background preloader

Le revenu de base, qu'est-ce que c'est ? - Le Petit Reportage

Le revenu de base, qu'est-ce que c'est ? - Le Petit Reportage
— Article publié le 10 mars 2013 Il y a 2 semaines, madmoiZelle publiait le récit d’une jeune femme qui a choisi de ne pas exercer de métier alimentaire afin de se consacrer pleinement à sa passion. L’auteure vit du RSA et explique ne pas avoir de problèmes à assumer cette situation. Au contraire, ne pas être esclave d’une « activité professionnelle non-désirée » est gage d’émancipation pour cette jeune femme qui voit dans le fait de profiter d’une allocation la possibilité de se soustraire à l’aliénation d’un travail. Ce témoignage n’avait pas manqué de susciter toutes sortes de réactions de la part de notre lectorat, allant généralement de l’incompréhension à l’agacement. « Cette personne profite du système », « c’est à cause de gens comme ça qu’on parle d’assistanat », « pourquoi devrais-je cotiser pour qu’elle se la coule douce ? » Abnégation pour le travail : la tyrannie de la réalisation de soi « Le travail est-il vraiment le propre de l’homme ? « Nous devons travailler, tous.

http://www.madmoizelle.com/revenu-de-base-153238

Related:  Société et politiqueutopieCapitalism

Pour garder ses privilèges, l’élite de gauche accuse les ultrariches Tribune Régler la question des inégalités en s’en prenant à une élite étroite arrange, au fond, les couches favorisées. Pour réduire les inégalités, il suffirait de corriger les dérives de quelques-uns, situés tout en haut de la hiérarchie sociale. Une bonne méthode pour ne rien changer au fond. Le temps des inégalités dont vous êtes le héros La sécurité économique et sociale des uns passe désormais par l'insécurité des autres, alors même que la plupart d'entre nous sommes révoltés par les injustices. Une «préférence pour l'inégalité» qui ressemble à un cercle vicieux qui pourrait anéantir le fondement des sociétés démocratiques et leur idéal de justice sociale. Les inégalités sont de retour, dans les statistiques et sur la scène politique et intellectuelle.

J'ai décidé de ne pas travailler pour vivre - Témoignage Pondu par Une madmoiZelle le 24 février 2013 Cette madmoiZelle touche le RSA. Comme beaucoup de gens, direz-vous… Mais dans son cas, c’est un choix conscient : celui de ne pas travailler pour vivre notamment de son art. Si j’y réfléchis, cela vient sans doute de l’école. Monique Pinçon-Charlot : « La violence des riches atteint les gens au plus profond de leur esprit et de leur corps » Basta ! : Qu’est-ce qu’un riche, en France, aujourd’hui ? Monique Pinçon-Charlot [1] : Près de 10 millions de Français vivent aujourd’hui en-dessous du seuil de pauvreté. "Homo sapiens a pu dominer la planète grâce au commérage" L'OBS. Le succès d’Homo sapiens tient, dites-vous, à une révolution cognitive qui a eu lieu voici soixante-dix mille ans. Comment notre espèce, qui n’était d’abord qu’un animal insignifiant d’Afrique, a-t-elle réussi à dominer toutes les autres, au point d’éliminer ses propres frères humains et de devenir le maître absolu du monde ? Yuval Noah Harari. Grâce au commérage ! L’immense avantage qu’a Homo sapiens sur ses concurrents, le robuste Neandertal, Homo erectus ou les autres, c’est effectivement sa pratique du bavardage, mais surtout sa capacité à créer de la fiction, qui est à la base de toutes les sociétés.

«La Loi du marché», c’est aussi de savoir se vendre Dans son film présenté en compétition à Cannes, Stéphane Brizé raconte la façon dont on peut créer des marges de liberté dans les systèmes: celui du marché de l'emploi ou du cinéma. Dès le premier plan, un bureau de Pôle emploi. On y entre comme on entrerait soudain dans une chambre, directement dans l’intime. Dans les bureaux de Pôle emploi semble résider aujourd'hui le nœud des vies et des échecs. Et potentiellement un espoir.

A Singapour, il y a des jours fériés pour chaque religion L’Eglise St Alphonse (Agnès Noel) Le 15 octobre, on ne travaillait pas à Singapour. Le jour était férié, on fêtait Hari Raya Haji, autrement dit l’Aïd El Kebir. Le 2 novembre, on ne va pas travailler non plus, car on célèbre Deepavali, la fête des lumières chez les Hindouistes. Peut-on réenchanter la politique grâce à des sites participatifs ? Ce lundi, des élus, sociologues ou intellectuels lancent dans Libé un appel à l’organisation d’une grande primaire à gauche avant la prochaine présidentielle. « Notre système politique est bloqué », écrivent-ils. « Il n’y a pas de fatalité à l’impuissance politique. La France est riche de son énergie vitale et de ses talents qui aspirent à forger un avenir bienveillant.

Les salariés plus libres sont-ils plus heureux (et performants)? Les Français seraient les salariés les moins engagés et les plus mécontents de leur environnement physique au travail. Le bureau libéré peut-il les rendre plus motivés? C’est en France qu’on trouve la plus forte proportion de salariés désengagés au travail (54%, dont 18% fortement désengagés et très insatisfaits), si on en croit les résultats d’une étude internationale réalisée par Steelcase, spécialiste de l’aménagement des espaces tertiaires et d’enseignement, avec l’institut Ipsos. Le sondage portait sur 12.480 participants de dix-sept pays (dont 824 en France), salariés d’entreprises de plus de cent salariés des secteurs privé et public. L’objectif de l’étude était de repérer le lien entre le niveau d’engagement et la satisfaction des salariés vis-à-vis de leur environnement de travail, mesuré par plusieurs critères comme l’organisation et l’aménagement des postes, les équipements disponibles ou le degré d’autonomie dans le choix des lieux et des horaires de travail.

Lettre ouverte à mes amis Facebook « décomplexés » Le racisme décomplexé fleurit sur Facebook, au fil des images « choc », des calculs foireux et des mensonges éhontés. Cette madmoiZelle en a un peu marre de voir sa timeline pourrie par ces « actualités » xénophobes. — Article publié le 29 octobre 2013 Entre deux invitations Candy Crush de ta petite cousine, des images « qui dénoncent » viennent pourrir ton fil d’actualités Facebook. Le racisme décomplexé et la facilité de propagation de ces messages te donnent la nausée et si l’envie te vient de rétablir ce qui te semble être la vérité, gare à toi : bien-pensante, opprimeuse, rabat-joie parce qu’on a bien le droit de dire ce qu’on pense… tout y passe. Ambiance !

Rencontre avec Pablo Soto, le geek de Podemos Les résultats des élections Le Parti populaire (PP) du premier ministre conservateur Mariano Rajoy a remporté les élections générales avec 28,7% des voix. Les socialistes du PSOE (22%) sont talonnés par Podemos (20,7%). Bon score également pour l'autre nouveau parti, Ciudadanos : 13,9%. (De Madrid) Il y a quelques jours, nous avons rencontré Pablo Soto. Cet homme de 36 ans est développeur web, mais c’est au troisième étage de la mairie de Madrid qu’il reçoit.

Le partage à but lucratif  C'est donc sur les Mairies que cela va encore retomber ? Pour faire bonne figure, face au développement incontrôlé de la nouvelle économie hôtelière d'Airbnb, Housetrip ou encore d'Homelidays, ces plateformes d'échange ou de mise à disposition de biens immobiliers le temps d'un séjour (généralement avec une contrepartie financière), les pouvoirs publics envisagent des mesures "d'encadrement" en confiant aux communes la mission d'enregistrer les logements mis en location sur Internet. Après l'Etat, se seraient donc les Maires et leurs administrations qui devraient se rendre complices de cette économie soi-disant "du partage" qui consiste à permettre à des particuliers de s'improviser hôteliers, en louant leurs logements (pour un quart des membres cette activité constitue leur emploi), parfois leurs HLM, pour le plus grand profit de sociétés fiscalisées Offshore.

Richard Wilkinson : « Les inégalités nuisent à tous, y compris aux plus aisés » Richard Wilkinson à Paris, le 17 octobre 2013 (Pascal Riché/Rue89) L’épidémiologiste anglais Richard Wilkinson travaille depuis longtemps sur le lien entre les conditions sociales et la santé. Ses recherches l’ont amené à faire une découverte : les inégalités de revenus aggravent une grande partie des maux sanitaires et sociaux d’une société (la maladie, la drogue, la délinquance, la défiance, le nombre de grossesses chez les adolescentes). On peut tirer diverses conclusions de ces travaux : Voici à quoi va ressembler «le deuxième âge de la machine» Dans un livre stimulant, deux chercheurs du MIT décrivent la société dans laquelle nous sommes entrés et donnent à voir notre futur Dans Le Deuxième Âge de la machine - travail et prospérité à l’heure de la révolution technologique, un livre stimulant paru en français chez Odile Jacob, Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, deux chercheurs du MIT (le fameux Massachusetts Institute of Technology de Boston) décrivent de façon passionnante la société dans laquelle nous sommes entrés. Les technologies numériques ont désormais bouleversé tous les pans de notre industrie et les paramètres de notre société comme l’avaient fait au XVIIIe siècle la vapeur et l’électricité lors de la Révolution industrielle, c’est-à-dire lors du Premier Âge de la machine. Alors, à quoi ressemble –et va ressembler– le Deuxième Âge de la machine? Visite guidée en dix points.

Related: