background preloader

À quoi ressemblera l'homme dans 1000 ans ?

À quoi ressemblera l'homme dans 1000 ans ?
En l'an 3000, l'évolution de l'espèce humaine donnera naissance à des individus plus grands, aux grands yeux mais avec de plus petits cerveaux, d'après des prévisions de science-fiction du quotidien The Sun. Le tabloïd britannique à scandale The Sun a une nouvelle fois preuve d'une grande liberté éditoriale avec les faits et la rigueur scientifique en présentant sa vision de l'homme après 1000 années d'évolution. Et d'après la vue d'artiste que propose le quotidien, l'évolution ne sera pas tendre avec l'espèce humaine! Pour arriver à ces conclusions plus que fantaisistes, le quotidien ne s'est évidemment pas appuyé sur une quelconque étude scientifique soumise à un comité de relecture, mais a plus simplement fait appel à une étrange brochette de pseudo-spécialistes: un dentiste, un ostéopathe et un chirurgien esthétique. L'évolution humaine se poursuit encore

Race humaine, couleur de la peau et génétique Y-a-t-il des races humaines ? Pourquoi autant de couleurs de peau ? Historique des tentatives de classification humaine Dans la Bible les hébreux classaient déjà les animaux selon des critères pratiques : purs et impurs, comestibles ou pas... En 1684 le médecin et philosophe français François Bernier fut le premier à imaginer* qu'il existait quatre ou cinq races d'hommes avec une méthode assez simple et en partie géographique : selon le lieu et quelques critères de physionomie on peut distinguer des "races humaines" différentes. En 1775, le naturaliste Johann Friedrich Blumenbach proposa, en s'appuyant sur Linné, une nouvelle classification des Homo sapiens : De generis humani varietate nativa. Toutes ces tentatives de classification vont marquer les époques et notre façon de voir le monde.

L’extinction de la race humaine dans moins de 100 ans | Aide Mémoire Frank Fenner, un scientifique renommé australien, celui qui a annoncé en 1980 l’éradication mondiale de la variole a lancé cette mauvaise augure. Il n’est pas le seul, plusieurs autres scientifiques appuient cette hypothèse, notamment, Paul Crutzen, Prix Nobel de Chimie. Cette hypothèse est basée sur le fait que, dû aux changements climatiques engendrés par la surpopulation, la surconsommation et la pollution engendrée par la race humaine, la Terre est entrée dans une ère géologique de même ampleur que les grands cycles naturels, appelée Anthropocène. Ce cycle admis par la communauté scientifique a débuté dans les années 1800, où l’homme a commencé à maîtriser les énergies fossiles et à défier la nature en matière d’énergie. Ainsi, l’Anthropocène succède à l’Holocène débutée il y a 10 000 ans. D’après les estimations démographiques de l’ONU, nous avons dépassé le seuil Alors imaginez la consommation que cela nécessite! Mais il y aussi des coût environnementaux insoupçonnés. Références:

L'homme a-t-il appris à marcher à l'ombre de la forêt ou de la savane ? - 03/08/2011 L'ancêtre de l'homme s'est-il vraiment redressé sur ses deux pieds pour s'adapter aux hautes herbes de la savane ? Pour éclairer ce débat sur l'évolution, qui déchire les spécialistes, des chercheurs ont étudié la végétation africaine sur 7 millions d'années. La théorie dominante pendant longtemps voulait que l'Afrique de l'Est, berceau des ancêtres de l'homme moderne, ait été couverte de forêts tropicales durant des millions d'années, jusqu'à ce qu'elles ne cèdent progressivement la place à la savane voici quelque cinq millions d'années. D'où la "théorie de la savane", émise en 1925, qui expliquerait comment certains "homininés" - ancêtres des australopithèques, des hommes modernes, des chimpanzés et des gorilles - se sont adaptés à ce nouvel environnement en se redressant et en devenant bipèdes. Mais cette théorie classique a été récemment mise à mal. Plus précisément, la couverture végétale ne dépassait pas 40% dans l'immense majorité des zones de l'Awash et de l'Omo-Turkana.

La lignée humaine 1. Les restes humains en Préhistoire Leur présence dépend du nombre d'individus existant à l'époque considérée et des conditions de conservation (fossilisation). Les parties "molles" (chair, cartilage) sont difficilement conservées, la momification naturelle est rare, même pour les périodes récentes. Fouilles préhistoriques et état des restes osseux. 2. Depuis 5 millions d'années environ, des restes de primates ont été découverts qui montrent des caractères humains. 3. Afrique, Asie, Europe Les restes des hommes eux-mêmes sont rares. Les restes osseux sont incomplets: quelques dents, une mâchoire, quelques os longs, rarement un fragment de tête osseuse, exceptionnellement une tête complète ou un squelette presque complet. Homo habilis (2,4 à 1,6 millions d'années) Il a vécu en Afrique de l’Est et en Afrique du Sud. Homo rudolfensis : les restes trouvés en Afrique orientale(Lac Rodolphe) indiquent des individus plus robustes et corpulents que les Homo habilis. 4. 6. . 7. 8. 9.

Bases du comportement humain : Relations et domination Bases du comportement humain Les Philosophes se sont souvent interrogés, et s'interrogent encore, sur les mécanismes qui font agir les Hommes, sur leurs motivations conscientes et inconscientes, qui poussent à tel ou tel comportement. Comment chacun trouve-t-il, ou ne trouve-t-il pas sa place dans la Société ? d'où vient l'ambition de certains, les désirs, les motivations ? Beaucoup de théories ont été échafaudées, plus ou moins étayées par des observations, et souvent contestées. Ainsi, contrairement aux sciences dures, il est difficile d'appliquer strictement les critères de réfutabilité de Popper (voir article) au vu d'observations apparemment contraires à la théorie. Cependant, toutes imprécises qu'elles soient, ces règles peuvent permettre d'expliquer ou de décrypter certains comportements, de comprendre leur cause et donc d'être à même de réagir de la manière la plus appropriée. Pour qu'une théorie du comportement soit acceptable, elle doit de plus être explicable. La socialisation

L'espèce humaine ne peut durer que si elle demeure mortelle' Il y a de tout chez les transhumanistes qui nous préparent une société de cyborgs, observe le neurobiologiste Jean-Didier Vincent : quelques génies illuminés, des scientifiques de très haut niveau, et une collection incalculable d'imbéciles. Pour le meilleur et le pire des mondes... Qu'est-ce qui vous a pris d'écrire une nouvelle Apocalypse ? Jean-Didier Vincent - Je n'ai rien fait d'autre qu'un voyage dans le futur de l'homme, et si j'ai effectivement pensé à l'Apocalypse, ce ne sera pas pour autant un texte sacré. J'ai eu envie de voir ce qu'il y avait dans le ventre de ces gens qu'on appelle les « transhumanistes ». Ce sont des idéologues qui visent au dépassement de l'espèce humaine, qu'ils considèrent comme imparfaite, par une cyberhumanité. Avant l'avènement du posthumain, nous voici donc arrivés dans une phase de transition, celle du transhumanisme. Où sont les transhumanistes et comment travaillent-ils ? Ce qui ne signifie nullement l'immortalité de l'homme lui-même.

Related: