background preloader

Salembier - cognition(s)

Salembier - cognition(s)
Introduction Il est d'usage lorsque l'on se lance dans la rédaction d'un article thématique à visée introductive de débuter par une série d'avertissements à valeur prophylactique dont l'objectif est de prémunir l'auteur contre tout reproche éventuel à venir qui soulignerait son manque d'exhaustivité dans le traitement du thème considéré. Je ne dérogerai donc pas à cette règle coutumière en insistant sur le fait que cette contribution à la série de séminaires organisés par le LCPE et qui fait l'objet de la présente publication, n'avait et n'a toujours pour ambition que de présenter succinctement trois perspectives ou cadres généraux (plutôt que théories) pour l'étude de la cognition en situation dite « naturelle ». Pour ce faire, j'insisterai sur quelques points qui me paraissent caractéristiques des trois approches présentées : Cognition Située, Cognition Distribuée, Cognition Socialement Partagée. Figure 1 : Trois cadre d'analyse des activités cognitives. 1. 2. 3. Related:  Les courants critiques : la cognition située, distribuée, inca

L’hypothèse de la cognition (ou action) située et la tradition d’analyse du travail de l’ergonomie de langue française - theureau.pdf Le paradigme de l'énaction aujourd'hui - Penelaud Interaction sociale et cognition située : quels modèles pour la recherche sur l’acquisition des langues ? 1 Nous remercions Ulrich Krafft et Daniel Véronique pour leurs remarques très fines et stimulantes (...) 2 Parmi les exceptions, voir Véronique (1997). 1Lorsqu’on aborde les processus1 acquisitionnels dans l’interaction sociale, le problème se pose de savoir quel modèle de la cognition peut être articulé de façon cohérente avec les présupposés interactionnistes. Cette question est centrale tout en demeurant souvent implicite2 : mises à part les références, souvent rapides, aux idées vygotskiennes, les approches socio-interactionnistes du développement des langues secondes ou étrangères (L2) peinent à définir une conception de la cognition qui soit cohérente par rapport à leurs perspectives spécifiques. 3 Pour une présentation plus générale voir Pekarek Doehler (dans ce volume). 3Au cours des deux dernières décennies, un changement de paradigme s’est profilé dans une partie importante de la recherche acquisitionniste. 2.1. 2.2. 152.3. 3.1. 3.1.1. 3.1.2.

Introduction au numéro spécial « Activité et Action/Cognition Située » Cognition: un processus situé, distribué et perceptif 1 Cognition située A différence de la théorie socio-constructivisme qui se focalise sur les processus cognitifs indépendants de l’environnement d’apprentissage, la théorie de la cognition située et distribuée se concentre plutôt sur l’environnement dans lequel l’apprentissage intervient. L’environnement est constitué par deux contextes: le contexte social (l’environnement, le lieu) et le contexte physique (interaction entre les individus). En fait, le socio-constructivisme se concentrait seulement sur le contexte physique (la présence simultanée de plusieurs membres pour collaborer) pour étudier l’apprentissage. 2 Cognition distribuée La cognition est ici abordée comme un processus distribué, dont les dimensions sont : physiques, mentales et aussi sociales. 3 La personne-plus Les environnements physiques et sociaux participent à la cognition en tant que véhicules de la pensée, et pas uniquement comme source d'information ou comme supports matériels des productions d'un individu.

L’action située dans le développement de l’activité - beguin RR042-10.pdf Analyse d'ouvrage - Hutchins La théorie de l'Enaction de Varela La théorie de l'enaction de Varela. Introduction 1. Les racines biologiques de la connaissance : l'autopoièse. 2. La théorie de l'enaction, alternative au cognitivisme et au connexionnisme. 3. Introduction. Ce cours présente les grandes lignes de la théorie de la connaissance proposée par Francisco Varela et parachève ainsi la critique du fonctionnalisme fondé sur le modèle computationnel de la connaissance (voir le cours correspondant). Francisco Varela, décédé en 2003, est un chercheur d'origine Chilienne en neurobiologie et sciences cognitives, intéressé à la phénoménologie et pratiquant la méditation bouddhique. 1. Francisco Varela élabore avec le neurobiologiste Humberto Maturana, dans les années 1970, le concept d'« autopoièse » visant à caractériser l'organisme vivant et son évolution à partir de son autonomie organisationnelle. 2. L'enaction peut se définir comme « l'étude de la manière dont le sujet percevant parvient à guider ses actions dans sa situation locale ». 3.

Introduction à la théorie de l’Enaction de Varela ATP, Nice – P.-V. Duquaire – Argument de l’exposé du 21 décembre 2002 Introduction Francisco J. Varela est un chercheur chilien décédé à Paris il y a plus d’un an, dont les idées circulent et essaiment depuis une vingtaine d’années dans la recherche cognitive et au-delà. Notre introduction présentera brièvement les étapes marquantes du parcours intellectuel de Varela à l’aide d’une bibliographie de ses articles spécialisés et de ses monographies de synthèse qui sera commentée. 1. La " théorie de l’autopoièse " dont Varela est l’auteur avec Humberto Maturana, s’inscrit en biologie théorique avec des travaux en immunologie, et forme la nervure centrale de ce qu’il développera seul dans les années quatre-vingts sous le nom d’énaction. Notre première partie se chargera d’exposer les éléments conceptuels de cette théorie et leur articulation, et d’indiquer un parallèle possible avec la philosophie de Simondon. 2. 3. Conclusion

Réflexions sur l’autopoïèse

Related: