background preloader

Emilie Laperrière, collaboration spéciale

Emilie Laperrière, collaboration spéciale
Vittra, qui gère une trentaine d'écoles en Suède, a voulu repenser ce que devait être l'école d'aujourd'hui. Adieu, bureaux et tableau noir. L'école est plutôt traversée par de grands espaces colorés, avec différents lieux pour étudier. «Leur philosophie permet aux enfants d'être activement engagés dans leur apprentissage, explique Rosan Bosch, architecte du projet. Chaque enfant est différent. Certains travaillent mieux en groupe, d'autres préfèrent étudier individuellement dans un environnement isolé. Un environnement ludique Ce ne sont d'ailleurs pas les espaces créatifs qui manquent à l'école Telefonplan! Les enfants dansent, chantent et font de l'exercice dans la pièce insonorisée appelée Dance Hall, tandis que le laboratoire multimédia - vêtu de murs extérieurs en ardoise barbouillés de dessins - permet de travailler avec la vidéo, le son ou la musique. «Le village, avec ses petites maisons, est idéal pour les projets de groupe, ajoute Rosan Bosch. À la fine pointe Des élèves engagés Related:  Gestion et Commissions scolairesgestion ecole de demain

Du principe machiste appliqué à l'Ecole L'institution scolaire échappe-t-elle aux principes machistes qui pilotent la société ? Dans le smots, oui. Dans la réalité l'ordre traditionnel est toujours là, à peine ébranlé. Il se loge dans le fonctionnement d'une institution conçue d'abord pour les garçons et où les filles ont longtemps vécu à part. Les filles ont apparemment l'avantage Pourtant dans une société où les hommes l'emportent, l'Ecole semble être un territoire dominé par les femmes. On se gardera bien d'établir un lien direct entre ce cadre et les résultats scolaires. Mais pour quelle réussite finale ? A la fin de l'enseignement scolaire le taux de réussite au bac des filles dépasse de 4 points celui des garçons (85% contre 81% tous bacs confondus). L'Ecole une organisation dominée par les hommes Si l'institution scolaire s'est largement féminisée, force est de constater que la part des femmes est rigoureusement relative à la position hiérarchique. Des disciplines marquées par le genre Une convention pour relever le défi

Directeurs d'école: trop de bureaucratie, pas assez de pédagogie | Pascale Breton C'est ce que confirme une recherche universitaire qui sera dévoilée ce soir, à Montréal, devant les membres de la Fédération québécoise des directions d'établissement d'enseignement (FQDE), que La Presse a obtenue. Michel St-Germain, professeur émérite à la faculté d'éducation de l'Université d'Ottawa, a mené une recherche auprès de 190 des 500 directions d'écoles francophones dans les autres provinces canadiennes, il y a quelques années. Il a voulu voir ce qu'il en était des directions d'écoles québécoises. Les quelque 255 directeurs d'école ont répondu à un long questionnaire en précisant le temps qu'ils accordent à différentes tâches. Résultat: un fossé existe entre le travail quotidien des directeurs d'école et la vision idéale qu'ils ont de leur travail. Une tendance mondiale C'est une tendance qui se dessine partout dans le monde, constate M. Les directeurs se plaignent de devoir délaisser l'encadrement informel auprès des enseignants. La recherche de 400 pages réalisée par M.

Dans les petits pots, les meilleurs onguents… L’innovation pédagogique, qu’elle soit à l’école primaire ou à l’université, est avant tout une affaire de gens passionnés et passionnants. Au Nouveau-Brunswick, c’est le cas de l’école primaire de Clair et de l’équipe des technologies d’apprentissage de l’Université de Moncton. Voici leur petite histoire. Dans un village comme dans un quartier de ville, l’école primaire est un carrefour névralgique d’activités et agit souvent comme baromètre du milieu dans lequel elle vit. Le cas du Centre d’apprentissage du Haut-Madawaska (CAHM)[1] du village de Clair, au Nouveau-Bunswick ne fait pas exception. Tout au contraire! Une réponse simple, mais complexe à la fois, réside dans le fait qu’au CAHM, le jeune est au centre de toutes les interventions. Un cybercarnet pour chaque élève, chaque classe et chaque membre du personnel depuis 2004 (!) Quand on discute avec les enseignants et autres membres du personnel, on réalise que l’équipe du CAHM est mobilisée dans une vision d’avenir.

En classe : Claire Berest : Le grand mix pédagogique de la mixité Claire Berest, professeure de français au lycée de l’Iroise à Brest, y mène un projet d’envergure pour combattre les représentations de genre qui nourrissent les discriminations sexistes et homophobes : « La mixité sex’prime ». Lectures, rencontres, analyses d’images, débats, sortie au tribunal des Prud’hommes, participation comme jurés à un festival de cinéma, organisation d’événements citoyens à l’intérieur de l’établissement … : les actions variées menées par les lycéens permettent d’éveiller les consciences tout en développement des compétences disciplinaires et transdisciplinaires. Le projet d’ailleurs ne se contente pas de bousculer les classifications arbitraires et les assignations identitaires : comme Claire Berest l’explique dans cet entretien, il a pour heureuse conséquence d’abattre certains murs (en ouvrant l’école sur le tissu associatif local) et va jusqu’à déplacer les rôles (en conduisant les élèves à devenir à leur tour éducateurs de leurs pairs).

Je ne dirais pas à Marie Saint Pierre comment s'habiller | Marysa Nadeau Contrairement à ce que prétend Marie Saint Pierre, partager son opinion sur le système d'éducation n'est pas un privilège. C'est un exutoire, voire un sport de salon couramment pratiqué par le Québécois moyen, mais dont certains, jouissant d'une notoriété quelconque, ont le privilège (cette fois, il en est) d'avoir une tribune pour la dilapider. Malheureusement, ces opinions qui ont droit de cité sont aussi bien souvent fondées sur peu de choses. En mettant de l'avant trois grands axes de changement sur lesquels reposerait l'avenir du monde des affaires, Mme Saint Pierre déplore que «notre système d'éducation soit orienté sur les résultats et non le processus» et plaide pour que nous commencions «à évaluer les individus sur un ensemble de critères qui pourraient inclure les valeurs importantes de notre société soit: la collaboration, l'effort pour trouver de nouvelles façons de faire, les habitudes et comportements sociaux, l'empathie, la créativité et l'innovation». Loading Slideshow

Climat scolaire - Agir avec un cadre explicite et explicité Parmi les sept facteurs déterminants du climat scolaire, la référence à un cadre et à des règles explicites constituent un facteur protecteur puissant. S’informer Quel est le lien entre climat scolaire et règlement intérieur ?Le climat scolaire est lié à la clarté des règles et au sentiment de justice scolaire (Soule, 2003). Statistiquement, l’un des facteurs les plus explicatifs de l’augmentation de la victimation est l’injustice dans l’application des règles. Le partage par les adultes d’une même conception des règles de vie est essentiel.Les punitions concernent essentiellement les garçons ainsi valorisés comme « forts » et « dominants ». Sentiment de justice et justice scolaireRenforcement négatif : Une application disproportionnée de la punition aboutit à un renforcement des comportements négatifs.Renforcement positif : La réponse éducative fait appel à la réparation dans un appel à la responsabilité des actes commis, à la valorisation des progrès en termes de comportements. Agir

Claude Lelièvre : Le "marronnier" du 8 mars a plusieurs branches L'historien Claude Lelièvre analyse les axes de la récente convention interministérielle sur l'égalité hommes femmes au regard de l'histoire de l'Ecole. Cette convention a-t-elle quelque chance de faire bouger les lignes ? D’abord la branche de l’insertion professionnelle et de l’enseignement professionnel. La dernière convention interministérielle signée notamment par Najat Vallaud-Belkacem ( ministre des droits des femmes ) et Vincent Peillon ( ministre de l’Education nationale ) le 7 février 2013 ne déroge pas à la règle ( sous le titre : « Le service public d’orientation au service de la mixité » ), avec cependant quelques innovations . Ensuite la branche de la lutte contre les stéréotypes de genre ( qui n’est pas sans lien avec la première, mais qui est en principe d’une portée plus ample ). Claude Lelièvre

La Nouvelle-Zélande révolutionne son système d’éducation Sébastien Wart, publié le 26 novembre 2013 On entend souvent parler de la Finlande quand il est question de nouvelle pédagogie, mais saviez-vous que la Nouvelle-Zélande a aussi complètement transformé son système éducatif? Portrait de cette île sur l’échiquier éducatif mondial. Un enseignant du nom de Richard Wells est venu présenter le système éducatif de son pays au iPad Summit de Boston, qui se déroulait du 13 au 15 novembre derniers. La Nouvelle-Zélande est un petit pays d’un peu plus de 4 millions d’habitants (soit environ la moitié de celle du Québec). Selon le Global Teacher Status Index, la Nouvelle-Zélande se classe au 5e rang en ce qui concerne le statut social des enseignants. Les résultats de 2009 du programme PISA de l’OCDE (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) classe les élèves de la Nouvelle-Zélande en 7e position pour leurs résultats académiques globaux. Un mini dossier en 3 parties :1. À propos de l'auteur Sébastien Wart Pour suivre l'auteur :

Sentiment d’efficacité personnelle Conseiller pédagogique : un boulot qui n’est pas de tout repos! Les conseillers pédagogiques (CP) ont entre autres pour mandat d’accompagner la direction et les enseignants des conseils et commissions scolaires dans le développement des programmes d’enseignement et d’organisation des cours, d’assurer le perfectionnement du personnel enseignant, d’élaborer des outils didactiques et pédagogiques, et de veiller à l’application des nouvelles directives énoncées par les instances ministérielles. Cette liste impressionnante s’accompagne d’un répertoire tout aussi important de défis. Outre leur horaire de travail souvent surchargé, la diversité et la complexité de leurs tâches de même que les attentes élevées de la part du milieu de travail, les CP doivent surmonter plusieurs difficultés associées à leur manque de connaissances et de préparation à l’exercice de leurs fonctions[1]. Le sentiment d’efficacité personnelle Selon Bandura, quatre sources sont à l’origine du SEP : 1. 2. 3. 4.

Rouen : Le numérique au service des enseignements secondaire Nouvelle étape du Tour de France du numérique pour l'éducation, Rouen a présenté 5 projets d'enseignants innovants qui associent productions multimédias et poésie, éducation aux médias et développement durable, SIG et enquête de terrain et réalité augmentée. Natacha Marchand et Alain Stéphane Recq travaillent depuis plusieurs années sur un projet d’éducation aux medias par les medias (classes de 4ème et 3ème), sur la thématique du développement durable. Chaque projet, qui s’étale sur 2 ans, répond à un cahier des charges précis, formulé avec des partenaires extérieurs (zoo, office de tourisme, association de protection…). Découvrir L’auteur du projet Mirage, Marc Aurélien Chardine utilise avec ses élèves de 2nde et 1ère S un logiciel, une webcam et une série de cartes codées qui permettent soit des quiz, soit des visualisations en 3D comme des configurations moléculaires. Blandine Bihorel, professeur de lettres, est engagée avec plusieurs collègues d’autres disciplines dans le projet

Comment Pisa a aidé l'Allemagne a améliorer son système éducatif En 2000, la publication du premier test Pisa porte un grand coup au moral allemand : l'Allemagne se trouve parmi les mauvais élèves, loin derrière la France. Aujourd'hui, elle est loin devant la France avec 19 points de plus en maths et 29 en sciences. Le pays fait partie du peloton de tête du classement Pisa. Comment l'Allemagne a-t-elle réussi à relever en une dizaine d'années le niveau de ses élèves pour le hisser parmi les meilleurs ? Peut-on parler d'un choc Pisa en Allemagne en 2000 ? La publication de Pisa 2000 avec de mauvais résultats pour l'école allemande, a entraîné une vive réaction chez les enseignants. Que s'est -il passé pour les rythmes scolaires ? L'évolution n'est pas due qu'à Pisa. Il y a eu aussi une réforme des examens. Comment cette réforme a-t-elle été possible ? La clé cela a été de grandes concertations. L'Allemagne avait des systèmes scolaires parallèles très liés aux inégalités sociales. C'est un sujet encore très discuté en Allemagne.

IFé : Qui doit former les enseignants ? Un collectif d’enseignants ou un collectif d’experts ? On ne peut apprendre qu’en décortiquant son activité c’est-à-dire à travers un travail réflexif. Travail qui ne peut être guidé que par des professionnels non jugeant, donc non pairs. La profession enseignante alors, qui peine à se définir, peut-elle le faire elle-même ou est-elle définitivement dépendante de l’expertise des chercheurs ? Qu’il soit collaboratif, collectif, coopératif, collégial, de concertation voire communautaire, le travail enseignant était au centre des interventions et des réflexions, le 5 novembre, à l’ENS de Lyon. L'Ifé-ENS et la chaire Unesco : « Former les enseignants au XXIème siècle » organisaient une conférence de consensus/dissensus sur la question « Former au sein des établissements scolaires ». Cela a logiquement amené les intervenants à s’interroger sur les notions de temps et de lieux de concertation. Enseigner : est-ce seulement maîtriser sa discipline ? Assurément non, répond Michel Lussault, le Directeur de l’Ifé/E.N.S Lyon. L'oeil expert extérieur

Related: