background preloader

Vers un développement des compétences

Vers un développement des compétences
Les formations ne peuvent plus se limiter à demander aux apprenants d’accumuler des savoirs, elles doivent aussi leur demander d’exploiter ces savoirs pour développer des compétences. En s’appuyant sur la définition de compétence de Le Boterf, on peut définir quelques pistes pour faire évoluer nos formations … Et si la pédagogie ouverte était un élément de réponse pertinent à ces questions ? Cela fait quelques temps que je tombe sur des affirmations du type "The world only cares, and will only pay for, what you can do with what you know" (Thomas Friedman dans le NY Times) et je pense que c’est très vrai (et peut-être même de plus en plus vrai). Soit ! Cela implique un changement de paradigme de l’enseignement : passer de la transmission de savoirs à un développement de compétences. Dans son livre Construire les compétences individuelles et collectives, Guy Le Boterf définit les compétences comme suit : « Les compétences peuvent être considérées comme une résultante de trois facteurs : Related:  Approche par compétencesPratiques pédagogiques et apprentissage

La pyramide des besoins de Maslow d’un point de vue pédagogique | madamemarieeve Le psychologue Abraham Maslow a établi une hiérarchie des besoins en faisant des recherches sur la motivation. Il a ainsi réalisé, dans les années 1940, la pyramide des besoins. Le fonctionnement doit être perçu tel un escalier. L’individu doit satisfaire les besoins qui sont à la base afin de pouvoir réaliser ceux qui sont au niveau supérieur. Le plus haut niveau étant le besoin de s’épanouir. Voici l’explication de chacun des niveaux. Besoins physiologiques: Ils sont liés à la survie. Besoin de sécurité : Ce besoin se réfère au fait que tout individu doit se protéger des dangers. Besoin d’appartenance et affectif : Ce besoin a une dimension sociale. Besoin d’estime : Il est le prolongement du besoin précédent. Besoin de s’épanouir : Ce besoin se retrouve au sommet des aspirations humaines. Nous devons tenir compte, en tant qu’enseignant, de ces besoins. Voilà donc la pyramide vue sous un regard ayant une vision pédagogique: N’est ce pas l’objectif premier d’un enseignant? WordPress:

Vous avez dit…Approche par compétence | Tice-pro Je vous propose un résumé des excellents travaux de M. Henri Boudreault professeur à L’UQAM (Canada). Il est question d’un modèle d’apprentissage basé sur le développement des compétences dans un contexte de formation professionnelle et technique. L’écart est souvent grand entre la formation dispensée au sein des établissements de formation et le milieu du travail. Cet article qui n’est qu’un modeste résumé des travaux de M. En deux mots un enseignant doit être capable de distinguer les objets d’apprentissage d’une formation, être capable de développer les concepts liés et de les rendre perceptibles et compréhensibles. 1) La compétence professionnelle c’est quoi ??? La compétence professionnelle est au-delà de la simple acquisition de connaissances ou du développement d’habiletés. Le rôle d’un professeur est donc de mettre en œuvre des situations d’apprentissages contextualisées permettant de relever les défis didactiques authentifiés : Comprendre, réussir, réaliser, s’dapater etc.

Se motiver: Atteindre ses objectifs | Salle des profs Lors de la troisième phase PI, le pilotage du projet, les enseignants sont confrontés au défi d’accompagner les élèves qui sont activement engagés dans des réalisations qui surviennent très souvent hors des murs de l’école. C’est à ce moment que les enseignants ont besoin de ressources variées et efficaces qui peuvent les soutenir dans leurs pratiques pédagogiques, à mettre de l’ordre dans leurs intuitions et à faciliter leurs choix de stratégies. La procrastination, tendance à reporter à plus tard, est très souvent considérée comme l’indicateur d’une panne de motivation. Elle devient particulièrement préoccupante pour l’enseignant PI à la période de réalisation du projet. Retour vers les Grands dossiers Activités proposées pour les élèves Activités pour les élèves proposées dans la Boite à outils autour de ce sujet: Coup... La procrastination, un symptôme de démotivation? La Procrastination est une tendance contreproductive à reporter à plus tard des actions... Facteurs de motivation

La différenciation pédagogique Cours, Exercices, TP, tutoriels en informatique, économie, gestion, français,... Vous êtes ici : Matières (informatique) > Thèmes (systèmes d'exploitation) > Cours (Qu'est-ce qu'un système d'exploitation ?) Ce chapitre est destiné à mieux comprendre ce qui se cache derrière la notion de système d'exploitation. Il ne présente pas une étude détaillée de tous les systèmes d'exploitation ni même d'un seul en particulier. Il se veut général et accessible à ceux qui ne peuvent pas expliquer même de façon simple ce qu'est un système d'exploitation. Table des matières 1) Pour faire simple 1.1) Définition générale Un concept souvent utilisé et que peu de monde peut expliquer est la notion de système. Etudier le système d'exploitation revient alors à étudier les différents éléments qui le compose, leur rôle et leur objectif pour déterminer l'objectif du système dans sa totalité. Haut de page 1.2) Fonctionnement (très) général et (très) simplifié Sans système d'exploitation, chaque application (logiciel) "communique" directement avec le matériel : 2) Présentation plus détaillée

Rey · Les compétences clés dans l’enseignement obligatoire en Europe : fantasmes et réalités pédagogiques Puisque j’avais décidé d’aller au congrès ”AREF 2013″, organisé à Montpellier par les associations francophones en sciences de l’éducation, j’avais proposé une communication sur les compétences. C’est surtout une série de réflexions issues de la confrontation des travaux que je lis depuis plusieurs années, essentiellement de nature théorique, avec les observations que j’ai pu faire en France et enEurope (dans le cadre du réseau européen KeyCoNet). Les lecteurs intéressés par les questions de compétences se reporteront avec profit aux dossiers que j’ai réalisés sur l’approche par compétences ainsi que l’évaluation des compétences, et ceux qui sont familiers avec l’anglais au résumé de la revue de littérature européenne à laquelle j’ai participé. Résumé Est-ce à dire que les compétences sont devenues l’alpha et l’oméga de toutes les politiques éducatives des gouvernements européens ? Un établissement d’enseignement secondaire de Séville (I.E.S.

Comment utiliser le crowdsourcing en classe ? Le crowdsourcing ou l’externalisation ouverte a pour but une mise en commun de l’intelligence collective. Cette façon émergente de travailler valorise l’utilisation de la créativité, de l’intelligence et du savoir-faire d’un grand nombre de personnes et non d’un seul individu. Wikipédia et Google sont deux énormes projets de crowdsourcing. Le premier est actif puisque les participants écrivent des textes et le deuxième est passif puisque les utilisateurs participent à la banque de données de Google en utilisant son moteur de recherche. Serait-il possible d’utiliser cette approche en classe ? Je lisais le blogue de Catlin Tucker et je suis tombé sur un article sur le crowdsourcing. Selon elle, le potentiel collectif de la classe est grandement supérieur au potentiel de chaque individu incluant l’enseignant. 1) Défier les étudiants de générer des informations dans des groupes de collaboration. Les élèves devaient se placer en équipe et il devait explorer le Sonnet 116. Sources des photos

5 Characteristics of a Change Agent cc licensed ( BY ) flickr photo shared by visualpanic (change agents) – People who act as catalysts for change… In my work through school and organization visits, I have been fascinated to see the correlation between the speed of change and an individual who is “leading” the charge. As Malcom Gladwell describes in his book, “The Tipping Point“, he states: The success of any kind of social epidemic is heavily dependent on the involvement of people with a particular and rare set of social gifts. Although Gladwell talks about the “Law of the Few” (connectors, mavens, salesman), I do not believe change is solely dependent upon their skills, but also the culture in which they exist. you are in an environment where people do not want to come together. a huge bearing on their success. With that being said, I have noticed that the individuals that are really successful in helping to be a catalyst for change certainly embody some similar characteristics. 1.

Développer ses compétences en programmation informatique La programmation informatique a beau être introduite dans les programmes de certaines sections des classes de terminale en France, elle souffre d'une image peu favorable. En effet, seules l'étude et la pratique permettent de maîtriser les particularités du Java ou du langage C. Or, il faut admettre que les travaux pratiques de programmation traditionnels peuvent être fastidieux. Pour stimuler chez les jeunes le goût de la programmation, l'IRIT (Institut de Recherche en Informatique de Toulouse) a développé deux jeux qui permettent à la fois de mettre en pratique ses connaissances en la matière et de s'amuser. Byte Battle et Kernel Panic sont des jeux de stratégie en temps réel se déroulant dans un univers informatique. Dans les deux cas, le joueur doit programmer les actions de ses unités. Il s'agit donc d'une belle façon, pour les étudiants, de vérifier leurs connaissances en informatique. Niveau : Pré-universitaire

Le défi de l'évaluation par compétences Jeu sérieux & Gamification Accueil > Dossiers et articles > Jeu sérieux & Gamification Utiliser le jeu pour faciliter l'apprentissage est ue statégie efficace. Quel que soit leur âge, les apprenants semblent sensibles au jeu pour apprendre. Faut-il alors transformer les écoles en vastes plateaux de jeu ? Pas nécessairement. Car la "gamification" consiste moins à donner l'aspect d'un jeu à son cours, qu'à s'inspirer des mécanismes favorisant l'intérêt et l'engagement des joueurs pour accroître la motivation et l'approfondissement des apprentissages chez les étudiants. En effet, l'usage du jeu et la "gamification" des pratiques présentent peu d'intérêt s'ils ne sont pas porteurs d'innovation pédagogique. Par ailleurs, l'immersion dans un univers complet et cohérent et la possibilité de dépasser ses limites en prenant des risques sans conséquences sur la vie réelle, constituent deux puissants facteurs d'engagement. Illustration : mayboro95, Shutterstock.com L'essentiel sur la gamification et le jeu sérieux

Le futur de l’enseignement supérieur est dans la formation de communautés d’apprentissage en réseau Beaucoup de mouvement sur la planète MOOC dans les derniers jours. D’abord, on apprend par l’entremise du Figaro étudiant que la prestigieuse École Polytechnique en France offrira trois cours en français sur Coursera dès la rentrée d’automne 2013. Un peu plus tôt en février, le blogue de Coursera avait publié un billet dans lequel on annonçait que la plateforme aux trois millions d’utilisateurs mettait le cap sur la francophonie. Parlant du caractère « élitiste » des grands MOOCs, Stephen Downes a réagi à un article du Wired en affirmant que les réelles innovations se trouvaient dans la panoplie des « non-elite MOOCs » qui suivent la piste des modèles d’apprentissage plus ouverts et distribués. « La téléprésence n’est pas plus la présence incarnée nécessaire à l’expertise que la syntaxe d’un ordinateur n’est du sens. Le nouveau modèle d’affaire des universités est là. La communauté d’apprentissage en émergence sera formée à partir de là. C’est ce que je ne nous souhaite pour bientôt.

Related: