background preloader

Bienvenue dans le site professionnel de Marianne Poumay (ULg/FAPSE/LabSET)

Bienvenue dans le site professionnel de Marianne Poumay (ULg/FAPSE/LabSET)

Blog de M@rcel : des technologies et des pédagogies qui travaillent ensemble Introduction : répondre ou débattre Ce billet portera sur la contribution de deux collègues, Alain Beitone et Margaux Osenda, qui ont publié « La pédagogie inversée : une pédagogie archaïque » (des extraits de cet article seront proposés en bleu ci-dessous) Il ne s’agit pas pour moi de « répondre » à leurs arguments ou de les démonter en tentant de démontrer combien le propos serait incorrect, inapproprié, fallacieux … Je l’ai souvent dit : en matière d’innovation (gardons ce concept pour le moment), il me paraît important de considérer tous les points de vue même ceux envers lesquels, personnellement et subjectivement, on ne peut d’emblée marquer son accord. En effet, les propos des thuriféraires et autres évangélistes doivent être considérés avec circonspection voire méfiance, ceux des « grognons » (comme je les appelle chaleureusement) avec attention en ce qui concerne les alarmes qu’ils nous envoient. La classe inversée n’a rien d’innovant ! Introduction I.1. I.2. I.3.

TIC et métiers de l'enseignement supérieur Présentation de l'éditeur Prenant appui sur les résultats qualitatifs et quantitatifs d'une enquête sur les liens entre technologies de l'information et de la communication (TIC) et pratiques enseignantes, menée auprès d'enseignants-chercheurs en sciences humaines et sociales d’universités françaises et norvégiennes, cet ouvrage croise les regards de chercheurs français et internationaux en sciences de l’information et de la communication et sciences de l’éducation dans une perspective résolument interdisciplinaire. Évitant tout discours déterministe ou prescripteur sur la place des TIC au sein des universités et dans les métiers de l’enseignement supérieur, cette recherche se veut avant tout heuristique et critique, apportant des outils de lecture et de compréhension des questions en jeu dans les usages déclarés par les enseignants-chercheurs. Haut de page

Jeu et pédagogie ou pédagogie par le jeu : pourquoi il faut jouer toute l’année en classe (et ailleurs) | LudoVox Vaste sujet me direz-vous ? Et vous auriez raison. Je pense qu’on pourrait y consacrer quelques livres. Pour me présenter en quelques mots sur le plan professionnel : enseignante en élémentaire et intervenante en orthopédagogie (quel mot bizarre…). J’ai créé une structure d’accompagnement pédagogique portant le nom d’HeuréCAP. Sur Ludovox, on aime jouer, on aime partager, on aime découvrir, on aime inventer… Et bien si je vous disais, qu’en classe ou en cours individuel, les enfants et les ados adorent ça aussi ! Jouer en classe, c’est possible « Jouer aux dés n’a aucun intérêt en soi. A l’heure de la rentrée des classes, nous pouvons voir fleurir sur un bon nombre de blog d’enseignants divers jeux de leur création. Le jeu intelligent (smartgame) Cependant, il y a un tas de jeux extraordinaires que nous pouvons utiliser dans nos classes. Temps d’atelier ATTENTION, je ne renie pas les tables ni tout ce qui est fait en classe, j’ai des collègues absolument extraordinaires. Bref : JOUEZ !

Poster 1 les huit phases d'une démarche portfolio Passion pédagogique E-pédagogie Un article de Wiki Paris Descartes. Des clés pour comprendre l'Université numérique Somme des savoir-faire et des méthodes qui permettent une exploitation raisonnée et optimisée des supports et des technologies à fin d' apprentissages . Actes des journées "Former et accompagner les enseignants pour développer l'usage pédagogique du numérique dans les universités" (ENS de Lyon, Juillet 2010) Pédagogie et numérique : une nécessaire formation des enseignants-charcheurs ? : Conférence (Marianne Poumay, professeure à l'université de Liège, a inauguré, avec ce "Lundi des TICe" hors les murs le cycle des conférences "Vivaldi tout au long de l'année" de l'université numérique Paris-Ile-de-France (UNPIdF), Mars 2011). La pratique réflexive :

L'erreur, grande absente de l'expérimentation scientifique en classe : Articles : Didactique * : Thot Cursus Au début de l'année 2009, Les Cahiers Pédagogiques ont eu la bonne idée de rééditer un article de Jean-Pierre Astolfi (récemment décédé), publié sept ans auparavant. L'article s'intitule "L'oeil, la main, la tête. Expérimentation et apprentissage". Jean-Pierre Astolfi était professeur en Sciences de l'éducation à l'Université de Rouen. Il a travaillé pendant plusieurs années sur le statut de l'erreur dans le système éducatif, et cet article fournit un bon exemple de sa position à ce sujet. Constater n'est pas comprendre Depuis la fin du XIXe siècle en France, l'enseignement scientifique est essentiellement expérimental. L'expérimentation telle qu'elle se pratique en classe représente la "partie visible" de la science, censée faciliter la compréhension de phénomènes physiques, chimiques... qu'on peut constater à l'aide d'instruments d'observation et de mesure adéquats. Une pratique sans surprise, qui ne se suffit pas à elle-même De plus, J.P. L'erreur fait partie de l'expérience J.P.

Un focus sur les ePortfolios : usages pédagogiques de Mahara Le blog de Christine Vaufrey » Blog Archive » L’illusion de la pédagogie numérique Je lis avec quelques semaines de retard le texte de J.M. Fourgous publié dans Le Monde, intitulé « Oser la pédagogie numérique !« . Ce raccourci me semble dangereux et trompeur. D’une part, parce que je me demande bien ce qu’est « la pédagogie numérique ». D’autre part, M. Ce n’est évidemment pas « le numérique » (les tablettes, les téléphones intelligents…) qui rend possible la construction des connaissances. Et là, on sait déjà ce qui marche : le travail de groupe, l’approche par résolution de problème, l’autonomie des apprenants dans leur organisation. Le grand danger de la promotion de la « pédagogie numérique », c’est de laisser croire qu’il suffit de mettre un ordinateur devant les gamins et qu’on n’aura pas besoin de changer quoi que ce soit d’autre dans sa façon de faire.

La perception des réseaux sociaux numériques par les étudiants Share par Camille Travers L’émergence des réseaux sociaux semble un sujet de plus en plus traité par les étudiants notamment lors de cursus Marketing/Communication ou Ressources Humaines. Leurs sollicitations sont nombreuses pour interviewer les acteurs du web 2.0. Cela m’a amené à me demander quelle vision ils dégageaient de leurs analyses et ce qui les avaient amenés vers ces interrogations: formation, stage, entourage professionnel ou intérêt personnel ? Après avoir interviewé ceux qui m’avaient sollicité (valorisant ainsi la principale règle des réseaux sociaux : donner pour recevoir !) Une présence sur les réseaux renforcée 80% était déjà présents sur au moins un réseau avant la réalisation de leur mémoire. Ils valorisent cette utilisation pour la facilité de « rester en contact » avec leurs rencontres professionnelles. Des sujets encore peu explorés par les formations Les formations semblent avoir pris en compte ce thème mais ne l’intègrent pas au sein des programmes. Les limites

Réduire la charge cognitive - FormaVox Lors d’une formation ou d’une présentation en public, vos participants sont activement sollicités dans le but d’assimiler une certaine quantité d’informations. Le problème, c’est que quand la quantité d’informations est trop importante, ou lorsque le contenu présenté atteint un niveau de complexité trop élevé, un phénomène de saturation se produit dans le chef de votre public : il s’agit de la surcharge cognitive. Je vous propose d’approfondir ici le concept de charge cognitive, et de voir en quoi ce phénomène est crucial pour éviter à vos participants de se ruer sur une boite d’aspirine, une fois votre intervention terminée ! Découvrez en quoi consiste le phénomène de surcharge cognitive afin de favoriser l’assimilation de votre contenu par vos participants. Avant d’aborder concrètement le concept de la charge cognitive, laissez-moi préciser 3 éléments importants à propos du fonctionnement de notre cerveau en situation d’apprentissage (lors d’une formation, conférence ou présentation) :

Related: