background preloader

Truman, 2nde Guerre mondiale et Plan Marshall

Truman, 2nde Guerre mondiale et Plan Marshall
Related:  Le plan MarshallGuerre 39 - 45 - A Classer

Plan-Marshall LES ARMES SECRETES DU JOUR J Dossiers Apocalypse - TV5MONDE Agrandire Rétrecir Les Alliés ont déployé des trésors d’imagination pour résoudre les unes après les autres toutes les difficultés qui allaient se présenter à eux. Le débarquement en Normandie est un extraordinaire défi à la technologie. Des millions de photographies aériennes A l’aide d’avions équipés d’énormes appareils photo, Américains et Britanniques photographient la Normandie dans ses moindres détails. Ces clichés permettent d’établir des cartes très précises indiquant l’emplacement des routes, des rivières et des ponts, les zones de marécage dangereuses pour les armées et les terrains favorables à l’installation d’aérodromes. La météo : un atout essentiel pour les Alliés Connaître les prévisions météorologiques est essentiel pour les Alliés., comme pour les Allemands, afin de prévoir à quel moment pourrait avoir lieu le débarquement. De drôles de chars : les funnies ! Réussir à prendre pied sur les plages de Normandie est le premier objectif des Alliés. Les ports artificiels

Affiches Seconde Guerre < Archives nationales - Page d'accueil Affiches du ComitÉ d'histoire de la Seconde Guerre mondiale Le Comité d'histoire de la Seconde Guerre mondiale est né en décembre 1951 de la fusion de la Commission d'histoire de l'Occupation et de la libération de la France, la CHOLF, et du Comité d'histoire de la guerre, créés respectivement en octobre 1944 et en juin 1945 pour préserver la mémoire des années 1939-1945. Rattaché à la Présidence du Conseil et doté d'un important réseau de correspondants en province, ce nouvel organisme, animé par l'historien Henri Michel, était principalement chargé de susciter des témoignages sur divers aspects de la Résistance et de l'Occupation, tout en coordonnant des enquêtes et des publications sur la seconde guerre mondiale. Il avait aussi vocation à recueillir les archives personnelles des acteurs de la période.

5 juin 1947 - Le plan Marshall Le 5 juin 1947, dans un discours prononcé à l'Université de Harvard, le général George C. Marshall annonce un programme d'aide au développement comme le monde n'en avait encore jamais connu. Ce «programme de reconstruction européenne» (European Recovery Program ou ERP) gardera dans l'Histoire le nom de son auteur. Générosité intéressée Né en 1880 en Pennsylvanie, le rapporteur du plan a gravi les échelons sans passer par la prestigieuse académie militaire de West Point comme la plupart des officiers d'état-major américains. Conseiller militaire du président Roosevelt pendant la Seconde Guerre mondiale, il a été nommé au grade de général d'armée à la fin de celle-ci. Secrétaire d'État (ou ministre des Affaires étrangères) dans le gouvernement du président Harry Truman, George C. Le facteur déclenchant du plan est la Grèce, victime d'une violente guerre civile entre communistes et libéraux et menacée de tomber sous la coupe des premiers. Vers une scission de l'Europe Cliquez pour agrandir

Armes utilisées pendant la Seconde Guerre mondiale Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Seconde Guerre mondiale a vu un développement très important des armes de tous types, en puissance et en quantité. Généralités[modifier | modifier le code] « Guerre de mouvement sur de vastes espaces, la Deuxième Guerre mondiale a été une guerre du moteur. »[1] Chars et transports motorisés[modifier | modifier le code] L'usage généralisé des chars est une première illustration de cette tendance à la motorisation. Aviation[modifier | modifier le code] Les immenses progrès de l'aviation réalisés entre les deux guerres vont donner aux différents avions de guerre une place de première importance. Les dernières semaines mois du conflit verra l'apparition au combat des premiers avions à réaction côté allemand (Messerschmitt Me 262) et côté Allié (Gloster Meteor ou Lockheed P-80 Shooting Star) mais trop tardivement et en trop petit nombre pour influer sur la fin de la guerre. Lutte antiaérienne[modifier | modifier le code] Raupenschlepper Ost

8h15 6 AOUT 1945 : Hiroshima Retour sommaire L'atome au service de la guerre Jamais une découverte scientifique n'a été si rapidement appliquée, jamais de tels moyens financiers et humains n'ont été mis au service d'une aventure techno-scientifique. Tout cela dans un seul but: la bombe atomique. Ce 6 août 1945 à 2 heures 30 locale, la météo sur Hiroshima étant satisfaisante, le bombardier B 29 Enola Gay décolle de l'aéroport militaire américain de Tinian, dans les îles Mariannes. A 8 h 15, la bombe est larguée sur Hiroshima; elle explose quarante-cinq secondes plus tard, à 600 m d'altitude au-dessus du centre de la ville. L'énergie née de la fission nucléaire se libère de trois façons: 35 % sous forme d'énergie thermique, 50 % emporté par l'onde de choc et le souffle, et 15 % émis sous forme de radiations nucléaires. Engendrée par la phénoménale surpression due à l'expansion des gaz chauds, une onde de choc se forme et progresse à près de 1000 km/h, semblable à un mur d'air solide de forme sphérique.

plan Marshall Programme américain d'aide économique à l'Europe lancé après la Seconde Guerre mondiale à l'initiative du général George Catlett Marshall et adopté par une loi d'avril 1948. Le plan Marshall (en anglais European Recovery Program) adopté par le président Harry Truman est prévu pour quatre ans, du 1er avril 1948 au 30 juin 1952. À cette date, les pays européens devaient avoir rééquilibré leurs balances des comptes et recouvré leur indépendance économique et financière. L'administration du plan est confiée à l'Economic Cooperation Administration (ECA) [américaine] et à l'Organisation européenne de coopération économique (OECE), le premier organisme jouant le rôle de distributeur de crédits et le second celui de répartiteur. L'Export-Import Bank administre les prêts négociés entre l'ECA et les gouvernements intéressés. Chaque pays dispose à titre gratuit de 85 % de l'aide accordée ; le reste, soit 15 %, correspond à des prêts à long terme. Pour en savoir plus, voir l'article guerre froide.

Le quotidien d’un Juif sous le IIIe Reich Ce que chacun sait – que Hitler a voulu, imaginé et mis en œuvre un projet de destruction des Juifs d’Europe – était resté dans une large mesure caché aux Juifs eux-mêmes jusqu’à un stade très avancé du processus. Le Führer avait certes été clair dans Mein Kampf, mais la progression délibérément lente et secrète du travail fait en ce sens par son gouvernement a réussi à endormir ses victimes en Allemagne ; tout comme elle a trompé et confondu la plupart des observateurs étrangers. L’universitaire et auteur mineur Victor Klemperer, un Allemand de confession protestante à ses propres yeux (1) mais un Juif à ceux du régime, a vécu et consigné le désastre comme il se déroulait à Dresde. S’il a vite décelé que la monomanie d’Hitler allait détruire le nazisme, il a compris plus lentement que l’anéantissement était son but, et très tard – presque trop tard – qu’il serait lui aussi tué s’il ne se remuait pas un peu.

Info Après la capitulation du Japon, en 1945, les responsables de ces crimes de guerre ont bénéficié de la protection des services secrets américains, en échange des informations résultant de leurs expériences. L’Armée américaine redoutait déjà une guerre avec l’Union soviétique et préférait garder secret ce qu’elle apprenait des scientifiques japonais en matière de guerre biologique. Au cours de la guerre de Corée, l’Armée des Etats-Unis, conseillée par les criminels de guerre japonais qu’elle avait protégés, a lancé des attaques biologiques contre les régions occupées par les troupes communistes. Les débuts flatteurs d’un savant fou japonais Né le 25 juin 1892, Shiro Ishii a suivi des études de médecine à l’Université impériale de Kyoto, au Japon. A partir de 1924, Shiro Ishii s’est spécialisé dans la recherche bactériologique, la sérologie, la médecine préventive et la pathologie. Travaux secrets Shiro Ishii Laboratoire en Mandchourie Vue de Harbin en 1930 Le témoignage du prince Mikasa Le bloc Ro

Introduction, Les années noires 1940-1945 - Pour mémoire - CNDP Plusieurs expressions, qui témoignent de l’évolution de l’historiographie, désignent la période que la France a vécue pendant la Seconde Guerre mondiale. Pendant longtemps, on parle de « l’Occupation », mettant ainsi l’accent sur les Allemands, au détriment de l’action du gouvernement du maréchal Pétain. Suite aux travaux de Robert O. Paxton[1], l’expression « la France de Vichy », qui met en valeur les responsabilités françaises, se généralise. Dans ce dossier, nous lui préférerons celle des « années noires », empruntée au titre du livre de Jean Guéhenno [2], parce que, étant plus neutre quant à l’historiographie, elle permet d’en restituer tous les apports. Auteurs : Evelyne Gayme, professeure d’histoire-géographie, académie de CréteilMathilde Houte-Marguerit, professeur d’histoire-géographie, académie d’Amiens Chargée de mission : Marie-Christine Bonneau-Darmagnac Chef de projet éditorial : Bernard Clouteau Iconographe : Adeline Riou Graphisme/intégration technique/intégration éditoriale :

Histoire. Unité 731. Les médecins maudits de l’armée japonaise. Terra Nova L’unité 731 C’est récemment seulement que l’ampleur et l’horreur des expériences menées ont été révélées. Les agissements de cette équipe de « savants » pervers n’ont d’égal que ceux des médecins nazis dans les camps de concentration. Le laboratoire de la mort est installé dans l’Etat du Mandchoukuo, à Pingfan, au sud de Harbin. Son objectif principal est la mise au point d’une arme bactériologique. A cet effet, un énorme complexe de 150 bâtiments est construit. Au plus fort de son activité, à partir de 1938, le complexe regroupe des milliers de collaborateurs. Dans un des bâtiments, le « bloc Rô », les chercheurs font des expériences sur des êtres humains. Harbin est une ville qui constitue la source de recrutement des victimes. Le général Shiro Ishii, bactériologiste et responsable de l'unité 731 Mais, on sait que des soldats Américains, Australiens, Néo-Zélandais et Anglais, incarcérés dans le camp de Moukden, à 500 km de Pingfan ont également été victimes de ces savants fous. < Histoire

Après leur défaite, des nazis ont constitué une armée secrète À partir de 1949, près de 2.000 anciens officiers de la Wehrmacht et de la SS ont travaillé secrètement à la constitution d'une armée anticommuniste capable de mobiliser 40.000 hommes en cas d'invasion soviétique ou de guerre civile, rapporte Der Spiegel cette semaine. L'histoire de cette armée de l'ombre, dont l'existence n'avait jusqu'à présent jamais été rendue publique par les autorités allemandes, dormait depuis plus d'un demi-siècle dans les archives du BND, le service des renseignements allemand. Jusqu'à qu'un historien, Agilof Kesselring, qui menait des recherches sur l'histoire du BND, soit tombé par hasard sur un dossier de 321 pages étiqueté sous un nom trompeur: «Assurances». Der Spiegel a pu avoir accès à son contenu. publicité Cette armée secrète voit le jour en 1949 sous l'égide de l'ancien colonel nazi Albert Schnez, dans la région de Stuttgart. «Les débats tournaient toujours autour de la question: que faire si les Russes ou leurs alliés est-allemands débarquent?

Unité 731 Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le complexe de l'Unité 731. Créée par mandat impérial, l'Unité 731 (731 部隊, Nana-san-ichi butai?) était une unité militaire de recherche bactériologique de l'Armée impériale japonaise. Officiellement, cette unité, créée en 1925 et dirigée par Shirō Ishii se consacrait « à la prévention des épidémies et la purification de l'eau », mais elle effectuait en réalité des expérimentations sur des cobayes humains comme des vivisections sans anesthésie ou des recherches sur diverses maladies comme la peste, le typhus et le choléra en vue de les utiliser comme armes bactériologiques[1]. Un projet secret d'armement bactériologique[modifier | modifier le code] Des armes bactériologiques produites par cette unité ont entre autres été utilisées sur ordre de Hirohito contre les Soviétiques en 1939 et contre les Chinois de 1940 à 1945. Les cobayes humains de Shirō Ishii[modifier | modifier le code] Trois mille personnes furent sacrifiées à Pingfang.

A Holocaust Map Sites of death and concentration camps, and estimated numbers murdered from each country From The Oxford Companion to World War II. Oxford: Oxford UP, 1995.

Related: