background preloader

Les chiffres de la consommation responsable / MesCoursesPourLaPlanète

Les chiffres de la consommation responsable / MesCoursesPourLaPlanète
Pour la neuvième année consécutive, l’étude « Les Chiffres de la consommation responsable 2015 » a pour objectif de rendre visible et lisible l’évolution de la consommation responsable sur différents marchés: alimentation, énergie, transports, et même ... finance et tourisme ! Au delà des intentions affichées par les consommateurs dans les enquêtes et sondages, nous voulons rendre compte du « passage à l’acte », en analysant les chiffres effectives des ventes (en volume et en valeur, dans l’hexagone) de produits et services responsables, sur tous les marchés possibles. Cette édition 2016 laisse penser que l’année a été charnière pour le marché de la consommation responsable : le chiffre d'affaires des produits issus de l’agriculture biologique continue sa folle progression (+14,7 % par rapport à 2014), tout comme celui des produits du commerce équitable qui connaît une croissance à deux chiffres. Téléchargez le rapport Téléchargez le rapport Téléchargez le rapport Téléchargez le rapport Related:  Réactance psychologiqueréaction des consommateursPROJET MERCA

ACTION BOYCOTT A CARREFOUR VENISSIEUX - Campagne contre les sociétés agricoles israéliennes le 9 février 2013 - Collectif 69 de soutien au peuple Palestinien - Association Action Palestine Lyon Dans toute la France des actions de Boycott ont eu lieu en réponse à l’appel des syndicats agricoles palestiniens. Une action de "Boycott" a eu lieu dans l’hyper marché Carrefour de Vénissieux dans le Rhône, voici son compte rendu : A l’occasion du lancement de la campagne internationale de boycott contre l’agriculture coloniale israélienne, une vingtaine de militants lyonnais a investi le Carrefour de Vénissieux ce samedi 9 février. Au rayon fruits et légumes du supermarché, ils ont dénoncé la présence de certains produits dont la provenance affichée était "Israël". Cet affichage est mensonger puisque ces produits dans la majorité des cas proviennent des colonies implantées en territoire palestiniens. Ces colonies sont illégales en droit international et de ce fait ne sont pas reconnues comme faisant partie de l’Etat d’Israël. Compte rendu rédigé par S. Voir les produits étiquetés "Israël" à Carrefour Communiqué : Appel de la Confédération paysanne du Rhône Approuvé par : Stop the Wall

No Logo Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. No Logo : la tyrannie des marques (No Logo: Taking Aim at the Brand Bullies) est un livre de la journaliste canadienne Naomi Klein, paru en janvier 2000. C'est un livre de référence de l'altermondialisme. Sujet[modifier | modifier le code] À travers quatre parties intitulées Zéro espace, Zéro choix, Zéro boulot et Zéro logo, Naomi Klein dresse un état des lieux de la société de consommation. D'une manière plus générale, Naomi Klein tente dans ce livre de dresser un bilan sur la tournure que prend la mondialisation économique, sur le pouvoir grandissant des multinationales, et par conséquent du mouvement de résistance à ces grandes compagnies. Influences du livre[modifier | modifier le code] Ce livre a rencontré un succès très important parmi le mouvement altermondialiste, certains qualifient même ce livre de « Bible de l'altermondialisme »[3]. Prix obtenus[modifier | modifier le code] Ce livre a reçu les prix suivants :

Consommation responsable et développement durable "Consommer responsable", c’est donner un sens éthique et une utilité sociale à l’acte d’achat. Le consommateur doit devenir un consom’acteur, c'est-à-dire avoir une démarche d’achat réfléchie : il ne doit plus être passif dans son acte de consommation. La consommation responsable est l’expression d’un consommateur averti, responsable et engagé. Son principe de base est de consommer que si cela s'avère vraiment nécessaire. L'éco-consommateur va réfléchir sur les conséquences environnementales et sociales de son acte d'achat, et doit appliquer les principes qu’il exige des entreprises, des politiques, des collectivités : Il doit apprendre à lire une étiquette, savoir reconnaître un label environnemental, chercher la provenance du produit, s’informer des conditions de travail dans lesquelles a été fabriqué le produit.… Il doit encourager les bonnes pratiques de consommation et dénoncer les mauvaises.

La consommation responsable gagne du terrain Vers des achats responsables et équitables Ce colloque, organisé par la Plate-forme pour le commerce équitable et l’Observatoire des achats responsables, avec le soutien du ministère et en partenariat avec l’AFD, a exploré des pistes pour passer à une stratégie de consommation intégrant le commerce équitable, l’agriculture biologique et l’insertion. Une attention particulière a été portée à la restauration collective et aux opportunités qu’elle offre. L’enjeu de la consommation responsable intéresse tant les pouvoirs publics que le secteur privé. Cinq collectivités territoriales récompensées A l’occasion de ce colloque, les prix du jury de la campagne « Territoires de Commerce Équitable » ont été décernés, initiative co-portée par l’association Max Havelaar France, la Fédération Artisans du monde et de la Plate-forme pour le commerce équitable. Les lauréats 2012 sont : Au delà des prix, on dénombre 36 collectivités territoriales françaises reconnues « Territoires de commerce équitable ».

No Logo, la tyrannie des marques - La Révolution en Charentaises Le livre référence du mouvement antipubs et de l’altermondialisation. No Logo sort dans sa version originale en 2000, au terme d’une décennie marquée par la montée en puissance de la mondialisation libérale, les fermetures d’usines et la dégradation des conditions de travail dans les pays du Nord, la multiplication des sweatshops [1] dans les pays du Sud, et une véritable colonisation de l’espace physique et mental des individus par les marques. Pour Naomi Klein - journaliste canadienne - ces éléments constituent les pièces d’un seul et même puzzle qu’elle entreprend de reconstituer, en attachant une importance toute particulière aux marques. 1. A l’origine, la publicité servait surtout à faire connaître les produits. 2. Conséquence du changement d’approche des entreprises, les logos - considérés comme des extensions des marques - sont devenus omniprésents. 3. 4. 5. L’invasion des marques dans les écoles et les universités a été facilitée par le contexte idéologique des années 1990. 6.

Locavore : Je mange LOCAL - Dispositif national de valorisation des productions locales : Le locavore L’incroyable enjeu du « local » Comment ne pas se réjouir du développement de ce nouveau rapport à l'alimentation, qui redonne au « consomm’acteurs » le pouvoir sur son assiette ! L’éthique du Petit Producteur a toujours contenu, au-delà de l’identification du producteur sur ses étiquettes (traçabilité et transparence) le « manger local et de saison » (« je mange local », ou « direct producteur », etc.) Les consommateurs, peu ou prou éco-responsables , souhaitent aujourd’hui privilégier et manger des produits locaux et de saison (tous les aliments, ou presque, doivent avoir parcouru moins de 160 km pour arriver dans les assiettes). Comme ils ne sont pas des intégristes, ils s’autorisent, bien sûr, des exceptions dites «de Marco Polo » (sel, poivre, épices, fruits exotiques, café, thé, spécialités régionales ou produits de la mer, etc. qu’ils ne trouvent pas à proximité). La motivation des locavores est variée et légitime : Comment sont acheminés les fruits et légumes ?

Un Français sur deux est un « éco-consommateur », et vous ? Une Ruche qui dit Oui à la Belleviloise, Paris © Alexandre Devos Depuis dix ans, le cabinet Ethicity, du groupe Greenflex, réalise des études mesurant l’évolution de la consommation responsable en France. Les derniers résultats de ce baromètre, publiés jeudi 18 septembre, l'ont confirmé : nos habitudes de consommation évoluent, lentement mais sûrement. Plus d'un Français sur deux achète aujourd'hui des produits éco-responsables. Motivations multiples Comment les consommateurs expliquent-ils leurs choix ? La valeur d’usage avant tout L'étude relève une autre évolution majeure : plus un individu consomme de façon responsable, moins il attache d’importance à la propriété individuelle, privilégiant la valeur d’usage des produits. Êtes-vous "moderne humaniste" ou "share activiste" ? Pour aller plus loin, Ethicity a déterminé une typologie des consommateurs à partir des réponses obtenues lors de son enquête. À lire aussi

Bâcher les panneaux, l'action antipub made in Montauban | Rue89 Planète Tony Smith, restaurateur britannique installé à Montauban (Tarn-et-Garonne) depuis trente ans, n’avait rien d’un activiste. Seulement, il était fatigué de voir sa ville devenir moche à cause des panneaux publicitaires. Alors il s’est mis à les bâcher, en toute légalité. En 2006, il a rejoint l’association Paysages de France qui agit dans des domaines très variés pour faire respecter la beauté des paysages, et se met en tête de lutter contre la « pollution visuelle » des pubs géantes. « A Montauban, on est des intrépides, on a inventé la technique de bâchage des panneaux. Venu du réseau Résistance à l’agression publicitaire (RAP), il a réussi à fédérer une trentaine d’activistes du samedi, qui, armés de bâches à 3 euros et de pots de peinture, redécorent la ville. Panneau bâché à Montauban (DR). « Même les policiers et les RG nous soutiennent » A chaque action, ce sont une dizaine de panneaux de la ville qui passent du « Achetez plus ou moins cher » à « Réfléchissez avant d’acheter ».

Décroissante, pirate ou séduisante : quels sont les nouveaux visages de la consommation ? L'ObSoCo avait réuni dans son cercle, mardi 21 janvier 2014, à l'Université Paris-Diderot un ensemble d'économistes renommés afin d'échanger sur la fin d'une société de consommation. Le lieu idéal pour assister à la juxtaposition de grilles de lecture et de controverses sur la transition en marche. Voilà donc un petit panorama de différents visages que le monde académique donne à la consommation d'aujourd'hui. Une consommation qui pirate Les nouveaux modes de consommation sont-ils issus de la crise ou reflètent-ils une tendance de fond ? Mais à la différence des années 1990 (on se souvient de la grogne altermondialiste de l'époque et des mouvements d'ONG contre les négociations de l'OMC à Seattle), la critique du système s'accompagne d'un désir de changement de l’intérieur du système, « et c'est la première fois que cela s'exprime ainsi , souligne l'économiste, par ailleurs vice président du Modem et député européen. Une consommation qui déraille Une consommation qui s'augmente Image

Related: