background preloader

Facturation

Facturation
La facture est une note détaillée des prestations ou des marchandises vendues. Il s'agit d'un document de nature commerciale et comptable, établi par une structure juridique (société, association, entrepreneur individuel…) pour constater les conditions des achats et ventes de produits, de marchandises ou de services rendus (nature, quantité, poids, qualité, prix, modalités et échéance de paiement, etc.). Obligation de facturation La facture est obligatoire lors : de toute prestation de service ou toute vente de marchandise entre professionnels,de la vente d'une marchandise d'un professionnel à un particulier, seulement si celui-ci le demande ou en cas de vente à distance (sinon un ticket de caisse suffit),de la prestation d'un service entre un professionnel et un particulier lorsque le montant dépasse 25 € TTC, ou si le client le demande quel que soit le montant. Une note d'honoraires est un document tenant lieu de facture, établi par un professionnel exerçant une profession libérale.

Factures : quelles sont les mentions obligatoires? Facture : les mentions fiscales générales Attention : en plus des différentes mentions obligatoires imposées par l'administration fiscale, la facture doit comporter les informations générales communes à tous documents commerciaux Vous pouvez consulter notre fiche "Quelles sont les mentions obligatoires sur les documents commerciaux", et un "modèle de facture" est disponible sur notre site (cf. voir aussi) D'un point de vue fiscal, chaque facture doit impérativement porter les mentions suivantes : le nom complet du vendeur (ou du prestataire) et celui du client (ou leur raison sociale) ainsi que leur adresse respective (ou le lieu de leur siège social) ; le numéro individuel d'identification à la TVA du vendeur (ou du prestataire). En revanche, la mention du numéro de TVA du client reste facultative pour les opérations réalisées en France. un numéro de facture unique basé sur une séquence chronologique et continue. Sur chaque ligne de la facture, doivent également figurer :

Mentions obligatoires à faire figurer sur une facture par Eric Lourmiere 2 years ago Vous venez de conclure votre première vente, bonne nouvelle ! Vous allez pouvoir renflouer les caisses de votre entreprise. Mais votre client vous réclame une facture, et c’est normal ! Personne ne peut y échapper, la facture est obligatoire lors de toute prestation de service ou vente de marchandise entre professionnels, mais aussi de professionnel à particulier lorsque le montant dépasse 25 € TTC. Pourquoi faire une facture ? Quelque chose me dit que ces arguments vous ont convaincu(e) de faire une facture en bonne et due forme… Voici donc comment faire une facture de pro en 4 leçons. Leçon #1 : Identifier les parties prenantes Les parties prenantes doivent être facilement identifiables sur votre facture. Vous devrez également y mentionner votre adresse complète, et le cas échéant votre siège social, domicile légal de votre entreprise. Si le montant de votre facture dépasse 150€ HT, vous devrez y indiquer le numéro individuel d’identification à la TVA.

Calculer la TVA Pour déterminer le montant à reverser, comprendre combien vous en avez réglé sur votre achat, une calculatrice qui vous donnera en pourcentage un montant HT et TVA incluse, que vous avez à acquitter ou que vous venez de payer ! Un bon moyen de contrôle, pratique et facile d’utilisation, qui vous simplifiera la vie, efficace si vous cochez le taux d’application en vigueur ! Nous vous conseillons également ( Calculatrices & Outils )... Calculatrice credit Le meilleur moyen de connaître les mensualités que vous allez mettre en place et leur durée, en fonction de la somme que vous empruntez et aussi du taux d’intérêts qui vous a été accordé par la banque ! Calcul votre crédit Calculer votre IMC Le calcul qui tient compte de votre taille et de votre poids, vous donnant ainsi un indice en rapport avec votre masse corporelle qui est alors décrétée fluette, parfaite ou sujette à l’embonpoint ! Calcul de votre IMC Perdre du poids Calcul perte de poids

Facture : les mentions obligatoires Comme on le sait, la délivrance d'une facture est obligatoire, au-delà d'un certain montant. La facture doit comporter un certain nombre de mentions obligatoires. Définition Comme on le sait, une facture est un document officiel émis par un professionnel sur un papier à en-tête de son entreprise, qui détaille les conditions de délivrance d'une marchandise ou d'une prestation de service. Ce document est de nature à la fois juridique, fiscale et comptable. Ce document comptable constitue une preuve de vente pour le vendeur, et une preuve d'achat pour l'acheteur. La facture obligatoire La délivrance d'une facture est obligatoire dans les cas suivants. Quand il s'agit d'une vente ou d'une prestation de services entre professionnels. Les mentions obligatoires Une facture doit comporter obligatoirement les mentions suivantes : Dans certains cas, le vendeur ou le prestataire peut être adhérent d'un centre de gestion agréée. Exemple Annulation ou rectification d'une facture Pour PC Windows ou Mac

Factures : les mentions obligatoires L'article L441-3 du Code commerce impose au professionnel délivrant une facture d'y apposer un certain nombre de mentions obligatoires. Quand la délivrance d'une facture est-elle obligatoire ? Le client est un professionnel La délivrance d'une facture est obligatoire entre professionnels. Ainsi, même les entreprises qui bénéficient de la franchise en base de TVA (et donc qui n'en facturent pas) sont contraints d'émettre des factures. Le client est un particulier A l'égard des particuliers, les règles de facturation sont différentes puisque seules les prestations de service d'un prix égal ou supérieur à 25 € TTC doivent obligatoirement faire l'objet d'une facture. Certaines opérations imposent également la remise d'une facture, quel que soit leur montant : Par ailleurs, si le client le demande, il est obligatoire de lui délivrer une facture, que que soit le prix et la nature de la prestation. A quel moment délivrer la facture ? Facture : les mentions obligatoires Mentions obligatoires générales

Obligations comptables et fiscales des entreprises LégiFiscal ​Principes généraux ¶ Les obligations comptables sont précisées dans le code du commerce. Les commerçants personnes morales doivent selon l’article L 123-12 du code de commerce : Procéder chronologiquement à l’enregistrement comptable des opérations affectant le patrimoine de l’entreprise. Les livres obligatoires retracent ces enregistrements, à l’appui de pièces justificatives. Les mêmes règles s’imposent pour les commerçants personnes physiques. ​Les livres obligatoires ¶ Les livres obligatoires comprennent : ​Les comptes annuels ¶ ​Les documents de synthèse ¶ Trois documents de synthèse sont obligatoires en fin d’exercice : le bilan, le compte de résultat et l’annexe. Pour les nécessités de la gestion, l’entité peut établir des situations, c’est-à-dire des bilans et comptes de résultat intermédiaires (semestriels, trimestriels voire mensuels). ​Dépôt au greffe du tribunal de commerce ¶ Cas général Les micro-entreprises Les petites entreprises ​Délai de conservation ¶ ​Le plan de compte du PCG ¶

PCG : Plan Comptable Général Le plan comptable est utilisé par toutes les personnes physiques ou morales soumises à l’obligation légale d’établir des comptes annuels (bilan, compte de résultats et annexes) sous réserve de dispositions spécifiques. C’est le comité de la règlementation comptable qui a instauré cette normalisation des enregistrements afin que les documents comptables puissent être compris et lus par tous. Le plan de comptes doit être suffisamment détaillé pour permettre l’enregistrement des opérations conformément aux normes comptables. Lorsque les comptes prévus par les normes comptables ne suffisent pas à l’entité pour enregistrer distinctement toutes ses opérations, elle peut ouvrir toute subdivision nécessaire. Cette répartition se définis à partir de trois plans comptables : – Un système abrégé qui ne prend en compte que les comptes à 2 chiffres. – Un système de base qui se limite aux comptes à 3 chiffres. – Un système développé qui comprend les comptes 3 chiffres et plus.

Bénéfices industriels et commerciaux (BIC) : régimes fiscaux et déclarations - professionnels Revenus 2019 à déclarer en 2020 Le régime dépend du niveau de chiffre d'affaires brut annuel (chiffre d'affaires effectivement encaissé). Un professionnel, soumis au micro BIC, peut opter pour le versement libératoire de l'impôt sur le revenu. Dans ce cas, l'impôt sur le revenu correspond à 1 % du chiffre d'affaires pour la vente de marchandises ou les prestations d'hébergement ou de restauration, et à 1,7 % du chiffre d'affaires pour les prestations de services. Les BIC sont inclus dans le revenu imposable du foyer fiscal, qui prend en compte le montant total des BIC : la déduction forfaitaire automatique de 10 % représentative de frais professionnels, valable pour les salaires, n'est pas applicable aux bénéfices des professionnels. En cas de doute, l'entrepreneur peut demander un contrôle de l'administration sur des points précis. S'il a fait une erreur dans sa déclaration, l'administration fiscale ne pourra pas le sanctionner pécuniairement : Revenir au sommaire de cette partie

Accueil TVA | impots.gouv.fr Quelles déclarations dois-je déposer ? Le reversement de la TVA s’effectue à l’aide de déclarations dont la forme et le rythme de dépôt dépendent de votre régime d’imposition. Vous relevez de la franchise en base (FB) Si votre chiffre d'affaires exprimé hors taxe n'excède pas : 85 800 € ou 94 300 € en cas de dépassement : pour les professionnels de l'achat revente, de la vente à consommer sur place et de la fourniture de logement (y compris les activités de location de gîtes ruraux, de meublés de tourisme et de chambres d'hôtes) ; 34 400 € ou 36 500 € en cas de dépassement : pour les prestataires de services et les loueurs en meublés (à l'exception des locations visées ci-dessus). Si vous relevez du régime de la franchise en base, vous n’êtes pas soumis à la TVA sur vos opérations, vous ne collectez pas de TVA auprès de vos clients, vous ne déduisez pas non plus la TVA que vous avez supportée sur vos achats ou immobilisations. En revanche, vous pouvez opter pour le paiement de la TVA.

Quel régime fiscal choisir pour votre entreprise ? | Le portail des ministères économiques et financiers 2 types d’imposition : l'impôt sur les sociétés ou l'impôt sur le revenu En fonction du statut de votre entreprise, vous pouvez être soumis à 2 types d'imposition : l'impôt sur le revenu ou l'impôt sur les sociétés. Retrouvez plus d'informations sur le site de l'Agence France Entrepreneur Lire aussi : Création d'entreprise : les démarches à effectuer Type d'imposition : le choix de l'impôt sur le revenu Si vous choisissez d’être imposé sur le revenu, les bénéfices sont à inscrire dans votre déclaration de revenus dans la catégorie « Bénéfices industriels et commerciaux » (BIC) si l’activité est industrielle, commerciale ou artisanale ou « Bénéfices non commerciaux » (BNC) si l’activité est de nature libérale. Le taux d’imposition qui vous sera appliqué dépend de vos autres revenus et de votre situation familiale. Lire aussi : Quel statut juridique choisir pour son entreprise ? Type d'imposition : le choix de l'impôt sur les sociétés Le régime d'imposition de la micro-entreprise

Les différents régimes fiscaux : la fiche complète pour tout comprendre Le choix du régime fiscal d’une entreprise dépend notamment du statut juridique de celle-ci. Plusieurs critères permettent à l’entrepreneur de définir le régime fiscal adapté à sa situation. Lors de la création d’une entreprise, l’entrepreneur et ses éventuels associés ont le choix entre trois régimes fiscaux, l’impôt sur le revenu, l’impôt sur les sociétés ou encore la micro-entreprise. Le régime d’imposition définira alors les obligations de déclaration et les règles d’imposition des bénéfices. Sommaire : L’Impôt sur le Revenu (IR) Le régime de l’impôt sur le revenu, plus fréquemment appelé IR, considère que les bénéfices de l’entreprise sont des revenus. L'impôt sur le revenu est un impôt personnel : il va concerner les revenus d'une personne physique. Dans le cas d’une activité libérale, le dirigeant ou les associés déclarent leur revenu dans les bénéfices non commerciaux, ou BNC. Pour résumer : Revenu net imposable / parts du quotient familial Barème de l'impôt sur le revenu pour 2019 :

Related: