background preloader

Vue d'ensemble de l'économie collaborative avec Michel Bauwens

Vue d'ensemble de l'économie collaborative avec Michel Bauwens

http://www.youtube.com/watch?v=t1UuoV_kR2s

Related:  Innovation collaborativeReflexions sur le collaboratifÉconomie des réseauxEconomie Collaborativephilippeaudic

Web sémantique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Logo du W3C pour le Web sémantique Le Web sémantique, ou toile sémantique[1], est un mouvement collaboratif mené par le World Wide Web Consortium (W3C)[2] qui favorise des méthodes communes pour échanger des données. Le P2P, la Culture libre et le mouvement des Communs En novembre dernier, j’ai eu l’occasion d’être invité à Montréal dans le cadre d’un événement intitulé "A l’école des Communs", organisé par l’association Communautique et Remix Biens Communs. Le premier temps de cette initiative consistait en une conférence portant sur le thème "Le P2P, la culture libre et le mouvement des Communs". J’ai eu le grand privilège dans ce cadre de pouvoir intervenir aux côtés de Michel Bauwens, l’un des plus importants théoriciens actuels des biens communs et le fondateur de la P2P Foundation. Ci-dessous, je poste la présentation qui m’avait servi de support. L’association Communautique a enregistré le lendemain une interview dans laquelle je détaille les points abordés lors de la conférence. Communautique ayant fait un remarquable travail de montage de la vidéo, vous pouvez naviguer entre les différentes parties grâce à ce plan interactif.

Linux Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Linux est le nom couramment donné à tout système d'exploitation libre fonctionnant avec le noyau Linux. C'est une implémentation libre du système UNIX respectant les spécifications POSIX. Ce système est né de la rencontre entre le mouvement du logiciel libre et le modèle de développement collaboratif et décentralisé via Internet. La consommation collaborative Je suis allé ce matin à un petit déjeuner organisé par Renaissance numérique sur le thème des nouveaux modes de consommation que permet le numérique, avec comme titre, un peu inexact mais tellement racoleur, de la "fin de la propriété". On avait ce matin les deux intervenants "concrets", airbnb qui fait dans le peer-to-peer pour la location d'hébergements, et autolib, où un loueur de voiture a développé un segment de marché qui n'existait pas et un théoricien, Christophe Bénavent. L'activité était expliquée de manière claire par les deux chefs d'entreprise, avec une vraie plus-value apportée par l'intervention du théoricien, qui a permis de donner une autre dimension à ces témoignages, en les replaçant dans un contexte plus large. Ce type de présentation croisée est très efficace ! Beaucoup de choses tournaient autour de la notion, certes un peu marketing, de consommation collaborative. Il va en découler des modifications sociétales.

Arrêtez de réfléchir comme hier, pensez comme demain ! Internet n’est pas seulement un outil idéal pour permettre la rencontre d’une offre et d’une demande favorisant la consommation collaborative. Le réseau joue également un rôle potentiellement beaucoup plus disruptif : la mutation de notre culture commune. Le développement rapide des initiatives de consommation collaborative est fortement lié au développement de l’accès à Internet. Pair à pair Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le pair à pair peut être centralisé (les connexions passant par un serveur central intermédiaire) ou décentralisé (les connexions se faisant directement). Il peut servir au partage de fichiers en pair à pair, au calcul distribué ou à la communication. Principe général[modifier | modifier le code] Le pair-à-pair a permis une décentralisation des systèmes, auparavant basés sur quelques serveurs exposés à la censure et à l'enregistrement en masse de données privées : il permet à tous les ordinateurs de jouer directement le rôle de client et serveur (voir client-serveur). En particulier, les systèmes de partage de fichiers permettent de rendre les objets d'autant plus disponibles qu'ils sont populaires, et donc répliqués sur un grand nombre de nœuds.

Covoiturage, Fablab, circuits-courts... : Quand les nouveaux usages de la consommation transforment l'économie Les acteurs de l’économie collaborative s’organisent : lancement de la communauté OuiShare Bretagne La consommation collaborative... Quelle drôle d’expression ! Quel rapport entre le fait de consommer (pour soi) et de collaborer (avec les autres) ? C’est acheter pour soi-même tout en étant altruiste... ??? Wikipédia Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Wikipédia (Wikipedia en anglais) ( Écouter en français) est un projet d'encyclopédie universelle, multilingue (291 langues mi-2015), sous licence CC-BY-SA 3.0, créée par Jimmy Wales et Larry Sanger le 15 janvier 2001[1] en wiki sous le nom de domaine wikipedia.org. L'encyclopédie ainsi que son environnement sont hébergés sur Internet grâce aux serveurs financés par la Wikimedia Foundation, organisation à but non lucratif américaine, dépositaire de la marque Wikipédia. L'encyclopédie est en libre accès, en lecture comme en écriture, c'est-à-dire que n'importe qui, accédant au site, peut en modifier la quasi-totalité des articles. Si l'on regarde son impact, on constate que Wikipédia est le sixième site le plus fréquenté au monde[2], et constitue le plus grand et le plus populaire des ouvrages de références générales d'Internet.

La consommation collaborative Parmi les nouvelles tendances de consommation qui se sont développées ces dernières années et qui sont favorisées par la crise économique actuelle, la consommation collaborative est certainement l’une des plus intéressantes. Elle a même été citée par le très sérieux Time Magazine comme l’une des dix idées qui vont changer le monde ! Cette forme de consommation peut se manifester de nombreuses manières, puisqu’il peut s’agir de louer, prêter, partager ou encore échanger des biens ou des services, tout en créant de nouvelles formes de lien social. Facilitée par le développement des réseaux sociaux et plus généralement des communautés sur internet, la consommation collaborative est actuellement en plein boom, et touche de nombreux secteurs d’activité. Voici les 3 grands types de consommations collaboratives, ainsi que quelques exemples de sites internet correspondants : Pour en savoir plus :

Michel BAUWENS- Et si la ville anticipait l’émergence d’une économie peer-to-peer ? Propos recueillis par Emile Hooge-Octobre2012. Michel Bauwens est le fondateur de la Foundation for Peer-to-Peer Alternatives. Il est chercheur associé en sciences de l’information à l’Université d’Amsterdam, et expert auprès de l’Académie Pontificale des Sciences Sociales. Il est également administrateur de l’Union des Associations Internationales (Bruxelles).Il a commencé sa carrière dans l’industrie pour British Petroleum et Belgacom et créé plusieurs start-up dans le domaine de l’Internet. En route pour le OuiShare Fest 2014 ! La deuxième édition du OuiShare Fest, le festival de l’économie collaborative, aura pour thème “l’âge des communautés”. Rendez-vous en mai prochain pour un événement encore plus participatif et ludique. Nous vous invitons à participer dès aujourd’hui à la co-conception de ce festival de trois jours afin d’élaborer une vision commune de l’économie collaborative.

7 raisons pour lesquelles économie collaborative et écologie vont de pair Dernier article de la thématique de ce mois de février : coworking, autopartage, couchsurfing, financement participatif, cocréation entre ONG et entreprises, collaboration radicale… Muriel nous a présenté une déclinaison de la corévolution pour les amoureux des pistes blanches grâce à la rencontre avec Lucas qui anime Coriding en région grenobloise. Olivier, rédacteur pour Ecolo Info mais aussi et surtout « entrepreneur chercheur de sens », nous a fait de son côté part de son propre témoignage de la colocation d’entreprise. Camille nous a ensuite proposé 3 vidéos du TEDx Bordeaux remplies de l’esprit du CO ! J’ai commencé à m’intéresser à l’économie collaborative en 2009. A l’époque, je voyais partout des slogans expliquant qu’il fallait remplacer « le partage du monde » par « un monde de partage ». Mais personne n’en donnait jamais les clefs.

Related: