background preloader

Bien-être et plaisir au travail: les compétences psychosociales

Bien-être et plaisir au travail: les compétences psychosociales
Les 10 compétences psychosociales définies par l’OMS sont autant d’aptitudes considérées comme essentielles et trans-culturelles qui permettent de “répondre avec efficacité aux exigences et aux épreuves de la vie quotidienne”, tout en maintenant “un état de bien-être mental”. Étonnamment, ces compétences ont été cantonnées à l’éducation, alors qu’elles nous concernent tous et font partie des facteurs déterminants du bien-être et du plaisir au travail. « Les compétences psychosociales sont la capacité d’une personne à répondre avec efficacité aux exigences et aux épreuves de la vie quotidienne. C’est l’aptitude d’une personne à maintenir un état de bien-être mental, en adaptant un comportement approprié et positif, à l’occasion des relations entretenues avec les autres, sa propre culture et son environnement. Les compétences psychosociales ont un rôle important à jouer dans la promotion de la santé dans son sens le plus large, en termes de bien-être physique, mental et social. Voir aussi Related:  bubulle69

Le cartable des compétences psychosociales | IREPS Pays de la Loire Rappel de définition « Faire face à son stress suppose d’en reconnaître les sources et les effets et de savoir en contrôler le niveau. Nous pouvons alors agir de façon à réduire les sources de stress, par exemple, en modifiant notre environnement physique ou notre style de vie. « Compétences émotionnelles : Compétence de gestion du stress qui impliquent la gestion du temps, la pensée positive et la maitrise des techniques de relaxation. » OMS, 2003 Mots clefs Adaptation, stress positif et négatif, tensions, anxiété, stresseurs, conscience de soi , techniques de relaxation (respiration, yoga, méditation...), stratégies d’adaptation, stratégies de coping, dimensions cognitives, corporelles et émotionnelles, résolution de problèmes (en lien avec CPS créativité et résolution de problème) Objectifs ou ce que l’on cherche à faire… Reconnaître les sources de stress, ses tensions physiques et mentales Acquérir différentes stratégies d’adaptation/ stratégies de coping centrées sur : A quoi ça sert ?

Des solutions simples pour améliorer le quotidien au travail En vertu sans doute du principe de l’emmerdement maximum, notre quotidien professionnel est souvent infesté d’enquiquinements divers qui nous hérissent le poil aussi facilement qu’un boucher expérimenté découpe un chateaubriand dans le filet. Bye bye le plaisir au travail, l’accumulation de petits désagréments et de contrariétés majeures devient vite pénible et génératrice d’anxiété, de tensions et de stress. Nous pouvons remédier à certains avec un peu d’imagination et de volonté, grâce à la mise en place de petits objectifs simples. Au delà de notre activité professionnelle en elle-même, c’est souvent notre environnement au travail qui est à l’origine de nombre de ces contrariétés et d’une déperdition navrante du nourrissant plaisir au travail. D’abord le lieu, son organisation spatiale et temporelle, son organisation tout court, le matériel… Ensuite: les autres. – De réparer votre ordinateur avec un démonte-pneu. – De passer votre boss au moulin à légume. Aller plus loin

Le slow management, au service d'une meilleure productivité - Cinq jours à la une - Société Séance de yoga pendant la pause déjeuner pour quelques salariés de Patagonia © Patagonia Le franco-américain Yvon Chouinard détient un MBA : un "management by absence". Il estime qu’il faut laisser ses salariés aller surfer. Il faut leur faire confiance, s’ils adhèrent à la philosophie de l’entreprise, cela suffit. Cet alpiniste est devenu patron malgré lui, quand il a inventé son matériel puis ses vêtements de montagne. Aujourd’hui, la marque n’est peut-être pas la plus connue dans les sports de glisse sauf par les consommacteurs. Le slow management consiste à éliminer les facteurs de stress de ses salariés et améliorer leur cadre de travail : espace de sieste, relaxation, covoiturage, flexibilité dans les horaires, cuisine collective, ruchers dans le jardin.

Innovations managériales : le point de vue des dirigeants Ce texte est une réflexion sur les principales contributions de la table ronde les dirigeants lors du colloque conclusif du séminaire, Innovation managériale, (2014 – 2016), du Collège des Bernardins. Ce séminaire, co dirigé par Charles-Henri Besseyre des Horts, Maurice Thévenet, et Michel de Virville, se proposait de réfléchir aux transformations actuelles du management, en s’intéressant à la place de l’humain, dans la connexité, dans la diversité des hiérarchies et la mondialisation. À chaque entreprise, sa solution pour réinventer le management comme l’écrit Hervé Dumez mais ce qui est sûr c’est que les facteurs exogènes mis en évidence par Pierre-Yves Gomez sont déterminants pour faire émerger des innovations managériales qui sont, pour ce dernier auteur, des innovations au carré favorisant les capacités d’innovation de l’entreprise. Les facteurs exogènes déterminants dans l’innovation managériale L’innovation managériale questionne la posture du dirigeant

Les 7 besoins capitaux des adolescents Je souhaitais partager avec vous un extrait du livre de Michel Fize « Antimanuel d’adolescence ». Nous y trouvons la description des 7 besoins capitaux des adolescents. Leur insatisfaction conduit à des comportements agressifs, colériques et même violents. Lorsque ces besoins sont remplis, les adolescents sont plus aptes à collaborer et à s’épanouir. Les voici : Besoin de confiance La confiance est inconditionnelle et ne se marchande pas. Besoin de sécurité Le sentiment de sécurité passe par des repères, des références, des convictions parentales, en aucun cas par l’imposition de limites ou d’interdits, ou par l’autorité, qui ne sont que les expressions du pouvoir. Besoin de responsabilité L’adolescent a moins besoin d’être responsabilisé que d’assumer des responsabilités à la fois personnelle et sociales. Besoin d’espoir Ce qui manque le plus aux adolescents dans un monde très exigeant : réussir en classe, réussir en amour, choisir le bon métier. Besoin de dialogue Besoin d’autonomie Source :

10 façons de se faire plaisir au travail Recevez un extrait de notre guide de survie aux réunions pour transformer vos réunions en moments funs et productifs ! Non il n’est pas honteux de se faire plaisir au travail et oui il existe des façons de prendre du plaisir au travail (je ne parle pas de relations adultères avec un/une collègue de travail qui sort strictement de mon domaine de compétence). Même si c’est vrai que le mot travail vient du latin tripalium qui est un instrument de torture (« Oui, nous pouvons travailler avec plaisir » ), il faut arrêter de voir le travail comme un sacerdoce, une punition divine qui s’abat sur chacun de nous, enfin quand on a la chance d’en avoir un ! Et si la dopamine devenait la meilleure arme du manager, et si pour motiver ses équipes les managers ne proposaient plus un presse papier aux couleurs de l’entreprise ou une augmentation infinitésimale mais du plaisir à ses collaborateurs ? Bien sûr le plus important pour prendre du plaisir au travail c’est:

ASSE : le site officiel Manager de demain : Quelle légitimité pour quelle crédibilité ? Réussir sa vie plutôt que réussir dans la vie : un changement de cap pour le management ? Au 20ième siècle, l’immense majorité de la population active souhaitait réussir dans la vie. Le fameux contrat social incarnait à merveille cette intention en scellant la question économique et sociale : production contre protection ! A partir des années 1970, les crises socio-économiques à répétition ont sérieusement écorné ce contrat social (que personne n’a d’ailleurs jamais vraiment signé) et aujourd’hui on préfère réussir sa vie plutôt que réussir dans la vie. Du meneur au porteur : le manager change de mission Le manager d’hier était plutôt un meneur d’homme. La simplicité : une première vertu indispensable pour le manager de demain Pour donner du sens à la signification des choses, le manager de demain fera preuve de simplicité. La sélectivité : une deuxième vertu indispensable pour le manager de demain L’agilité : une troisième vertu indispensable pour le manager de demain

Cycle de vie d'un projet : définition des étapes Définition de cette notion Il s'agit du processus de gestion de projet, composé de ses différentes étapes partant de l'identification des besoins jusqu'à la clôture du projet. Le cycle de vie du projet se décompose en 4 étapes principales 1 - Etape de cadrage Cette première phase d'étude et d'analyse se nomme également : initialisation, démarrage ou encore avant-projet (avec des nuances dans le contenu suivant les approches utilisées). Le projet est initialisé à partir d'un besoin (problème à résoudre ou opportunité à saisir), un objectif est défini, une analyse est menée pour identifier la meilleure façon de travailler sur la réponse à apporter. Pour certains projets, des options de solution peuvent être évoquées dans un "business case". Cette phase entérine la décision de lancer le projet ou non ( GO ou NO GO ). 2 - Etape de conception et de planification L'équipe projet définit dans le détail ce qui doit être fait, comment et avec quels moyens. 3 - Etape de réalisation du projet

10 trucs pour augmenter le plaisir au travail et moins procrastiner Où je démontre que, contrairement à beaucoup de gens, j’ai d’excellentes raisons de céder à la procrastination estivale*. Et comme procrastiner ne signifie pas ne rien faire, mais faire autre chose de plus intéressant, plus fun ou moins pénible, je vous propose à la place des pistes pour construire davantage de plaisir au travail. Là, vite fait, l’air de rien, j’aurais pu vous réécrire une histoire glamour et glorieuse… J‘aurais bien donné dans les petits arrangements avec moi-même emballés dans les papiers cadeaux des bonnes excuses et je vous en aurais fait un billet sur les bienfaits d’une procrastination choisie, parce qu’en effet, elle n’est pas à négliger, en particulier pour les précrastinateurs, les excessivement disciplinés, les nez dans le guidons et les cohortes de bons petits soldats qui s’épuisent à vouloir toujours bien/mieux faire sans penser à eux-mêmes. J’aurais pu vous raconter une histoire édifiante dans ce genre-là, ça aurait eu de la gueule.

Les métiers du commerce Salarié Être salarié On peut travailler dans le commerce quel que soit son tempérament. Chef d'entreprise Commerce en indépendant Les petites entreprises du commerce Épicerie, boulangerie, primeur, magasin d'électroménager, boucherie, supérette, fleuriste… Qu’il soit alimentaire ou non, qu’il soit spécialisé ou généraliste, ce qui caractérise ce type de commerce, c’est sa taille et son implantation. Commerce en réseau Les entreprises du commerce en réseau Il existe de nombreuses formes de commerce en réseau : franchise, commerce associé.

SLOW

Related: