background preloader

Dix raisons d'être pour la neutralité du Net

Dix raisons d'être pour la neutralité du Net
Neutralité du Net par-ci, neutralité du Net par-là. Ces derniers temps, on entend de plus en plus parler de ce principe, à l’origine réservé au cercle d’e-initiés. Hier encore sur France Inter, ou il y a quelques semaines au Grand Journal: la notion a quitté son nid douillet mais limité de techniciens du réseau pour venir chatouiller le grand public. Il faut dire que les frasques de Free avec la publicité ou YouTube, ainsi que la volonté fraîchement affichée du gouvernement, confirmée par le Conseil national du numérique, d’inscrire la notion dans la loi, lui a donné un sacré coup de notoriété. On va pas se cacher derrière notre petit doigt. Ici, à Slate, nous sommes favorables à la protection de ce principe. publicité Au même titre qu'un autre, je suis censée pouvoir accéder à tous les contenus disponibles en ligne, mais aussi et surtout en publier. 1. Sans neutralité, pas d’Internet! 2. Dernier exemple en date: Free qui décide unilatéralement de sucrer la pub à tous ses abonnés. 3. 4.

http://www.slate.fr/story/69403/pourquoi-etre-pour-la-neutralite-du-net

Related:  Enjeux Internet

Le droit de la presse bientôt sacrifié sur l'autel de l'oubli numérique Sous couvert d'instaurer un "droit à l'oubli numérique", on pourrait bien assister à un profond bouleversement du droit de la presse résultant de la loi du 29 juillet 1881, considérée à juste titre comme un monument de notre République. En France, sous réserve de ne pas porter indument atteinte à la réputation ou à la vie privée d’autrui, chacun est libre d’exprimer des opinions sur un tiers ou de révéler des faits relatifs à la vie professionnelle, politique ou associative d'une personne. La protection de cette liberté d'expression est renforcée par de courts délais de prescription en matière de diffamation.

Aaron Swartz : sur les traces d’une étoile filante du Net - L'actu Médias / Net La disparition d'Aaron Swartz en janvier 2013 a laissé orpheline la communauté numérique. De Boston à New York, retour sur le parcours d'un homme qui voulait propager le savoir. Cet article est la version longue de l'article paru dans “Télérama” le 3 avril 2013. Au pays de Candy Candy : c'est le nom de code de l'opération organisée depuis la France et consistant à aider le régime de Kadhafi à espionner tous ses citoyens sur Internet. Ici, le pays de Candy, c'est à la fois la Libye et la France, nos grands discours et nos réalités, pas toujours glorieuses. Retour sur cette relation trouble avec un livre d'enquête qui lève le voile sur ces systèmes de surveillance surpuissants. OWNI Editions publie aujourd’hui Au pays de Candy, enquête sur les marchands d’armes de surveillance numérique. Un document consacré en particulier au système Eagle, conçu par une entreprise française, Amesys, à la demande du régime libyen de Mouammar Kadhafi.

« Il y a un risque d’Internet à plusieurs vitesses » Chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du CNRS, Valérie Schafer a coécrit l’an dernier, avec Hervé Le Crosnier, la Neutralité de l’Internet : un enjeu de communication (CNRS Editions). Le récent conflit entre Free et Google a porté sur la place publique la notion de neutralité du Net. Mais depuis quand le débat est-il ouvert ?

Les hackers ou la culture du libre Depuis les années 80, les médias ont souvent eu tendance à assimiler hacking et cybercriminalité, contribuant à donner du hacker une image purement négative. Or le terme "hacker", ni positif ni négatif, recouvre en fait une réalité multiforme : libre circulation des données et des informations, nouvelles formes de contestation politique, philosophie du Do it yourself... Nous vous proposons un aperçu de ce mouvement, illustré par une sélection de ressources disponibles en ligne ou à la Bpi. Les origines du hacking A l'origine, le hacker est un "bidouilleur", un passionné qui cherche à comprendre comment fonctionnent les outils qu'il utilise et bricole pour les améliorer. On associe spontanément ce terme à l'informatique mais il peut toucher à bien d'autres domaines comme la musique, l'art, l'électronique ou la science.

Me Thierry Dor: vers une extension de l’opt-in pour la collecte des données personnelles en Europe Smart Data >>(vidéo) Avocat spécialiste du droit de l’informatique et des nouvelles technologies chez Gide Loyrette Nouel, Me Thierry Dor explique les changements qu’apportera le futur règlement européen de protection des données personnelles en matière de collecte et de traitement. Dans cet entretien, Me Thierry Dor, avocat spécialiste du droit de l’informatique et des nouvelles technologies chez Gide Loyrette Nouel, nous expose ce que modifiera le prochain règlement européen de protection des données à caractère personnel – qui s’inscrit dans la réforme annoncée par la Commission européenne en janvier 2012. Entre autres points: - Le futur règlement va probablement renforcer le caractère central du consentement de l’individu dans la collecte de ses données. - On constate une tendance générale à aller vers plus d’opt-in (consentement préalable), comme en matière de géolocalisation, de marketing électronique, d’usage des cookies. À lire aussi

Devenir Média. L'activisme sur Internet, entre défection et expérimentation 1Les premières pages de Devenir média sont consacrées à la critique virulente, mais fermement argumentée, par le renfort de nombreuses références bibliographiques, d'un article de Serge Halimi paru dans Le Monde diplomatique en août 2000, où ce dernier dénonçait l'idéalisme des cybernautes croyant en une ère nouvelle pour le militantisme, l'ère internet. Internet ne serait pas pour S Halimi le nouveau lieu pertinent de l'activisme politique. Au contraire, pour O. Blondeau et L.

Dure loi des cookies En Grande-Bretagne, les sites web affichant des bandeaux publicitaires encourent une amende de 500 000 livres. En France, l'amende est de 300 000 euros. Une directive européenne oblige maintenant les sites à demander aux internautes la permission d'envoyer des "cookies" dans leurs ordinateurs. CETA craindre Accusé d'être un cheval de Troie du défunt traité anti-contrefaçon ACTA, l'accord commercial CETA (entre Canada et UE) rentre ce lundi dans un nouveau round de négociations. La mobilisation se renforce à l'approche de l'issue finale. En juillet dernier, lorsque le Canadien Michael Geist, professeur de droit engagé en faveur des libertés numériques, a alerté sur le danger de CETA ce traité commercial Canada-UE potentiellement cheval de Troie d’ACTA, l’accord commercial fraîchement rejeté par le Parlement européen, certains ont tempéré : le texte fuité date de février, il n’est plus d’actualité, les lobbies ont échoué dans leur tentative d’imposer leur vision maximaliste de la propriété intellectuelle et du droit d’auteur. Trois mois après, alors qu’un treizième round de négociations s’engage ce lundi, le scepticisme a fait place à l’inquiétude. CETA, c’est comme ACTA. Dubitatif naguère, le fondateur du Parti Pirate, le Suédois Rick Falkvinge tient désormais la même ligne :

Clics longs, cookies et publicité intrusive Knowledge@Wharton: Joseph Turow, vous avez publié cette année The Daily You (Yale University Press, janvier 2012). Dans l’introduction, vous écrivez que le secteur de la publicité a lancé « l’un des efforts de profilage social furtif les plus massifs de l’histoire ». Comment cela se passe-t-il, et quelles en sont les implications pour les consommateurs? Joseph Turow: Les entreprises estiment aujourd’hui qu’elles doivent en connaître beaucoup plus sur leurs clients, sur les utilisateurs de leurs produits. Certaines sont prêtes à suivre les consommateurs partout où ils vont et ensuite à partager les données, de manière anonyme ou non, avec les éditeurs et distributeurs.

Hackerisme : hacking large appliqué, éthique sociale et politique C’est cette publication : « Éthique et communauté du hacker : un entretien avec Richard M. Stallman, 2002 », toujours consultable sur le site gnu.org qui est à l’origine de l’article présentement en ligne. Il n’y a pas là une découverte fondamentale sur le hacking et les hackers mais des rappels sur leur origine et leur progression au cours du temps.

Related: