background preloader

Les premiers excès de la chasse, il y a 45 000 ans

Les premiers excès de la chasse, il y a 45 000 ans
LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart Chez Homo sapiens, l'excès de prédation est peut-être un travers qui remonte loin. Et, précisément, à la toute première colonisation d'un vaste territoire précédemment vierge de toute humanité. Selon des travaux publiés vendredi 23 mars dans la revue Science, l'arrivée de l'homme moderne en Australie, il y a quelque 45 000 à 50 000 ans, s'est en effet soldée par l'éradication complète - en quelques millénaires tout de même - de la méga-faune qui peuplait l'île-continent au pléistocène. Ce sujet soulève des discussions animées : d'autres hypothèses sont bien souvent mises en avant, qui exonèrent l'homme dans la survenue brutale de ces extinctions en cascade. Un changement climatique local, par exemple, aurait pu rendre les conditions de sécheresse favorables à de grands incendies, ayant eux-mêmes entraîné des changements à grande échelle sur la végétation. Pourquoi eux ? Déclenchement d'incendies

http://www.lemonde.fr/sciences/article/2012/03/23/les-premiers-exces-de-la-chasse-il-y-a-45-000-ans_1674269_1650684.html

Related:  prehistoireangephilippemattei4OUTILS

Le mammouth Répartition géographique Originaire d'Afrique les espèces de mammouths se sont ensuite répandues sur le continent européen (entre -2 et -3 millions d’années), puis en Amérique du Nord (-1,5 millions d’années), probablement en passant par le détroit de Bering. Caractéristiques de l’animal Les mammouths mesuraient entre 3 et 5 mètres au garrot et pesaient en moyenne de 4 à 6 tonnes suivant l’espèce. Le mammouth le plus imposant était Mammuthus sungari, dont le poids était compris entre 6 et 8 tonnes. Le site de Quelfénec Quelfénec, site préhistorique, a été I'objet de fouilles archéologiques. L'atelier de taille de haches polies en dolérite (époque néolithique), situé à Quelfénec A I'époque du néolithique, ce rocher de dolérite était le centre d'une activité intense: fabrication de haches de pierre, des exemplaires ont été retrouvés en France, en Angleterre, en Belgique etc... Pour se rendre sur le site: route nationale 164, sortie Saint-Gelven, direction Sélédin puis Quelfenec. ou par le bourg de Plussulien ; direction Laniscat, 1ère route à gauche puis 50m plus loin encore à gauche... Quelfénec ou les chemins de la préhistoire

Découverte d'un bébé mammouth congelé en Sibérie Vue d'un petit mammouth dessiné au plafond de la Salle des Vagues dans la grotte d’Arcy-sur-Cure (photo dans D. Baffier et M. Girard, 1998, p. 80 - Université de Liège). Outils de la préhistoire Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Outils par périodes chronologiques[modifier | modifier le code] Paléolithique inférieur[modifier | modifier le code] Les outils emblématiques de cette période sont le galet taillé et le biface acheuléen[1]. Helmut, le mammouth de Seine-et-Marne a t-il été chassé par l'homme ? Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter propulseur Décomposition des mouvements d'un tir au propulseur. Dessin : S. Souvenir. In Chauvaux et Cattelain, 1995.

Homo erectus Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Reconstitution scientifique d'Homo erectus Homo erectus signifie littéralement « homme dressé, droit » en latin : ce nom binominal d'espèce est un héritage historique lié à la description du fossile de Pithecanthropus erectus par Eugène Dubois en 1894. Il s'agissait alors du plus ancien ancêtre bipède connu d'Homo sapiens, mais ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Vêtements - La Préhistoire avec Ticayou, l'enfant cro-magnon Préparation des peaux Ticayou, le Petit Cro-Magnon - Page 1 Les peaux des animaux doivent être préparées (tannées) avant d'être utilisées, pour la fabrication de vêtements, de sacs ou de tentes. Ce travail se fait avec des grattoirs en silex. Couture Homo erectus. En Images Plusieurs sous-espèces d’Homo erectus ou une seule espèce ? La plus ancienne de toutes les sous-espèces d’Homo erectus a été mise au jour à Olduvai Gorge, en Tanzanie. Appelée Homo erectus olduwaiensis, cette sous-espèce est considérée par la majorité des paléontologues comme le seul spécimen d’Homo erectus en Afrique. Fossiles d'Homo erectus et reconstitution. (Cleveland Museum of Natural History) By Hairymuseummatt

Related: