background preloader

A Grenoble, bâtir un contre-pouvoir pour se faire entendre

A Grenoble, bâtir un contre-pouvoir pour se faire entendre
Formation participative par l'Alliance citoyenne à Grenoble (DR) Ils sont apparus tels des ovnis au pied des tours grenobloises de la Villeneuve, de Mistral ou celles d’Echirolles. Débarqués de la région parisienne ou de Marseille, ils ont joué les démarcheurs au pied des immeubles, s’enquérant de l’ambiance dans la cité, annonçant leur envie de lui redonner vie et d’aider ses habitants à s’organiser pour se faire entendre. Huit trentenaires –travailleur social, technicien de la politique de la ville, éducateur spécialisé, directeur de centre social– qui n’en pouvaient plus de servir les pansements sociaux sans espoir de changer les choses, ont décidé de tout plaquer et de lancer leur projet d’empowerment: espace pour des communautés et habitants organisés (ECHO) fut lancé en septembre 2010. "Tisseurs de colère" Leur idée est de s’immerger au milieu des habitants de plusieurs cités populaires grenobloises, un peu à l’image des prêtres-ouvriers des années 1960. "Formidable confiance" Related:  Community organisingSOCIAL

Accueil Actualités AG Compte-rendus Evénements Régions Rhône-Alpes Zoom sur » Création de « l’Alliance citoyenne » à Grenoble: une expérience de « community organizing » à la française En cette période de préparation du prochain Congrès national des centres sociaux, dont le but est de réinterroger nos pratiques, il est particulièrement intéressant de se confronter à des initiatives émanant d’autres structures ou d’autres réseaux mais qui nous questionnent, nous bousculent ou nous inspirent, sans nécessairement y voir des modèles à reproduire. C’était l’un des objectifs de l’Université fédérale de Sangatte, notamment à travers la présence de représentants d’associations ou de réseaux « amis »: ATD-Quart Monde, les Arpenteurs ou encore Voisins & Citoyens en Méditerranée. C’est également dans ce but que nous vous avons fait partager sur ce site nos réflexions suite au colloque sur le « community organizing » co-organisé au printemps dernier à Vaulx-en-Velin par le collectif Pouvoir d’agir (dont la FCSF est membre) ou encore notre visite au Centre social autogéré de Toulouse. En quoi consiste exactement le « community organising »? Livret bilan ECHO

L'illettrisme des cadres, un phénomène méconnu et tabou LE MONDE | • Mis à jour le | Par Shahzad Abdul Comme 2,5 millions de Français, des cadres sont en situation d'illettrisme dans l'entreprise. Le phénomène, impossible à quantifier, échappe à tous les dispositifs prévus en matière de lutte et de détection. Les responsabilités qu'ils occupent en font des illettrés à la marge de la marge. Lorsqu'il pénètre dans la salle des marchés de sa banque, située sur l'esplanade de la Défense (Hauts-de-Seine), il entre dans son monde, "celui des chiffres". Le cas de cet as des équations mathématiques est bien connu des chercheurs spécialisés : il s'agit d'un "illettrisme de retour". Alors le trader a mis en place des méthodes de "contournement". Selon une enquête de l'Insee, publiée en décembre 2012, 7 % de la population active ne maîtrise pas suffisamment l'écriture et la lecture pour se faire comprendre ou pour assimiler un texte, malgré une scolarisation en France pendant au moins cinq ans.

Saul Alinsky Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Saul David Alinsky (né à Chicago le - décédé le à Carmel, Californie) est un écrivain et sociologue américain, considéré comme le fondateur du groupement d’organisateurs de communauté (community organizing) et le maître à penser de la gauche radicale américaine. Biographie[modifier | modifier le code] Saul David Alinsky a grandi à Chicago dans une famille d'immigrés russes, juifs et pieux. Benjamin Alinsky, son père, et Sarah Tannenbaum Alinsky, sa mère, étaient selon son témoignage de « stricts orthodoxes, qui consacraient toute leur vie au travail et à la synagogue ... et ils me disaient souvent qu'il est très important d'étudier ».[1] Organisation communautaire[modifier | modifier le code] Il participe à la fondation d'un grand nombre d'organisations aux États-Unis. Sa méthode inspira de nombreuses formations d'organisateurs communautaires aux États-Unis. Accueil en France[modifier | modifier le code] Œuvres[modifier | modifier le code]

Le média de toutes les solidarités Mobiliser les quartiers populaires Le community organizing suscite un réel engouement en France depuis quelques années chez tous ceux qui s’intéressent aux quartiers populaires. Des colloques ont été organisés, des rapports lui ont été consacrés, et il fait l’objet d’un intérêt croissant dans les milieux du travail social et de la politique de la ville en quête de renouveau. Les travaux en langue française sur la question sont pourtant rares, à l’exception de la référence à Saul Alinsky, père fondateur de cette mouvance, qui a fait l’objet de plusieurs ouvrages récents. Cet engouement français fait suite au retour en grâce de la pratique aux États-Unis, l’élection de Barack Obama en 2008 ayant contribué à redonner de l’attrait à une pratique jusqu’alors peu visible, voire jugée désuète. Le candidat démocrate a en effet largement valorisé son expérience de community organizer, tant dans la construction de son récit personnel que dans ses techniques de mobilisations électorales. Une importation française ? J. M. H. T. S. M.

L'empowerment, une pratique émancipatrice - Marie-Hélène BACQUÉ, Carole BIEWENER Attention, livre important pour toutes celles et ceux qui questionnent l'incapacité des politiques et des experts à répondre aux défis de notre époque troublée. Et qui s'interrogent sur la façon dont les citoyen(ne)s peuvent construire des alternatives. Ce questionnement est en effet à l'origine, dans les États-Unis d'après-guerre, du concept d'empowerment, désignant le « pouvoir d'agir » des individus et des collectifs. Ce concept a connu depuis un succès planétaire dans le monde anglophone. Mais il n'a percé que plus récemment dans les autres espaces culturels, dans les milieux du travail social comme dans la littérature du management. D'où l'utilité de ce livre très pédagogique, qui synthétise la foisonnante littérature anglophone sur la notion d'empowerment. Introduction. Les réflexions actuelles autour d'une réinvention de la politique de la ville mettent en relief l'engouement, dans le champ politique et social, pour la notion d'empowerment. 24/01/2013 - Politis Empowerment.

Le community organizing, concrètement | Alliance Citoyenne Dans l’optique de développer des contre-pouvoirs populaires, le community organizing est une méthode d’action et d’organisation collective qui prend pour point de départ les dominations et les injustices vécues matériellement par les gens, afin de poursuivre trois objectifs. Le premier objectif, qu’on peut qualifier de pragmatique et réformiste, consiste à considérer le monde « tel qu’il est » et à mener collectivement des luttes sous forme d’action directe afin d’obtenir des améliorations dans les conditions de vie des classes populaires (comme pourrait le faire un syndicat, mais sur des terrains allant du logement à l’éducation en passant par le travail). Le deuxième objectif, qui est une véritable dynamique d’éducation populaire, va se réaliser par le fait que ces luttes menées et gagnées collectivement vont permettre de dépasser un sentiment de fatalité et une exclusion politique réelle. Ces expériences produisent déjà des résultats, mais sont encore au stade de l’expérimentation.

L'absentéisme au travail et ses causes passés au crible Chaque semaine, près de 680.000 personnes sont absentes de leur emploi au moins une journée pour raison de santé, soit 3,6% des salariés, révèle une étude de la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) publiée mardi. Mais la principale information de ce rapport est ailleurs: d'après lui, ce sont en effet les conditions de travail qui sont la cause principale de l'absentéisme. Menée sur la période 2003-2011, l'étude de la Dares (qui dépend du ministère du Travail) met en lumière l'absentéisme en fonction de différents facteurs comme la nature du contrat de travail, l'âge et le sexe, la catégorie socioprofessionnelle ou le secteur d'activité. Le facteur le plus déterminant est toutefois l'exposition aux contraintes physiques et psychosociales. D'autres causes diverses de l'absentéisme L'absentéisme est également plus ou moins élevé suivant que l'emploi est stable ou non.

Quand l'accord sur l'emploi devient un projet de loi Le travail gouvernemental était ardu : retranscrire le plus fidèlement possible dans un projet de loi l'accord interprofessionnel du 11 janvier réformant le marché du travail. Un mois après, c'est fait, « l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi » existe (cliquer ici pour consulter le texte). Il va maintenant donner lieu a une vaste concertation et va être soumis pour avis au Conseil d'Etat, avant d'être adopté en Conseil des ministres le 6 mars. Un pensum de 47 pages, dont 13 pages consacrées à un exposé des motifs, 18 articles, dont un (l'article 13 relatif aux procédures de licenciements collectifs économiques) qui à lui tout seul nécessite 9 pages... La loi renvoie à des négociations de branche ou d'entreprise Le diable se nichant toujours dans les détails, le ministère du Travail a tenu à préciser « qu'il avait fallu clarifier et trancher sur ce qui pouvait paraître ambigu, voire contradictoire ».

L'"empowerment", nouvel horizon de la politique de la ville Le ministre François Lamy s'est emparé de ce concept venu des Etats-Unis qui vise à redonner aux habitants des cités populaires une capacité à agir. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Sylvia Zappi C'est le nouveau mot à la mode dans les cercles de la politique de la ville. Empowerment. Depuis quelques mois, travailleurs sociaux, associatifs, professionnels de la politique de la ville, élus, ne jurent plus que par ce terme venu d'outre-Atlantique. Le ministre de la ville François Lamy s'en est emparé en nommant à la coprésidence d'une mission sur la participation des habitants la sociologue Marie-Hélène Bacqué, spécialiste de l' "empowerment". Conscient que sa concertation sur la réforme de la géographie prioritaire ou l'installation de nouveaux contrats de ville ne suffiraient pas à redonner du souffle à une politique de la ville en bout de course, le ministre a décidé d'intégrer ce nouvel outil et ainsi d'afficher une politique de gauche qui ne coûte pas très cher.

Stigmatisation des salariés LE MONDE | • Mis à jour le | Par Danièle Linhart, sociologue du travail ; directrice de recherche émérite au CNRS En France, la perte d'emploi comme le mal-être au travail peuvent conduire à un même désespoir. Si les immolations par le feu choquent particulièrement, les suicides de chômeurs et de salariés font désormais partie de notre quotidien. A ce désespoir prend sa part un discours selon lequel les Français auraient un rapport malsain au travail. Peu enclins à travailler, ceux-ci auraient tendance à se laisser assister et, lorsqu'ils travaillent, ils seraient surtout occupés à défendre leurs acquis. Ce discours s'est imposé en 1984 autour d'une émission d'Antenne 2 intitulée "Vive la crise" avec Yves Montand et reprise dans un numéro spécial de Libération. On aurait tort de sous-estimer l'effet délétère de cette situation sur ceux qui perdent pied dans le marché du travail ou dans les entreprises.

La crise a favorisé les discriminations au travail Dans un entretien au "Monde", le sociologue Jean-François Amadieu, auteur de "DRH : le livre noir", explique en quoi le contexte économique a accentué le "jeunisme" au sein des entreprises et pesé sur la diversité. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Propos recueillis par Anne Rodier Le sociologue Jean-François Amadieu, spécialiste des organisations du travail, dirige l'Observatoire des discriminations qu'il a créé en 2003. Professeur à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, il vient de publier DRH, le livre noir, (Seuil), qui dresse un portrait sans concession des pratiques de management en France. Etre senior, avoir un physique ingrat ou être engagé syndicalement freinent voire bloquent le recrutement, les augmentations de salaire ou l'évolution de carrière. Jean-François Amadieu, les politiques de ressources humaines ont-elles changé depuis 2008 ? La crise a favorisé les discriminations sur le marché du travail. Il y a des diversités qui plaisent et d'autres pas.

Représentativité des syndicats 2013 : les résultats branche par branche Représentativité des syndicats en 2013, résultats en pourcentage des voix (Source : ministère du Travail) Pour la première fois, la représentativité des syndicats a été soumise aux votes des salariés. Le ministère du travail vient d'annoncer les résultats dans 750 branches professionnelles. Pas de changement de syndicats nationaux Les 5 confédérations représentatives ne changent pas pour les 4 ans à venir : CGT (26,77% des votes), CFDT (26,00% ), CGT-FO (15,94% ), CFE-CGC (9,43% ), CFTC (9,30% ). Crédits photo : Source : ministère du Travail Les 5 confédérations représentatives ne changent finalement pas : CGT (26,77% ), CFDT (26,00% ), CGT-FO (15,94% ), CFE-CGC (9,43% ), CFTC (9,30% ) Une représentativité confortée Le taux de participation au suffrage est assez élevé (42,78 % ) soit 5.456.527 salariés. Mesure d'audience syndicale : résultats branche par branche Mesure d'audience syndicale : résultats nationaux interprofessionnels

Crowdfunding : flou juridique pour les donateurs Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Marie Pellefigue Le "crowdfunding", ou financement communautaire, est à la mode. Ce nouveau moyen de trouver des fonds pour mener à bien un projet se développe à grande vitesse grâce à Internet. Au départ, le mouvement a profité à des artistes et écrivains qui voyaient leurs compositions musicales ou livres rejetés par les majors et maisons d'édition. Désormais, les artistes, chefs d'entreprises et humanitaires passent par ce type de plateforme pour récolter des fonds. Lire aussi : La création à l'heure du 'crowdfunding' A l'autre bout de la chaîne, des particuliers désireux de choisir des projets où investir, parfois à perte, leur donnent ou prêtent de l'argent. Sur le papier, c'est simple ; le problème, c'est que de plus en plus de sites participatifs voient le jour, et qu'ils adoptent chacun un modèle différent. Les sites qui reversent un dividende Le plus connu d'entre eux est Mymajorcompany.com. Les sites qui offrent un avantage aux donateurs

Related: