background preloader

“Le concept de ‘Génération Y’ dessert les jeunes dans le monde du travail”

“Le concept de ‘Génération Y’ dessert les jeunes dans le monde du travail”
Selon les derniers chiffres de l’Insee, plus d’un quart des jeunes actifs seraient au chômage en France. Ces derniers peinent à accéder au marché de l’emploi, et ce, pour plusieurs raisons : manque d’expérience pour les uns, de qualification pour les autres, les emplois “précaires” sont le lot de la dite “génération Y”. De fait, le concept même de “génération Y” est de plus en plus décrié. Génération Y, une aubaine pour l’entreprise ? On la décrit comme une “chance” pour les entreprises : la génération Y, c’est d’abord la génération qui succède à la génération X. Ce discours est notamment celui de “consultants en management” qui ont fait de la génération Y leur domaine d’expertise. L’aspect générationnel serait donc le moteur de grands changements à venir dans la gestion des ressources humaines ; la contribution des managers se doit désormais d’être personnalisée et individualisée, afin de faciliter le métissage intergénérationnel… un atout pour l’entreprise. Et les jeunes dans tout ça ?

Génération Y... Les empêcheurs de travailler en rond M le magazine du Monde | • Mis à jour le | Par Guillemette Faure C'est l'histoire de la directrice d'une agence de pub qui a voulu secouer un de ses salariés âgé de 28 ans pour qu'il accepte d'arriver au bureau avant 11 h 30 et qui s'est vu répondre : "C'est pas de ma faute, c'est mon biorythme." C'est l'histoire de la responsable d'un magasin de luxe qui a trouvé son employé affalé dans un fauteuil en vente, un café à la main et a entendu :"Ben quoi, je suis en pause." C'est l'histoire de la responsable des ressources humaines d'une grande entreprise de bâtiment à laquelle un jeune conducteur de travaux a demandé de cesser de prélever de sa paie les cotisations retraite, avec cet argument : "La retraite, ça ne m'intéresse pas." Des anecdotes déversées par chariots dans les formations au "management intergénérationnel", voire plus explicitement intitulées "Apprendre à manager la génération Y". Autrement dit, les moins de 30 ans (lire l'encadré). Alors, comment s'y prendre ?

Quelle organisation pour la génération Y ? Publié le 22/06/2011 Attention, cet article a été publié le 22/06/2011. Ce dispositif d'archives vous donne accès à l'ensemble des publications du site FocusRH. Assurez-vous de lire les dernières dépèches et dossiers publiés en utilisant notre moteur de recherche Le 21 juin dernier, la délégation formation et compétences de la CCI de Paris organisait une matinée autour du thème : "Génération Y : nouvelle génération, nouvelle organisation ?" La génération Y ? Une population minime « Vous listez les attentes de la génération Y vis-à-vis des managers, intervient une participante dans la salle. La place du management intermédiaire Reste que cette génération Y, porte bien son nom : "why" en anglais. Un positionnement différent Les entreprises doivent donc adapter, au moins à minima, leurs pratiques. « Cette génération, c’est aussi une affaire de culture, appuie Laurent Choain. Ne pas fidéliser à tout prix Pour Christophe Sausse, l’intégration représente également un moment très important.

Comment manager la génération Y : 4 principes clés De nombreux managers et dirigeants sont désorientés face aux salariés de la génération Y. Leur impatience, leur façon de remettre en cause l’autorité ou encore leur communication directe déstabilisent. Manager la génération Y n’est pas une mince affaire. Pourtant cette génération de digital natives recèle de nombreuses qualités. Cet article présente les 4 principes clés pour tout responsable d’équipe, dirigeant ou organisation qui souhaite manager la génération Y. Mais avant de dévoiler ces principes, posons les enjeux pour savoir de quoi il en retourne. Enjeux du management de la génération Y Il y a 3 enjeux qui justifient que l’on s’intéresse à comment manager la génération Y : Il existe une certaine fracture entre les attentes de la génération Y et le fonctionnement actuel des organisations. Principe n°1 : Donner du sens La génération Y est avide de sens. Donner du sens, cela passe notamment par : Donner le sens à une personne répond à cette question fondamentale « pour quoi ?

Nous, génération Y, voulons une vie intense « L’homme est né libre, et partout il est dans les fers« … « A tes souhaits ! » cette phrase pleine de sens pour moi, a été dite il y a plus de 200 ans par Jean-Jacques Rousseau. Elle prend encore plus son sens quand on considère que nous obéissons comme des petits enfants à des lois que nous ne nous sommes pas données nous-mêmes. On est soumis à des contraintes mais on a aujourd’hui le luxe de définir les bornes de ces contraintes, et nous l’avons bien compris, nous, génération Y. Si ! Vous savez ce qu’est la génération Y, on nous appelle comme ça. Ce sont ceux qui représentent pour les baby-boomers et la génération X (ceux nés avant les 80’s) leur soit-disant pire cauchemar. Cette génération tellement mise en valeur par certains de ses aînés (ironie), vous voyez toujours pas ? On est rien (en partie) de ce qu’ils prétendent qu’on est. – Nous dans notre vie perso : On est la génération qui a grandi dans les 80/90’s. – Au travail : Alors certes on se rassemble entre nous pour travailler.

Mythes et réalités de la génération Y Il ne manque pas de billets et d’alerte pour nous dire tous les jours que les petits jeunes arrivent, pensent et font différemment, sont nativement digitaux, sinon ont muté du cerveau . Il est en tous les cas certain que toute marque ou organisation qui ne s’intéresserait pas à la première vraie génération digitalisée prend un risque de décalage inconsidéré d’avec ses publics. Derrière la mythologie, il est bon parfois de descendre sur terre et de constater par soi-même. Ayant donc passé en revue quelques 150 têtes bien faites, force est de constater que cette génération est effectivement parfaitement à l’aise avec les technologies, dégage une certaine confiance dans l’avenir et ses capacités. Je me suis fendu d’un petit quizz qui a montré qu’ils sont tous connectés. 1/ la soudaine prise de conscience que l’univers digital ne leur appartient pas. Cette soudaine réalité a suscité plusieurs observations du genre qu’il fait beau dehors.

Etes-vous la Génération Y ? Ce billet est tiré d’un article que j’ai lu dans Le Vif / L’Express de cette semaine, « au secours, la Net Generation arrive!« . La Génération Y, c’est peut-être vous. Leurs qualités: Maîtrise parfaite des nouvelles technologiesMultitâchesSociaux, travaillent en équipeOuverts au partage de l’informationPassionnésConfiants, positifsInventifsVeulent progresser et développer leur employabilitéS’engagent mais pour un temps seulement, ils sont critiques et disent ce qu’ils pensent Leurs défauts: Exigeants, ambitieux, impatientsVision à court-terme, voire instantanéeVeulent des tâches choisies et non assignéesVeulent choisir ceux avec qui ils travaillentHyperactifsNe respectent pas les anciensNe s’engagent pas durablementOnt du mal à faire face à la réalité du travailSont voraces en tempsSont connectés en permanence, et parfois distraits de l’essentiel Avec ces quelques phrases et ces qualités vs défauts (encadrés dans l’article) je vous ai résumé les 3 pages de contenu. Je suis déléguée.

La génération Y est elle impossible à former? (2) | Le blog de la formation professionnelle et continue La « Génération Y » est elle composée de « Digital natives » forcément passionnés de Technologies de l’Information et de la Communication (TIC)? L’usage de ces technologies serait il un moyen infaillible d’intéresser les « jeunes » salariés et de leur permettre d’apprendre? « Digital natives »? « Nos étudiants ont radicalement changé. Les étudiants d’aujourd’hui ne sont plus ceux que notre système d’éducation a été conçu pour enseigner » s’exclamait Marc Prensky dans son article « Dignital Natives, Digital Immigrants« , publié en 2001. Pour lui, l’irruption des TIC au sens large représente une véritable rupture: « les étudiants d’aujourd’hui pensent et traitent l’information fondamentalement différemment de leurs prédécesseurs ». Les « Digital Natives » décrit par M. En fait, il me semble que M. Quand à préférer jouer … ce ne doit pas être si nouveau, ce qui est nouveau c’est l’opportunité de le faire sur un mobile ou un ordinateur… Neuf ans après l’article de M. Ces observations d’E.

Ne me dites plus que je suis un digital native de la génération Y Arrivé à un certain stade, on peut en avoir marre d’être englobé… D’être systématiquement associé à une génération entière et de se voir ranger dans la case « connaisseur du numérique », juste parce que l’on a moins de 30 ans. Mais aussi d’être associé à un ensemble d’usages et de pratiques que l’on ne connaît ou ne cautionne pas du tout. Ou à l’inverse, de voir des amis à qui l’on demande le même niveau de technicité, la même compréhension d’un phénomène que l’auteur d’un blog sur l’e-réputation. J’ai moins de 30 ans. J’utilise un mac depuis que j’ai 5 ans (avec notamment un jeu qui m’a marqué à vie : Risk). J’ai eu mon premier accès à Internet en 1995 (des informaticiens dans ma famille). J’ai produit mon premier site web en 1998 (avec le club Internet de mon collège). J’ai découvert les IRC, forums et autres newsgroups la même année. J’ai développé et animé mon premier forum (sur la musique, décédé depuis bien longtemps et introuvable sur Google depuis) au tout début des années 2000.

Premier blog français sur la génération Y et définition L’ambition du blog » GENERATIONS » (anciennement Génération Y 2.0) est d’aider les entreprises à comprendre comment faire évoluer leurs stratégies de Communication, de Ressources Humaines et de Management dans un environnement devenu fluide, connecté et global. Le sujet de la Génération Y est à la mode. Pourtant la majorité des articles traitant de ce sujet continuent d’en décrire les caractéristiques et de faire le constat des changements d’attitudes face au travail, à la consommation et à l’entreprise en général. « C’est pas comme avant », d’accord, mais pourtant ce n’est pas nouveau ! Notre approche du sujet se base sur l’analyse que si la génération Y est souvent simplifiée et définie par son empreinte démographique sur la pyramide des âges, elle s’en est affranchie pour devenir une véritable « Culture » ou « Etat d’esprit » qui nous concerne tous ! Notre approche ne concerne pas uniquement « les jeunes » nés entre telle ou telle année. « Individualisation« .

La Génération Y - Julien Pouget 10 questions pour élaborer son plan de communication marketing 10 questions pour élaborer son plan de communication marketing 4ème variable du sacro-saint « marketing mix », la communication marketing a toujours été une nécessité pour les entreprises. C’est elle qui permet à « l’offre » de rencontrer « la demande ». C’est elle qui , parfois, fait la différence entre 2 marques. La communication marketing, c’est communiquer:le bon messageà la bonne personneau bon momentau bon endroitsur le bon support Or, tous les entrepreneurs ne naissent pas tous publicitaires de génie. 1 – Dans quel contexte externe & interne dois-je communiquer? Comme toute chose dans le marketing, le travail commence avec une solide analyse SWOT. 2 – Quels objectifs je poursuis: me faire connaître, me faire aimer, faire agir? La communication ne fait pas « vendre » en soi. La notoriété – se faire connaitreL’image – se faire aimerLes comportements – faire agir 3 – A qui dois-je m’adresser? La communication s’adresse toujours à des cibles. L’ère de l’information. Félicitations!

Comment attirer, mobiliser et fidéliser la génération Y - APSSAP On dit souvent des jeunes d’aujourd’hui qu’ils manquent de loyauté, mais plusieurs ont vu leurs parents divorcer, négliger leurs enfants, se tuer au travail… pour ensuite être sauvagement congédiés! Conséquemment, les jeunes négocient ferme : équilibre travail – vie personnelle, rôle du superviseur, développement de carrière… les attentes de la nouvelle génération de travailleurs ont bien changé. Comment « Y » pense? Voici un aperçu des valeurs privilégiées par les trois générations présentement actives sur le marché de l’emploi. Il est évident qu’il est difficile d’apposer une étiquette sur un groupe d’individus puisque les différences sont souvent davantage individuelles que générationnelles. Qu’est-ce qui allume un « Y » ? Au-delà des attentes différentes, les jeunes de la génération Y ont des besoins très similaires à ceux des employés des autres générations : autonomie, équilibre travail-vie personnelle, reconnaissance, défis et plaisir au travail.

Related: