background preloader

Des scientifiques créent la pile du futur accidentellement

Des scientifiques créent la pile du futur accidentellement
Deux scientifiques de l’université de Californie à Los Angeles ont créé par hasard une pile super-puissante et biodégradable lors de leurs travaux sur le graphène, rapporte le site Co.Design. Les résultats de leur recherche ont été publiés dans la revue Nature. Le graphène est un matériau révolutionnaire découvert en 2004 qui a permis à ses inventeurs de remporter le Nobel de physique en 2010. C'est en cherchant une manière plus pratique de fabriquer du graphène que Richard Kaner et Maher El-Kady ont mis au point le «super-condensateur»: une nouvelle pile flexible, superpuissante et biodégradable qui pourrait bien être la potentielle alimentation des gadgets ou systèmes électroniques de nouvelle génération. Les scientifiques expliquent leur découverte dans une vidéo de présentation: Ce super-condensateur combine les avantages de la pile classique et du condensateur. Grâce à cette pile, il imagine pouvoir charger un iPhone en trente secondes, ou une voiture électrique en quelques minutes. Related:  2013 Energy

L'énergie De toutes les sources d'énergie, la chaleur humaine est la moins coûteuse...- Disposer d'une source d'énergie autonome n'est pas nécessaire à la survie et à l'autarcie toutefois, à moins de disposer d'une fée électricité, si vous souhaitez conserver un minimum de confort et de bien être, vous devrez vous équiper.L'idéal est de ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier et pouvoir disposer des deux principaux moyens de production énergétiques autonomes pour assurer une complémentarité de ressources : Une éolienne qui fonctionnera plutôt par mauvais temps en hiver et des panneaux photovoltaïques qui bénéficieront des bienfaits du soleil dans la bonne saison.Aujourd'hui et tant que notre économie tiendra, l'équipement en énergies renouvables sera subventionnée par l'état. *Il faut le reconnaitre ces aides sont financées par l'impôt et la collectivité et sont donc particulièrement injustes ! Pour info : ... Suite >>> Les éoliennes.

OPEN SOURCE ENERGY | pour une énergie propre, libre et accessible ! Mécanique des fluides Aujourd’hui, la dynamique des fluides est un domaine actif de la recherche avec de nombreux problèmes non résolus ou partiellement résolus. Elle utilise systématiquement des méthodes numériques appelées « mécanique des fluides numérique » (MFN), ou en anglais computational fluid dynamics (CFD). Historique[modifier | modifier le code] Statique des fluides[modifier | modifier le code] L'hydrostatique, ou statique des fluides, est l'étude des fluides immobiles. Échelles et nature du problème hydrodynamique[modifier | modifier le code] Niveau microscopique[modifier | modifier le code] Au niveau le plus bas de la modélisation on décrit le milieu par position et vitesse de chaque particule constitutive et le potentiel d'interaction entre elles. Pour les gaz et à un niveau moins détaillé on se contente de décrire la distribution statistique des vitesses et éventuellement de tous les autres degrés de liberté (énergie interne, rotation et vibration dans le cas de molécules). ).

Railguns, weapons of future Are the reserves for the further development of various types of weapons close to being exhausted? Is emergence of new types of weapons with completely different physical principles of action the only way to give it a new impetus? This is true, but the first candidates for the role of weapons of the future already exist. The most promising of them is a "railgun." Today, writers and futurists like to talk about stagnation of progress. With respect to firearms this statement seems somewhat fair. Yet, if we were to take these weapons apart and see what's inside, it would turn out that over seven centuries of their development the firearms travelled a much shorter path than aviation since the experiments of Bartolomeu de Guzman and the flight of the Montgolfier brothers. Today, the engineering thought is aimed at addressing three major problems: complete combustion of liners, improvements to active-reactive ammunition and creation of bullets with correctable flight trajectory for handguns.

énergie-Matière Mise en service d'un bus électrique qui se recharge en 15 secondes ! > Transport Le premier bus électrique de grande capacité roulant sans lignes de contact et se rechargeant à certains arrêts en seulement 15 secondes a été exposé à l'occasion de la 60ème conférence internationale de l'Union Internationale des Transport Publics, à Genève. Baptisé TOSA, acronyme composé de la première lettre du nom des partenaires ayant participé au projet : TPG (Transports Publics Genevois), OPI (Office de promotion des industries et des technologies), SIG (Services Industriels de Genève) et ABB, ce projet de bus articulé électrique ressemble à un trolleybus classique, à l'exception de son toit. En lieu et place des classiques perches et caténaires, ce bus est doté d'un bras rétractable commandé par laser qui se connecte à un rail intégré à la station de bus. Ainsi, quand le bus approche de l'arrêt, le rail supérieur fixe de la station est détecté et le contact du toit du bus commence à s'aligner latéralement avec celui-ci. Le système TOSA est un concept de bus zéro émission.

Demain, des voitures électriques rechargeables à la pompe ? C’est un liquide noir, gluant, qui peut recharger en énergie une voiture... électrique comme on remplit d’essence sa cousine thermique. Son nom « le Cambridge crude » ou « cambridge brut ». Non il ne s’agit pas de pétrole mais d’une nouvelle mixture potentiellement révolutionnaire et venue des États-Unis. En clair, les deux éléments de charge de cette batterie nouvelle (les anodes et cathodes) ne sont plus fixes mais mélangés et en suspension dans une substance conductrice. Le nouveau design devrait permettre de réduire la taille et le coût des batteries actuelles, lourdes et chères. Faire le plein avec sa voiture électrique comme avec une voiture conventionnelle pourrait bien ainsi devenir réel. Il faudra cependant des années avant de pouvoir développer un modèle compétitif et encore plusieurs avant d’aller recharger sa voiture électrique à la pompe.

Volvo Cars : Le volant cinétique s'invite dans les voitures > Transport Après avoir réalisé des tests poussés sur route d'une technologie 'kinetic flywheel' (ou volant cinétique), la firme Volvo Car a publié des résultats appuyant cette solution comme étant "légère, économique et très éco-efficiente". "Les tests complets de ce système expérimental pour la récupération de l'énergie cinétique ont été réalisés en 2012. Les résultats montrent que cette technologie combinée avec un moteur turbo 4 cylindres a le potentiel de réduire jusqu'à 25% la consommation de carburant par rapport à un 6 cylindres turbo pour un niveau de performance comparable", a précisé Derek Crabb, Vice-Président de la branche Ingénierie Mécanique chez Volvo Car Group. Concrètement, cette technologie délivre au conducteur une puissance supplémentaire de 80 CV, lui donnant un pouvoir d'accélérateur inédit pour une voiture de 4 cylindres. Le système expérimental, appelé volant KERS** (système de récupération d'énergie cinétique), est monté sur l'essieu arrière.

Record mondial : une cellule solaire atteint 44,7% d'efficacité > Solaire L'Institut Fraunhofer pour les Systèmes Energétiques Solaires (ISE), Soitec, le CEA-Leti et le Centre Helmholtz de Berlin ont conjointement annoncé avoir atteint un nouveau record du monde dans la conversion du rayonnement solaire en électricité, avec une nouvelle structure de cellule solaire à quatre jonctions. Dépassant la compétition après seulement trois ans de recherche, et s'inscrivant directement dans le peloton de tête de la course à l'efficacité, une nouvelle efficacité record de 44,7 % a été mesurée avec un facteur de concentration de 297. Cela signifie que 44,7 % de l'énergie du spectre solaire, allant de l'ultraviolet jusqu'à l'infrarouge, est convertie en énergie électrique. Il s'agit d'une étape importante dans la poursuite de la réduction des coûts de l'électricité solaire et d'un nouveau pas vers l'obtention d'un taux de 50% d'efficacité.

En 2015, Londres produira de l'énergie avec des 'Fatbergs' ! > Energies Afin de s'attaquer aux problèmes récurrents des 'Fatbergs' (iceberg de graisse) qui engorgent régulièrement le réseau d’égouts londoniens, la compagnie d'assainissement Thames Water et le fournisseur d'énergie 20C s'apprêtent à s'en servir comme combustible pour alimenter une centrale électrique. A partir de 2015, la graisse ainsi extraite devra approvisionner en partie une centrale de cogénération située dans l'est de Londres. Elle produira annuellement environ 130 gigawatts-heure (GWh) d'électricité renouvelable - suffisamment pour alimenter près de 40.000 foyers britanniques. Ce projet pour le moins original porte sur un accord financier de 200 millions de livres sur 20 ans (233 ME). Actuellement, un budget d'un million de livres est alloué tous les mois pour nettoyer des tuyaux bouchés par les graisses et autres huiles déversées par des milliers de restaurants.

The world can be powered by alternative energy in 20-40 years, Stanford researcher says By Louis Bergeron Justin Warren and Mark Shwartz The researchers' plan calls for wind and solar power to contribute 90 percent of needed energy. If someone told you there was a way you could save 2.5 million to 3 million lives a year and simultaneously halt global warming, reduce air and water pollution and develop secure, reliable energy sources – nearly all with existing technology and at costs comparable with what we spend on energy today – why wouldn't you do it? According to a new study coauthored by Stanford researcher Mark Z. Jacobson, we could accomplish all that by converting the world to clean, renewable energy sources and forgoing fossil fuels. "Based on our findings, there are no technological or economic barriers to converting the entire world to clean, renewable energy sources," said Jacobson, a professor of civil and environmental engineering. The world they envision would run largely on electricity. Commercial processes would be powered by electricity and hydrogen. L.A.

Recherche : Stocker l'énergie sous forme d'un champ magnétique ! > Energies Fournir une puissance de 100 mégawatts par kilo, soit l’équivalent de dix TGV lancés à pleine vitesse... mais pendant quelques millisecondes seulement : telle est la mission dévolue aux systèmes de stockage appelés SMES (superconducting magnetic energy storage). Leur principe est simple : l’énergie est stockée sous forme d'un champ magnétique généré par la circulation d’un courant électrique dans une bobine court-circuitée. Afin que cette énergie ne se dissipe pas, la bobine est réalisée en matériau supraconducteur. On décharge la bobine quand on le souhaite en la connectant au réseau. Cependant, pour être opérationnel, le SMES doit être refroidi à environ 4 kelvins ( – 269 °C) avec les supraconducteurs conventionnels. Cette technologie met donc en jeu des dispositifs volumineux et coûteux, ce qui limite sa diffusion. Enfin, cette recherche vise, plus généralement, à concevoir des aimants supraconducteurs beaucoup plus performants et durables.

Related: