background preloader

Truman, 2nde Guerre mondiale et Plan Marshall

Truman, 2nde Guerre mondiale et Plan Marshall
Related:  Le plan MarshallGuerre 39 - 45 - A Classer

Plan-Marshall Affiches Seconde Guerre < Archives nationales - Page d'accueil Affiches du ComitÉ d'histoire de la Seconde Guerre mondiale Le Comité d'histoire de la Seconde Guerre mondiale est né en décembre 1951 de la fusion de la Commission d'histoire de l'Occupation et de la libération de la France, la CHOLF, et du Comité d'histoire de la guerre, créés respectivement en octobre 1944 et en juin 1945 pour préserver la mémoire des années 1939-1945. Rattaché à la Présidence du Conseil et doté d'un important réseau de correspondants en province, ce nouvel organisme, animé par l'historien Henri Michel, était principalement chargé de susciter des témoignages sur divers aspects de la Résistance et de l'Occupation, tout en coordonnant des enquêtes et des publications sur la seconde guerre mondiale. Il avait aussi vocation à recueillir les archives personnelles des acteurs de la période.

8h15 6 AOUT 1945 : Hiroshima Retour sommaire L'atome au service de la guerre Jamais une découverte scientifique n'a été si rapidement appliquée, jamais de tels moyens financiers et humains n'ont été mis au service d'une aventure techno-scientifique. Tout cela dans un seul but: la bombe atomique. Ce 6 août 1945 à 2 heures 30 locale, la météo sur Hiroshima étant satisfaisante, le bombardier B 29 Enola Gay décolle de l'aéroport militaire américain de Tinian, dans les îles Mariannes. A 8 h 15, la bombe est larguée sur Hiroshima; elle explose quarante-cinq secondes plus tard, à 600 m d'altitude au-dessus du centre de la ville. L'énergie née de la fission nucléaire se libère de trois façons: 35 % sous forme d'énergie thermique, 50 % emporté par l'onde de choc et le souffle, et 15 % émis sous forme de radiations nucléaires. Engendrée par la phénoménale surpression due à l'expansion des gaz chauds, une onde de choc se forme et progresse à près de 1000 km/h, semblable à un mur d'air solide de forme sphérique.

Info Après la capitulation du Japon, en 1945, les responsables de ces crimes de guerre ont bénéficié de la protection des services secrets américains, en échange des informations résultant de leurs expériences. L’Armée américaine redoutait déjà une guerre avec l’Union soviétique et préférait garder secret ce qu’elle apprenait des scientifiques japonais en matière de guerre biologique. Au cours de la guerre de Corée, l’Armée des Etats-Unis, conseillée par les criminels de guerre japonais qu’elle avait protégés, a lancé des attaques biologiques contre les régions occupées par les troupes communistes. Les débuts flatteurs d’un savant fou japonais Né le 25 juin 1892, Shiro Ishii a suivi des études de médecine à l’Université impériale de Kyoto, au Japon. A partir de 1924, Shiro Ishii s’est spécialisé dans la recherche bactériologique, la sérologie, la médecine préventive et la pathologie. Travaux secrets Shiro Ishii Laboratoire en Mandchourie Vue de Harbin en 1930 Le témoignage du prince Mikasa Le bloc Ro

Histoire. Unité 731. Les médecins maudits de l’armée japonaise. Terra Nova L’unité 731 C’est récemment seulement que l’ampleur et l’horreur des expériences menées ont été révélées. Les agissements de cette équipe de « savants » pervers n’ont d’égal que ceux des médecins nazis dans les camps de concentration. Le laboratoire de la mort est installé dans l’Etat du Mandchoukuo, à Pingfan, au sud de Harbin. Son objectif principal est la mise au point d’une arme bactériologique. A cet effet, un énorme complexe de 150 bâtiments est construit. Au plus fort de son activité, à partir de 1938, le complexe regroupe des milliers de collaborateurs. Dans un des bâtiments, le « bloc Rô », les chercheurs font des expériences sur des êtres humains. Harbin est une ville qui constitue la source de recrutement des victimes. Le général Shiro Ishii, bactériologiste et responsable de l'unité 731 Mais, on sait que des soldats Américains, Australiens, Néo-Zélandais et Anglais, incarcérés dans le camp de Moukden, à 500 km de Pingfan ont également été victimes de ces savants fous. < Histoire

Unité 731 Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le complexe de l'Unité 731. Créée par mandat impérial, l'Unité 731 (731 部隊, Nana-san-ichi butai?) était une unité militaire de recherche bactériologique de l'Armée impériale japonaise. Officiellement, cette unité, créée en 1925 et dirigée par Shirō Ishii se consacrait « à la prévention des épidémies et la purification de l'eau », mais elle effectuait en réalité des expérimentations sur des cobayes humains comme des vivisections sans anesthésie ou des recherches sur diverses maladies comme la peste, le typhus et le choléra en vue de les utiliser comme armes bactériologiques[1]. Un projet secret d'armement bactériologique[modifier | modifier le code] Des armes bactériologiques produites par cette unité ont entre autres été utilisées sur ordre de Hirohito contre les Soviétiques en 1939 et contre les Chinois de 1940 à 1945. Les cobayes humains de Shirō Ishii[modifier | modifier le code] Trois mille personnes furent sacrifiées à Pingfang.

Guerre du Pacifique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La guerre du Pacifique comprend les campagnes menées à partir de 1941 en Extrême-Orient, dans les pays bordant l’océan Pacifique et dans cet océan, dans le cadre de l'affrontement entre les Alliés et l'Empire du Japon. La politique expansionniste du Japon visait l'ensemble de la région. L'extension du conflit à partir de sa base continentale en Chine et en Indochine, débute en décembre 1941, à partir de l'entrée en guerre officielle de l'Empire du Japon contre les États-Unis, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et l'Australie. Prélude[modifier | modifier le code] Rivalité entre le Japon et la Chine[modifier | modifier le code] Au Japon, les répercussions de la Grande Dépression et une série de coups d'état entrainent la chute du gouvernement civil et la prise de contrôle par les militaires. La Seconde Guerre sino-japonaise[modifier | modifier le code] En 1941, le conflit en Chine est complètement bloqué. Une offensive vers l'est avec :

Les procès de Tokyo Les procès de Tokyo Genèse ILes procès I Les verdicts I Crimes et mémoire populaire Les populations occidentales ignorent les procès des criminels de guerre japonais tenus à Tokyo et ailleurs en Asie. Les maîtres politiques et militaires du Japon n'ont jamais bénéficié de la curiosité journalistique à leur égard. La raison est que la propagande alliée ne voulait pas imputer l'empereur japonais en lui donnant l'entière responsabilité des atrocités commises par ses troupes. Bien que le rôle de Hiro-Hito dans la guerre ne fait pas l'unanimité chez les historiens, des recherches récentes ont permis d'établir son implication directe dans la planification et la conduite de la guerre du Pacifique. Genèse L'outil législatif qui va juger les principaux criminels de guerre japonais à Tokyo est le Tribunal militaire international pour l'Extrême-Orient, conformément aux accords de Potsdam de Juillet 1945. Les accusés japonais arrivent au Tribunal de Tokyo Les accusés L'amiral Oka L'idéologue Okawa

Shirō Ishii Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Shirō Ishii (石井 四郎, Ishii Shirō?, 1892-1959) était le lieutenant-général de l’unité 731, chargée de la recherche sur les armes bactériologiques pendant la Seconde Guerre sino-japonaise. Il poussa le Japon à adopter une stratégie de guerre bactériologique alors que le pays était signataire de la Convention de Genève de 1925 interdisant le recours aux armes chimiques. Jeunesse et années d'études : 1892-1920[modifier | modifier le code] Shiro Ishii naît le 25 juin 1892 dans l’ancien village de Chiyoda dans la préfecture de Chiba au Japon (à deux heures de voiture du centre actuel de Tokyo[2]) dans une famille de riches propriétaires terriens[3]. Débuts dans l'armée : 1922-1932[modifier | modifier le code] Il rejoint l'armée en tant que Chirurgien Lieutenant peu après avoir obtenu son diplôme[4], obtenant son transfert durant l'été 1922 à l'hôpital de la Première Armée de Tokyo[5]. En 1930, de retour d'Europe, Ishii est promu commandant.

Attaque de Pearl Harbor Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'attaque de Pearl Harbor est une attaque surprise par l'aéronavale japonaise le 7 décembre 1941 de la base navale américaine de Pearl Harbor située sur l’île d’Oahu, dans l’archipel du territoire américain d’Hawaï, au cœur de l'océan Pacifique. Cette attaque visait à détruire la flotte de l'United States Navy qu'elle abritait et entraîna l'entrée dans la Seconde Guerre mondiale des États-Unis. À l'issue de l'attaque, conduite en deux vagues aériennes parties de 6 porte-avions japonais et impliquant plus de 400 avions, les pertes américaines furent importantes : 2 403 morts et 1 178 blessés. Quatre navires de ligne, trois croiseurs, trois destroyers et 188 avions furent détruits. Cependant, beaucoup de navires purent être remis en état dans les mois qui suivirent, et les trois porte-avions américains du Pacifique, alors absents de Pearl Harbor, échappèrent à l'attaque. Contexte[modifier | modifier le code] Localisation des principaux navires

Camp de Changi Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le camp de prisonniers de guerre de Changi a été construit par les occupants japonais, sur l'est de l'île principale de Singapour, sur le site de trois anciennes casernes britanniques après la conquête de l'île le 15 février 1942. Dans ce camp de prisonniers de guerre, les Japonais ont rapidement regroupé la quasi-totalité de leurs prisonniers de guerre alliés (les Britanniques, les Australiens et Néerlandais) ainsi que de nombreux civils. Au cours de son existence, environ 87 000 prisonniers y furent internés, et environ 850 y sont morts. Aujourd'hui, sur le site de l'ancien camp se situent l'Aéroport Changi et la prison de Singapour (dans laquelle les trafiquants de drogue sont régulièrement exécutés[1]). Avant-guerre[modifier | modifier le code] Singapour était sous domination britannique, et était surnommé « l' arsenal de la démocratie » et le « Gibraltar de l'Extrême-Orient ». Le camp[modifier | modifier le code]

Les atrocités de l'occupation japonaise révélées par les archives chinoises Les employés des archives de la province de Jilin (Nord-est de la RPC) ont marqué à leur manière le 69e anniversaire de la victoire dans la Seconde guerre mondiale. A la fin d’avril, ils ont rendu publics près de 100.000 documents datant de la Seconde guerre mondiale, qui témoignent des actes de cruauté de l’armée japonaise pendant l’occupation de l’Est de la Chine (1937-1945). Il s’agit des lettres, des rapports, des documents officiels et des enregistrements de conversations téléphoniques entre les soldats et les fonctionnaires d’autres grades de l’armée impériale du Japon en Chine. De nombreux documents révèlent de nouvelles informations sur les victimes du massacre de Nankin (1937). Les archives donnent également des preuves de la création par le gouvernement japonais d’un réseau de « maisons clauses militaires » sur les territoires occupés. Un réseau des « maisons closes militaires » développé par Tokyo Les faits révélés par les archives font vraiment froid dans le dos.

Blitzkrieg Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Opération Barbarossa : les principes de mobilité et d'effet de surprise, qui caractérisaient jusqu'ici les engagements stratégiques de la Wehrmacht sous le terme de Blitzkrieg, semblent encore prévaloir pendant l'été et l'automne 1941. L'armée allemande apparaît encore invaincue ; le cours des choses va se corser pour elle dès l'hiver devant Moscou. Le Blitzkrieg (signifiant en allemand « guerre éclair ») est une stratégie offensive visant à emporter une victoire décisive par l'engagement localisé et limité dans le temps d'un puissant ensemble de forces mécanisées, terrestres et aériennes dans l'optique de frapper en profondeur la capacité militaire, économique ou politique de l'ennemi. Définitions historiques[modifier | modifier le code] Description[modifier | modifier le code] Perspective allemande[modifier | modifier le code] Avant même que la rupture soit complètement obtenue, la phase d'exploitation est engagée.

Bataille de France Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Contexte géopolitique[modifier | modifier le code] 18 juillet 1936 au 1er avril 1939[5] : la guerre d'Espagne. Lors de son retour à Londres, Chamberlain déclare : « Mes bons amis, pour la deuxième fois de notre histoire, un Premier ministre britannique revient d'Allemagne apportant la paix dans l'honneur. De son côté, Édouard Daladier — Président du Conseil français — amer et lucide, confiera dans l'avion du retour à Alexis Léger, alias Saint-John Perse, secrétaire général du Quai d'Orsay : « Les cons ! 15 mars 1939 : invasion de la Bohême-Moravie, partie occidentale de la Tchécoslovaquie par le Troisième Reich[8].1er septembre 1939, à 4 h 45 : les troupes allemandes envahissent la Pologne[9], sans déclaration de guerre, et après d'intenses bombardements. Un atout stratégique pour l'Allemagne : l'alliance soviétique[modifier | modifier le code] La « drôle de guerre »[modifier | modifier le code]

Related: