background preloader

Pourquoi vous ne devez pas vous justifier

Pourquoi vous ne devez pas vous justifier
Related:  AssertivitéSANTE NEWS

Dix conseils pour être gentil tout en s'affirmant - L'Express Styles Longtemps moquée, la gentillesse est peu à peu réhabilitée. Elle bénéficie même désormais d'une journée dédiée, c'est dire. Mais malgré tout, au mot "gentil" est encore régulièrement accolé l'adverbe "trop". Être en premier lieu gentil avec soi-même "Insinuer qu'être gentil peut empêcher de s'affirmer, c'est dénaturer la notion même de gentillesse", prévient la psychanalyste Laura Gélin. Ne pas être en attente d'un retour "Le dictionnaire dit de la gentillesse que c'est une attention bienveillante à autrui a priori inconditionnelle", souligne la psychothérapeute Béatrice Voirin. S'approprier le droit d'être là "Les gens que l'on dit 'trop gentils' ont fréquemment en réalité un problème d'estime de soi, constate Sylvaine Pascual. "Prenons l'exemple d'une réunion à laquelle on est convié. Adopter la communication non violente "La communication non violente est pour moi l'exemple même de ce que la gentillesse peut accomplir comme miracles. Parler de soi Fixer un cadre Oser dire non Écouter

Mieux communiquer: les demandes assertives Sylvaine Pascual – 3 novembre 2008 – Publié dans: Mieux communiquer Dans le cadre professionnel (ou même personnel), oser demander quelque chose qui nous tient à coeur peut pafois paraître aussi insurmontable que de sympathiser avec une famille de tarentules ou de comprendre la fission de l’atome. A force de vouloir obtenir quelque chose sans oser le demander ou bien de subir passivement un comportement ou une situation, quand la coupe déborde, nous pouvons avoir recours à l’agressivité, à la manipulation ou à la justification excessive. Vous l’avez sans doute remarqué: l’efficacité de cette méthode reste à prouver, car elle peut aboutir sur une fin de non recevoir décourageante et amplifier le conflit latent. Quelques notions d’assertivité L’assertivité permet de faire des demandes claires dans le respect de l’intéret de chacun. Voir aussi:Définir ses limitesLes dossiers d’Ithaque: Mieux communiquerLes dossiers d’Ithaque: Entretenir des relations saines

Première reconnaissance d’un handicap dû à l’électrosensibilité en France Une plaignante a obtenu le droit à une allocation pour adulte handicapé et espère que la décision du tribunal fera jurisprudence. C’est une première : la justice française a reconnu l’existence d’un handicap grave dû à l’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques. C’est ce qu’a annoncé mardi 25 août l’association Robin des toits, qui milite pour la sécurité sanitaire dans les technologies sans fil. Cette décision représente « un grand pas en avant pour la reconnaissance de ce syndrome d’électro-hypersensibilité », s’est réjoui son porte-parole, Etienne Cendrier. Un récent jugement du tribunal du contentieux de l’incapacité de Toulouse reconnaît ainsi, après expertise médicale, que la plaignante, Marine Richard, souffre du syndrome d’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques, dont « la description des signes cliniques est irréfutable ». Dans ce jugement, il est estimé que sa déficience fonctionnelle est de 85 % « avec restriction substantielle et durable pour l’accès à l’emploi ».

Le défi de remplacer la négation L'inconscient n'entend pas la négation, le cerveau humain doit faire un "travail" pour reconstituer le sens d'une phrase qui contient un "ne...pas". Si je vous demande maintenant de ne surtout pas penser à un éléphant rose, il y a de grandes chances que la première chose qui apparaisse à votre esprit soit...un éléphant rose ! Ce qui est vrai pour les adultes l'est encore plus pour les enfants. Voilà ce qu'on lit souvent. A chaque envie de dire : "non, ne jette pas ça par terre", lui proposer un "je te le donne mais tu le gardes dans ta main". A ceux qui me raillent en disant : "ça marche pas ton truc, il le fait quand même...que tu utilises la négation ou pas". Parfois leur expérimentation porte sur la réaction de l'adulte : pourquoi le fait que je tire la queue du chat déclenche les cris et les gros yeux de maman? Tout ça suffit à me convaincre, je me lance jusque fin août, je relève le défi de changer d'habitudes et de formuler mes phrases en positif. A suivre ;)

Relations au travail: et la gentillesse bordel?! C’est aujourd’hui la journée de la gentillesse, à l’initiative de Psychologies Magazine. L’occasion de revaloriser une faculté souvent considérée – à tort – comme une faiblesse, un danger, un comportement de bisounours naïf et irréaliste. Alors qu’elle est le pilier d’une élégance et d’un panache relationnels qui sont autant de preuves de courage et de force de caractère que générateurs de comportements positifs. De l’or en barre. Au jury Mines-Ponts, nous avons notre jargon de correcteurs d’anglais, et dans celui-ci il y a les YAM, les “y’en a marre”, les ras-le-bol de l’erreur grammaticale ou syntaxique tellement de base que le taupin moyen l’a étudié a minima 9 fois dans sa scolarité. Dans les discours managériaux, le YAM suprême à mes yeux est bien une définition de la gentillesse qui la transforme en comportement bébête de paillasson à collègues qui vous envoie direct dans le groupe des corniauds et cruchots du boulot. Ressources externes Voir aussi Crédit photo: Nicolas Raymond

Petit recueil de 18 moisissures argumentatives pour concours de mauvaise foi Petit recueil de non plus 18, mais 20 moisissures argumentatives à utiliser sans modération lors des concours de mauvaise foi. Ont été intégrés les plurium et l’argument de l’exotisme. Nous avons découpé ces moisissures argumentatives en trois grandes catégories : les erreurs logiques, les attaques, et les travestissements. Télécharger en pdf la mise en page magnifique du graphiste Francois-b. 1. Méthode : prendre un échantillon trop petit et en tirer une conclusion générale. Exemples : Mon voisin est un imbécile moustachu, donc tous les moustachus sont des imbéciles.Les Chinois sont vachement sympas. Exemples aggravés (menant au racisme ordinaire) : Le Chinois est vachement sympa. 2. Méthode : raisonner à rebours, vers une cause possible parmi d’autres, vers un scénario préconçu ou vers la position que l’on souhaite prouver. Exemples : C’est fou,le melon est déjà prédécoupé pour être mangé en famille .Le monde est trop bien foutu, c’est une preuve de l’existence d’une volonté divine. 3. 4. 5.

[Infographie] Apprendre à mieux apprendre - le blog de Solerni – plateforme de MOOCs Avec notre dossier « Sciences cognitives et apprentissages » nous avons noté votre intérêt pour les sciences cognitives et les clés qu’elles nous offrent pour mieux comprendre la manière dont notre cerveau gère nos apprentissages. Et plus particulièrement, comment fonctionne notre mémoire. Les progrès techniques et scientifiques dans le domaine des neurosciences, c’est l’opportunité pour chacun d’apprendre à mieux apprendre, notamment en développant des approches plus en phase avec ses potentiels mais également ses limites biologiques ou plutôt ses contraintes neuro-physiologiques ! Mais c’est d’abord mieux identifier les différentes étapes qui jalonnent l’apprentissage afin d’en optimiser le déroulement pour s’assurer d’ancrer durablement les compétences et les connaissances dont nous avons besoin. Rendez-vous la semaine prochaine, bonne lecture ! Crédits images de l’article et éléments de l’infographie @Freepik

Comment saboter la communication - Natura Communication Comment saboter la communication ? Guide du petit pervers. 1. Interrompez votre interlocuteur, coupez-lui la parole (de toute façon, vous savez déjà ce qu'il va dire). 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16. 17. 18. 19. 20. Y.A.Thalmann Compétences relationnelles (3): savoir dire non Sylvaine Pascual – Publié dans: Compétences relationnelles / Mieux communiquer Qui n’a jamais accédé à une demande, une requête, accepté une invitation, un projet tout en mourant secrètement d’envie d’envoyer son interlocuteur balader ou se faire cuire un œuf, selon la nature de la demande? Savoir dire non s’apprend, comme à faire du vélo, malgré le risque de s’écorcher un genou de temps en temps… voici comment. Nous avons tout un tas d’excellentes raisons pour céder aux demandes des autres malgré nous: besoin de faire plaisir, d’être aimé, peur d’être jugé, peur de blesser, de décevoir, peur du conflit etc.Toutes ces raisons sont liées à notre besoin d’appartenance ou d’intégration sociale et à son corollaire, la peur d’être rejeté. C’est vrai que potentiellement, agir en accord avec ce que nous voulons, ce qui est bon pour nous, ce serait méchant, égoïste, ça ferait de la peine à Maman. Pourtant, combien de fois est-ce qu’on nous dit “non”, à nous? Voir aussi:

Communication: le « on » qui a mal à son « je »/ »nous » Ce « on » délicieusement vague, masque flou derrière lequel se cache l’indéterminé polymorphe : singulier ou pluriel, sans genre et sans risque, merveilleusement non discriminant, déresponsabilisant, indubitablement politiquement correct, à la neutralité presque luxembourgeoise, il a le défaut de ses qualités: il ne dit pas ce qu’il veut dire… Nous avons tendance à sous-estimer l’impact des mots que nous utilisons. Pourtant, nos choix sémantiques et syntaxiques sont le reflet de nos modes de fonctionnement, en particulier émotionnels et relationnels et de notre perception de la réalité. Ils sont donc des moyens d’améliorer la connaissance de soi au travers de la valeur du mot choisi. Ainsi le recours au on délicatement impersonnel est révélateur de la relation que nous entretenons à ce que nous sommes en train de dire. Il n’engage pas, il ne prend pas parti, il ne s’implique pas, il n’a pas d’opinion. – Bon, on fait comme on a dit, hein les gars?

La maladie, LE MAL A DIT… La relation entre les émotions et les maladies | Corps à Coeur « Tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime! » Corps à Coeur est un lieu où les messages du corps sont écoutés et pris en compte. Toutes les émotions que vous refoulez à l’intérieur de vous-même parce que vous ne pouvez pas ou ne voulez pas les verbaliser, peuvent se cristalliser dans différentes parties de votre corps. Les émotions génèrent des symptômes physiques, par exemple LA PEUR, L’ANGOISSE donnent des palpitations cardiaques, des vertiges, sueurs, tremblements ou mains moites. La colonne vertébrale est aussi un merveilleux terrain d’investigation de toutes nos émotions refoulées ( voir l’illustration ci dessous ) Illustration tirée du livre de R.Fiammetti : les cartes du langage émotionnel du corps Bien sûr, il ne faut pas généraliser, l’origine d’une douleur peut être tout simplement mécanique, un faux mouvement ou un coup de froid….mais si vous ne trouvez pas d’explications contextuelles, alors essayez d’entrer « en contact » avec ce qui se joue au plus profond de vous. Eczéma :

Related: