background preloader

Epopée de Gilgamesh [Yves Frisch]

Epopée de Gilgamesh [Yves Frisch]
Related:  sumériensGilgameshMésopotamie

Atrahasis Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Atrahasis (de l'akkadien ḫaṭṭu ḫasīsu, « sceptre de l'ingéniosité ») est un personnage de la mythologie mésopotamienne qui aurait survécu au déluge et obtenu des dieux l'immortalité. Sa légende est contée dans l’épopée d'Atrahasis, dite aussi Poème du Supersage ou Poème du Très Sage. Dans les versions antérieures en langue sumérienne, il correspond à Ziusudra (littéralement « Jours à la vie prolongée »). L'épopée d'Atrahasis ou Poème du Supersage[modifier | modifier le code] Contenu[modifier | modifier le code] Le récit se compose de 1 200 vers environ. Ce récit est notamment à rapprocher du mythe sumérien d'« Enki et Ninhursag ». Lorsqu'il constata après le désastre que ses plans avaient été une fois de plus déjoués, Enlil retrouva néanmoins son calme, car il avait fini, enfin, par réaliser que la disparition des hommes ramènerait à la situation qui avait entraîné leur création. Voir aussi[modifier | modifier le code]

Gilgamesh Gilgamesh (prononciation : /ɡil.ɡa.mɛʃ/) (en akkadien 𒄑𒂆𒈦 / Gilgameš) dans les textes sumériens anciens (sans doute BÌL.GA.MÈŠ, « l'ancêtre est un héros / jeune homme »)[1] est un personnage héroïque de la Mésopotamie antique, roi de la cité d'Uruk où il aurait régné vers 2650 av. J.-C., ainsi qu'un dieu des Enfers dans la mythologie mésopotamienne. Il est le personnage principal de plusieurs récits épiques, dont le plus célèbre est l'Épopée de Gilgamesh, qui a rencontré un grand succès durant la Haute Antiquité. Les sources : l'Épopée et autres textes[modifier | modifier le code] Les récits sumériens[modifier | modifier le code] Plusieurs récits épiques (rédigés en sumérien et sur des tablettes d'argile datées fin du IIIe millénaire av. L'Épopée[modifier | modifier le code] Les autres sources du Proche-Orient ancien[modifier | modifier le code] En dehors de la sphère culturelle mésopotamienne[modifier | modifier le code] Un roi-héros[modifier | modifier le code]

Gilgamesh, 2800 ans av.JC s’en prend au gardien des cèdres, Humbaba « ART – LITTÉRATURE ET SPIRITUALITÉ Giglamesh – tablette Tradition : Les scientifiques : En 1872, l’assyriologue anglais George Smith déchiffra sur un fragment de tablette d’argile, l’épopée de Gilgamesh ; avec d’autres archéologues, il se mit à chercher dans les archives du Bristish Museum d’autres fragments de tablettes susceptibles d’appartenir au poème épique ; en 1891, une première édition des douze tablettes de 300 vers chacune fut publiée. Représentation possible de Enlil Préalables : Dans la mythologie mésopotamienne, Humbaba est un démon protecteur, il est le démon gardien de la forêt des cèdres où vivent les dieux. Historique : L’épopée de Gilgamesh fait partie des oeuvres littéraires les plus anciennes de l’humanité, elle a son origine en Mésopotamie (irak actuelle). Ci dessous, en cliquant sur « lire la suite« L’épopée de GilgameshEpisode du combat contre Humbaba, le gardien des Cèdres Cliquer ci-dessous pour Humbaba gardien de la forêt de Cèdre du Liban L’épopée de Gilgamesh Les suites de leurs méfaits sur Houmbaba :

Enuma Elish Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Enuma Elish ( en akkadien) est l'épopée babylonienne de la création du monde. Signifiant littéralement Lorsqu'en haut, selon ses premiers mots, l'Enuma Elish célèbre à travers sept tablettes la gloire du dieu Mardouk et raconte son ascension vers la souveraineté du panthéon babylonien. Le texte fut découvert au XIXe siècle sous forme de fragments dans les ruines de la bibliothèque d'Assurbanipal à Ninive, ville proche de l'actuelle Mossoul, en Irak. La plus grande partie de la cinquième tablette n'a jamais pu être retrouvée. Le poème a probablement été composé à la fin du XIIe siècle av. L'épopée décrit les origines du cosmos, le combats des premiers dieux contre les forces du chaos et l'élévation de Mardouk, dieu tutélaire de Babylone, au-dessus des autres divinités mésopotamiennes ainsi que la création du monde et de l'homme. Le récit[modifier | modifier le code] Babylone est donc une ville mystique. Début du texte (tablette I, 1-10) : J.

L'épopée de Gilgamesh | JeRetiens - Trucs mnémotechniques moyens et méthodes Les Grecs ont Héraclès, les Romains Hercule et avant cela, les sumériens (un peuple vivant en Mésopotamie durant le IVe millénaire avant JC) avaient… Gilgamesh ! Bas-relief du palais de Sargon, conservé au musée du Louvre. A deux tiers divin et un tiers humain, le héros est connu par plusieurs textes anciens, dont la fameuse « Epopée de Gilgamesh ». L’histoire Gilgamesh se révèle être un roi tyrannique et cruel, si bien que les dieux ne tardent pas à créer un géant sauvage pour le combattre : Enkidu. Ensemble, ils tuent le monstre Huwawa, gardien de la forêt de Cèdre. Le décès de son ami bouleverse profondément Gilgamesh, qui en vient à se questionner sur sa propre mortalité. Sur le chemin du retour, après s’être emparé de la précieuse plante, Gilgamesh s’arrête pour se baigner. Truc mnémotechnique : Le plus dur n’est pas tant de retenir cette épopée que de mémoriser les noms des personnages ! Le terme « gehiu », reprenant l’initiale de chacun d’entre eux, peut déjà aider à la mémorisation.

Espions et indics en Mésopotamie L’un des rois assyriens du IXe siècle av. J.-C., Assurnazirpal II Pierre Villard est professeur à l’université de Clermont-Ferrand et chercheur au laboratoire Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon. Entre le VIIIe et VIIe siècle av. Au côté des innovations militaires − perfectionnement des chars, de la cavalerie, des tours de sièges −, il y a l’efficacité de leur renseignement. Nous voyons bien aussi l’importance que revêt le renseignement aux yeux du pouvoir assyrien. Existe-t-il des espions professionnels ? Pas à proprement parler. Pierre Villard Y a-t-il des « taupes » ? Oui. Comment fonctionne le renseignement assyrien ? Les textes n’entrent pas dans les détails. Bref, un espionnage classique ? Pas tout à fait. Propos recueillis par Nicolas Constans État policier. Pour s’abonner au blog : Signaler ce contenu comme inapproprié Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) Assyriens, espionnage, Mésopotamie, Proche-Orient.

Enki et Ninhursag Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Enki et Ninhursag est un mythe sumérien, mettant en scène deux grandes divinités, Enki maître de la sagesse, le porteur d'eau, et sa parèdre Ninhursag appelée aussi Damkina[réf. souhaitée]. Le récit se passe sur l'île de Dilmun, probablement l'actuel Bahreïn, qui entretient durant la haute Antiquité d'intenses relations avec la Mésopotamie. Ce mythe raconte comment Enki a fait de cette contrée, au départ désertique, une région disposant d'abondantes ressources pour le bonheur de Sumer. Le dieu y construit d'abord un puits à l'aide de son puissant sexe, vraisemblablement un puits aérien, pour faire apparaître l'eau douce là où il n'y en a pas, nécessaire à la vie, et donc au développement des plantes. Après cela, il couche avec son épouse Ninhursag, qui en neuf jours, met au monde Ninsar, la maîtresse des légumes. Puis Enki couche ensuite avec Ninnisi ( ou Ninsar). Le récit comporte une lacune alors qu'Enki poursuit cette dernière.

Gilgamesh Gilgamesh Palais de Sargon Gilgamesh est un roi à demi légendaire de la cité d'Ourouk (Uruk), qui aurait régné vers 2600 avant notre ère. D'origine sumérienne, ce récit s'est transmis d'abord de manière orale, puis il fut écrit vers 2000 avant notre ère à Babylone. La version la plus achevée, écrite sur douze tablettes, a été retrouvée à Ninive, dans la bibliothèque du roi syrien Assourbanipal (668-627 avant notre ère). Celui qui a tout vu, [Sha nagba imuru]. Monarque semi-légendaire Gilgamesh, "celui qui a tout vu" , est le héros à la fois despotique et humain d'une longue épopée mainte fois remaniée qui est la base de la littérature antique. « La courtisane Shamhat enlève ses vêtements dévoile ses seins, dévoile sa nudité et Enkidu se réjouit des charmes de son corps. Enkidu sous la forme semi animale combat Gilgamesh. Aussitôt entré dans la ville, il est accueilli par une foule en liesse, on lui offre à boire et à manger, on l'oint avec des huiles précieuses.

Related: