background preloader

Mini-docu : Marseille Capitale de la Rupture

Mini-docu : Marseille Capitale de la Rupture
This video is currently unavailable. Sorry, this video is not available on this device. Video player is too small. Normal quality speed

http://www.youtube.com/watch?v=CEg1jMeTIjQ

Related:  démocratie culturelle?Jan-Feb-March 2o13

Un front culturel contre la crise 38% des Français ne partiront pas en vacances cet été. Placé sous l’ombre d’une crise économique et sociale installée, l’été 2013 verra se développer d’autres formes de sociabilités, plus urbaines, dans lesquelles la culture jouera un rôle déterminant. Parisiens et touristes pourront notamment se retrouver le soir, comme chaque année depuis plus de 20 ans, sur la prairie du triangle du parc de la Villette pour assister au Festival «Cinéma en plein air». Gratuite, ouverte à tous, cette manifestation emblématique du territoire de la Villette a accueilli l’année passée plus de 160.000 spectateurs. Son ouverture mercredi dernier par le film Polisse de Maiwenn a rencontré un large public et donné le coup d’envoi d’une programmation audacieuse.

Europunk : exposition temporaire du 15 Octobre 2013 au 19 Janvier 2014 à la Cité de la musique, Paris Né sur les cendres froides de Mai 68 et de la période hippie, dans un contexte de crise économique et de fin des idéologies, le punk est un mouvement aussi complexe que fondamental, enfant illégitime de Dada, de Fluxus et du situationnisme. EUROPUNK présente les créations visuelles de la vague punk apparue dans la seconde moitié des années 1970 au Royaume-Uni et en France, mais aussi en Allemagne, en Suisse, en Italie, aux Pays-Bas, en Scandinavie ou en Espagne. Mettant en évidence les personnalités et les artistes à l’origine du mouvement, comme le groupe Bazooka ou Jamie Reid, l’exposition rassemble également des œuvres anonymes collectées à travers l’Europe. Analyse de "God save the queen" des Sex Pistols La pochette de l'hymne détourné, qui fit scandale elle aussi. C'est en 1977, alors que le Royaume uni s'apprête à fêter le jubilé d'argent de la reine Elisabeth II, au pouvoir depuis vingt-cinq ans, que le groupe punk les Sex Pistols décident d'interpréter à leur manière l'hymne national God save the queen. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les Sex Pistols ne ménagent pas le régime britannique et leur chanson constitue un véritable brûlot antimonarchiste.

Démocratie culturelle et démocratisation culturelle - Démocratie Essai, par Alexandre Laraque La culture selon l’UNESCO est « dans son sens le plus large, considérée comme l'ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l'être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances.» La langue, la façon de s’habiller, la musique que l’on écoute, la façon de danser, tout cela fait partie de notre culture. De nombreux débats sur les politiques culturelles ont eu lieu sous l’égide de l’Unesco. Citons entre autres Notre diversité créatrice en 1995 et les Conférences intergouvernementales sur les politiques culturelles de Stockholm en 1998.

Histoire des arts : Jimi Hendrix et l'hymne américain. - Collège Antoine de Saint-Exupéry James Marshall Hendrix (né Johnny Allen Hendrix le 27 novembre 1942 à Seattle, aux États-Unis, et mort le 18 septembre 1970 à Londres, en Angleterre). Plus connu sous le nom de Jimi Hendrix, ce guitariste auteur-compositeur et chanteur américain est considéré comme l’un des musiciens les plus novateurs du XXe siècle, en raison de son approche révolutionnaire de la guitare électrique et des techniques d’enregistrement en studio. Improvisateur sortant des sentiers battus, il libérera son instrument de ses contraintes en utilisant les ressources nées de l’amplification et donnera à la guitare électrique moderne ses lettres de noblesse. The Star Spangled Banner , (La Bannière étoilée) est un poème écrit en 1814 par Francis Scott Key et qui constitue à présent l’hymne national des États-Unis d’Amérique. Avec Star Spangled Banner, Hendrix cristallise au travers de sa musique, toute l’ambiguïté de l’intervention militaire des États-Unis au Vietnam. Questionnaire sur l’hymne américain odt

Démocratisation culturelle lundi 26 août 2013 Revue de presse Pour plaire à un petit cercle d’initiés, la création se coupe peu à peu du grand public, alerte Bernard Faivre d’Arcier. Une tendance qui met la démocratisation culturelle en danger. Par Bernard Faivre d’Arcier Théâtre - Démocratisation culturelle - critique mercredi 20 février 2013 Revue de presse Espagne: “marée citoyenne” contre l’austérité et la corruption Une marée humaine a envahi ce samedi les rues de Madrid. Des dizaines de milliers de personnes, représentant tous les secteurs de la société s‘étaient donné rendez-vous en ce jour anniversaire du coup d’Etat militaire de 1981. Etudiants, médecins, syndicalistes ou encore retraités sont venus exprimer un ras-le-bol général, à la fois contre la corruption touchant le parti au pouvoir et la famille royale, mais aussi contre l’austérité. “ça ne peut pas continuer avec ces changements.

THEME MONDIALISATION ET UNIFORMISATION CULTURELLE Document 3 : La mondialisation actuelle nous montre ce que le développement a été et que nous n'avons jamais voulu voir. Elle est, en effet, le stade suprème de l'impérialisme de l'économie. Rappelons la formule cynique d'Henry Kissinger : “La mondialisation n'est que le nouveau nom de la politique hégémonique américaine". Mais alors quel était l'ancien nom ? C'était tout simplement le développement économique lancé par Harry Truman en 1949 pour permettre au Etats-Unis de s'emparer des marchés des ex-empires coloniaux européens et éviter aux nouveaux Etats indépendants de tomber dans l'orbite soviétique. Et avant l'entreprise développementiste ?

Occuper Wall Street, un mouvement tombé amoureux de lui-même, par Thomas Frank Une scène me revient en mémoire à chaque fois que je tente de retrouver l’effet grisant que le mouvement Occuper Wall Street (OWS) a produit sur moi au temps où il semblait promis à un grand avenir. Je me trouvais dans le métro de Washington, en train de lire un article sur les protestataires rassemblés à Zuccotti Park, au cœur de Manhattan. C’était trois ans après la remise à flot de Wall Street ; deux ans après que toutes mes fréquentations eurent abandonné l’espoir de voir le président Barack Obama faire preuve d’audace ; deux mois après que les amis républicains des banquiers eurent conduit le pays au bord du défaut de paiement en engageant un bras de fer budgétaire avec la Maison Blanche. Comme tout le monde, j’en avais assez. Près de moi se tenait un voyageur parfaitement habillé, certainement un cadre supérieur revenant de quelque salon commercial, à en juger par le slogan folâtre imprimé sur le sac qu’il portait en bandoulière. La grande épopée fut pourtant de courte durée.

La mondialisation conduit-elle à une uniformisation culturelle La mondialisation conduit-elle à une uniformisation culturelle ? Document 1 – Autour de soi, chacun sent bien que l’alibi de la modernisation sert à tout faire ployer sous l’implacable niveau d’une stérile uniformité. Un pareil style de vie s’impose d’un bout à l’autre de la planète, répandu par les médias et prescrit par le matraquage de la culture de masse. De à Ouagadougou, de Kyoto à Saint Petersbourg, d’Oran à Amsterdam, mêmes films, mêmes séries télévisées, mêmes informations, mêmes chansons, mêmes slogans publicitaires, mêmes objets, mêmes vêtements, mêmes voitures, mêmes urbanisme, même architecture, même type d’appartements souvent meublés et décorés d’identique manière...Dans les quartiers aisés des grandes villes, l’agrément de la diversité cède le pas devant la foudroyante offensive de la standardisation, de l’homogénéisation, de l’uniformisation.

Pourquoi Occuper Wall Street n'a pas réussi aussi bien que le Tea Party Depuis quatre ans, deux mouvements politiques et sociaux issus de la « base » ont secoué — et parfois transformé — le paysage politique des États-Unis : Occuper Wall Street (OWS) et le Tea Party. Le premier, à « gauche », a mis en cause un Etat et un système politique, démocrates compris, acquis selon lui à la cause des « 1 % » d’Américains les plus riches, lesquels sont souvent les principaux bailleurs de fonds de ce système. Le second, à droite, a pourfendu un Etat et un système politique jugés tellement soucieux de complaire à la masse des électeurs, en particulier celle des « assistés » chaque année de plus en plus nombreux (les « takers »), qu’ils ont alourdi l’endettement du pays. Plus d’impôts pour les riches, réclamaient les premiers ; moins de dépenses publiques, en particulier sociales, exigeaient les seconds. Mais, alors que le premier a connu un grand succès médiatique, c’est le second qui a réussi à peser sur la vie politique américaine.

Démocratisation culturelle (4/4) : La naissance des MJC - [60 ans des MJC] Démocratisation culturelle (4/4) : La naissance des MJC Emission "la fabrique de l’histoire" du 24 Mai 2004, france culture pour plus de renseignements sur l’émission, nous écrire A l’occasion d’un mois complet consacré à la démocratisation culturelle. Invités Laurent BESSE Doctorant en histoire qui achève un travail sur l’histoire des MJC. Françoise TETARD Historienne (CNRS, Centre d’histoire sociale du XX ème siècle)

Related: