background preloader

Qui a peur de l'open access ?

Qui a peur de l'open access ?
Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par une communauté de responsables d'universités (d’enseignants-chercheurs, d’éditeurs, de responsables de bibliothèques) Abonnez-vousà partir de 1 € Réagir Classer Partager facebook twitter google + linkedin pinterest fermer En juillet 2012, la Commission européenne a émis une recommandation relative à la publication en accès ouvert (c'est-à-dire gratuit pour le lecteur) des résultats de la recherche scientifique financée sur fonds publics (Lire Le Monde du 28 février 2013). La Commission considère en effet qu’une telle démarche est nécessaire pour renforcer la visibilité de la recherche européenne à l’horizon 2020, en levant progressivement les obstacles qui se dressent entre le lecteur et l’article scientifique, après un éventuel embargo de six à douze mois. Cet avantage, l’Amérique latine, par exemple, l’a déjà saisi depuis une décennie en lançant de puissantes plateformes de revues en accès ouvert. Qui a peur de l’accès ouvert ?

http://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/03/15/qui-a-peur-de-l-open-acces_1848930_1650684.html

Related:  Archives ouvertesWATCH / VEILLELibre accèsOpen Access - France

Questions fréquentes sur l’accès ouvert Quelques idées reçues sur l’accès ouvert L’open access est un modèle économique Faux : L’open access est un modèle de diffusion des savoirs et de l’information scientifique. Il est compatible avec des modèles économiques, juridiques, techniques variés. Impression 3D : un plâtre équipé d'un dispositif à ultrasons OSTEOID. Réparer les fractures osseuses près de 40% plus rapidement qu’avec un plâtre classique ? C’est la prétention de l’Osteoid, un plâtre réalisé par impression 3D et imaginé par le designer turc Deniz Karasahin, qui a reçu pour cette invention le premier prix du A’ Design Award dans la catégorie "3D Printed Forms and Products Design". Léger, aéré et résistant à l'eau, l'Osteoid n'empêche pas son porteur de prendre une douche et peut être facilement glissé dans une chemise ou une veste.

Les revues scientifiques en libre accès « Le libre accès à la littérature scientifique est sa mise à disposition gratuite sur l’Internet public, permettant à tout un chacun de lire, télécharger, copier, transmettre, imprimer (…), ou s’en servir à toute autre fin légale, sans barrière financière, légale ou technique autre que celles indissociables de l’accès et l’utilisation d’Internet. » (D'après Libre Accès à l'IST - INIST) Ce dispositif de mise en ligne « ouverte » des résultats de la recherche sur internet a été défini dans un texte fondateur, l'Initiative de Budapest pour le libre accès (BOAI). Cette déclaration énnonce les stratégies à adopter pour accélerer le mouvement de diffusion en libre accès de la littérature scientifique.

About OpenEdition OpenEdition offre à la communauté scientifique quatre plateformes de publication et d’information en sciences humaines et sociales d’envergure internationale : Ces quatre plateformes complémentaires constituent un dispositif d’édition électronique complet au service de l’information scientifique. OpenEdition construit un espace dédié à la valorisation de la recherche, publiant en libre accès des dizaines de milliers de documents scientifiques. Le portail a pour mission de promouvoir l’édition électronique scientifique en libre accès, dans le respect de l’équilibre économique des publications. OpenEdition garantit aux projets une autonomie éditoriale et leur offre des perspectives d’innovation adaptée au numérique.

Les revues SHS et l'Open Access Les revues de sciences humaines et sociales survivront-elles aux mesures préconisées par la Commission européenne en matière d’Open Access ? Le 11 février 2013, les représentants de plus de 120 revues diffusées sur le portail Cairn.info et d’une cinquantaine de maisons d’édition ou structures éditoriales toutes spécialisées en sciences humaines et sociales se sont réunis à la Maison de la Chimie de Paris. L’objectif de cette assemblée était d’analyser la portée de la recommandation publiée par la Commission européenne le 17 juillet dernier, concernant notamment l’Open Access. Communiqué de presse Motion Liste des participants Programme Vidéos des interventions Photos

Web des données Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Web des données (Linked Data, en anglais) est une initiative du W3C (Consortium World Wide Web) visant à favoriser la publication de données structurées sur le Web, non pas sous la forme de silos de données isolés les uns des autres, mais en les reliant entre elles pour constituer un réseau global d'informations. Il s'appuie sur les standards du Web, tels que HTTP et URI - mais plutôt qu'utiliser ces standards uniquement pour faciliter la navigation par les êtres humains, le Web des données les étend pour partager l'information également entre machines. Cela permet d'interroger automatiquement les données, quels que soient leurs lieux de stockage, et sans avoir à les dupliquer[1].

Libre accès à l'information scientifique et technique Le glossaire contient les définitions de termes utilisés dans le cadre du Libre Accès et plus particulièrement des archives ouvertes. Elles sont le résultat de la collecte d’informations provenant de différentes ressources - glossaires en langue anglaise et française, articles, rapports techniques. Elles sont accompagnées de synonymes français, d’équivalent(s) anglais et de termes associés. Le glossaire exploite le travail de terminologie réalisé pour le livre Les Archives ouvertes : enjeux et pratiques. Guide à l’usage des professionnels de l’information, édité par l’ADBS en 2005.

Les revues SHS et l'Open Access Open Access : le travail scientifique en sciences humaines et sociales et le débat public fragilisés par les mesures préconisées par la Commission européenne Lettre ouverte des responsables de revues de sciences humaines et sociales de langue française à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, à la ministre de la Culture et de la Communication, aux présidents des universités et des grandes écoles et aux responsables des grands établissements de recherche (Version PDF) (Read in English) Joël de Rosnay: «L’homme du futur sera relié au cerveau planétaire» Le XXIe siècle n’a pas commencé en l’an 2000, cette date parfaitement artificielle, mais il commence véritablement aujourd’hui, après une petite décennie de tâtonnements d’où sont en train d’émerger les grandes tendances de fond, les vraies lignes de force du siècle à venir. Pour Joël de Rosnay, biologiste et docteur ès sciences, président de la Cité des sciences et de l’industrie à Paris, futurologue et auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages, le monde actuel est en pleine effervescence et l’être humain à la veille d’une nouvelle aventure qui va transformer aussi bien sa conscience de soi que son rapport aux autres. Quelles vont être les grandes tendances du XXIe siècle? On assiste à la convergence de trois disciplines, l’infotechnologie, la bio-technologie et l’écotechnologie, qui se marient les unes avec les autres et créent une dynamique porteuse d’avenir. C’est ce qui donne l’impression d’être au début d’une ère nouvelle. L’homme est-il en train de changer?

openaccess.inist Publié le 24 juillet 2012, par Thérèse HAMEAU Le rapport « Accessibility, sustainability, excellence : how to expand access to research publications » a été publié en juin 2012. La traduction du résumé est effectuée par le service de traduction de l’Inist-Cnrs. Synthèse Le présent rapport aborde cette importante question : comment réaliser un accès meilleur et plus rapide aux publications issues de la recherche pour quiconque veut les lire ou les utiliser ? Il est rédigé par un groupe de travail indépendant constitué de représentants des universités, des organismes de financement de la recherche, de sociétés savantes, d’éditeurs et de bibliothèques.

OpenAire - COUPERIN OpenAIRE (Open Access Infrastructure for Research in Europe) est un projet européen dont le but est d’accompagner l’obligation de dépôt en accès libre (deposit mandates) décidée par et le Conseil Européen de (ERC).Toutes les informations utiles sont accessibles sur le site web du projet qui sera régulièrement mis à jour. Plusieurs parties du site vont être prochainement traduites en français : Contexte Le positionnement des institutions de recherche et des agences de financement en faveur d'une obligation de dépôt (/deposit mandate/) est devenu l'enjeu principal du mouvement des archives ouvertes et la condition de son succès. Les décisions prises outre-Atlantique par les NIH et l'université de Harvard ont été des catalyseurs importants.

OpenEdition Books : c’est ouvert ! OpenEdition Books, la quatrième plateforme d’OpenEdition est en ligne depuis hier ! Après Revues.org, Calenda et Hypothèses, OpenEdition Books diffuse les collections de livres des éditeurs de sciences humaines et sociales. Elle a pour ambition de construire une bibliothèque internationale pour les humanités numériques et ce, en encourageant les éditeurs à développer le libre accès sur le long terme. La plateforme valorise le traitement de toutes les aires culturelles, de toutes les périodes, et des grandes langues scientifiques. Cette première version de notre plateforme de livres rassemble, pour son inauguration, un peu plus de 350 livres provenant de 13 éditeurs français et internationaux :

Joël de Rosnay : À la découverte du Web 5.0 Joël de Rosnay est un biologiste français, d’abord spécialiste des origines du vivant et des nouvelles technologies, puis en systémique et en prospective. Après trois ans de recherche et d’enseignement au MIT, il fut directeur des applications de la recherche à l’Institut Pasteur, puis directeur de la prospective et de l’évaluation de la Cité des sciences et de l’industrie de La Villette. Il a créé AgoraVox en mai 2005 et préside actuellement une société de conseil. Joël de Rosnay, Docteur en Sciences, est Directeur de la Prospective et de l’Evaluation de la Cité des Sciences et de l’Industrie de la Villette. Entre 1975 et 1984, il a été Directeur des Applications de la Recherche à l’Institut Pasteur.

Related: