background preloader

Les objets intelligents nous rendent-ils bêtes

Les objets intelligents nous rendent-ils bêtes
Related:  Smart cities

Saskia Sassen at TED2013 Photo: James Duncan Davidson Saskia Sassen thinks deeply about the world’s cities, and she’s on the TED stage to share some of her provocative theories about how we should think about urbanizing technology, that pervasive force that has impacted so much of the way in which we live and work. She starts by pointing out an amazing fact: there are firms that will lease you a city. And those cities are highly technologized. She’s worried about that. Dialogues with cities Today’s cities are complex systems that interact with the biosphere, and she asks a startling question: “Can technology hack the city, or can cities hack technology?” But it goes further: Does the city talk back? There’s a great example in New York City. The danger But the high-tech city threatens the evolution of cities. But technology is threatening that ability. Her question is, “What are the spaces where we can create a bit of distance between that and us?”

L’internet des objets… drogués Que se passerait-il si les objets connectés pouvaient se comparer les uns les autres ? Si les objets pouvaient réagir à la pression de leurs pairs ? C’est l’étrange question que pose le projet de recherche AddictedProducts (voir également le blog) du designer Simone Rebaudengo, étudiant à l’université de technologie de Delft et qui travaille également en compagnie du designer Husman Haque, l’inventeur de Pachube (devenu Cosm), la plateforme pour interconnecter les objets via l’internet. Image : les toasters disséminés chez leurs locataires. Simone Rebaudengo s’est intéressé à l’intérêt que nous portons aux produits et à l’intérêt que le marketing voudrait nous voir leur porter. Pour illustrer son idée, le designer a choisi de s’intéresser… aux toasters. Vidéo : Brad le toaster. La web fiction pose de nombreuses questions. A Lift, James Bridle attirait notre attention sur le fait que les machines nous parlaient, nous appelaient.

Les objets connectés prennent vie Le 28 / 03 / 11 | Posté par redacteur Les objets connectés prennent vie Quand les objets du quotidien se relient à l’internet, l'important ce n’est pas seulement leur comportement, mais surtout les usages qu’on en a, et qui en profitent. SFR prépare déjà l’avenir. Un intérieur connecté à Internet. Demain, la plupart des objets de notre quotidien se relieront à l’Internet. Téléviseurs, cadres photo, webradios, chaînes hi-fi, appareils photo et même réfrigérateurs… les objets connectés vont progressivement se fondre dans notre quotidien. Dans les labos, chercheurs et universitaires planchent même sur l’étape suivante : l’Internet des objets. Comme tous les grands opérateurs télécoms dans le monde, SFR participe activement à cette mutation. Fournir et maîtriser la connectivité, concevoir des services utiles et innovants, fluidifier l'expérience des clients... tel est l'intérêt des objets connectés et interactifs.

Que ReFaire ? Exploiter l’aura numérique des objets + risques à anticiper Un objet industriel commence sa vie sous la forme d’un modèle et de schémas de fabrication. Sa fabrication est pilotée et tracée sous forme numérique. Il dispose le plus souvent d’un identifiant unique, auquel s’accrochent toutes sortes d’informations (services associés, usage, interaction…). Sa fin de vie est souvent également documentée. De sa naissance à sa mort, chaque objet existe avec une forme d’”aura numérique”, une documentation sur lui-même, souvent très technique, qui ne lui est pas réellement attachée, mais qui préside à sa construction, réparation et destruction. A l’inverse, le Nouveau Monde industriel [1] dont nous parlons dans ReFaire décrit : Quelles sont les composantes de l’aura numérique ? L’aura numérique d’un objet regroupe les stocks et les flux d’informations et d’interactions numériques qui précèdent, accompagnent et succèdent à son incarnation physique. Schéma 1 : Les composantes de l’aura numérique. Aujourd’hui une aura fragmentée 3 scénarios concrets

Influence du numérique sur notre civilisation Les mutations de notre époque vont-elles vers un nouveau monde ? Un monde géré par la géopolitique (prédominance de l'Occident), la mondialisation, la génétique, le numérique (web nouveau continent), et le fait écologique (épuisement des ressources). En période de transition, nous vivons « un pied dans chaque monde ». UP' a choisi de vous présenter un extrait de l'intervention « quelle civilisation pour le 6ème continent » du 11 février 2013 au CNAM du pays de Loire à Nantes, dans le cycle de conférences « Le goût de l'avenir », sous le parrainage de Jean-Claude Guillebaud, en partenariat avec VivAgora. Verbatim réalisé par Geneviève Bouché, Docteur en prospective. En bref... Le numérique bouscule nos attentes, nos modes de pensée, nos échelles de valeur et nos modèles économiques, ainsi que nos manières de gouverner. Ceci donne une ligne stratégique pour l'Europe, afin qu'elle jouisse de son abondance en la matière. Est-ce notre destin ? L'informatique s'est mariée avec les télécoms

De l’internet des objets au web des objets La plupart des commentateurs de la presse grand public sont d’accord : Shodan est un moteur de recherche “terrifiant” estiment tant Kashmir Hill pour Forbes que David Goldman pour CNN. Shodan, le “terrifiant” moteur de l’internet des objets Shodan (@shodanq) est un moteur de recherche spécialisé dans les objets connectés. Shodan est le moteur de recherche de l’internet des objets, mais cela n’en fait pas un objet très rassurant, au contraire. Kashmir Hill rappelle alors l’histoire du visiophone de bébé piraté qui a fait le tour du web cet été, un visiophone pour surveiller un bébé connecté à l’internet, commandé par un inconnu qui faisait bouger la caméra, parlait au bébé et insultait les parents à distance (voir l’histoire racontée par France 24 pour plus de détails). “Google fouille les sites web, je fouille les objets”, avoue John Matherly (@achillean), le fondateur de Shodan. Selon Ericsson, 50 milliards de dispositifs seront mis en réseau d’ici 2020. Hubert Guillaud

C'est quoi l'Internet des Objets ? Quels risques pour la sécurité L‘Internet des objets (Ido) est une révolution qui a déjà commencé, mais dont l’ampleur reste encore à venir. Que signifie exactement ce phénomène ? Présente–t-il un risque pour la sécurité de nos ordinateurs, nos réseaux et nos données personnelles ? L’internet des objets (Ido, ou en anglais Internet of Things, IoT) représente pour le secteur informatique et industriel un levier de croissance considérable, et pour les particuliers ou les entreprises clientes de profonds – mais difficilement perceptibles – changements au quotidien. Concrètement il s’agit des milliards d’objets « intelligents » et connectés, qui communiquent en permanence ou à intervalles réguliers, pour transmettre à des systèmes d’information distants un état, un relevé, un statut, une consommation, une alerte, un besoin, une géolocalisation, etc. L’Internet des objets est donc un concept assez large, voire même fourre-tout dans certains cas. Internet des objets : quid de la sécurité ? Source : lasecuriteintelligente.fr

Surveiller les algorithmes… De plus en plus souvent, des algorithmes décident de notre rapport au monde. Que ce soit pour nous mettre en relation avec d’autres sur des sites de rencontres ou pour estimer notre capacité de crédit, pour nous diriger dans la ville via nos GPS voir même pour nous autoriser à retirer de l’argent à un distributeur automatique… les algorithmes se sont infiltrés dans notre vie quotidienne sans notre consentement et modulent notre rapport au monde sans que nous soyons vraiment au courant de leur existence, de l’ampleur de leur action, de leur pouvoir et des critères qu’ils utilisent pour décider de nos existences à notre place. Sans que nous ayons non plus beaucoup de possibilités pour réfuter ou intervenir sur ces critères. « Trop souvent, c’est l’ordinateur qui décide ! » Comprendre comment fonctionnent les algorithmes qui nous gouvernent n’est pourtant pas du recours des seuls spécialistes, estime le journaliste Frank Swain (@SciencePunk). Danser avec les algorithmes silencieux

Mapping for Change

il y a pour Morozov motif à s’inquiéter de cette révolution qui se profile. “A mesure qu’elles deviennent plus intrusives, explique-t-il, les technologies intelligentes risquent de toucher à notre autonomie en supprimant des comportements que quelqu’un, quelque part, aura désignés comme indésirables. Les fourchettes intelligentes nous informent que nous mangeons trop vite. Les brosses à dents intelligentes nous incitent à passer plus de temps à nous brosser les dents. Les senseurs de nos voitures peuvent nous dire si nous conduisons trop vite ou freinons trop brutalement.” Morozov ne nie pas l’utilité de ces informations, mais il met en garde contre le fait qu’elles peuvent intéresser des institutions qui ont tout intérêt à surveiller nos comportements. A commencer par les compagnies d’assurance, qui offrent déjà des réductions sur leurs polices aux conducteurs qui acceptent d’installer des senseurs intelligents dans leur voiture. Combien de temps faudra-t-il pour que ce soit obligato by ryslainemly Mar 4

Related: