluge de données qui pose des questions profondes sur leur collecte, leur interprétation, leur analyse… Dans ce siècle des réseaux, la science des algorithmes, censée extraire le sens de ces amas d’information doit apprendre à comprendre ce qu’elle analyse. L’enjeu des Big Data nous adresse des questions scientifiques, mais aussi politiques et éthiques. Les Big Data, c’est le dossier de la semaine d’InternetActu qui commence par un retour sur un article fondateur de 2008 qui posait les bases de la révolution à venir. « Il y a soixante ans, les ordinateurs ont rendu l’information lisible. Il y a vingt ans, l’internet l’a rendu accessible. Image : La fin de la théorie scientifique ? Hubert Guillaud

"psychologie clinique cognitive " About this page Our systems have detected unusual traffic from your computer network. This page checks to see if it's really you sending the requests, and not a robot. Why did this happen? This page appears when Google automatically detects requests coming from your computer network which appear to be in violation of the Terms of Service. This traffic may have been sent by malicious software, a browser plug-in, or a script that sends automated requests. Sometimes you may be asked to solve the CAPTCHA if you are using advanced terms that robots are known to use, or sending requests very quickly. IP address: 94.23.9.226Time: 2014-04-27T02:49:58ZURL:

Sciences cognitives Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les six disciplines scientifiques constituant les sciences cognitives et leurs liens interdisciplinaires, par l'un des pères fondateurs du domaine, G. A. Miller[1]. Les traits pleins symbolisent les disciplines entre lesquelles existaient déjà des liens scientifiques à la naissance des sciences cognitives ; en pointillés, les disciplines entre lesquelles des interfaces se sont développées depuis lors. En France, où la tradition disciplinaire est forte, la question de leur statut entre en résonance avec des problématiques liées à la structuration de la recherche. à une science fondamentale, dite science de la cognition, dont les spécialistes, parfois appelés cogniticiens[3], sont réunis en sociétés savantes et publient dans des revues scientifiques internationales transdisciplinaires.à un secteur applicatif industriel du domaine de l'ingénierie de la connaissance : la cognitique. Histoire des sciences cognitives[modifier | modifier le code]

Psychologie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La psychologie (du grec psukhê, âme, et logos, parole) est l'étude des faits psychiques et des comportements. C'est une discipline qui appartient à la catégorie des sciences humaines. Divisée en de nombreuses branches d’étude aussi bien théoriques que pratiques, la psychologie a des applications thérapeutiques individuelles ou collectives, sociales, et parfois politiques ou morales. Dans un sens plus général, la psychologie est la connaissance empirique ou intuitive des sentiments, des idées, des comportements d'une personne et des manières de penser, de sentir, d'agir qui caractérisent un individu ou un groupe[1]. Étymologie[modifier | modifier le code] Définition[modifier | modifier le code] Selon le traité De l'âme (Peri psychès) d'Aristote, la psychologie porterait sur : L'objet d'étude de la psychologie est un débat non clos depuis des siècles. Histoire[modifier | modifier le code] Axe des conduites[modifier | modifier le code]

Les enjeux de la psychanalyse à l’aube du XXIe siècle André Green On dit la psychanalyse en crise. On parle de crise de civilisation, on parle de crise des valeurs morales, on parle de crise de l’art, on parle même de crise de la démocratie. Pourquoi la psychanalyse y échapperait-elle ? Ce qui est en crise pour la psychanalyse, c’est peut-être en rapport avec ce que Michel Foucault avait appelé la mort de l’Homme, à la suite de son analyse de l’archéologie des sciences humaines. Mais, en fait, Foucault est mort avant que n’apparaisse, dans toute son ampleur, le mal qui menaçait, et qui est aujourd’hui, je crois, patent. J’ai remarqué, lors de mes visites à New-York, l’étonnement renouvelé que suscitait en moi la contemplation de la statue de Bourdelle, au pied du Rockefeller Center, qui représente Prométhée. Au fond, le but de la démarche neuroscientifique et cognitiviste, ce serait de rendre la lecture de Shakespeare inutile. Revenons à la critique de la psychanalyse. Je distinguerai trois tendances (je parle de l’adulte) :

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! Deux systèmes de pensée dans le même cerveau ? Décès du célèbre patient amnésique “K.C.” Nouveau cas unique d’amnésie déclenché après une visite chez le dentiste ! Le cortex moteur pas nécessaire pour exécuter une séquence de mouvement automatisée « La cognition incarnée », séance 4 : Plasticité et mémoires : l’inévitable hippocampe La trace de nos apprentissages observée dans l’hippocampe et le cortex D'un point de vue clinique et physiologique, plusieurs observations nous incitent à penser que la mémoire à long terme engloberait différents types de mémoire. L'une de ces distinctions qui apparaissent comme des plus fondamentales est celle que l'on fait entre les mémoires explicites (ou déclaratives) et celles qui sont implicites (ou non-déclaratives), selon que l'on peut ou non en exprimer verbalement le contenu. Traditionnellement, les études se sont concentrées sur la mémoire explicite où nous pouvons nous rappeler consciemment les faits et les choses.

Théories et méthodes scientifiques en psychologie. Infothèque francophone Ressource pédagogique Description bibliographique Auteur : Masse, Laurence (Université Vincennes-Saint-Denis, Paris 8. Éditeur : Université Vincennes-Saint-Denis, Paris 8. Page source : UFR PPCS - rubrique Licence, Langue : français Date de publication : Description du contenu Spécialité : Sciences de l'homme - Psychologie, psychanalyse - Psychologie, psychanalyse : généralités Mots clés : psychologie ; psychologie expérimentale ; démarche scientifique ; Gestalt ; béhaviorisme Table des matières : I. Résumé : Cette ressource propose en ligne la 1ère partie d'un cours consacré aux théories et méthodes scientifiques en psychologie. Informations pédagogiques Niveau d'études : 1er cycle Objectifs pédagogiques : Savoir ce qu'est la démarche scientifique et sa relation avec la psychologie expérimentale Accès à la ressource gratuit Format : PDFTaille du fichier : entre 500 ko et 1 Mo Notes : Docuemnt de 31 pages. URL de référence :

l'observation par Marc Alain Descamps L’observation en psychologie sociale est une des méthodes les plus simples et les plus efficaces. Elle peut encore faire trouver beaucoup de découvertes, et n’est pas du tout démodée. La plus grande partie des phénomènes de psychologie sociale (et encore plus ailleurs) n’a pas encore été observée. C’est donc une méthode infiniment utile. Elle est un très bon correctif des questionnaires, souvent peu fiables. Elle permet, en effet, de saisir ce que les sujets font réellement et non ce qu’ils prétendent faire. L’observation est, du point de vue de la relation, soit invisible soit participante, et, du point de vue de sa forme, elle va de la simple remarque naïve à une organisation tellement structurée et systématique qu’elle ne se différencie pas de l’expérimentation. Mais en psychologie sociale l’observation ne doit être que systématique ; une observation non-systématique relève de l’ethnographie, ou à la rigueur de la première pré-observation. A) DIRECTE. A) DECLAREE.

Rencontre avec Albert Bandura : l’homme et le scientifique 1L’objet de cet article est de présenter l’homme et l’œuvrequi se trouvent au cœur de ce numéro spécial de L’Orientation scolaire et professionnelle. Pour certains, ce sera l’occasion de faire connaissance avec Albert Bandura, tant avec l’homme qu’avec le scientifique ; pour d’autres, ce sera l’occasion de renouer, avec ce professeur distingué (âgé aujourd’hui de 82 ans), les fils d’une relation interrompue, mise de côté, ou simplement oubliée. Dans tous les cas, faire ou refaire connaissance avec l’un des esprits les plus éminents dans les sciences humaines d’aujourd’hui ne peut être qu’un moment de découverte et de réflexion sur la place que nous occupons dans un monde toujours plus complexe et sur les moyens dont nous pouvons nous doter pour construire un meilleur avenir tant pour nous que pour nos enfants. Si, après avoir lu ce texte, le lecteur éprouve le désir de mieux connaître la pensée et les travaux d’Albert Bandura, le but que nous nous sommes fixé aura été atteint.

Introduction la psychologie - Carol Tavris, Carole Wade Karl Popper ou la récusation de l’induction comme démarche scientifique Pourquoi vouloir des preuves scientifiques de l’efficacité d’un traitement Accueil > Sommaire > Preuves L’inscription de l’activité de soin dans le paradigme scientifique vise à limiter l’influence de des déterminants arbitraires dans le choix des traitements : c’est la confrontation à la réalité qui corrobore ou infirme les hypothèses thérapeutiques. L’obtention de preuve est ainsi essentielle pour éviter la situation inéquitable où un bénéfice (commercial ou autre) serait obtenu par le promoteur du traitement sans qu’il soit assuré que le patient ou la société en tire un quelconque bénéfice. Dans ce cadre, l’utilisation en pratique courante d’un traitement nécessite de disposer des preuves rigoureuses et impartiales qu’il permet effectivement d’atteindre l’objectif thérapeutique pour lequel son utilisation est envisagée (c'est-à-dire le bénéfice clinique que l’on souhaite apporté au patient : guérison, éviter le décès prématuré, etc.). Il récuse l’induction comme démarche scientifique.

Auto-efficacité: le sentiment d'efficacité personnelle - Albert Bandura

L'anonyme pourrait être Laurent Sparrow, maître de conférences en psychologie cognitive et travaillant dans l'unité de recherche pré-citée. by arghh Feb 28

Related: