background preloader

The Sexy Lie: Caroline Heldman at TEDxYouth@SanDiego

The Sexy Lie: Caroline Heldman at TEDxYouth@SanDiego

http://www.youtube.com/watch?v=kMS4VJKekW8

Related:  Objectivation sexuellesanté physique et mentale

Lorsque la femme se voit comme objet Dans un billet précédent, je synthétisais des travaux montrant que les femmes peuvent parfois être littéralement perçues de façon analogue à des objets. Un élément important à cet égard réside dans le "regard objectivant" porté, parfois (et le plus souvent par un homme...), sur le corps féminin. Celui consiste à scruter le corps d'autrui, à le "mater" comme on dit en argot. Ce regard qui déshabille se porte sur le corps de l'autre comme on examinerait un objet dans une vitrine . La théorie de objectivation, développée par Barbara Fredrickson et Tomi-Ann Roberts (1997) postule que ce regard en vient à être intériorisé par les femmes elles-mêmes. A force d'être envisagées comme des "morceaux de viande", elles en viennent à se percevoir elles-mêmes comme un "corps destiné à l'usage d'autrui".

Les ami.es sont le meilleur des remèdes Cette brochure est la traduction de « Friends Make The Best Medicine – A guide to creating Community Mental Health Support Networks », parue la première fois en 2006 et réactualisée en 2013. Elle a servi à créer des groupes locaux affiliés au Projet Icarus, ou qui s’en inspire, partout dans le monde. Le sol nu ne reste pas nu. L’objectivation sexuelle des femmes : un puissant outil du patriarcat – le regard masculin Partie 1 : définition et concept-clés Partie 3 : les violences sexuelles, des actes d’objectivation extrêmes et dissociant Après une première partie introductive, je vais rentrer dans le vif du sujet et commencer par discuter de la forme d’objectivation sexuelle la plus commune, celle qui passe par le regard masculin. Cette forme d’objectivation est souvent appelée male gaze dans les pays anglo-saxons et consiste à inspecter et évaluer le corps des femmes. Sur le graphique présenté en introduction, nous nous trouvons donc à la première étape : les expériences d’objectivation sexuelle, qui surviennent quand autrui nous traite comme un objet sexuel.

Où sont les femmes ? Merkel et Hidalgo effacées de la photo de la manif - Rue89 - L'Obs Une photo historique ? Au point que le journal israélien Hamevasser la publie en page 3 de son édition. Sauf que, si vous regardez bien, il manque des gens. Le code de la famille freine l’évolution de la société - A la une Trois décennies se sont écoulées depuis que l’Assemblée populaire nationale (APN), à forte dominante islamo-conservatrice, a adopté, dans le secret, les dispositions iniques du code de la famille qui scelle le sort de la femme, désormais en situation d’infériorité par rapport à l’homme. Pourtant, en dépit de la main de fer avec laquelle le parti unique dirigeait le pays, les femmes, notamment les universitaires des mouvements de gauche, appuyées par les moudjahidate n’ont pas cessé de protester contre cette volonté du régime de consacrer l’inégalité entre les citoyens et les citoyennes. Ce mouvement a d’ailleurs réussi à faire avorter une première tentative du gouvernement en 1966, puis une deuxième en 1981, lorsque le ministre de la Justice d’alors, Baki Boualem, avait présenté une première mouture pour examen. Les députés exigent qu’elles chargent des avocats de parler en leur nom, mais elles refusent. Un autre rassemblement encore plus imposant, a lieu devant le Parlement.

Les talons hauts rendent les hommes plus réceptifs et plus serviables, affirme une étude française MODE - "La hauteur des talons portés par les femmes influence considérablement le comportement des hommes". C'est ce qu'affirme Nicolas Guéguen, chercheur en sciences du comportement à l'université de Bretagne-Sud. Après avoir démontré que les serveuses portant du rouge reçoivent plus de pourboires ou encore que la guitare est le meilleur atout de séduction pour les hommes, le chercheur s'intéresse désormais aux talons hauts.

Les relations toxiques, et comment se sauver Le blabla avant le sujet : Ça fait un moment que cet article est en préparation. Que je rature et que j'abandonne en me disant que ça ne vaut pas le coup. Tout ça, c'était avant que vous soyez bien plus nombreux à venir ici. Je pense que c'est important d'écrire mon témoignage ici. Sondage: La perception de leur corps par les femmes varie en fonction de leur milieu social Certaines sont fières de leur corps, d’autres aimeraient mieux l’oublier. Révélé ce mercredi, le sondage exclusif* CSA pour 20 minutes et Terrafemina.com, montre que la perception de leur corps chez les femmes varie en fonction de leur milieu social. Ainsi, 74% des femmes cadres et professions libérales estiment que leur corps constitue une part de leur identité, contre seulement 54% des employées et des ouvrières. Un écart de perception s’expliquant par le fait que les femmes de catégorie sociale supérieure sont les plus satisfaites de leur corps (58%), tandis que les ouvrières expriment un rapport plus compliqué à celui-ci (32% en sont mécontentes). «Or, dans une société ou l’impact de l’apparence physique est croissant, le corps ne peut être source d’identification que si on le trouve beau», souligne le sociologue Jean-François Amadieu, notamment spécialiste des déterminants physiques de la sélection sociale.

Vénus de Willendorf Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Vénus de Willendorf, de face. Vénus de Willendorf, de profil. Description[modifier | modifier le code] La statuette est en calcaire oolithique et mesure 11 cm de hauteur. Elle représente une femme nue debout, présentant une forte obésité, les bras posés sur sa poitrine.

Harcèlement de rue : j'ai été agressée. Non, je n'ai pas cherché à vivre ce cauchemar Selon une étude Insee, 13,2 % des femmes auraient été insultées dans l'année passée. (FlickR/Thomas Leuthard) 4 heures du matin. Entre l'avenue Lamballe et la rue d'Ankara dans le 16e arrondissement de Paris. LES PÉDOPHILES ET LA MODE (AJOUT) Sophie Durocher - 11 septembre 2014 Les magazines de mode vont-ils finir par comprendre que d’exhiber des jeunes filles, en culottes, les jambes écartées, ce n’est pas acceptable, même sous le couvert de l’art ou de la mode ? Avez-vous vu ces photos franchement suggestives tirées du Vogue Kids ? Des Lolitas qui regardent la lentille du photographe , qui s’apprêtent à enlever leur t-shirt, qui s’écartent les jambes. (Vous me direz que, vu qu’elles portent un haut de maillot, elles pourraient aller se baigner dans une piscine d’Outremont sans attiser la concupiscence des pédos en puissance.) Coudonc, le magazine Vogue n’apprendra jamais ?

C’est pour ça que je ne vous ai pas dit qu’il me battait – Peuvent-ils souffrir ? Comprendre l’état d’esprit d’un-e victime de violence domestique est presque impossible. Sauf si, comme cette auteure, vous en avez été vous-même victime. Article de Janice Fuller-Roberts, paru sur damemagazine.com.Traduit par moi-même. Source Lorsque j’ai me suis échappée de ma relation violente pour la dernière fois (oui, je suis partie et revenue plusieurs fois), l’une des premières choses que les membres de ma familles et mes amis, tous bien intentionnés, m’ont demandé, c’est pourquoi je ne leur avais jamais parlé de ce qu’il m’arrivait. « Pourquoi est-ce que tu n’as rien dit ?

La pression pesant sur les corps féminins illustrée par des photos crues La pression que la société et les canons de beauté exercent sur les corps féminins est illustrée dans une série de photos crues. Ça fait peur et un peu mal. Malgré les dizaines de campagnes de sensibilisation qui tentent chaque année de dénoncer la pression des médias, et de la société en général, sur les corps des femmes, les diktats actuels de beauté restent assez rigides. The Fanciful, Monstrous Feminine (Le fantasque et monstrueux corps féminin) est un projet photographique de l'artiste australienne Jessica Ledwich visant à dénoncer les tortures que les femmes font subir à leur corps pour être physiquement « dans la norme ».

Related: