background preloader

Trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité

Trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir TDA. Le trouble du déficit de l'attention (TDA ; en anglais : Attention-deficit disorder, ADD) est un trouble pédopsychiatrique caractérisé par des problèmes de concentration. On l'appelle trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH ou TDA/H ; en anglais : Attention-deficit hyperactivity disorder, ADHD) lorsqu'il s'accompagne d'hyperactivité/impulsivité. D'après le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV), le TDA/H n'est pas recensé comme un trouble du comportement mais est un facteur potentiel de trouble d'opposition ou de conduite. La Haute Autorité de santé a en mars 2015 tranché en faveur de la reconnaissance du Trouble Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH), trouble dont seraient victimes 3,5 % à 5,6 % des enfants en France[1]. Diagnostic[modifier | modifier le code] Historique et classifications[modifier | modifier le code] La guidance parentale : Related:  Zèbres □ DYS....

Troubles attentionnels Combien de fois recevons-nous le bulletin de nos enfants, avec la mention : « Manque d’attention », «distrait », « devrait plus écouter », « agité et pénible », « bavard »…. Ces commentaires laissent à penser que l’enfant est dans la lune en classe, flottant et qu’il ne tire pas profit de son temps en classe. On s’interroge alors sur la possibilité d’un trouble attentionnel qui empêcherait à l’enfant de mobiliser son plein potentiel. Ces questions sont pertinentes, mais : Attention ! Aujourd’hui, les études montrent que les fonctions attentionnelles sont multiples. L’attention est associée à l’une des deux modalités sensorielles principales : écouter ou voir, essentiel en classe. On peut parler de plusieurs types de fonctions attentionnelles : Les exigences attentionnelles en classe sont très importantes. Avoir un trouble attentionnel n’est pas simplement une certaine difficulté à s’intéresser au cours. Et qu’en est-il de l’hyperactivité ?

Le « Jeu du cube » Dans le monde de la séduction, il existe de nombreuses méthodes et autres techniques, auxquelles s’ajoutent ce qu’on pourrait appeler des « jeux ». Ces derniers existent pour vous aider à mieux connaître votre cible, et à savoir de quelle façon il faudra procéder pour la conquérir. Aujourd’hui, nous allons nous intéresser au « Jeu du cube », qui est reconnu outre-atlantique comme une méthode de « cold-reading« . Autrement dit, c’est une façon de faire aussi utilisée par les médiums pour récolter des informations sur leurs clients. En plus de ça, ces simples questions vous permettrons de vous faire une idée de la personne en face de vous. Le principe du « Jeu du cube » Préparez votre cible à participer au jeu. Commencez-le jeu, et demandez-lui d’être assez précise à chacune de ses réponses. « Imagine-toi dans le désert avec comme seule vue, le ciel et l’horizon. Maintenant, ajoute une échelle, où se trouve-t-elle ? Rajoute ensuite des fleurs. Interpréter les réponses 1. 2. 3. 4. 5.

Trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité Pour les articles homonymes, voir TDA et ADD. Trouble déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) Les enfants ayant un TDAH avec ou sans hyperactivité ont parfois du mal à terminer une tâche, à suivre des instructions, etc. Mise en garde médicale Le trouble déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH ; en anglais : attention-deficit hyperactivity disorder, ADHD) est un trouble du neurodéveloppement caractérisé par trois types de symptômes pouvant se manifester seuls ou combinés : des difficultés d'attention et de concentration, des symptômes d'hyperactivité et d'hyperkinésie et des problèmes de gestion de l'impulsivité. Ce trouble débute durant l'enfance et persiste à l'âge adulte dans au moins 15% des cas selon les critères les plus stricts de définition et jusqu'à 65% selon les anciens critères de rémission partielle du DSM-IV[3]. Historique et classifications[modifier | modifier le code] Diagnostic[modifier | modifier le code] La guidance parentale :

Troubles de la cognition sociale Il est bien connu que l’homme est un « animal social ». Les êtres humains sont faits pour vivre en société. Du fait de son immaturité à la naissance et du long processus de développement et d’éducation qui vont lui être nécessaire pour devenir un adulte indépendant, les habiletés sociales du bébé et de l’enfant vont lui être essentielles. Etre capable de suivre le regard de l’autre, de montrer intentionnellement ce qu’il ne peut saisir ou dire est fondamental pour que le petit enfant puisse partager avec l’adulte une certaine connaissance du monde. Une fois le langage acquis, tout n’est pas dit dans les mots. Le ton de la voix, les images employées, les mimiques de l’interlocuteur permettent de comprendre l’implicite. Savoir s’ajuster au monde qui nous entoure, ne pas s’enfermer dans des connaissances encyclopédiques dépourvues de vie, faire preuve de flexibilité par rapport à un monde toujours changeant font aussi partie de ces qualités et de la compréhension du monde social.

L'effet Barnum Par Serge Ciccotti auteur de 150 petites expériences de psychologie (pour mieux comprendre nos semblables) Si vous appréciez les tests, alors faites celui-ci : Prenez une feuille de papier et faites une colonne de 1 à 10 : 1 2 3 ... Etes-vous d'accord avec ces résultats ? En cherchant bien, vous avez certainement dû trouver dans la chanson en n° 7 et en n° 9 des éléments qui correspondent aux résultats du test (état d'esprit du moment, association avec la personne en n° 2, etc.). Ce phénomène a été mis en évidence par le psychologue Forer (1949). Afin de valider son hypothèse, Forer (1949) fit passer un test de personnalité à chacun de ses étudiants. Quelques jours plus tard, il remis à chacun de ses élèves le compte rendu suivant : "Vous avez besoin d'être aimé et admiré, et pourtant vous êtes critique avec vous-même. Forer leur demanda de noter cette évaluation entre 0 et 5, afin de savoir à quel point ils trouvaient que le résultat du test reflétait bien leur personnalité.

MDPH, PPS, PAI, PRRE, AVS, ERH... Les dispositifs. Faire un courrier avec nom, prénom , adresse , date de naissance et la copie de la décision contestée. Fournir des arguments nouveaux comme la répercussion du handicap dans la vie quotidienne, hors scolaire, rédiger un « projet de vie ». Tous les appels doivent être envoyés au président de la CDAH : le président du Conseil Général ou son représentant. Il est conseillé de faire parvenir le même courrier aux instances comme la CPAM, la CAF , l’IEN ASH, le médecin scolaire de l’IA et l’ERH si le dossier a été étable avec son aide. Attention pour faire appel, il faut disposer d’un élément nouveau qui permettra à la CDA de réétudier le dossier. Les différents recours : Recours gracieux Préalablement à un recours contentieux, les parents peuvent choisir d’exercer un recours gracieux : – Dans un délai de 2 mois à compter de la réception de la notification, Recours contentieux Après ou sans avoir exercé de recours gracieux, les parents peuvent exercer un recours contentieux :

Troubles de la mémoire Les troubles mnésiques chez l’enfant sont rares, mais ils existent. La mémoire est un phénomène complexe et multiple. La mémoire de ses propres souvenirs (la mémoire autobiographique) est distincte de la mémoire du sens des mots ou des événements et connaissances générales sur le monde. On pense aujourd’hui que ces différents types de mémoire se distinguent par la coloration émotionnelle que chacun d’entre nous y apporte. Avoir du mal à apprendre ses tables de multiplication est rarement le signe d’un trouble de la mémoire. Les troubles de la mémoire peuvent toucher divers types de processus mnésiques : L’encodage d’une nouvelle informationLa consolidation de la trace en mémoireLa récupération libre ou indicée des informations stockées en mémoire. Un bilan mnésique doit s’interroger sur l’ensemble de ces processus avant que le spécialiste puisse se prononcer.

Classification internationale des maladies Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir CIM. La Classification internationale des maladies (CIM, en anglais : International Statistical Classification of Diseases and Related Health Problems, ICD), dont l'appellation complète est Classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé connexes, est une classification médicale codifiée classifiant les maladies et une très vaste variété de signes, symptômes, lésions traumatiques, empoisonnements, circonstances sociales et causes externes de blessures ou de maladies. La Classification internationale des maladies est publiée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et est mondialement utilisée pour l'enregistrement des causes de morbidité et de mortalité touchant le domaine de la médecine[1]. Descriptions[modifier | modifier le code] La CIM est une classification statistique et mono-axiale. Historique[modifier | modifier le code] Versions[modifier | modifier le code]

Développer l'attention et la Concentration Descriptif : Proposer aux élèves, tout au long de l'année, des activités simples, ne nécessitant pas de déplacements, dans le but de recentrer l'attention : • par un moment de chant, • par des activités de rythme • en se dégourdissant les jambes (se promener dans la classe quelques minutes) • par des exercices de gymnastique, tout en restant en place, à leur table : rectification de la posture, redressement de la colonne vertébrale, étirement, mouvement de doigts. • par des exercices respiratoires : ouvrir d'abord les fenêtres. Respirer lentement, bouche fermée, pendant cinq secondes, retenir l'air deux secondes dans les poumons, puis expirer lentement, par la bouche, pendant cinq secondes ; garder les poumons vides deux secondes encore avant de reprendre une inspiration, longue de huit secondes. •par des exercices de respiration abdominale : placer la main sur le ventre. • Faire des séquences courtes. • Alterner les types d'activités : individuel, en groupe, à l'oral, à l'écrit…

Trouble oppositionnel avec provocation Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Trouble oppositionnel avec provocation Le TOP se développe durant l'enfance et est souvent dirigé vers les parents, les autorités et autres. Mise en garde médicale Le trouble oppositionnel avec provocation (TOP), comme décrit dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM), est un ensemble de comportements négativistes, hostiles ou provocateurs envers des figures autoritaires, allant au-delà d'un comportement infantile habituel. La colère souvent persistante, un tempérament difficile, une hyperactivité motrice et une perception très négative de l'autorité sont les symptômes communs du trouble oppositionnel avec provocation. Diagnostic[modifier | modifier le code] Pour diagnostiquer le trouble, ces comportements doivent durer environ six mois[1],[2]. Causes[modifier | modifier le code] De nombreuses causes ont été identifiés par les médecins et psychologues, souvent difficiles à départager.

Sophrologie pédagogique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La sophrologie pédagogique est une approche de la sophrologie[1] initiée en Suisse par La première école de sophrologie pédagogique[2]. Elle vise à acquérir, à travers un apprentissage progressif, l'art des techniques de sophrologie dans un but de maîtrise personnelle de ses propres ressources[3]. Ces techniques, dont la relaxation auto-concentrative est la base, sont issues des recherches physiologiques et psychanalytiques occidentales (Edmund Jacobson, Training autogène de Schultz, hypnose), mais aussi des connaissances orientales des états modifiés de conscience (issues du Raja Yoga)[4]. Objectif[modifier | modifier le code] L'objectif est avant tout éducatif existentiel. Méthode[modifier | modifier le code] Cette approche fait l'objet d'une méthodologie à la fois scientifique[5][réf. insuffisante] (méthode expérimentale) et relevant de la phénoménologie[6][réf. insuffisante]. Techniques[modifier | modifier le code]

Hyperactivité Adulte TDAH TDA Déficit d'Attention Probleme concentration Procrastination Cyclothymie Impulsivité Ritaline Coaching Attention Enfants attentifs aux propos d'un conteur d'histoire. L'attention est la faculté de l'esprit de se consacrer à un objet : d'utiliser ses capacités à l'observation, l'étude, le jugement d'une chose quelle qu'elle soit, ou encore à la pratique d'une action. L'attention est exclusive du fait qu'on ne peut réellement porter son attention que sur un objet à la fois, même si on peut parfois avoir le sentiment inverse (on peut faire deux choses simultanées si l'une ne requiert pas d'attention)[1]. Il s'agit d'un concept important chez plusieurs grands philosophes, tels que saint Augustin, qui l'oppose à la concupiscence des yeux ou curiositas, ou encore Nicolas Malebranche, qui en fait une « prière naturelle par laquelle nous obtenons que la raison nous éclaire ». L'un d'eux, William James, aussi considéré comme le père de la psychologie américaine[réf. nécessaire], a donné de l'attention une définition devenue classique : — William James , [2]. Son rôle[modifier | modifier le code]

Related: