background preloader

L'incroyable histoire du mensonge qui a permis la guerre en Irak

L'incroyable histoire du mensonge qui a permis la guerre en Irak
C'est le plus grand mensonge de l'histoire de l'espionnage - le plus meurtrier aussi. Une mystification imaginée par un quidam qui a servi de prétexte principal à l'invasion de l'Irak, il y a dix ans. Cette extraordinaire affaire est apparue au grand jour le 5 février 2003, à l'ONU. Ce soir-là, dans un discours resté célèbre, le secrétaire d'Etat américain, Colin Powell, lançait au monde : "Il ne peut faire aucun doute que Saddam Hussein a des armes biologiques" et "qu'il a la capacité d'en produire rapidement d'autres" en nombre suffisant pour "tuer des centaines de milliers de personnes". La source de cette information effrayante, pièce maîtresse du procès de l'administration Bush contre Saddam Hussein, est, assure Powell aux Nations unies, un "transfuge [qui] vit à l'heure actuelle dans un autre pays, dans la certitude que Saddam Hussein le tuera s'il le retrouve". Son nom de code "Curveball" Qui est exactement cet informateur si important ? Premières révélations du petit chimiste Related:  test

Everybody’s Gotta Learn Sometime Everybody’s Gotta Learn Sometime Description Produit par John Albanese et basé sur les recherches de Paul Thompson, Michael Ruppert, Daniel Hopsicker et David Ray Griffin, « Everybody's Gotta Learn Sometime » est peut-être le film « le plus dangereux de l'année 2006 ». Ce documentaire lève un tabou médiatique. Rédigé en 2000, le "Project for a New American Century" est la stratégie impérialiste promue par les néoconservateurs arrivés au pouvoir début 2001 suite à des fraudes électorales caractérisées. Des unités anti-terroristes du FBI, de la CIA et du Pentagone avaient identifié les cellules terroristes présentées comme coupables. Le gouvernement a reçu de multiples avertissements de la part des ses alliés. Aucune procédure normale d'interception des avions détournés n'a été respectée, tandis que se déroulaient plusieurs exercices militaires, notamment pour simuler des attentats. EGLS ne cherche pas à faire la lumière sur tous les aspects de l'affaire, ni à identifier les conspirateurs.

A-t-on vraiment marché sur la Lune ? - 21 juillet 2009 L'empreinte de pas de Buzz Aldrin sur la Lune (AFP) Le 21 juillet 1969, l'astronaute américain Neil Armstrong est le premier homme à poser le pied sur la Lune. Depuis ce jour, quantité de livres et de documentaires ont accusé le gouvernement américain d'avoir monté de toutes pièces la mission Apollo 11. "Un petit pas pour l'homme, un bond de géant pour l'Humanité". 21 juillet 1969 : l'astronaute américain Neil Armstrong prononce cette phrase devenue mythique en posant pour la première fois le pied sur la Lune, suivi par Buzz Aldrin. 18 juin 2009 : la Nasa lance deux sondes pour préparer le retour des Américains sur l'astre en 2020. Entre ces deux dates, quantité de livres et de documentaires ont remis en cause la mission spatiale Apollo 11. Des clichés contestés Point par point, Bill Kaysing remet en cause tous les aspects de la mission Apollo 11. Les images de la Nasa de la mission Apollo 11 Les acteurs du film "Capricorn One" de Peter Hyams (AFP) Un faux documentaire en 2002

"Le 11 septembre 2001 à 12h 46 (heure de New Conspirationnisme : la paille et la poutre Le peuple est bête et méchant, le peuple est obtus. Au mieux il pense mal, le plus souvent il délire. Son délire le plus caractéristique a un nom : conspirationnisme. Le conspirationnisme est une malédiction. Pardon : c’est une bénédiction. C’est la bénédiction des élites qui ne manquent pas une occasion de renvoyer le peuple à son enfer intellectuel, à son irrémédiable minorité. Pour une pensée non complotiste des complots (quand ils existent) Il faudrait sans doute commencer par dire des complots eux-mêmes qu’ils requièrent d’éviter deux écueils symétriques, aussi faux l’un que l’autre : 1) en voir partout ; 2) n’en voir nulle part. Sans doute ne livre-t-il pas à lui seul l’intégralité de l’analyse qu’appelle la crise financière, et c’est peut-être là l’une des faiblesses notoires du conspirationnisme, même quand il pointe des faits avérés : son monoïdéisme, la chose unique qui va tout expliquer, l’idée exclusive qui rend compte intégralement, la réunion cachée qui a décidé de tout.

11-septembre : Un aperçu du débat sur les délits d’initiés : « Les économistes ont peur » Malgré trois études scientifiques conduites depuis 2003 et concluant toutes à une très forte probabilité de délits d’initiés et de malversations financières en lien avec le 11-Septembre, cette question continue d’être royalement ignorée par la communauté de la Finance et par les chercheurs en économétrie. Le journaliste financier allemand Lars Schall fait le point sur ce sujet en interrogeant le professeur américain d’économie Paul Zarembka. Plus nuancées que d’autres, notamment au sujet des possibles délits d’initiés sur American Airlines, les conclusions du Pr. Zarembka n’en font pas moins froid dans le dos. Wall Street, salle des marchés Un aperçu du débat sur le 11/9 : « Les économistes ont peur » par Lars Schall, sur Asia Times, le27 avril 2012 Traduit de l’anglais par GV pour ReOpenNews J’ai récemment publié sur Asia Times une enquête exclusive, « Délits d’initiés du 11-Septembre… les faits mis à nu » Il travaille sur le concept et l’application de l’accumulation de capital.

Vidéos en ligne : la preuve par l’image? L’exemple des théories conspirationnistes sur le 11-Septembre En dernière instance, cette croyance en la toute-puissance de l’image est donc aussi une foi en la puissance du tout-image, c’est-à-dire en un Occident que sa maîtrise des nouvelles technologies de la communication et de l’image rendrait invulnérable. Cet aspect apparaît également dans les arguments « babyloniens » de Loose Change, où l’on entend démontrer l’impossibilité d’un attentat fomenté de l’extérieur en citant les chiffres de la puissance américaine (des statistiques militaires au nombre de tonnes d’acier du World Trade Center) (30) et en les opposant aux préjugés sur le terrorisme islamiste (djihadistes incapables de conduire un avion, Ben Laden caché dans une « grotte », fanatisme religieux jugé incompatible avec le calcul et la planification d’un attentat, etc.) (31). La pensée conspirationniste se confond ici avec une confiance ethnocentriste en l’efficacité de l’armée américaine et de ses services de sécurité.

La Parenthèse Enchantée (10/11) : Lucky Guys Tout comme l’attaque du Pentagone le 11-Septembre, les attentats de New York, qui ont détruit le même jour les trois tours du Word Trade Center, présentent un nombre considérable d’anomalies par rapport à la version officielle qu’en ont livrée les autorités américaines. Nous avons précédemment démontré, par le biais de documents administratifs, que le récit improbable et non étayé relatant le crash d’un avion de ligne sur le Département de la Défense dissimulait en réalité de vastes détournements de fonds ainsi que la destruction des données financières et l’anéantissement de l’équipe comptable du Pentagone, comme nous le confirme le témoignage détaillé d’April Gallop. Or, en suivant de nouveau la piste de l’argent, nous allons observer à New York une entreprise de nature similaire. Lucky Guys Extrait du livre de Lalo Vespera, La Parenthèse enchantée (à paraitre en 2013). Article précédent : Il faut écouter April Gallop « They say I shot a man named Gray and took his wife to Italy.

Interview du Général Wesley Clark, ex Général On te manipule Une Théorie du complot, c'est quoi ? Une théorie du complot (on parle aussi de conspirationnisme ou de complotisme) est un récit pseudo-scientifique, interprétant des faits réels comme étant le résultat de l’action d’un groupe caché, qui agirait secrètement et illégalement pour modifier le cours des événements en sa faveur, et au détriment de l’intérêt public. Incapable de faire la démonstration rigoureuse de ce qu’elle avance, la théorie du complot accuse ceux qui la remettent en cause d’être les complices de ce groupe caché. Elle contribue à semer la confusion, la désinformation, et la haine contre les individus ou groupes d’individus qu’elle stigmatise. Les 7 commandements de la théorie du complot 1. 2. La théorie du complot voit les indices de celui-ci partout où vous ne les voyez pas, comme si les comploteurs laissaient volontairement des traces, visibles des seuls "initiés". 3. 4. La théorie du complot tend à mélanger des faits et des spéculations sans distinguer entre les deux. 5.

Délits d’initiés du 11-Septembre… les faits mis à nu (ASIA TIMES) Qui se cache derrière les transactions frauduleuses survenues avant, pendant et après le 11-Septembre ? Par Lars Schall, Asia Times, le 21 mars 2012 Traduction GV Y a-t-il quelque chose de vrai dans les allégations selon lesquelles des cercles bien informés auraient fait des profits substantiels sur les marchés financiers, en lien avec les attentats terroristes du 11 septembre 2001 aux États-Unis ? La première chose à faire pour le savoir est sans aucun doute d’examiner les opérations sur les "options de vente" (Put Options) faites autour du mardi 11 septembre 2001, qui représentent un volume exceptionnel, au travers tout d’abord d’un logiciel qui a joué un rôle-clé : le programmePROMIS, pour Prosecutor’s Management Information System. PROMIS est un logiciel qui semble doté de capacités quasi magiques. Et c’est là que cela devient intéressant : En admettant qu’elles soient vraies, ces facultés sont difficiles à croire. Nous avons donc affaire à un logiciel qui : Jusque-là, très bien.

Journée d'étude "Réagir face aux théories du complot" Édito Selon un sondage(1), plusieurs millions de citoyens américains penseraient que leur Gouvernement est composé de reptiliens. Le chiffre pourrait faire sourire, s'il ne dévoilait la puissance et le pouvoir des théories du complot dans le monde d'aujourd'hui. Si une théorie aussi absurde rencontre une telle adhésion, des théories en apparence plus crédibles rencontrent un succès beaucoup plus conséquent, et beaucoup plus dangereux. Si la théorie du complot n'est pas une nouveauté, elle a pris, au fur et à mesure que se développait Internet, une ampleur nouvelle. Face à ces discours dont la force réside dans la volonté d'opposer, à la complexité du monde, l'évidence d'un sens caché, les enseignants doivent être accompagnés et soutenus. Najat Vallaud-Belkacem,ministre de l'Éducation nationale,de l'Enseignement supérieuret de la Recherche [EN VIDÉO] La journée d'étude "Réagir face aux théories du complot" Programme Journée d'étude "Réagir face aux théories du complot" 9h30-10h00 10h00-10h15

L'intégrale du discours d'Alain Chouet au Sénat sur le thème "Où en est Al-Qaida" L'intégrale du discours d'Alain Chouet au Sénat sur le thème "Où en est Al-Qaida" Description Lors d'une table ronde qui s'est tenue au Sénat le 29 janvier 2010 sur le thème "Où en est Al-Qaida", Alain Chouet - ancien directeur du Service de renseignement de sécurité à la DGSE - démystifie le concept "Al-Qaida" et dresse un tableau sans concession des réponses inadaptées et autres instrumentalisations faites par les pays occidentaux, sans pour autant dédouaner les dangers de l'extrémisme islamiste. Un discours passionnant et sans langue de bois qui se situe à des années-lumières du discours officiel sur le 11-Septembre et la “nébuleuse al-Qaida” que les médias relayent depuis bien trop de temps. Vous vouliez savoir ce que pensent nos “espions” d’al-Qaida ? Accrochez-vous, les masques tombent. Un montage des meilleurs moments du discours d'Alain Chouet (durée 9 minutes) peut être visionné ici. La transcription du discours d'Alain Chouet est disponible sur notre site à cette adresse.

Related: