background preloader

Appli6.hec.fr/amo/Public/Files/Docs/276_fr.pdf

Appli6.hec.fr/amo/Public/Files/Docs/276_fr.pdf

« Les Fab labs sont une incarnation physique du Web » Un Fab lab, c’est quoi ? F E : C’est un espace ouvert dans lequel on va retrouver des compétences, des connaissances, des machines et une communauté. Cela permet de développer des projets et de réaliser des prototypes physiques. Mais, à la pratique, on se rend compte qu’on est moins intéressé par la technique que par la rencontre des gens : c’est une incarnation physique de ce qu’a permis le Web. Après avoir bidouillé derrière leur écran avec les blogs, le code HTML, le traitement de l’image, les gens quittent leur écran pour aller se rencontrer. Ils ont pris de l’assurance, une forme de pouvoir et se disent : « Ce qu’on a fait dans le numérique, faisons-le dans le monde physique. » Que représentent les Fab labs en France ? F E : Il existe une vingtaine de Fab labs dans l’Hexagone. À quel public sont destinés les Fab labs ? F E : Ils sont ouverts à tous. Combien ça coûte ? F E : En général, les Fab labs affichent des prix très bas. Comment se financent ces lieux ?

Tout ce qu'il faut savoir sur les fablabs Les fablabs (FABrication LABoratory) sont des ateliers de fabrication d'objets à partir d'outils numériques qui pourraient bien être l'équivalent moderne des cercles de fermières ; selon la définition de Wikipedia, ce sont les coopératives du futur. En fait, ce sont des espaces où l'on met des machines-outils et des matériels informatiques et électroniques à la disposition des participants ; les bidouilleurs du numérique s'en serviront pour fabriquer rapidement des objets à partir d'un concept créé à l'ordinateur. Les fablabs sont des espaces collaboratifs, lancés le plus souvent par des "institutions-mères" universités, musées, fondations, centres de sciences, ou par des groupes d'individus qui se sont parfois rencontrés dans des espaces virtuels, sur les médias sociaux, qui décident de se retrouver pour vrai et de mettre en commun leurs idées pour fabriquer des objets réels. FabLabs Tour d'horizon est un document essentiel à qui veut comprendre le phénomène des fablabs. Liens

Les modèles économiques des Tiers Lieux Toute structure peut faire rentrer de l'argent dans ses caisses de trois manières différentes. Primo, en proposant des produits, des services ou des solutions payantes à (certains de) ses publics. Ce sont les revenus tirés de ses activités propres. Secundo, des subventions publiques qu'une structure est capable d'aller chercher. Et troisièmement, des revenus issus des mécanismes de donations privées (que ce soit par des particuliers, des entreprises, des fondations, ...). Interview de Christophe Sempels en septembre 2013 Ouvrir la vidéo dans un nouvel onglet Revenus issus de ses activités propres La voie la plus classique et la plus sécurisante pour bâtir un modèle de revenu solide, c'est de développer une offre de produits, de services ou de solutions qui puisse convaincre des bénéficiaires de payer pour y accéder et en profiter. La construction d'un revenu issu de ses activités peut se fonder sur différentes approches : Ateliers d'initiations (imprimante 3D, découpe laser, ...) MediaLab

Réflexion sur les FabLabs et les conséquences de l'open-source dans la pratique du design Pour des espaces hybrides et partagés… — The French Tech Touch Depuis longtemps, je préfère la définition d’”espace hybride et partagé” à celle de “tiers lieu” et je vais vous expliquer pourquoi. Je sais bien que l’expression “tiers lieu” est devenu la référence, suite à la publication du sociologue Ray Oldenburg d’un ouvrage appelé “ The great good place “ destiné à conforter la stratégie marketing des StarBucks Coffees et qui, par viralité, s’est répandu parmi les chercheurs ou praticiens qui gravitent à la frontière de la vie des gens, du développement para public et des nouveaux modes de travail. Je n’aime pas cette formule littéralement. Elle me paraît construite “en creux”, par défaut, dans une conceptualisation dénaturée, comme si après avoir organisé la ville de manière civilisée et rationnelle, il en restait un petit bout, sans affection ou destination, une sorte de jachère immobilière que l’on allait attribuer, in fine, à un ou des “tiers”, des autres, des différents, qui ne sont pas parties au contrat social, politique ou économique. Donc.

Sabine Blanc – Journaliste Web Fablab, Hackerspace, Depuis quelques années, de nouveaux types d'ateliers collaboratifs émergent. Ils se retrouvent sous différentes appellations selon les points de vue ou la culture : hackerspaces, fablabs, medialabs, techshops. Ces termes ne regroupent cependant pas toujours la même réalité et sont parfois utilisés de façon approximative par le grand public alors qu'ils sont l'objet de discussion pointue chez leurs acteurs. Ainsi, bien que travaillant à des buts différents et différentes méthodes, ils ont tous en commun certaines caractéristiques. D'abord, ce sont des lieux centrés sur les questions techniques, construction d'objets à l'aide de machines inventées ou montées pour l'occasion. Ces lieux se rassemblent sous l'appellation de "laboratoire de fabrication numérique collaboratif". Hackerspace/Makerspace Littéralement "espace de hackers*", ces lieux rassemblent des passionnés de technologie (informatique, électronique, biologie...). Medialabs Fablabs Techshop

"Nous aurions aimé sélectionner plus de 14 fablabs", regrette Arnaud Montebourg C’est après une visite très attentive de l’école de design parisienne l’ENSCI-les Ateliers, qu’Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif et Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l’Innovation et à l’Economie numérique, ont dévoilé les 14 projets de fablabs. Ces ateliers de fabrication numérique seront financés par "cœur de filière" (150 millions d’euros) du programme des investissements d’avenir. Une enveloppe spécifique de 15 millions d’euros étant prévue à cet effet. Même si, dans les dernières déclarations de Fleur Pellerin, les fablabs s’inscrivaient aussi dans l’enveloppe des 200 millions d’euros prévus pour le développement des écosystèmes numériques labellisé French Tech. Et pour être cohérent avec la politique visant à favoriser les initiatives d’accélération de croissance des start-up innovantes, "le principal critère de sélection des projets des fablab a porté sur les actions prévues en direction des entreprises", a précisé Fleur Pellerin.

"Fabriquer son futur: les nouvelles tendances de l'innovation numérique et sociale" Qu'ont en commun les Fab Labs, le mouvement des "Makers", l'économie collaborative et le BoP? Bien plus que des buzz words, ces nouvelles tendances sont des lames de fond dans nos sociétés qui sont à rapprocher à bien des égards. Symptomatiques d'un mouvement global vers une nouvelle vision et pratique de l'innovation plus ouverte et inclusive, davantage ancrée dans l'écosystème et s'adressant au plus grand nombre, elles préfigurent des transformations profondes dans nos modèles économiques. Dans son livre Makers, Chris Anderson décrit l'avènement d'un nouveau monde industriel porté par les fab labs (Fabrication laboratory) ou "Makerspaces", ces espaces ouverts à tous pour réparer, prototyper, fabriquer tout type d'objet de l'artisanat traditionnel à l'électronique high-tech, avec des imprimantes 3D et des découpeuses laser. Des lieux pour "geeks"? 1/ Des solutions alternatives C'est la recherche de nouveaux équilibres, repensant les modes d'usages des biens et la création de valeur.

How To Start A Hackerspace November 12, 2012 AT 7:44 am Hi, I’m Eric Michaud. From the first time I visited a Hackerspace, I knew that I had to do everything I could to get Hackerspaces everywhere. I first experienced Hackerspace C-Base in Berlin, before there was an NYC Resistor, a Noisebridge, or a HacDC. I came back to the United States and found community with like minds – and then I co-founded Washington’s first Hackerspace HacDC and founded Chicago’s first Hackerspace, Pumping Station: One. This How To Start A Hackerspace guide is for you, for everyone who has felt like I have and wanted to have a space to hack, to find community, to learn, to break things, to make things and to have a place to do it. Share this information widely, because we will have great hacks, hackers, and Hackerspaces when everyone can set up their own Hackerspaces. Now, let’s get started. In this “How To” I’ve broken it up into several parts listed below: Got that? “It takes a village to build a hackerspace” – ergo, You Can’t Do It Alone

Related: