background preloader

La série R : la liste matricule

La série R : la liste matricule
Où trouver des informations pour retracer le parcours d'un combattant ? La liste matricule Cet autre document lié à un matricule ne concerne qu'une minorité des hommes. Qu'est-ce qu'une liste matricule ? Il s'agit d'un registre temporaire réunissant les fiches des engagés volontaires et celles des hommes changés de subdivision suite à un « transfert » de domicile. Le plus souvent, il se compose d'un volume unique plus ou moins épais suivant le nombre de fiches, rarement de deux volumes. Pour résumer le texte de l'instruction, voici deux exemples : - Pour les engagés volontaires : Ce document est temporaire car il permet d'immatriculer les engagés volontaires tant qu'ils n'ont pas reçu un matricule en même temps que les autres hommes de leur classe de recrutement. - Pour les hommes ayant changé de domicile : Gros plan : les documents qui suivent l'homme ayant changé de domicile Que trouve-t-on dans la liste matricule ? Cette fiche ressemble à s'y méprendre à une fiche matricule classique. 1.

Rompre le front, et les représentations convenues de la Grande Guerre Rompre le front, et les représentations convenues de la Grande Guerre On ne présente plus Rémy Porte. Officier d’active et historien de talent à qui on doit notamment une remarquable biographie de Joffre, il est l’un des meilleurs spécialistes français de la dimension militaire de la Première Guerre mondiale. C’est cette expertise qui lui permet de présenter cette indispensable étude s’attachant à répondre à l’insoluble question qui se pose aux belligérants entre l’automne 1914 et le printemps 1918 : « comment percer les lignes ennemies et retrouver la liberté de manœuvre » ? Une telle démarche est, à nos yeux, doublement importante. Ce faisant, c’est bien toute la complexité de la conduite de la guerre qui ici se révèle. Enfin, l’échelon tactique permet de percevoir l’armée dans toute sa dynamique, loin du bloc figé que l’on veut trop souvent dépeindre. Erwan LE GALL PORTE, Rémy, Rompre le front ? 1 PORTE, Rémy, Rompre le front ?

La tranchée de Calonne | AU FIL DES MOTS ET DE L'HISTOIRE D’après un article paru dans « Les guides illustrés Michelin des champs de bataille » de 1921.« La bataille de Verdun » Ne pas oublier que les descriptions d’itinéraires ont été écrites en 1921 Sortir de Verdun par la route nationale 3. Après avoir suivi cette route pendant 10 kilomètres, on voit, à gauche, le fort du Rozelier. Presque droite, elle traverse toute la forêt d’Amblonville. En mars 1915, les Français y installent des pièces de marine de 140, destinées à tirer à 12 000 mètres par-dessus les Eparges, à l’intérieur des lignes ennemies. Leur bombardement efficace irrite les Allemands qui déclenchent, le 24, une attaque en masse qui atteint la troisième ligne de soutien. Le 25, ils ne sont plus qu’à un kilomètre des pièces d’artillerie et seuls, des débris de tranchée, des restes de réseau de fils de fer, protègent la ligne des marins. Le 27, la fusillade s’éloigne, mais les Allemands se reforment et ré-attaquent le 5 mai.

Exécution de l’attaque de la Malmaison… 1er objectif. - Un régiment spinalien dans la Grande Guerre. Vingt-trois octobre 1917, le jour n’est pas encore levé… 4 h 00, tous les hommes de la 43e D.I. qui vont participer à l’attaque sont en place. Les trois compagnies du 1er bataillon du 149e R.I., sous les ordres du commandant de Chomereau de Saint-André, s’apprêtent à sortir des tranchées, suivis de près par le 3e bataillon du régiment. Emplacement des troupes Les dernières reconnaissances viennent tout juste de se terminer. Les chars de l’A.S. 8, rattachés à la 43e D.I., ont commencés leurs mouvements. Certaines batteries vont se retrouver très vite en difficultés. Les éléments du génie, deux compagnies du génie de la 167e D.I. et 5 sections de la 43e D.I., quittent leurs abris du Vervins, de Volvreux et de Vauxelles pour se porter en direction de la première ligne. L’ennemi, qui semble avoir prévu l’évènement, déclenche un violent tir de contre-préparation, peu après 4 h 00. Conquête du 1er objectif L’attaque commence à 5 h 15. À la droite de la division : Au centre de la Division : La ruée

Surréalisme et Hôpitaux militaires (1914-1918) : Jacques Vaché à Nantes (22 nov. 1915-25 fév. 1916) - hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com Des documents inédits... En 1985, j’ai travaillé au reclassement des archives de la direction régionale du service de santé de la 3e région militaire, alors située au quartier Margueritte de Rennes et en particulier de son fonds de la Guerre 1914-1918 stocké dans le sous-sol de la direction (plus de 2000 mètres linéaires d'archives…). A cette occasion j’ai pu consulter les archives médicales des hôpitaux militaires de Nantes ; j’étais alors « à la recherche des surréalistes ». Le temps est passé. En guise d’introduction : La « Guerre » de Jacques Vaché (résumé). Jacques Vaché (1895-1919), écrivain et dessinateur, ami d’André Breton et précurseur mythique du surréalisme est incorporé au 19e régiment d’infanterie de Brest (15 décembre 1914) puis versé au 64e régiment d’infanterie d’Ancenis (16 juin 1915). Jacques Vaché, le « dandy aux tranchées » : sa blessure (éléments d’analyse) « Le lieutenant-colonel rend compte que le régiment est parti à l’attaque d’une manière enragée (…) ».

Ressources en histoire, géographie et EMC The London Gazette, Supplements August 1914 - January 1920 The London Gazette was first published by King Charles II in 1665, during the plague and became the official journal of the British government. The publication is Britain’s oldest continuously printed newspaper. It was published twice weekly. In its first century of print, the gazette reported foreign and shipping news and official notices. By the nineteenth century, it started to report military movements and awards. Medals and Awards In The London Gazette you can find lists of those who were awarded medals for their bravery and valent actions. The gazette reproduced dispatches from various conflicts. Battle despatches You can read through the despatches of specific battles and follow the engagement from the beginning to the end.

14_18_Service_sante_a_ZONE_ARME_soins_web L'organisation du Service de Santé en temps de guerre est très complexe. Deux zones sont distinguées : la zone des Armées et les services de l’intérieur. LE SERVICE DE SANTÉ en campagne (zone des Armées) a pour rôle : 1. mise en application des mesures d'hygiène et de prophylaxie, 2. prodiguer les soins aux troupes en cantonnement et en marche, 3. relever, donner les premiers soins, transporter et évacuer les blessés, 4. hospitaliser sur place les blessés légers, et les malades, surtout les évacuer (« doctrine » établie en 1910 et basée sur les guerres russo-japonaise de 1905 et balkaniques de 1912-13 avec beaucoup de blessés sans gravité vitale), 5. remplacer les personnels sanitaires, réapprovisionner en matériel les corps de troupe et les formations sanitaires. La relève sur le champ de bataille : Les brancardiers parcourent le terrain battu par la mitraille pour ramener les blessés. Les postes de secours de différents niveaux : L'hôpital d’évacuation : Le train sanitaire :

Une carte IGN pour le Centenaire du Chemin des Dames Après les batailles de la Somme et de Verdun, l’IGN poursuit la publication de ses cartes commémoratives, avec une nouvelle parution dans sa série évènement, tourisme & découverte consacrée à la bataille du Chemin des Dames en 1917. Une initiative, comme les deux autres, labellisée par la mission du Centenaire de la première guerre mondiale. Après celle consacrée en 2014 à la Grande Guerre dans son ensemble au 1 : 410 000 puis celles dédiées en 2016 plus spécifiquement à la Bataille de Verdun et à celle de la Somme au 1 : 75 000, la carte IGN du Chemin des Dames vient de paraître en partenariat avec le département de l’Aisne qui fut particulièrement touché par les combats, de Saint-Quentin à Château-Thierry. Les lignes de front du 15 mars et du 15 avril ainsi que les avancées françaises des 16, 18 et 20 avril, puis du 6 mai et des 23 et 25 octobre 1917 sont tracées sur ce fond de carte d’aujourd’hui dans un triangle qui va de Laon au nord à Soissons à l’ouest et Reims à l’est.

Un jeu de société pour se mettre dans la peau d’un Poilu En ce mois de novembre, je vous propose un petit hommage à tous les Poilus en vous faisant découvrir un jeu de société qui leur est consacré. Le jeu « Les Poilus » nous plonge dans les conditions de vie des soldats dans les tranchées et leurs craintes face aux différents éléments de leur environnement quotidien. Si la collaboration entre les différents joueurs est indispensable pour trouver la paix et remporter la partie, elle n’est pas forcément suffisante... Labellisé Mission Centenaire 14-18, le jeu « Les Poilus » se joue entre deux et cinq joueurs à partir de 10 ans. Incarner un Poilu au milieu des tranchées Chaque joueur incarne un Poilu, au nom tiré des propres ancêtres des auteurs ou imaginé, et doit collaborer avec les autres dans le but de terminer la partie en dévoilant la colombe de la Paix. Quelques cartes du jeu Les Poilus. Un jeu difficile au premier abord, mais qui nous prend de plus en plus au fur et à mesure qu’on joue Une partie en cours.

Les livres d’or des soldats morts pour la France sont en ligne Le 27 août 2014 par Frédéric (Geneanet) On trouve sur les monuments aux morts de toutes les communes de France les noms des soldats morts au champ d’honneur, et Geneanet vous propose depuis des années de les photographier et d’en relever les noms. Mais savez-vous que ces mêmes soldats, dont les noms ont été gravés dans la pierre, figurent également dans ce qui a été appelé les “livres d’or”… disponibles depuis peu sur Internet. Ces livres d’or constituent un excellent complément aux noms figurant dans les monuments aux morts. En début d’été, les Archives Nationales annonçaient la numérisation de 54 départements, le reste étant prévu pour la fin de cette année. Le principal intérêt de ces livres d’or est de fournir des éléments qu’on ne trouve pas sur les monuments aux morts, à savoir la date et le lieu de naissance et de décès, ainsi que le grade du soldat. Le procédé de consultation étant assez complexe, voici comment procéder :

Sur les traces des disparus de la Grande Guerre A partir du 13 novembre 2016, « 1 Jour – 1 Poilu », en collaboration avec l’historien Michaël Bourlet lance un nouveau défi aux internautes, visant à indexer et à identifier 30 000 Poilus disparus au cours de la Grande Guerre. Chaque 11 novembre, il est de tradition que le Président de la République ravive la flamme du souvenir du Soldat inconnu. De ce dernier, nous ne savons presque rien. Dépouille sans identité, c’est un « déshérité de la mort », à l’instar des quelques 300 à 350 000 « disparus » de la Grande Guerre, soldats pulvérisés ou ensevelis sans témoin au cours des combats, dont la mort n’avait pu être attestée. Le nombre des soldats disparus au cours de la Grande Guerre est considérable. Le défi : « Sur les traces des disparus » Ce défi consiste à indexer et à identifier environ 30 000 soldats disparus au cours de la Grande Guerre au sein d’une base de données dédiée, qui sera, à terme, mise à disposition des internautes, des généalogistes et des chercheurs. L’application

Pourquoi la France est-elle le pays qui a le plus fusillé « pour l’exemple » pendant la Grande guerre Quelques 918 militaires français ont été fusillés pour l’exemple pendant la « Grande guerre ». La grande majorité n’a pas été exécutée pendant les mutineries de 1917, mais pendant la première année du conflit, de septembre 1914 à octobre 1915. 918 fusillés pour l’exemple : cela peut sembler statistiquement dérisoire par rapport aux 1,3 million de soldats « morts pour la France ». Mais cette pratique de l’état-major fait peser sur la troupe une menace permanente, quand bien même le recours aux exécutions capitales n’a jamais été systématique. Facilitée par le rétablissement des Conseils de guerre entre 1914 et 1916, la peine de mort est froidement réglementée par un décret de 1909. Une réglementation qui précise même les modalités du coup de grâce, administré « avec un revolver dont le canon est placé juste au-dessus le l’oreille et à cinq centimètres du crâne ». Un siècle plus tard, les fusillés pour l’exemple continuent de hanter l’imaginaire littéraire et cinématographique. - Photos :

1914-1918: Reims dans la Grande Guerre | Contact: alain.moyat

Related: