background preloader

Mémorial de la Shoah, Nombreux témoignages

Mémorial de la Shoah, Nombreux témoignages
Charles Baron, l'enfant rescapé de huit camps. (2:26:44) "Ma mère a été gazée immédiatement. Je n'ai même pas de numéro, ni aucune trace d'elle au musée d'Auschwitz, je sais simplement comment elle a vécu son dernier voyage, puisque j'ai fait le même". Charles Baron a subi huit camps, de tous les types. Témoignage recueilli en 2004 par le Mémorial de la Shoah et la Mairie de Paris. Chapitre 1 : Une enfance sans antisémitisme.Chapitre 2 : La naissance du "sentiment d'être à part." Biographie : Fils unique d'un père polonais et d'une mère française, Charles Baron, né en 1926 à Paris, est "mis à l'abri" à Cernay-la-Ville (Yvelines) chez ses grands-parents lorsque la guerre éclate. Apprenti maroquinier à Paris, Charles Baron est arrêté à 16 ans, un dimanche de septembre 1942, en revenant de chez ses grands-parents. Il en subira sept autres avant d'arriver à Birkenau (Auschwitz II). Il pèse 29 kg à la libération.

Dachau concentration camp The Dachau concentration camp was established in 1933 and operated continuously until the end of the war in 1945. It was the first concentration camp of the Nazi regime and it is estimated that at least 188,000 prisoners were incarcerated there between 1933 and 1945. The Dachau concentration camp was established in 1933 and operated until the end of the war in 1945. It was one of the first concentration camps of the Nazi regime and it is estimated that at least 188,000 prisoners were held there between 1933 and 1945. The SS, the elite guard of the Nazi Party, established the Dachau concentration camp in March 1933, on the grounds of an abandoned munitions factory near the town of Dachau, about 10 miles northwest of Munich in southern Germany. Initially, the SS held primarily German Communists, Social Democrats, trade unionists, and other political opponents of the Nazi regime at Dachau. Typhus epidemics were a serious problem due to overcrowding and poor sanitary conditions.

Bibliographie Deux bibliographies très complètes ont été élaborées par les historiens du Mémorial. La première, très détaillée, couvre l'ensemble de l'histoire de la Shoah, tandis que la seconde, plus synthétique, s'attache à décrire la situation des Juifs en France, sous Vichy. Les deux documents sont téléchargeables au format PDF (colonne de droite). L'histoire de la Shoah La bibliographie consacrée à l'histoire de la Shoah est immense. Tout choix étant arbitraire, celui-ci comme un autre, nous n'avons retenu, dans la plupart des cas, que des ouvrages en langue française qui demeurent facilement accessibles pour la majorité d'entre eux. Cet aperçu bibliographique, préparé par Georges Bensoussan, ne prétend nullement à l'exhaustivité. I. Un témoignage de première force :Doubnov Simon, Le Livre de ma vie. Et un outil de travail essentiel : Dictionnaire encyclopédique du judaïsme, co-édition Cerf-Robert Laffont, collection Bouquins, 1996 (1° édition en langue anglaise, 1989) II. III. IV. A prolonger par :

La brochure de l’UNESCO Pourquoi enseigner l’Holocauste ? La brochure de l’UNESCO Pourquoi enseigner l’Holocauste ? permet aux responsables politiques, éducateurs et élèves intéressés d’explorer le potentiel pédagogique inhérent à l’apprentissage de l’une des pages les plus sombres de notre histoire commune. Elle met en relief les questions universelles posées par l’histoire de l’Holocauste, présente aux éducateurs quelques-uns des principaux défis et possibilités associés à l’enseignement du génocide et donne un aperçu de la variété des ressources disponibles dans le domaine. Élaborée par le Secteur de l’éducation de l’UNESCO, la brochure est disponible dans les six langues officielles des Nations Unies : anglais, arabe, français, chinois espagnol et russe <- retour vers Toutes les actualités

France5 - SHOAH - Témoignages de déportés pendant la guerre "On est allé faire, tamponner la carte avec la mention 'juif' et je me souviens très bien de l'employé disant à ma mère : 'Est-ce que vous y tenez vraiment ?' Et ma mère disant : 'Je ne sais pas, j'ai vu que c'était obligatoire, dans le journal, qu'il y avait une loi'. Et l'homme insistant : 'Mais vous le souhaitez ?' Et ma mère disant : 'Mais écoutez, je ne sais pas. Je crois que c'est obligatoire'. Et le bonhomme, exaspéré, mettant un tampon sur la carte de ma mère, sur celle de mon père, et disant à son voisin : 'Ecoutez, ils sont indécrottables. "Tous les patrons et petits artisans d'entreprises juives doivent placarder sur leurs vitrines des affiches jaunes portant l'inscription JUDISCHES GESCHAFT, signalant ainsi à tous que le local appartient à des juifs. "Nous assistons, dans notre ancienne école, quelques mois plus tôt, au départ de notre chère directrice, sommée de quitter l'école où elle habitait. Photo : Viollet/Lapi Lazare Annette Muller, La Petite Fille du Vel' d'Hiv' (éd.

Chronologie du système concentrationnaire nazi (1933-1945) Chronologie des mesures antisémites nazies et des débuts de la Shoah 30 avril 1933 - loi instaurant un numerus clausus dans les écoles et universités allemandes 29 septembre - loi interdisant aux Juifs d'être propriétaires de terres allemandes 4 octobre - interdiction aux Juifs en Allemagne de publier des journaux 17 mai 1934 - les juifs sont privés d'assurance-maladie 22 juillet - interdiction pour les Juifs, en Allemagne, d'obtenir un diplôme de droit 21 mai 1935 - les juifs sont exclus du service militaire en Allemagne 15 septembre - lois de Nuremberg janvier 1937 - adoption de lois allemandes interdisant aux juifs l'exercice de dizaines de professions dont comptables, restaurateurs, pharmaciens, docteurs, banquiers, professeurs pour Allemands, infirmiers, suppression des allocations familiales pour les Juifs 26 avril 1938 - adoption dans le Reich d'une loi exigeant des Juifs qu'ils annoncent leurs propriétés et leurs biens 9-10 novembre - nuit de cristal D'après S. RETOUR au CATALOGUE

Les enfants dans la Shoah - Introduction Ce dossier consacré aux enfants dans la Shoah a été réalisé à partir d'une exposition conçue par le Mémorial de Caen et présentée au public en 2009. Cliquer pour voir la vidéo en plein écran...[zoom...] Chaque fois que l'on aborde les terres ténébreuses du nazisme, on bute sur une stupeur intérieure, une épouvante de l'âme, une glaciation de la pensée. Comme en avertissait la philosophe Hannah Arendt : « il n'y a pas d'histoire plus difficile à raconter dans toute l'Histoire de l'humanité [...] Aborder cette destruction au cœur de la Destruction que fut l'extermination des enfants juifs, et tsiganes, ne peut qu'accroître l'effroi panique qui saisit tout humain interrogé sans faux-fuyants par ce que l'homme peut faire à l'Homme. En ces temps où la mort en masse était la loi suprême, le hasard « le plus outrageant et le plus arbitraire des hasards » (Hannah Arendt) seul occasionnait un répit momentané à la vie. Gérard Rabinovitch

La libération du camp de Buchenwald Résumé Le camp de concentration de Buchenwald a été libéré par les troupes américaines. Pourtant, selon les accords de Yalta, il fut remis aux troupes soviétiques. Staline fera alors rouvrir le camp pour y enfermer les opposants à son régime. Si vous rencontrez des problèmes pour visionner la vidéo, cliquez ici Cursus - 1re générale / Histoire - 3e / Histoire Histoire des persécutions des Juifs de l'Antiquité au Moyen Âge Capétiens, le temps des bûchers, des exils et des spoliations "Dans la mesure où l’origine du christianisme remonte aux communautés juives du Moyen-Orient, l’attitude de l’Église vis-à-vis des Juifs a longtemps été indécise. Mais à partir des Croisades, les Juifs sont considérés comme des Infidèles, et persécutés dans toute l’Europe. La France connaît deux espaces géographiques emblématiques de la présence de la culture juive, l’une au nord-est abritait les communautés des Tzarfatim (ashkénaze) et au sud-est les Juifs de Provence. En mai 1096, environ 800 juifs sont tués à Worms (Allemagne), et d'autres choisissent le suicide. Au Douzième Siècle, «Les Juifs ne doivent point être persécutés, ni mis à mort, ni même bannis. En 1144 - «La Diffamation du sang». En 1171, «le martyr du jeune Richard», première affaire de meurtre rituel en France. En 1179, le pape Alexandre III oblige tous les Juifs à porter la rouelle (rouge). En 1181, Philippe Auguste (1180-1223) fait saisir les biens juifs.

Related: