background preloader

Emilie Laperrière, collaboration spéciale

Emilie Laperrière, collaboration spéciale
Vittra, qui gère une trentaine d'écoles en Suède, a voulu repenser ce que devait être l'école d'aujourd'hui. Adieu, bureaux et tableau noir. L'école est plutôt traversée par de grands espaces colorés, avec différents lieux pour étudier. «Leur philosophie permet aux enfants d'être activement engagés dans leur apprentissage, explique Rosan Bosch, architecte du projet. Chaque enfant est différent. Certains travaillent mieux en groupe, d'autres préfèrent étudier individuellement dans un environnement isolé. Un environnement ludique Ce ne sont d'ailleurs pas les espaces créatifs qui manquent à l'école Telefonplan! Les enfants dansent, chantent et font de l'exercice dans la pièce insonorisée appelée Dance Hall, tandis que le laboratoire multimédia - vêtu de murs extérieurs en ardoise barbouillés de dessins - permet de travailler avec la vidéo, le son ou la musique. «Le village, avec ses petites maisons, est idéal pour les projets de groupe, ajoute Rosan Bosch. À la fine pointe Des élèves engagés Related:  Gestion et Commissions scolaires

Scolarité : Le blog des parents d'enfants en situation de handicap Le centre d’analyse stratégique a effectué une étude comparative entre les pays européens sur l’inclusion scolaire afin d’apporter des propositions pour améliorer l’accompagnement de nos enfants. En France, la scolarisation des enfants handicapés a augmenté de 30% entre 2005 et 2011 avec un budget de 1.3 milliards d’euros. La loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées pose comme principe que tout enfant handicapé a vocation à suivre une scolarité « ordinaire ». Depuis plus de 20 ans, les pays de l’OCDE se sont engagés dans le processus d’inclusion scolaire mais sans avoir mis en commun leurs pratiques et nous pouvons ainsi observer des disparités. Le Royaume-Uni, l’Italie et la France sont les reflets des autres pays dans ces pratiques divergentes en matière d’inclusion. De plus, l’accompagnement des enseignants dans la scolarisation des enfants handicapés est tout aussi différent.

Du principe machiste appliqué à l'Ecole L'institution scolaire échappe-t-elle aux principes machistes qui pilotent la société ? Dans le smots, oui. Dans la réalité l'ordre traditionnel est toujours là, à peine ébranlé. Il se loge dans le fonctionnement d'une institution conçue d'abord pour les garçons et où les filles ont longtemps vécu à part. Les filles ont apparemment l'avantage Pourtant dans une société où les hommes l'emportent, l'Ecole semble être un territoire dominé par les femmes. On se gardera bien d'établir un lien direct entre ce cadre et les résultats scolaires. Mais pour quelle réussite finale ? A la fin de l'enseignement scolaire le taux de réussite au bac des filles dépasse de 4 points celui des garçons (85% contre 81% tous bacs confondus). L'Ecole une organisation dominée par les hommes Si l'institution scolaire s'est largement féminisée, force est de constater que la part des femmes est rigoureusement relative à la position hiérarchique. Des disciplines marquées par le genre Une convention pour relever le défi

Classe numérique Le tableau blanc Le tableau blanc interactif est un tableau blanc qui, associé à la classe mobile, offre un grand nombre de possibilités pour rendre les cours plus attractifs. Il présente de nombreux avantages : Présentations assistées par ordinateur Interactivité Outil de démonstration Travail coopératif Aide à l'écriture Les logiciels Les solutions logicielles intégrées aux classes mobiles Euralliance's pour le pilotage de l'activité pédagogique permettent à un professeur d'interagir avec les élèves de sa classe travaillant sur des ordinateurs reliés en réseau. Nos partenaires leaders La Classe Mobile HP a été conçue pour répondre aux besoins quotidiens des enseignants et des élèves. Promethean est un leader mondial dans le domaine des technologies interactives pour l’enseignement.

Directeurs d'école: trop de bureaucratie, pas assez de pédagogie | Pascale Breton C'est ce que confirme une recherche universitaire qui sera dévoilée ce soir, à Montréal, devant les membres de la Fédération québécoise des directions d'établissement d'enseignement (FQDE), que La Presse a obtenue. Michel St-Germain, professeur émérite à la faculté d'éducation de l'Université d'Ottawa, a mené une recherche auprès de 190 des 500 directions d'écoles francophones dans les autres provinces canadiennes, il y a quelques années. Il a voulu voir ce qu'il en était des directions d'écoles québécoises. Les quelque 255 directeurs d'école ont répondu à un long questionnaire en précisant le temps qu'ils accordent à différentes tâches. Résultat: un fossé existe entre le travail quotidien des directeurs d'école et la vision idéale qu'ils ont de leur travail. Une tendance mondiale C'est une tendance qui se dessine partout dans le monde, constate M. Les directeurs se plaignent de devoir délaisser l'encadrement informel auprès des enseignants. La recherche de 400 pages réalisée par M.

Peer-to-Peer Learning Handbook | Peeragogy.org L‘éducation pour tous, un défi toujours d’actualité   | euronews, learning world Assurer l’accès à l‘éducation, de l’apprentissage élémentaire au plus spécialisé, c’est la priorité absolue du Sommet mondial de l’innovation pour l‘éducation à Doha au Qatar. En 2012, six projets ont été récompensés. Dans ce nouveau numéro de Learning World, nous vous faisons découvrir deux projets qui ont récompensés. Inde : des écoles pour changer de mentalité Très peu d‘écoles, des équipements peu fiables, des problèmes de transport : autant de facteurs qui peuvent conduire à ne pas scolariser de nombreux enfants défavorisés de l’Inde rurale. Chili : apprendre en ligne Le Chili et son économie en plein essor.

En classe : Claire Berest : Le grand mix pédagogique de la mixité Claire Berest, professeure de français au lycée de l’Iroise à Brest, y mène un projet d’envergure pour combattre les représentations de genre qui nourrissent les discriminations sexistes et homophobes : « La mixité sex’prime ». Lectures, rencontres, analyses d’images, débats, sortie au tribunal des Prud’hommes, participation comme jurés à un festival de cinéma, organisation d’événements citoyens à l’intérieur de l’établissement … : les actions variées menées par les lycéens permettent d’éveiller les consciences tout en développement des compétences disciplinaires et transdisciplinaires. Le projet d’ailleurs ne se contente pas de bousculer les classifications arbitraires et les assignations identitaires : comme Claire Berest l’explique dans cet entretien, il a pour heureuse conséquence d’abattre certains murs (en ouvrant l’école sur le tissu associatif local) et va jusqu’à déplacer les rôles (en conduisant les élèves à devenir à leur tour éducateurs de leurs pairs).

Vidéoprojecteur interactif (VPI) Epson EB-475Wi Technologie Système de projection Technologie 3LCD (panneau LCD 0,55″) Interactivité Logiciel(s) inclu(s) EasyMP Monitor, EasyMP Network Projection Image Luminosité max 2600 Lumens Résolution WXGA (1280 x 800), 16:10 Rapport de contraste Lampe mode normal : 190 W 3.000 h mode éco : 4.000 h Correction Keystone Manuel vertical : ± 5 °, Manuel horizontal ± 5 ° Objectif Relation de projection Taille de projection Jusqu’à 100 » (de 140 cm à 254 cm) Projection Horizontale et verticale (projection murale, projection sur table) Connectivité Connexions USB 2.0 type B, USB 1.1 type A (2x), Interface Ethernet (100 Base-TX/10 Base-T), LAN sans fil (en option), Entrée VGA (2x), Sortie VGA, Entrée HDMI, Entrée composite, Entrée composante (2x), Entrée S-vidéo, Sortie audio mini-jack, Entrée audio mini-jack (2x), Sortie RCA, RS-232C Fonctionnement sans ordinateur (mode autonome) nc Connexion au Smartphone Informations générales Consommation d’énergie 275 W, 215 W (économie), 0,27 W (en veille) Gamme de tension/ Fréquence nominale

Je ne dirais pas à Marie Saint Pierre comment s'habiller | Marysa Nadeau Contrairement à ce que prétend Marie Saint Pierre, partager son opinion sur le système d'éducation n'est pas un privilège. C'est un exutoire, voire un sport de salon couramment pratiqué par le Québécois moyen, mais dont certains, jouissant d'une notoriété quelconque, ont le privilège (cette fois, il en est) d'avoir une tribune pour la dilapider. Malheureusement, ces opinions qui ont droit de cité sont aussi bien souvent fondées sur peu de choses. En mettant de l'avant trois grands axes de changement sur lesquels reposerait l'avenir du monde des affaires, Mme Saint Pierre déplore que «notre système d'éducation soit orienté sur les résultats et non le processus» et plaide pour que nous commencions «à évaluer les individus sur un ensemble de critères qui pourraient inclure les valeurs importantes de notre société soit: la collaboration, l'effort pour trouver de nouvelles façons de faire, les habitudes et comportements sociaux, l'empathie, la créativité et l'innovation». Loading Slideshow

The 3Cs of Knowledge Sharing David J. Skyrme One of the challenges of knowledge management is that of getting people to share their knowledge. Why should people give up their hard-won knowledge, when it is one of their key sources of personal advantage? In some organizations, sharing is natural. In others the old dictum "knowledge is power" reigns. Why Don't People Share? Some of the common reasons given by those I meet and in helpful articles and books (see, for example, the section on psychological obstacles in reference 1 or "the impediments" in reference 2) are: "Knowledge is power" - but how true is this really? Other barriers cited by experts include functional silos, individualism, poor means of knowledge capture, inadequate technology, internal competition and top-down decision making. How can we overcome such barriers? Changing Culture Culture change is never easy and takes time. A culture audit - conducting questionnaires, interviews and team sessions with a cross-section of the organization. Commitment 1.

je suis un enfant handicapé et je veux apprendre Claude Lelièvre : Le "marronnier" du 8 mars a plusieurs branches L'historien Claude Lelièvre analyse les axes de la récente convention interministérielle sur l'égalité hommes femmes au regard de l'histoire de l'Ecole. Cette convention a-t-elle quelque chance de faire bouger les lignes ? D’abord la branche de l’insertion professionnelle et de l’enseignement professionnel. La dernière convention interministérielle signée notamment par Najat Vallaud-Belkacem ( ministre des droits des femmes ) et Vincent Peillon ( ministre de l’Education nationale ) le 7 février 2013 ne déroge pas à la règle ( sous le titre : « Le service public d’orientation au service de la mixité » ), avec cependant quelques innovations . Ensuite la branche de la lutte contre les stéréotypes de genre ( qui n’est pas sans lien avec la première, mais qui est en principe d’une portée plus ample ). Claude Lelièvre

Related: