background preloader

La comète Panstarrs arrive

La comète Panstarrs arrive
Jusque-là réservée aux habitants de l'hémisphère Sud, la comète Panstarrs promet un beau spectacle dans le ciel boréal du soir. Dès le 12 mars 2013, il faut la chercher à l'œil nu et aux jumelles dans le crépuscule. Panstarrs a rendez-vous avec la Lune La date à retenir est le 13 mars. Nous avons donc une chance de la voir percer les lueurs du crépuscule, d'autant que sa luminosité devrait être comparable à celle d'une étoile brillante. Pour les spécialistes, sa magnitude est de l'ordre de 1,5 à cette date. Paré de sa lumière cendrée, il devrait renforcer la beauté du spectacle. A l'œil nu ou aux jumelles Si vous ne la voyez pas à l'œil nu, cherchez la comète aux jumelles. Il est impossible de dire exactement ce qui sera visible ou pas car les prévisions sont toujours très incertaines pour une comète. Cette carte est valable pour Clermont-Ferrand. Panstarrs dans un ciel noir Le 16 mars 2013, Panstarrs prend de la hauteur. Pour en savoir plus Related:  science : L'universComètes - A Classer

Observez en direct le passage de l’astéroïde ! La Terre va de nouveau être « frôlée » par un astéroïde. Un gros caillou de 2,7 km de diamètre va en effet passer près de notre planète ce vendredi soir aux alentours de 22h30. Baptisé 1998 QE2, cet astéroïde ne représente aucun danger puisqu’il devrait passer à environ 5,8 millions de kilomètres de notre planète, soit à peu près 15 fois la distance Terre-lune. En revanche, elle fera la joie des astronomes, en herbe ou confirmés. Un site internet propose même de l’observer en direct grâce à la caméra spatiale Slooh. Publicité

Comète ISON : un aspect étrange qui inquiète les astronomes À moins d'un mois de son rendez-vous spectaculaire avec le Soleil, la comète ISON continue d'intriguer les observateurs. La trajectoire de la courageuse comète, qui effleurera le Soleil fin novembre, réserve encore des surprises aux scientifiques. En effet, son aspect semblerait pour le moins inhabituel à ce stade de son voyage... Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter 1,8 million de kilomètres… C'est à peu près ce qui séparera la comète ISON du Soleil lorsque celle-ci viendra frôler l'astre, début décembre. La comète vient tout juste d'entamer la dernière ligne droite de son long voyage, avant de réaliser son proche passage du Soleil. Une drôle de tête Selon Carl Hergenrother du Laboratoire Lunaire et Planétaire de Tucson, une partie de l'étrangeté d'ISON dépend des fréquences auxquelles elle est observée. "Il semblerait qu'au cours des derniers mois, la production de gaz d'ISON s'est élevée contrairement à la production de poussière. Le temps presse

La désintégration mystérieuse d'un astéroïde a été observée par deux astronomes «Voir cet objet tomber en morceaux devant nos yeux était vraiment surprenant», commente David Jewitt, professeur d'astrophysique à l'Université de Californie à Los Angeles, qui a conduit ces observations. C'était «vraiment bizarre», renchérit Jessica Agarwal, une astronome du Max-Planck Institute en Allemagne, co-auteur de cette recherche. Un nuage de poussières d'un diamètre proche de celui de la Terre Cet astéroïde désintégré, initialement répertorié comme «P/2013 R3», avait été détecté pour la première fois le 15 septembre 2013 et décrit alors comme un objet inhabituel avec une apparence floue. Des observations faites 15 jours plus tard avec le télescope Keck sur le mont Mauna Kea à Hawaii ont révélé trois objets se déplaçant ensemble dans un nuage de poussières d'un diamètre proche de celui de la Terre. Quatre fragments mesuraient jusqu'à 200 mètres de rayon Une accélération de sa vitesse de rotation Une source abondante de météorites dans l'avenir J.M. avec AFP

La comète PanSTARRS au coucher du Soleil Se découpant en silhouette devant le crépuscule doré, des bancs de nuages soulignent et encadrent un moment magique très attendu. © Babak Tafreshi (TWAN)Comète Pan-Starrs, le 12 mars 2013, Canaries Sur cette image prise le 12 mars 2013, c’est d’abord la comète Pan-Starrs qui apparaît dans une trouée en haut à gauche. Source trouver:

Une comète va-t-elle percuter Mars le 19 octobre 2014 ? Crédit : D.R. Vue d'artiste de ce à quoi pourrait ressembler la chute d'une comète géante sur [...] texte de Thibaut Alexandre publié le 28-02-2013 Depuis quelques jours, la rumeur enfle sur les sites internet consacrés à l'astronomie : en octobre 2014, la planète Mars va voir s'approcher une comète de très près. Si l'année 2013 a été baptisée « l'année des comètes » du fait de passages de très belles comètes dans notre ciel (C/2012 F6 Lemmon, C/2011 L4 PANSTARRS et C/2012 S1 ISON), l'année 2014 ne sera pas en reste en matière de « boules de neige sale », ce surnom donné aux comètes par Fred L. En effet, 2014 correspondra à l'arrivée de la sonde Rosetta autour du noyau de 67P/Churyumov-Gerasimenko, et de l'envoi à sa surface de l'atterrisseur Philae. Découverte le 3 janvier dernier par Rob H. Ces dernières années, suite à la collision entre les débris de Shoemaker-Levy 9 et la planète Jupiter en juillet 1994, Hollywood nous a habitué à bon nombre de films catastrophes (ou catastrophiques ?

La cométe Pan-Starrs visible en Australie La comète Pan-Starrs (C/2011 L4) est maintenant à l'intérieur de l'orbite de Mercure. Elle est en train de s'illuminer car elle plonge vers le soleil. Les observateurs de l'hémisphère sud du rapportent qu'ils peuvent la voir à l'œil nu dans le ciel au moment du coucher de soleil. Carl Gruber a photographié la comète le 2 Mars au dessus des lumières de la ville de Melbourne, en Australie: «Malgré le mauvais temps et le brouillard de la pollution, le noyau de la comète était visible à l'œil nu, ainsi qu'une petite partie de la queue», explique Gruber. Les courbes de lumière montrent que la comète se rapproche de la magnitude 2, elle est à peu près aussi brillante que les étoiles de la Grande Ourse. Plusieurs dates importantes approchent. Le 12 et 13 Mars, la comète réapparaîtra dans le ciel de l'hémisphère nord au coucher de soleil, non loin du croissant de Lune.

Les « Géminides », l'une des plus belles pluies d'étoiles filantes de l'année © Via Flick’r et NASA.Pic d’activité des “Géminides” dans la nuit du 13 au 14 décembre. Un nouvel essaim météoritique pourrait également faire son apparition. La nuit du 13 au 14 décembre devrait être l'une des plus animée de l'année en terme d'étoiles filantes ! Cet essaim météoritique actif entre le 7 et le 17 décembre de chaque année, se nomme les "Géminides" car son radient se situe dans la constellation des Gémeaux (Gemini), non loin de l'étoile Castor. © Via Flick’r et NASA. Un premier pic pourrait se produire vers 21 h (le 13) tandis que les Gémeaux prennent de la hauteur et un second autour de 01 h 50 (le 14 donc). D'après plusieurs spécialistes, un nouvel essaim météoritique pourrait faire son apparition ces jours-ci. © Via Flick’r et NASA.Position du radient de l’essaim météoritique des « Géminides » Vêtu chaudement, on profite davantage du spectacle étendu sur une chaise longue, embrassant ainsi du regard de larges portions de la voûte céleste. Source trouver:

La cométe ISON serait escortée par plusieurs objets inconnus ISON, la comète du siècle ne vient pas seule ! Des astronomes amateurs se sont rendus compte qu'elle était entourée par 6 ou 7 objets indéterminés se dirigeant dans la même direction. Comme en s'en doute, cette info risque de faire l'objet d'intenses spéculations sur le net : ISON serait elle Nibiru entourée de ses 7 satellites ? Ou mieux encore : ISON serait elle un vaisseau-mère alien ? Une simple observation du diagramme orbital proposé par la NASA nous permettra de gagner du temps : Nibiru appelée aussi planéte X se trouvant probablement dans la même région de l'espace que Saturne. «J'ai créé l'animation à partir d'images prises à travers une lunette de 4 pouces, à partir de 23h le 15 Janvier jusqu'à à 1h du matin le 16», explique Laurent. Publié par Rorschach à lire aussi : NIRIBU Partager l'article ! inShare Par Brujitafr

Vidéo : l'astéroïde 2012 DA14 "frôlera" la Terre le 15 février Le 15 février prochain, l'astéroïde 2012 DA14 passera tout près de la Terre à seulement 28.000 kilomètres de distance. Après Apophis, c'est le deuxième astéroïde à passer proche de notre Terre en 2013. Le 15 février prochain, l'astéroïde baptisé 2012 DA14 passera à 28.000 kilomètres de la Terre, soit 0,07 fois la distance qui sépare notre planète de la Lune. Bien qu’aucune collision ne soit à redouter, il s’agit là d’"un record de proximité", reconnaît Don Yeomans du programme de surveillance des objets géocroiseurs de la NASA. "Depuis qu'une surveillance régulière a commencé dans les années 1990, nous n'avons jamais vu un si gros objet s'approcher si près de la Terre", commente t-il. Pourtant, 2012 DA14 est un astéroïde somme toute banal. En effet, Don Yeomans fait remarquer que c’est certainement un astéroïde de cette taille qui a formé le Meteor Crater dans l'Arizona, il y a environ 50.000 ans. Une opportunité pour en savoir plus sur 2012 DA14 Vous nous aimez déjà ?

Une nouvelle comète, C/2011 L4 (PANSTARRS), potentiellement visible à l'oeil nu en Mars 2013 -- Feu dans le Ciel Les astronomes ont découvert deux nouvelles comètes approchant à grands pas de notre planète et ayant le potentiel d'être de Grandes Comètes. L'une pourra être assez lumineuse pour être vue le jour, l'autre est appelée à devenir l'une des plus brillantes de l'histoire capable éventuellement d'éclipser la lune. La première comète, nommée C/2011 L4 (PANSTARRS), devrait faire son arrivée en Mars 2013. Richard Wainscoat, un astronome de l'Université d'Hawaii qui a co-découvert la comète, affirme qu'il n'y a aucun danger de collision avec la Terre, mais admet «puisque nous n'avons pas beaucoup de données à ce sujet, pour le moment nous ne connaissons pas vraiment l'orbite.» La seconde comète, celle qui pourrait éclipser la lune, a été découverte en Septembre 2012. La cométe ISON pourra être visible les deux derniers mois de l'année, ainsi que début 2014 et c'est celle des deux qui s'annonce être la plus spectaculaire.

Près d'un millier de blessés en Russie après la chute d'une météorite Des fragments de météorite se sont abattus vendredi matin sur la région russe de l’Oural, accompagnés d'éclairs incandescents et de violentes explosions, soufflant des murs et des fenêtres, semant la panique et blessant près d'un millier de personnes, selon les derniers bilans. Une boule incandescente accompagnée d’une très vive lumière blanche, se déplaçant à très grande vitesse, est apparue dans le ciel de Tcheliabinsk, une ville de plus d’un million d’habitants, à 9h20 locales, soit 4h20 en France. Hasard du calendrier, cet incident survient le jour même où un astéroïde bien plus massif, 2012 DA14, doit s'approcher à 27 000 kilomètres de la terre. Selon l’antenne locale du ministère russe des Situations d’urgence, la météorite avait brûlé partiellement en entrant dans les couches basses de l’atmosphère, avant de se désintégrer, les fragments atteignant la Terre. Une vidéo amateur postée sur Youtube montre la longue traînée laissée dans le ciel par la météorite et ses fragments.

La Grande Comète - L'Ecole de Vie La Comète qui arrive Une comète succède à une autre: Halley, Hyakutake, Hale-Bop, Neat, Elenin... Un jour, l'une sera La Grande Comète... Oui, mais laquelle? Comme toutes les comètes, la comète Elenin portait le nom de son découvreur présumé, Léonid Elenin, astronome amateur. Différentes sites Internet - surtout anglophones - se sont préoccupé de la comète annoncée et des vidéos nous l'ont également présentée... Une image prise d'un télescope anglo-australien a été retrouvée - datant de 1993 - qui montrait la comète se trouvant à une distance du Soleil ou de la Terre à laquelle la plupart des comètes ne sont encore pas du tout observables. Les dimensions de certaines comètes seraient, en réalité, gigantesques. Une comète peut, en effet - pour expliquer terrestrement cette "instabilité" - rencontrer des corps noirs, par exemple, dans la ceinture d'astéroïdes, ou même certains objets des Taurides. La trajectoire de la comète Elénin était visible à cette adresse: «Bon sang, mais, bien sûr!»

Related: