background preloader

Anti-homophobie et anti-racisme: la question de l’intersectionnalité

Anti-homophobie et anti-racisme: la question de l’intersectionnalité
Le titre de cet article fait référence à la polémique liée à l’essai Les féministes blanches et l’empire de Stella Magliani-Belkacem et Félix Boggio Ewanjé-Epée (La Fabrique, 2012). Une polémique cantonnée, certes, aux milieux militants de gauche, mais sur laquelle il me semble important de revenir, ce qui me permettra de développer la définition du concept d’«intersectionnalité » évoqué dans un précédent article. L’homosexualité, « imposée par l’Occident »? Drame en 5 actes. De quoi s’agit-il, au fait? L’essai avait déjà fait l’objet d’une critique acérée en décembre sous le titre « Les féministes blanches et l’empire ou le récit d’un complot féministe fantasmé ». Je recommande la lecture de l’essai: il est court et passionnant, bien que trop cher selon moi (12 euros). Il faut lire le chapitre mis à disposition par les auteur·e·s de l’essai via Rue 89 pour comprendre à quel point leurs propos ont été déformés. Les accusations portées par Street Press sont fausses. AC Husson J'aime : Related:  LGBTIntersectionalité et féminisme dans le mondeGenre, Geschlecht, Gender & Co.

Petits conseils destinés aux personnes trans-friendly (ou qui veulent l'être) ---> Ce texte est issu d'un blog qui entre autres billets politiques forts intéressants, aborde dans différents textes les liens et les conflits qu'il existe entre trans' et féminisme, ainsi que de la transphobie encore ancrée dans certains discours/groupes/individues féministes.Petits conseils destinés aux personnes trans-friendly (ou qui veulent l'être) Avant-propos J'avais écrit il y a déjà quelques temps cette liste de conseils, intitulés «Petits conseils destinés aux militant-e-s trans-friendly (ou qui croient l'être)» car il me semblait, vu mon expérience personnelle, qu'il y avait souvent des lacunes sur la façon de s'exprimer face à des trans' et pour parler des trans'. J'ai décidé de l'étendre au milieu non-militant, puisqu'il me semble que tout le monde peut être intéressé par le sujet. Ces conseils peuvent paraître un brin professoraux, voire moralisateurs. Ce n'est en général pas par transphobie, mais simplement par ignorance. Définitions Parlez à la personne dans le bon genre

MY FEMINISM WILL BE INTERSECTIONAL OR IT WILL BE BULLSHIT! Now picture this: me screaming the above. Angry. VERY ANGRY as a matter of fact. Screaming this at my computer screen. Screaming it at nobody and everybody. At you. And here’s the thing: while I am screaming at you, I am also asking, nay, DEMANDING that you scream with me. This past week I’ve been screaming this a lot. Layer one of this week’s shit puff pastry My anger was inaugurated with a simple photograph. Layer two of this week’s shit puff pastry After this photo made the rounds in some online blogs and magazines, it ended up posted in Slut Walk New York’s very own Facebook page. And then something else happened: the whole thread was deleted. Layer three of this week’s shit puff pastry I am not supposed to be angry at any of the above. The point is there is strength in numbers. MY FEMINISM WILL BE INTERSECTIONAL OR IT WILL BE BULLSHIT! See? But after the debacle with the racial discussions, I no longer feel the same way. Layer four of this week’s shit puff pastry Except that no.

Quand nos luttes sont instrumentalisées S’il y’a une chose qui m’a toujours agacée, c’est bien le sentiment qu’on me confisque ma voix. Etant lesbienne, je subis la double peine d’être invisible en tant que femme dans la société, et dans la communauté "LGBT" (ou plus honnêtement, "GGGG"). Je dispose déjà de peu de temps de parole. J’ai donc énormément de mal avec la récupération des luttes, notamment celles qui me concernent directement, à savoir les "Droits LGBT" et le féminisme. Qu’est ce que le pinkwashing? "Soutenir la Palestine = Soutenir l’oppression des gays Soutenir Israel = Soutenir une véritable démocratie" A l’origine, il s’agit de l’instrumentalisation des "LGBT" (ou "GGGG") sous la forme de la promotion de leurs droits et de la manière dont ils sont plutôt bien traités, accueillis en Israël, afin d’atténuer les critiques de l’occupation israélienne, du siège sur Gaza ou encore des violences envers les Palestiniens. L’homonationalisme peut prendre une définition à mon avis encore plus large. Je partage cet avis.

Barbie versus Musclor, ou l'allégorie de la mauvaise foi Voilà l'article de la semaine, encore avec du retard, arg, pardon ! Je l'ai commencé en me disant "haha ça va être court et rapide à faire" et puis comme d'habitude j'ai mis mille ans.En tout cas, j'espère que c'est un sujet qui vous intéresse, moi ça m’énerve pas mal depuis longtemps ce mème, j'ai envie de lui donner des coups de poings et tout. J'aurais bien aimé parlé aussi du fait que tout le monde est blanc, mais ça s'applique aux deux sexe (merci le racisme), mais bon, l'idée est la même : exclure les oppressés de la représentation par les médias. Et je me rends compte que j'ai un peu écrit petit, j'espère que ça ira quand même ! Et oui, il y a des exceptions pour les personnages de filles : My Mad Fat Diary (d'ailleurs je ferai peut être un article dessus), Lena Dunham, etc. ; mais ça reste quand même, comme je l'ai dis plus haut, des exceptions (snife). Vous pouvez retrouver cet article sur le tumblr, natürlich ! Et bien sûr, pour finir, la vidéo du bonheur :

"Théorie du genre": la belle aubaine Un nouvel ennemi est apparu dans les radars de la droite. Cela a commencé avec des manuels de SVT, s’est renforcé avec les manifs de la honte et les mouvements anti-« mariage pour tous ». Personne ne savait très bien de quoi il s’agissait, mais on savait que c’était mal. Le mot d’ordre s’est répandu comme une traînée de poudre. La théorie du genre à encore frappé! Il y a eu le communisme et le nazisme. @consultant2kap T'as compris que la théorie du genre est aux portes des Écoles ou tu planes encore? La théorie du genre est en marche. #manifpourtous De l'école à la justice, cette offensive insidieuse de l'idéologie du genre Pont d'Arcole (@aconstant92) June 14, 2013 Alors il faut résister : mieux, il faut combattre. On avait vu le débat prendre de l’ampleur avec la question du « mariage pour tous » ; depuis quelques semaines, les choses semblent s’emballer. Pourquoi un tel emballement ? La théorie du genre s'attaque tout simplement à l'anthropologie ! AC Husson

Papa bleu, maman rose LE MONDE | • Mis à jour le | Par Florence Dupont (Ancienne élève de l’Ecole normale supérieure, agrégée de lettres classiques, elle est professeur de latin à Paris-Diderot.) Du bleu et du rose partout dans le ciel de Paris : les manifestants contre le projet de loi sur le mariage pour tous ont déferlé dans les rues de la capitale en agitant des milliers de fanions, de drapeaux et de banderoles à ces deux couleurs. Ils en ont saturé les écrans télé. Rose et bleu, la "manif" est la croisade des enfants. Bleu ou rose : les deux couleurs qui marquent les bébés à l'instant de leur naissance assignent à chacun, définitivement, sa résidence sexuelle. D'un coup d'oeil, le médecin ou la sage-femme a repéré les organes génitaux qui vont officiellement déterminer l'un ou l'autre sexe du bébé – tant pis s'il y a un doute… Il faut choisir tout de suite. L'éducation commence immédiatement, pas de pipi-caca incontrôlé. Le "bleu et rose" est une innovation dans les couleurs de la rhétorique militante.

Enjeux et défis de l'intersectionnalité. Entretien avec Sirma Bilge Sirma Bilge est l’auteur de Communalisations ethniques post-migratoires : le cas des « Turcs » de Montréal. Elle a codirigé deux numéros thématiques de Journal of Intercultural Studies sur « Women, Intersectionality and Diasporas » (2010) et « The New Politics of Racialized Sexualities » (à paraître en mai 2012). Elle a aussi publié plusieurs articles dans les revues scientifiques. Professeure agrégée au département de sociologie de l’université de Montréal, et fondatrice-directrice du pôle de recherche « Intersectionnalité » (aujourd'hui défunt) au sein du Centre d’études ethniques des universitaires montréalaises (CEETUM), ses présents travaux portent sur les intersections des formations sociales de race, d'ethnicité, de genre et sexualités et de classe et s'efforcent d'examiner comment les notions d'identité et d’altérité nationales/ethniques/raciales s’articulent par le truchement des normativités de genre et de sexualité. Propos recueillis par Fanny Gallot

La jupe et le bandeau : lettre à Sirine J’imagine que tu ne te sens pas très bien en ce moment. Tu dois te demander quand cette épreuve s’arrêtera. Tu passes en conseil de discipline ce matin dans ton collège de Villiers-sur-Marne. Depuis le 4 décembre, il t’est reproché de porter un bandeau frontal, d’une largeur de 10 centimètres selon la police, ainsi qu’une longue jupe. Les deux tiers de ta chevelure sont apparents mais, pour ton collège, c’est encore trop ostensible, trop islamique, trop transgressif. Pourtant, depuis que tu as décidé de porter un hijab - liberté que je respecte et choix impopulaire qui t’appartient, tout comme ton corps -, tu te soumets chaque matin en arrivant au collège, et je sais que c’est un sacrifice, au dévoilement imposé par la loi du 15 mars 2004. J’ai appris que d’autres élèves, pour ressembler à Rihanna ou parce qu’elles étaient mal coiffées, venaient parfois avec des bandanas ou des bandeaux entourant leur front, ou que la jupe longue était prisée de quelques-unes.

La vie psychique du genre: Mettre les premiers concernés en position d’experts de leur problématique. | ıllıllı Heavy Mental ıllıllı Je fais en ce moment la lecture enjouée de l’ouvrage « Psychologie(s) des transsexuels et des transgenres » de Françoise Sironi où elle rend compte de la recherche-action menée pour et avec des personnes transidentitaires il y a quelques années. Dans cet ouvrage, Françoise Sironi expose la nécessité d’une approche non-discréditante des questions qu’amènent les personnes trans* tant dans la vie sociale que dans les consultations psy. Un lieu n’existant pas indépendamment de l’autre, précise-t-elle. Décoloniser les esprits en quelque sorte : sortir de la causalité pour envisager un devenir, sortir d’une conception naturaliste du genre, en finir avec l’hypocrisie professionnelle. Dépsychiatriser, dépsychologiser, ne plus contraindre à « l’assignation à résidence de genre ». Il y avait longtemps que je n’avais pas ressenti cette soif de lire au contact d’un ouvrage psy.

NBA player Jason Collins says he is gay - The Magazine "I'm a 34-year-old NBA center. I'm black. And I'm gay," says Jason Collins. Kwaku Alston/For Sports Illustrated This story appears in the May 6, 2013, issue of Sports Illustrated. I'm a 34-year-old NBA center. I didn't set out to be the first openly gay athlete playing in a major American team sport. My journey of self-discovery and self-acknowledgement began in my hometown of Los Angeles and has taken me through two state high school championships, the NCAA Final Four and the Elite Eight, and nine playoffs in 12 NBA seasons. PHOTO GALLERY: Jason Collins through the years I've played for six pro teams and have appeared in two NBA Finals. Jason Collins played with the Celtics and Wizards this season, his 12th in the NBA. Andrew D. Now I'm a free agent, literally and figuratively. Why am I coming out now? The first relative I came out to was my aunt Teri, a superior court judge in San Francisco. When I was younger I dated women. No one wants to live in fear. Peter Foley/EPA

Vingt-Trois, v’là l’Église ! En appelant à prier le 15 août pour la France, et contre l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, le Cardinal André Vingt-Trois, président de la conférence des évêques de France, ne manque ni d’habileté, ni d’un humour paradoxal. D’un côté, cette intervention ex cathedra dans le débat politique échappe aux foudres de nombreux défenseurs auto-proclamés de la laïcité. On les connaissait pourtant si vigilants face à l’Islam – depuis le Front national jusqu’à l’UMP, en passant par Riposte laïque, sans oublier des voix réputées de gauche… Il est vrai qu’« en ce jour où nous célébrons l’assomption de la Vierge Marie, sous le patronage de qui a été placée la France », la « prière universelle » à laquelle sont appelés les fidèles s’autorise d’un nationalisme qui anime aujourd’hui le projet laïc, du moins pour ceux qui le redéfinissent contre la menace islamique. D’un autre côté, le choix de l’assomption de Marie pour garantir la norme familiale peut paraître ironique.

Des hommes harcelés dans la rue Huhuhu. J’imagine qu’un certain nombre de personnes auront ouvert de grands yeux en voyant ce titre (ou hurlé, sauté par la fenêtre, etc). Explication: l’article qui suit est la traduction d’un article paru sur le site feministe.us, écrit par Patrick Ryne et intitulé « Harassing Men on the Street ». J’ai essayé de rendre clair, dans ma traduction du titre et de l’article, le fait qu’on ne parle pas des hommes en général, mais de certains seulement; en l’occurrence, des hommes identifiés comme gays ou bisexuels, ayant vécu des formes de harcèlement dans l’espace public de la part d’autres hommes, gays ou hétéros. Cet article m’a intéressée pour plusieurs raisons. C’est justement du point de vue du genre, ensuite, que je me suis intéressée à la question du harcèlement dont peuvent être victimes les hommes gays et bisexuels. L’orientation sexuelle peut être la cause d’une forme d’oppression distincte de l’oppression de genre, et qui doit donc être étudiée comme telle. J'aime :

Touche pas à notre Angela ! Tout a commencé il y a quelques années avec un article dédié à Angela Davis, sur un blog consacré principalement aux femmes noires. Je me suis rendu compte que la perception que j’avais d’elle n’était pas celle qui prévalait. Au fil du temps, d’autres discussions, d’autres blogs, d’autres écrits ont confirmé ce sentiment. Les mouvements sociaux sont généralement dirigés par les personnes détenant des positions dominantes en leur sein, et c’est là une évidence qu’il ne sera jamais vain de rappeler. Une autre façon de nier les rapports de domination au sein des espaces de luttes consiste cette fois en un étalage d’arguments aussi minables qu’éculés tels que : « mais regarde Machin-e est Noir-e/ Arabe / musulman-e », « Machine est une femme », « Machin-e n’est pas hétéro » ou encore « Machin-e est de classe populaire », « c’est donc bien la preuve que tout le monde a sa place dans nos espaces ! Angela Davis, l’antiracisme, l’anticapitalisme et quelques oublis… Essaie de t’en rappeler [9]

L’exception sexuelle, l’alibi de la marchandisation des corps La droite va-t-elle gagner aussi la bataille du genre ? Pourtant, sur les questions sexuelles au moins, la présidence de François Hollande avait bien commencé : à défaut d’autres succès, le gouvernement y imposait alors son langage. Contre les stéréotypes de genre, Najat Vallaud-Belkacem affirmait avec force que la revendication d’égalité ne peut faire l’économie d’une critique des normes ; et, dans son nom même, la «Manif pour tous» se contentait de répondre au «mariage pour tous», allant jusqu’à emprunter son slogan à la gauche de la gauche : «On (ne) lâche rien !». Certes, les apôtres du consensus ont déploré les clivages creusés par ces polémiques - comme si, en démocratie, l’union nationale était possible ou même souhaitable. Mais ce printemps du genre n’est plus d’actualité. Fleurissent ainsi d’improbables écologistes qui, contre la technique, brandissent la biologie. Reste donc, si l’écologie ne fait pas l’affaire, la rhétorique anticapitaliste.

Related: