background preloader

Santé et qualité de l'air

Santé et qualité de l'air
Related:  La pollution de l'air3- Effets polluants sur la santé

Tout comprendre à la pollution de l'air aux particules fines Dix fois plus petites que l'épaisseur d'un cheveu, elles peuvent entraîner des maladies graves. Avec le temps froid et sec et l'absence de vent, plusieurs départements dépassent les seuils d'alerte. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric Elles sont dix fois plus petites que l'épaisseur d'un cheveu, mais elles peuvent entraîner des maladies graves. Le niveau d'alerte aux particules fines a été atteint en Ile-de-France, jeudi 12 décembre, pour la quatrième journée consécutive, selon l'agence de surveillance de la qualité de l'air Airparif. Ce seuil d'alerte est déclenché à partir d'une concentration de 80 microgrammes de PM10 (particules de diamètre inférieur à 10 microns) par mètre cube d'air. Cette situation n'est pas exceptionnelle. D'où viennent les particules fines ? Les particules fines sont présentes naturellement dans l'environnement du fait de l'érosion provoquée par le vent, de tempêtes ou d'éruptions volcaniques. Quels risques sanitaires entraînent-elles ?

Maladies cardiovasculaires Que sont les maladies cardiovasculaires? Les maladies cardiovasculaires constituent un ensemble de troubles affectant le cœur et les vaisseaux sanguins, qui comprend: les cardiopathies coronariennes (touchant les vaisseaux sanguins qui alimentent le muscle cardiaque) les maladies cérébro-vasculaires (touchant les vaisseaux sanguins qui alimentent le cerveau) les artériopathies périphériques (touchant les vaisseaux sanguins qui alimentent les bras et les jambes) les cardiopathies rhumatismales, affectant le muscle et les valves cardiaques et résultant d’un rhumatisme articulaire aigu, causé par une bactérie streptocoque les malformations cardiaques congénitales (malformations de la structure du cœur déjà présentes à la naissance) les thromboses veineuses profondes et les embolies pulmonaires (obstruction des veines des jambes par un caillot sanguin, susceptible de se libérer et de migrer vers le cœur ou les poumons). Quels sont les facteurs de risque? Quels sont les symptomes courants?

Se protéger des effets de la pollution de l’air en cas de pic de pollution de l’air Les recommandations sanitaires en cas de pic de pollution En période de pic de pollution de l’air, le ministère chargé de la santé rappelle les recommandations sanitaires suivantes, notamment pour les populations les plus fragiles. * Pour connaître les seuils d’information et de recommandation, consultez l’article R.221-1 du code de l’environnement ** Ou aux horaires indiqués au niveau local. * Pour connaître les seuils d’alerte, consultez l’article R.221-1 du code de l’environnement ** Ou aux horaires indiqués au niveau local. Ces messages sanitaires sont issus de l’arrêté du 20 août 2014 relatif aux recommandations sanitaires en vue de prévenir les effets de la pollution de l’air sur la santé. Des informations sur la qualité de l’air local sont disponibles sur le site Internet de la Fédération des associations de surveillance de la qualité de l’air, présentes dans chaque région. En cas de pic (ou épisode) de pollution de l’air Faut-il continuer à aérer ?

Pollution de l'air, un fléau pour la santé Benjamin Disraeli, qui fut par deux fois premier ministre britannique, l'affirmait déjà au XIXe siècle : "Le souci de la santé publique est le premier devoir d'un homme d'Etat." Les gouvernants contemporains seraient bien avisés de suivre son conseil. Et pour cause. Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), l'une des agences de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a décidé, jeudi 17 octobre, de classer la pollution atmosphérique comme cancérogène certain. Lire : La pollution de l'air directement impliquée dans les cancers, selon l'OMS Jusqu'à maintenant, que ce soit dans les pays émergents ou dans les pays développés, les gouvernements ont largement minimisé le phénomène et échoué dans leur rôle de régulateur : l'air est vicié pour la grande majorité des habitants de la planète. L'OMS estime que, en 2010, 223 000 personnes sont mortes d'un cancer du poumon directement lié à la pollution atmosphérique. L'Europe n'est pas plus exemplaire. Et maintenant ?

La Pollution principale cause de l'asthme A. Taytard Service des Maladies Respiratoires Hôpital du Haut Lévêque Centre Hospitalo Universitaire de Bordeaux La qualité de l'air inhalé fait l'essentiel de la morbidité et de la mortalité de cause respiratoire. L'air ambiant représente environ 10 m3ventilés par jour. INDOOR de la maison (13 à 15 h), du travail (8 h), de la voiture (1 à 2h) OUTDOOR des villes et des campagnes (l à 2 h). Chacun de ces types d'air a ses aérocontaminants particuliers (en nature et en concentration) susceptibles d'entraîner - des lésions des mécanismes de défense de l'appareil respiratoire - une maladie broncho pulmonaire. L'asthme est l'expression clinique d'une hyper réactivité bronchique, c'est à dire d'une capacité exagérée des bronches à réagir à une agression. " les polluants atmosphériques peuvent ils augmenter le risque de développer une maladie respiratoire ? " les polluants atmosphériques peuvent ils entretenir voire aggraver une maladie respiratoire préexistante ? Nous sommes donc passés 1 . 2. 3. 4.

Risque de cancer et pollution de l'air Introduction D’après la loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie du 30 décembre 1996, la pollution de l’air est « l’introduction par l’homme, directement ou indirectement, dans l’atmosphère et les espaces clos, de substances ayant des conséquences préjudiciables de nature à mettre en danger la santé humaine, à nuire aux ressources biologiques et aux écosystèmes, à influer sur les changements climatiques, à détériorer les biens et matériels et à provoquer des nuisances olfactives excessives ». En plus des deux gaz qui le composent majoritairement (dioxygène et diazote), l’air peut contenir des polluants de différentes origines : naturelle (radon, polluants émis par les volcans, …) ou produits par les activités humaines (industrielles, domestiques, agricoles, les transports, …).Les polluants de l’air peuvent être de nature physique, chimique, ou biologique. On distingue les polluants primaires des polluants secondaires : Les principaux polluants de l’air Air extérieur

En Chine, la mégalopole Harbin paralysée par la pollution Le "smog" a contraint Harbin, mégalopole de 11 millions d'habitants de la province du Heilongjiang dans le nord-est de la Chine, à suspendre la majeure partie de ses activités lundi. Les écoles primaires et les collèges ont dû rester fermés, le trafic routier a été bloqué, le service des transports en commun était très perturbé et l'aéroport a cessé ses activités en raison de ce pic de pollution de l'air, lié à l'arrivée de l'hiver et à l'utilisation du chauffage domestique. La visibilité a été réduite à dix mètres et la présence de ce brouillard de pollution devrait se poursuivre pendant les prochaines vingt-quatre heures. Les relevés atmosphériques pratiqués lundi indiquaient un indice de 1 000 pour les particules fines PM2,5 (particules dont le diamètre est de 2,5 micromètres) présentes dans l'air. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), un indice supérieur à 300 est considéré comme dangereux et le seuil maximal quotidien doit rester inférieur à 20.

Asthme Dossier réalisé en collaboration avec le Pr Antoine Magnan, chef du service de pneumologie à l’Institut du thorax (Nantes), responsable de l’équipe "Pathologies bronchiques et allergies" de l’unité Inserm 1087, et Président de la Société française d’allergologie. - Mars 2015 © Inserm, P. Latron Traitement à domicile de l'asthme chez l'enfant, avec une chambre d'inhalation et un aérosol doseur, Rouen. L’asthme est une maladie fréquente qui touche plus de 4 millions de personnes en France. Depuis 2012 une enquête nationale est effectuée tous les deux ans en milieu scolaire, alternativement en CM2, troisième et maternelle. La maladie peut être grave quand elle n’est pas prise en charge correctement ou lorsqu’elle échappe au contrôle des traitements. Les crises d’asthme : un manque d’air La maladie est caractérisée par des épisodes de gêne respiratoire sifflante (dyspnée), résultant de l’inflammation de l’épithélium bronchique en réponse à des facteurs déclenchants. © Inserm, Aline Séville

Related: