background preloader

L’impression 3D révolutionne l’industrie des sex toys

L’impression 3D révolutionne l’industrie des sex toys
Le président des États-Unis Barack Obama a déclaré récemment que l’impression 3D allait « révolutionner la façon dont nous produisons à peu près tout », et on ne peut que lui donner raison. Il est possible d’imprimer des modèles, des pistolets, des stylos, des maisons, des organes humains et même une base lunaire. Il n’y a donc rien de surprenant à ce qu’une start-up utilise cette technologie pour fabriquer de meilleurs jouets intimes. Il y a quelques jours, Steve Cooper expliquait dans BusinessWeek comment l’arrivée de cette nouvelle technologie de production était en train de redonner un coup de fouet à l’industrie stagnante des vibromasseurs. Il soulignait notamment comment la société canadienne Standard Innovation est en mesure de prototyper rapidement des sextoys en utilisant des imprimantes 3D, un atelier de moulage en silicone et une collection de 400 mannequins avec des « organes internes anatomiquement corrects » pour tester ses nouveaux concepts.

http://www.zdnet.fr/actualites/l-impression-3d-revolutionne-l-industrie-des-sex-toys-39788289.htm

Related:  L'impression 3D dans la vie de tous les jours

L'imprimante 3D, les criminels l'adorent déjà Pour le consommateur lambda, une imprimante 3D reste un périphérique cher et réservé à un public professionnel. Pourtant, le mouvement de l’impression 3D est bien en marche, et la prise en charge en natif de logiciels de conception 3D sous Windows 8.1 en est une illustration parmi tant d’autres. Au fil des mois, on voit de plus en plus de domaines concernés par ce nouveau phénomène. En voici quelques uns… Communiqué de presse > Communication > Impression 3D : lancement de Movance en présence du rugbyman Christophe Dominici Par Cpoifol dans Communication le 6 mai 2011 Pour la journée d'inauguration de Movance, marque d'impression 3D de Crexia Produxia, le rugbyman C.Dominici découvrait les opportunités de cette jeune entreprise. Movance, une marque de Creaxia Produxia, se lance sur le marché de l’impression 3D avec une technique développée par son partenaire Huntsman Corporation. Impression 3D : un service de qualité à destination des particuliers comme des professionnels

Vers l'impression 3D de tissu imitant le vivant Photo : Université Oxford Des matériaux synthétiques ressemblant à des tissus vivants ont été créés à l'aide d'une imprimante en trois dimensions par des chercheurs britanniques. Le Pr Hagan Bayley et ses collègues du département de chimie de l'Université d'Oxford estiment que cette percée pourrait éventuellement avoir des applications médicales dans l'administration de médicaments ou le remplacement de tissus endommagés. L'imprimante 3D, votre usine à la maison INTERVIEW - Fini les documents et le papier. Bientôt, vous pourrez répliquer, chez vous, des objets. Cathy Lewis, PDG de Desktop Factory, dévoile son imprimante en trois dimensions. Découvrez cet étrange engin en vidéo.

Bientôt une base lunaire grâce à l'impression 3D ? Envoyer des hommes planter un drapeau sur la Lune est une chose, construire un bâtiment pour y loger des astronautes en est une autre. C'est pourtant le défi que s'est fixé l'Agence spatiale européenne (ESA) en soutenant, dans le cadre de son programme de recherche (GSP), une étude sur la faisabilité d'une base lunaire... par impression 3D. Une technique qui permet de fabriquer un objet entièrement conçu sur ordinateur en superposant des couches d'un matériau (généralement du plastique ou du métal) pour former un volume. L'objectif étant ici d'utiliser au maximum les matériaux présents sur la Lune afin de limiter des coûts d'acheminement prohibitifs.

untitled Arduino est un modeste circuit imprimé de quelques centimètres carrés. Il permet à quiconque, sans grande compétence en informatique ou électronique, de fabriquer des appareils électroniques uniques. Quant aux Fablabs (fabrication laboratory), ils permettent de fabriquer "presque n’importe quoi". L’impression 3D du métal gagne du terrain en France - Mécanique L’école Grenoble INP inaugure aujourd’hui une machine de fabrication additive à technologie EBM (Electron Beam Melting). La quatrième en France, la première en milieu universitaire. L’impression 3D de pièces métalliques monte en puissance en France. Ce lundi 8 avril, l’école Grenoble INP inaugure sa première machine de fabrication additive par faisceau d’électrons. Une technologie appelée EBM, pour "Electron Beam Melting", et qui consiste à souder une forme par fusion dans un lit de poudre métallique grâce à l’action d’un faisceau d’électron. Jusqu’à présent, la fabrication additive de pièces métalliques s’effectuait principalement par l’action d’un laser.

Impression 3D : les entreprises doivent s'équiper maintenant, selon Gartner L’impression en 3D est en train de passer d’un marché de niche à un marché généralisé. Les entreprises qui tardent à examiner comment la technologie pourrait leur être bénéfique seront désavantagées sur le plan de l’innovation par rapport à leurs rivales qui prennent la technologie au sérieux. Tel est le message à retenir d’une note de recherche de Gartner qui explique que le moment est idéal pour expérimenter la technologie car le prix des imprimantes 3D baisse. D’ici 2016, des modèles de catégorie professionnelle seront disponibles pour moins de 2.000 dollars, rendant l'expérimentation possible sans risque financier et avec un potentiel élevé. « Les premiers adeptes peuvent tester les imprimantes 3D en prenant un risque minime de perte de capital ou de temps, en obtenant éventuellement un avantage dans la conception et le délai de commercialisation des produits par rapport à leurs concurrents », explique Gartner.

L'impression en 3D bientôt dans votre salon Le procédé devrait rapidement se démocratiser avec l'arrivée sur le marché d'imprimantes 3D très performantes à moins de 2000 dollars (1600 euros environ) d'ici à 2016, selon le cabinet Gartner. L'impression 3D a le vent en poupe. Elle est même présentée par certains comme la prochaine révolution industrielle.

Related: