background preloader

Arguments pour l’accès ouvert aux résultats de la recherche

Arguments pour l’accès ouvert aux résultats de la recherche
Arguments for Open Access to Research Results This text was first published on 15 March 2013 in Le Monde by sixty professionals belonging to the community of higher education and research: university presidents, directors of several Maisons des Sciences de l’Homme, publishers, representatives of journals, representatives of university libraries, professors and researchers. The call is open to everyone: engineers, scholars, students, information professionals, librarians, journalists, etc. In July 2012, the European Commission issued a recommendation on Open Access (i.e. free for the readers) publication of the results of publicly funded scientific research. The Commission believes that such a measure is necessary to increase the visibility of European research before 2020, by gradually suppressing the barriers between readers and scientific papers, after a possible embargo period from six to twelve months… More Arguments pour l’accès ouvert aux résultats de la recherche

http://iloveopenaccess.org/

Related:  Archives ouvertesOpen Access6.1.2. Open data

Questions fréquentes sur l’accès ouvert Quelques idées reçues sur l’accès ouvert L’open access est un modèle économique Faux : L’open access est un modèle de diffusion des savoirs et de l’information scientifique. Il est compatible avec des modèles économiques, juridiques, techniques variés. Qui a peur de l'open access ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par une communauté de responsables d'universités (d’enseignants-chercheurs, d’éditeurs, de responsables de bibliothèques) Abonnez-vousà partir de 1 € Réagir Classer Partager facebook twitter google + linkedin pinterest fermer En juillet 2012, la Commission européenne a émis une recommandation relative à la publication en accès ouvert (c'est-à-dire gratuit pour le lecteur) des résultats de la recherche scientifique financée sur fonds publics (Lire Le Monde du 28 février 2013).

Manifeste de la Guérilla pour le Libre Accès « Guerilla Open Access Manifesto L’information, c’est le pouvoir. Mais comme pour tout pouvoir, il y a ceux qui veulent le garder pour eux. Le patrimoine culturel et scientifique mondial, publié depuis plusieurs siècles dans les livres et les revues, est de plus en plus souvent numérisé puis verrouillé par une poignée d’entreprises privées. Vous voulez lire les articles présentant les plus célèbres résultats scientifiques ? Il vous faudra payer de grosses sommes à des éditeurs comme Reed Elsevier. Et il y a ceux qui luttent pour que cela change.

13 — Histoires et cultures du Libre Collectif Sous la direction de Camille Paloque-Berges et Christophe Masutti Histoires et cultures du Libre. Des logiciels partagés aux licences échangées Acheter sur EVL (€ 25,00) Les revues SHS et l'Open Access Les revues de sciences humaines et sociales survivront-elles aux mesures préconisées par la Commission européenne en matière d’Open Access ? Le 11 février 2013, les représentants de plus de 120 revues diffusées sur le portail Cairn.info et d’une cinquantaine de maisons d’édition ou structures éditoriales toutes spécialisées en sciences humaines et sociales se sont réunis à la Maison de la Chimie de Paris. L’objectif de cette assemblée était d’analyser la portée de la recommandation publiée par la Commission européenne le 17 juillet dernier, concernant notamment l’Open Access. Communiqué de presse Motion Liste des participants Programme Vidéos des interventions Photos

Une brève histoire de l'Open Data La donnée connaît aujourd’hui un regain d’intérêt, qu’il s’agisse de l’open data ou des big data. Il convient de distinguer les deux sujets, même s’ils partagent un objet commun, la donnée. Les big data s’intéressent plus particulièrement aux potentialités offertes par l’exploitation d’un volume de données en croissance exponentielle. Dans l’open data, la création de valeur passe davantage par le partage de ces données, leur mise à disposition de tiers que par un effet volume. Une donnée ouverte répond à un ensemble de critères techniques, économiques et juridiques : elle doit être accessible gratuitement et librement en ligne, dans un format qui en permet la réutilisation.

Les revues SHS et l'Open Access Open Access : le travail scientifique en sciences humaines et sociales et le débat public fragilisés par les mesures préconisées par la Commission européenne Lettre ouverte des responsables de revues de sciences humaines et sociales de langue française à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, à la ministre de la Culture et de la Communication, aux présidents des universités et des grandes écoles et aux responsables des grands établissements de recherche (Version PDF) (Read in English) L’IST en libre accès : recherche et veille Les ressources scientifiques et techniques en libre accès constituent un fonds documentaire complémentaire assez conséquent : environ 20% des articles scientifiques sont accessibles gratuitement. Si l'accès à ces ressources scientifiques est un enjeu important, l'exploitation de celles-ci en est un autre. Entre les nombreuses archives ouvertes (institutionnelles, thématiques et centrales) et les revues scientifiques en libre accès, il n'est pas toujours évident pour le chercheur de s'y retrouver. L'objectif de cet article est donc de présenter quelques "outils" qui facilitent la recherche documentaire et la mise en place d'une veille scientifique des ressources en libre accès. L'information scientifique et technique (I.S.T.) peut être définie comme "l'ensemble des informations produites par la recherche et nécessaires à l'activité scientifique comme à l'industrie". I Pourquoi s'intéresser aux ressources scientifiques en libre accès?

Sci-Hub : la première bibliothèque scientifique mondiale ? Un site pirate - Hotel Wikipedia C’est la plus grande bibliothèque scientifique du monde : Sci-Hub héberge près de 50 millions d’articles et plusieurs millions d’ouvrages. Et elle est presque totalement illégale. Créé en novembre 2011, le site Sci-Hub a graduellement absorbé les corpus de grands éditeurs mondiaux (Elsevier, Springer). Consulté quotidiennement par plusieurs dizaines de milliers de chercheurs, il est devenu une ressource irremplaçable pour les universités de pays en voie de développement. Tout en mettant à libre disposition des publications très largement subventionnées par des fonds publics, Sci-Hub encourt constamment une suspension définitive. La page d’accueil de Sci-Hub

OpenEdition Books : c’est ouvert ! OpenEdition Books, la quatrième plateforme d’OpenEdition est en ligne depuis hier ! Après Revues.org, Calenda et Hypothèses, OpenEdition Books diffuse les collections de livres des éditeurs de sciences humaines et sociales. Elle a pour ambition de construire une bibliothèque internationale pour les humanités numériques et ce, en encourageant les éditeurs à développer le libre accès sur le long terme. La plateforme valorise le traitement de toutes les aires culturelles, de toutes les périodes, et des grandes langues scientifiques. Cette première version de notre plateforme de livres rassemble, pour son inauguration, un peu plus de 350 livres provenant de 13 éditeurs français et internationaux :

DADI : bases de données gratuites Près de 20 ans après sa création, le répertoire de bases de Données grAtuites Disponibles sur Internet ferme ses portes. Crée en 1996 Dadi, produit pionnier et phare de l’URFIST de Lyon, a eu pour objectif de recenser les ressources libres disponibles sur le Web à une époque où ce dernier faisait ses premiers pas, sans moteurs de recherches. Jean Pierre Lardy, alors co-responsable de l’Urfist de Lyon et enseignant chercheur en physique, a imaginé puis animé Dadi pendant une quinzaine d’années, dans le but de donner à voir les ressources du web invisible en libre accès utiles au monde académique. Véritable aide à la recherche dans un univers en pleine mutation, DADI connaîtra un usage important et comptera parmi les ressources incontournables en France pour la recherche d’information. Son impact rayonnera dans les pays francophones comme la Belgique et le Canada. La Bibliothèque Nationale de France a réalisé un archivage régulier de Dadi.

Open Access : les scientifiques pas si open ? C'est une révolution culturelle dont on ne parle que très peu en France. A partir du 1er avril prochain, deux très puissantes organisations britanniques de financement de travaux de recherche médicale et scientifique exigeront que les travaux qu'elles ont financé en tout ou partie fassent l'objet de publications de type Open Access, qui garantissent la gratuité d'accès et un certain niveau de liberté de réutilisation des données. Il s'agit du Wellcome Trust, qui verse environ 700 millions d'euros chaque année et est considéré comme le deuxième plus gros contributeur mondial à la recherche médicale, et du Research Concils UK (RCUK) qui fédère les sept conseils de la recherche publique britannique, lesquels investissent collectivement 3,5 milliards d'euros chaque année. Un choix de licence "libre et éclairé" ? Interrogés par Nature, des militants de l'Open Access estiment qu'il ne faut pas donner le choix aux chercheurs, et imposer la licence la plus permissive.

Related: