background preloader

Des scientifiques créent la pile du futur accidentellement

Des scientifiques créent la pile du futur accidentellement
Deux scientifiques de l’université de Californie à Los Angeles ont créé par hasard une pile super-puissante et biodégradable lors de leurs travaux sur le graphène, rapporte le site Co.Design. Les résultats de leur recherche ont été publiés dans la revue Nature. Le graphène est un matériau révolutionnaire découvert en 2004 qui a permis à ses inventeurs de remporter le Nobel de physique en 2010. C'est en cherchant une manière plus pratique de fabriquer du graphène que Richard Kaner et Maher El-Kady ont mis au point le «super-condensateur»: une nouvelle pile flexible, superpuissante et biodégradable qui pourrait bien être la potentielle alimentation des gadgets ou systèmes électroniques de nouvelle génération. Les scientifiques expliquent leur découverte dans une vidéo de présentation: Ce super-condensateur combine les avantages de la pile classique et du condensateur. Grâce à cette pile, il imagine pouvoir charger un iPhone en trente secondes, ou une voiture électrique en quelques minutes. Related:  2013 Energy

OPEN SOURCE ENERGY | pour une énergie propre, libre et accessible ! L'électricité va-t-elle enfin se débarasser de son fil ? La plaie des appareils sans fil, ce sont… les câbles et les transformateurs. Qui dit sans fil dit en effet batteries. Qui dit batteries dit chargeurs. Et les chargeurs restent des appareils... à fil. Ainsi, l'homme moderne passe-t-il une partie non négligeable de son temps à penser à recharger ses appareils nomades, à les brancher (après avoir retrouvé le «bon» chargeur et déniché une prise libre) et à les débrancher. Est-ce vraiment insupportable ? Certes, on peut estimer que la gène est largement équilibrée par les services considérables apportés par les technologies sans fil. L'alarme d'un téléphone déchargé C'est cette dernière situation qui a conduit un chercheur à s'atteler au problème. Passer de l’information sans fil à la puissance sans fil n’est pas chose aisée. Et cela marche. Recharge sans fil de voitures électriques La Corée se lance L’électricité sans fil connaît ainsi un démarrage prometteur. Bus, trams, trains à grande vitesse... Michel Alberganti

Railguns, weapons of future Are the reserves for the further development of various types of weapons close to being exhausted? Is emergence of new types of weapons with completely different physical principles of action the only way to give it a new impetus? This is true, but the first candidates for the role of weapons of the future already exist. The most promising of them is a "railgun." Today, writers and futurists like to talk about stagnation of progress. With respect to firearms this statement seems somewhat fair. Yet, if we were to take these weapons apart and see what's inside, it would turn out that over seven centuries of their development the firearms travelled a much shorter path than aviation since the experiments of Bartolomeu de Guzman and the flight of the Montgolfier brothers. Today, the engineering thought is aimed at addressing three major problems: complete combustion of liners, improvements to active-reactive ammunition and creation of bullets with correctable flight trajectory for handguns.

Imprimante 3D pour fabriquer des organes ! MULTIFONCTION. Avec une imprimante 3D on peut quasiment tout reconstruire des maquettes d’architectes, des lampes ou des décors de cinéma (la preuve ici et ici !). Du coup pourquoi ne pas imaginer fabriquer des organes humains en utilisant la même méthode ? S’il est encore trop tôt pour obtenir sur commande un rein ou un cœur ainsi conçus, une équipe de l’Heriot-Watt University, en Ecosse, a réalisé la toute première étape de ce processus. Bioprinting et cellules souches BULLES. Une prouesse tant les CSE humaines sont fragiles. « A notre connaissance, c'est la première fois que ces cellules ont été imprimés en 3D. Tests médicamenteux et reconstruction d’organes Si la création d’un véritable organe fonctionnel n’est pas prévue de sitôt, cette nouvelle technique s’avère prometteuse pour d’autres domaines. « À plus long terme, nous envisageons de créer des organes viables en 3D pour l'implantation médicale à partir des propres cellules du patient » espère le chercheur.

Mise en service d'un bus électrique qui se recharge en 15 secondes ! > Transport Le premier bus électrique de grande capacité roulant sans lignes de contact et se rechargeant à certains arrêts en seulement 15 secondes a été exposé à l'occasion de la 60ème conférence internationale de l'Union Internationale des Transport Publics, à Genève. Baptisé TOSA, acronyme composé de la première lettre du nom des partenaires ayant participé au projet : TPG (Transports Publics Genevois), OPI (Office de promotion des industries et des technologies), SIG (Services Industriels de Genève) et ABB, ce projet de bus articulé électrique ressemble à un trolleybus classique, à l'exception de son toit. En lieu et place des classiques perches et caténaires, ce bus est doté d'un bras rétractable commandé par laser qui se connecte à un rail intégré à la station de bus. Ainsi, quand le bus approche de l'arrêt, le rail supérieur fixe de la station est détecté et le contact du toit du bus commence à s'aligner latéralement avec celui-ci. Le système TOSA est un concept de bus zéro émission.

Une adolescente invente un dispositif capable de recharger un mobile en 20s Résidant en Californie et âgée d’à peine 18 ans, Eesha Khare vient de remporter 50 000 $ à Phoenix, lors de l’Intel Foundation Young Scientist Award 2013 pour avoir conçu un nouveau système de stockage d’énergie à très grande capacité offrant qui plus est, la capacité de recharger un mobile en une vingtaine de secondes (contrairement aux heures qui sont normalement nécessaires aujourd’hui). Bien qu’il ne s’agisse encore que d’un prototype, son dispositif de petite taille et de surcroit flexible pourrait supporter jusqu’à 10 000 cycles de recharge, soit être doté d’une longévité dix fois supérieure à la moyenne actuelle. “I developed a new supercapacitor, which is basically an energy storage device which can hold a lot of energy in a small amount of volume,” a-t-elle précisée. Nous noterons enfin que ce super-condensateur pourra également être exploité dans le milieu de l’automobile afin de recharger les batteries de nos véhicules.

Volvo Cars : Le volant cinétique s'invite dans les voitures > Transport Après avoir réalisé des tests poussés sur route d'une technologie 'kinetic flywheel' (ou volant cinétique), la firme Volvo Car a publié des résultats appuyant cette solution comme étant "légère, économique et très éco-efficiente". "Les tests complets de ce système expérimental pour la récupération de l'énergie cinétique ont été réalisés en 2012. Les résultats montrent que cette technologie combinée avec un moteur turbo 4 cylindres a le potentiel de réduire jusqu'à 25% la consommation de carburant par rapport à un 6 cylindres turbo pour un niveau de performance comparable", a précisé Derek Crabb, Vice-Président de la branche Ingénierie Mécanique chez Volvo Car Group. Concrètement, cette technologie délivre au conducteur une puissance supplémentaire de 80 CV, lui donnant un pouvoir d'accélérateur inédit pour une voiture de 4 cylindres. Le système expérimental, appelé volant KERS** (système de récupération d'énergie cinétique), est monté sur l'essieu arrière.

A 15 ans, il passe des poubelles du Sierra Leone au MIT Recevez nos newsletters : L’intelligence ne connaît pas de frontières. Après avoir fabriqué de toutes pièces une station de radio ou encore un générateur électrique, un jeune Sierra-léonais a été invité à découvrir le MIT. Kelvin Doe, 15 ans, n’est pas un jeune garçon comme les autres. Alors qu’il vit au Sierra Leone dans un petit village très rarement alimenté en électricité, il vient de devenir le plus jeune invité du MIT ,dans le cadre de son initiative pour le développement international. L’histoire de ce petit génie est de celles que l’on aimerait entendre plus souvent. Dès l’âge de 13 ans, Kelvin bricole des appareils chez lui. Une radio libre créée à partir de détritus Mais cette première étape n’est finalement qu’un entraînement. Finalement, c’est grâce à David Sengeh, un étudiant Sierra-Léonais du MIT que Kelvin va être repéré. A la découverte de l’Amérique! Tout s’accélère alors pour le jeune homme. Pour plus d’informations sur l’initiative «Innovate Salone»: innovatesalone.org

En 2015, Londres produira de l'énergie avec des 'Fatbergs' ! > Energies Afin de s'attaquer aux problèmes récurrents des 'Fatbergs' (iceberg de graisse) qui engorgent régulièrement le réseau d’égouts londoniens, la compagnie d'assainissement Thames Water et le fournisseur d'énergie 20C s'apprêtent à s'en servir comme combustible pour alimenter une centrale électrique. A partir de 2015, la graisse ainsi extraite devra approvisionner en partie une centrale de cogénération située dans l'est de Londres. Elle produira annuellement environ 130 gigawatts-heure (GWh) d'électricité renouvelable - suffisamment pour alimenter près de 40.000 foyers britanniques. Ce projet pour le moins original porte sur un accord financier de 200 millions de livres sur 20 ans (233 ME). Actuellement, un budget d'un million de livres est alloué tous les mois pour nettoyer des tuyaux bouchés par les graisses et autres huiles déversées par des milliers de restaurants.

Google vient d'acheter une flotte de robots militaires. Pour quoi faire? Google vient d’acheter une imposante flotte de robots. L’entreprise a confirmé une information du New York Times selon laquelle elle vient d'acquérir Boston Dynamics, le fabriquant de machines aussi célèbres que BigDog, Atlas, Petman, Cheetah et Wildcat. L’entreprise, basée dans le Massachusets, fait partie des plus avancées au monde dans le secteur des machines à quatre et à deux jambes. publicité Qu’est-ce que Google pourrait vouloir faire d’une armée de robots militaires? Google a affirmé au New York Times qu’il honorerait les contrats existants de Boston Dynamics, notamment un prototype développé pour la DARPA pour 10,8 millions de dollars du robot Atlas, dédié à un potentiel usage humanitaire lors de catastrophes comme celle de Fukushima. Au lieu de ça, mon intution est que l’entreprise voit le développement de robots comme l’extension naturelle de sa préoccupation première, l’intelligence artificielle. A chacun de deviner à quoi serviront en pratique ces outils. Will Oremus

Recherche : Stocker l'énergie sous forme d'un champ magnétique ! > Energies Fournir une puissance de 100 mégawatts par kilo, soit l’équivalent de dix TGV lancés à pleine vitesse... mais pendant quelques millisecondes seulement : telle est la mission dévolue aux systèmes de stockage appelés SMES (superconducting magnetic energy storage). Leur principe est simple : l’énergie est stockée sous forme d'un champ magnétique généré par la circulation d’un courant électrique dans une bobine court-circuitée. Afin que cette énergie ne se dissipe pas, la bobine est réalisée en matériau supraconducteur. On décharge la bobine quand on le souhaite en la connectant au réseau. Cependant, pour être opérationnel, le SMES doit être refroidi à environ 4 kelvins ( – 269 °C) avec les supraconducteurs conventionnels. Cette technologie met donc en jeu des dispositifs volumineux et coûteux, ce qui limite sa diffusion. Enfin, cette recherche vise, plus généralement, à concevoir des aimants supraconducteurs beaucoup plus performants et durables.

Projections algorithmiques (Thierry Bertier) (AGS accueille cet article de Thierry Berthier, de l’université de Limoges) Ta projection, tu surveilleras ! Savez-vous que chaque jour, vous alimentez votre Projection Algorithmique ? Quotidiennement et de façon plus ou moins consciente, chacun d’entre vous interagit avec un ensemble de systèmes numériques. Cela passe par votre smartphone, votre tablette, votre PC, votre GPS, vos objets connectés (pèse-personne, chaussures de sport, réfrigérateur,…) mais aussi les caméras de surveillance installées en secteur urbain que vous croisez, les distributeurs de billets que vous utilisez… La liste des occasions d’interactions s’allonge chaque jour un peu plus et concerne aujourd’hui tous les domaines de notre environnement avec plus de trois milliards d’humains connectés. Lors de chacune de ces interactions, un algorithme (ou programme pour simplifier, une suite d’instructions qui forme un ensemble cohérent) est exécuté quelque-part, sur un système. Un questionnement naturel nous interpelle :

Related: