background preloader

Tendances - Comment l’impression 3D va révolutionner le monde et le « retail » !

Tendances - Comment l’impression 3D va révolutionner le monde et le « retail » !
Publié le 03 mars 2013 Imaginez en tant que marque, pouvoir téléporter en quelques minutes des produits directement chez votre client… Plus de stocks, plus d’intermédiaires, plus de frais de transport, de livraison, de packaging, et une distribution potentiellement mondiale… Ce qui semble digne d’un récit de science-fiction est pourtant bel et bien en train de devenir une réalité. Sommes-nous à l'aune d'une nouvelle révolution ? Ce qui semble digne d’un récit de science-fiction est pourtant bel et bien en train de devenir une réalité. L’impression 3D ? Il s’agit tout simplement d’une machine à même d’imprimer couche après couche (un peu comme un pistolet à colle piloté par un ordinateur) un objet depuis un modèle en 3D. Désormais accessibles aux passionnés (à partir de 2000$ environ pour les modèles de base) ces appareils permettent déjà de créer de nombreux petits objets (encore un peu cher pour le simple consommateur mais pas pour le passionné ou le Copytop du quartier).

Opinions: Crystal Ball Gazing: Amazon and 3D Printing By Theodore F. di StefanoE-Commerce Times 10/18/12 5:30 AM PT Why would Amazon be interested in 3D printing? My guess that Amazon might be interested is because it is currently adding warehouses throughout the United States with a not-so-long-term goal of being able to offer same-day delivery to its customers. The extent of Amazon's product offerings is quite breathtaking. The fact is that Amazon has become a retail and technological behemoth. Amazon Is Well Situated I'm not sure if Amazon would venture into manufacturing, but we do have a new industrial revolution on our hands today. In that article, I say: "3D printing is quite a bit unlike conventional printing in that a so-called printer makes an actual three-dimensional (not virtual) object. 3D printing is also called "additive manufacturing" because an object is made by continually adding layer after layer of raw material based upon a design that comes from a digital file." Why would Amazon be interested in 3D printing? Good luck!

Comment l’impression 3D va révolutionner le monde et le retail ET SI KINECT ETAIT DEJA DEPASSE Votre prochain ordinateur ou téléphone portable pourrait être tout simplement piloté par vos muscles. C’est la conviction de la société Thalmic Labs qui développe un bracelet musculaire permettant de contrôler ordinateurs, smartphones et consoles de jeu d’un simple geste (voir vidéo ci-dessus). Contrairement à Kinect, le bracelet MYO (qui coute 149 dollars) ne nécessite pas de caméra pour enregistrer vos gestes, ce qui permet un usage en mobilité. La conviction des créateurs de MYO est que le contrôle par la voix, de plus en plus fréquent, à ses limites : les internautes n’ont pas forcément envie de se parler à eux-mêmes dans la rue ou dans les transports en commun pour donner des instructions à leurs écrans. Utilisant une technique appelée « electromyography », qui mesure les impulsions produites par les muscles de l’avant-bras lorsqu’ils bougent, les capteurs de Myo peuvent analyser votre geste et le transformer en commande digitale.

How 3D Printing Actually Works Now that 3D printing — the process of making three-dimensional solid objects from digital designs — is available and affordable to individual consumers, it's piqued a lot of interest across the tech space in the past few years. From scale models, gifts and clothing to prosthetic limbs, hearing aids and the prospect of 3D-printed homes, the possibilities seem endless. The concept of 3D printing is by no means new, however. Chuck Hull invented and patented stereolithography (also known as solid imaging) in the mid-1980s, when he founded 3D Systems, Inc. Since then, advances in the technology have been (and continue to be) made, including the size of the printers themselves, the materials they can use and more. But how do 3D printers actually work? Designing an Idea It all starts with a concept. Whichever program you choose, you're able to create a virtual blueprint of the object you want to print. The 3D Printing Process Now for the fun part. Pushing Innovation

Un nouveau procédé de lissage révolutionne l'impression 3D Austin Wilson et Neil Underwood de Caroline du Nord ont inventé un nouveau procédé permettant de totalement lisser les impressions en 3D en utilisant de l'acétone. Ce processus, en plus de l’obtention d’une finition d’excellente facture, permet également de contourner tout un tas de complexes brevets propres au polissage. La technique reste perfectible et demande encore quelques modifications mineures. L’annonce a été faite à cause (grâce) du résultat impressionnant qui en découle, l’excitation en somme. Et on comprend pourquoi, les images parlent d’elles-mêmes, voyez. Comment fonctionne-t-il ? Depuis leur premier succès, le duo a fait des expériences en contrôlant les plages de température et les durées d’exposition, mais il subsiste encore quelques réglages.

Sortira-t-il autre chose que des “Crottbjets” de nos imprimantes 3D Justin Pickard (@justinpickard) est écrivain, futurologue « gonzo » au sein du collectif de designers Superflux et doctorant au Steps, un centre de recherche international sur les facteurs sociaux, technologiques et environnementaux de la durabilité. Sur la scène de Lift (vidéo), il est venu parler de l’impression 3D, pour tenter de renverser notre perspective sur le phénomène technologique du moment. L’impression 3D est encore chère, bien plus chère que nos imprimantes de bureau. Elle demeure encore réservée aux innovateurs, aux adopteurs précoces. C’est encore une technologie d’anticipation assez imparfaite dans les objets qu’elle produit. Image : Justin Pickard sur la scène de Lift, photographié par Ivo Näpflin. Justin Pickard choisit d’attaquer par des objets étranges, comme ceux trouvé à l’exposition itinérante 3D Print Show, notamment l’inquiétant Foetus Project de Jorge Lopes Dos Santos, étudiant au Royal College of Art. « Pour l’instant, l’impression 3D est encore maladroite.

Imprimer en 3D Historique: créé vers 2005, premier objet "grand public" en 2008. Opensource ET openhardware: nombreux dérivés et variations matérielles Google Glass: The opposition grows | Technically Incorrect The opposition will congregate in dark corners. They will whisper with their mouths, while their eyes will scan the room for spies wearing strange spectacles. The spies will likely be men. How many women would really like to waft down the street wearing Google Glass ? It won't be easy. Once you've been cybernated, there's no turning back. One site is called "Stop The Cyborgs." It's going to take a lot of bitty fighting, but the people behind this site -- they're naturally anonymous, in an attempt to stop Google spying on them -- say they're fighting Google Glass in particular. They say that it will herald a world in which "privacy is impossible and corporate control total." Some would say that, thanks to Googlies and other bright, deluded sparks, we're there already. Still, the people behind this anti-cyborg movement claim that there's no way you'll ever know that someone wearing Google Glass is recording your every word and movement. Well, yes. They are, of course, right.

Questions fréquemment posées sur l'impression 3D Qu'est-ce que l'impression 3D ? L'impression 3D est un procédé qui permet de produire un objet réel à partir d'un fichier 3D en déposant et solidifiant de la matière couche par couche pour obtenir la pièce terminée. Fabrication d'un objet en plastique blanc sur la machine Eos : Fabrication d'un objet coloré sur la machine Zcorp : Quel logiciel puis-je utiliser si je suis débutant dans le design 3D ? - Google distribue gratuitement un logiciel simple d'utilisation : Google Sketchup. Quelles sont les propriétés techniques des matières disponibles?

Harvard kids use 3D printing to help the blind ‘see’ paintings For the visually impaired, the basic problem with art is that they can’t see it. But with a project called “Midas Touch” a group of Harvard kids say they have a fix: Use 3D printing to help the blind “see” what they cannot actually see. “We want to bridge the gap between the visually impaired and the visual world of art,” Constantine Tarabanis, one of the brains behind the project, told me. Basically, what Midas Touch does is take a flat image — say, of “Starry Night” — and use 3D printing to add layers of texture to it, creating an image that’s half painting, half relief sculpture. Essentially, Midas Touch takes the visual nature of art and translates it to a physical world that the visually impaired can understand. In theory, anyway. Above: Midas Touch says its work is like “painting in 2.5 dimensions” Image Credit: Wikimedia Commons The experience isn’t new to Tarabanis, who also had trouble describing the idea of 3D printing to his visually impaired friend, George.

Related: