background preloader

AVRIL 2007 - Barrière d'espèces et émergences virales

AVRIL 2007 - Barrière d'espèces et émergences virales
Les événements sanitaires récents (influenza aviaire, apparition du virus de Schmallenberg, fièvre catarrhale ovine…), le lien étroit entre santé animale et santé publique placent les questions de santé animale au cœur de l'actualité. Prévenir et contrôler les maladies des animaux d'élevage, limiter zoonoses et risques infectieux, éclairer la décision publique dans le domaine de la santé publique vétérinaire..., voilà quelques uns des défis que le département Santé Animale doit relever en collaboration étroite avec ses partenaires scientifiques ou professionnels. Le département Santé Animale avec ses 17 unités et unités mixtes de recherche, ses 3 unités expérimentales, ses 690 agents et plus de 300 scientifiques constitue une communauté active au service de la santé animale et de la santé publique vétérinaire.

http://www.sa.inra.fr/

Related:  Barrière d'espèce chez les animaux et les humains

FAO 30/05/11 La FAO et l’Institut Max Planck se penchent sur les échanges de maladies entre espèce En Thaïlande, ces volatiles sauvages seront examinés par les services vétérinaires. 30 mai 2011, Rome - La FAO et l'Institut allemand Max Planck unissent leurs forces pour étudier les échanges de maladies entre espèces qui, dans des mouvements de flux et reflux, se transmettent entre animaux sauvages et animaux domestiques et, dans certains cas, à l'homme. Dans le monde interconnecté d'aujourd'hui, la croissance démographique, les moyens de transport modernes et l'intensification du commerce mondial des animaux et des produits d'origine animale ont considérablement accéléré la propagation des zoonoses. Cela peut entraîner de graves conséquences tant sur les moyens de subsistance des agriculteurs que sur la santé humaine.

EFFERVE SCIENCE 08/11/07 Conférence en podcast video - Santé de la faune sauvage : l’ingénierie vétérinaire au service de l’homm Parmi les nombreux et différents métiers du vétérinaire, existe celui d’épidémiologiste des maladies animales. Souvent dramatisé sous les traits du chasseur de virus… il se livre en réalité à une activité assez prosaïque ; si c’est bien parfois de chasse qu’il s’agit ce serait plutôt alors celle du papillon ! Depuis le milieu du siècle dernier de sournois microbes s’évertuent, non sans succès, à empoisonner la vie des être humains, menaçant parfois leur survie mais le plus souvent faisant les choux gras de la presse à sensation. Dissimulés dans la profondeur des forêts le virus de la fièvre hémorragique n’a rien à envier au Lyssavirus de chauve souris, tous les deux sont perçus comme de terrifiantes menaces nous laissant désarmés (on leur a trouvé récemment quelques autres avatars). Enregistrement audio de la conférence

MINISTERE DE LA SANTE 19/05/09 Prévention de l’hépatite E - Recommandations aux consommateurs Le ministère de l’agriculture et de la pêche a donc demandé aux fabricants de saucisses crues à base de foie de porc destinées à être consommées cuites (notamment figatelli, quenelles de foies et saucisses de foie), de procéder à une modification de l’étiquetage en indiquant la mention « à consommer cuit à cœur ». En conséquence, il est recommandé aux consommateurs de faire suffisamment cuire ces produits. Ces indications doivent être strictement respectées par les personnes susceptibles de présenter un risque majoré de forme grave d’HVE (femmes enceintes, personnes immunodéprimées et personnes présentant une maladie du foie sous-jacente). Les autorités sanitaires recommandent d’ailleurs à ces catégories de personnes d’éviter de consommer tout produit de charcuterie crue à base de foie de porc. Les produits de charcuterie qui ne contiennent pas de foie de porc à l’état cru ne sont pas visés par ces recommandations.

Station d'Amélioration génétique des animaux (SAGA) - 2010 - Thèse en ligne : Optimisation de modèles permettant de réduire l'in Optimisation de modèles permettant de réduire l'incidence d'une maladie par l'introduction de nouveaux critères de sélection liés à de(s) gène(s) de résistance chez les animaux domestiques Costard, Anne (2010) Optimisation de modèles permettant de réduire l'incidence d'une maladie par l'introduction de nouveaux critères de sélection liés à de(s) gène(s) de résistance chez les animaux domestiques. (Optimization of models allowing to reduce disease incidence, using new selection criteria associated with resistance genes in livestock animals.) Full text available as: Les moyens mis en oeuvre chez les animaux domestiques pour lutter contre les maladies dépendent de leur vitesse de propagation, de leur virulence et surtout de leur capacité à passer la barrière d'espèce.

FDC - SAGIR EN MEUSE SAGIR est un dispositif national permettant de suivre l'état sanitaire des populations d'animaux sauvages. Il est important que les animaux analysés soient complets et en bon état de conservation. En cas de découverte de cadavres, vous pouvez contacter le technicien de secteur qui jugera de la nécessité d'analyser l'animal et vous informera de la procédure qui sera mise en place. Bilan SAGIR En 2005, la Fédération des Chasseurs de la Meuse a analysé 14 cadavres d’animaux, avec 7 chevreuils, 3 lièvres, 1 renard, 2 faisans et 1 mouette. De plus des produits chimiques sous forme d’appâts ou de boulettes ont été analysés, indiquant que certains étaient empoisonnés et d’autres contenaient du répulsif à grand gibier.

EFSA 15/07/11 L'EFSA fournit des informations actualisées sur les virus d'origine alimentaire Nouvelle 14 juillet 2011 Les virus d’origine alimentaire constituent la deuxième cause d’épidémies d’origine alimentaire dans l’Union européenne (UE), après Salmonella. L’EFSA a publié ce jour une revue des connaissances scientifiques les plus récentes relatives à ces virus et a émis des conseils concernant des mesures possibles destinées à contrôler et à prévenir leur propagation au sein de l’UE.

CERVA - Maladies de la faune sauvage BWDS : Belgian Wildlife Disease Society (BWDS) WILDSURV : Conception d'un réseau integré de surveillance des agents pathogènes de la faune sauvage en Belgique Les épidémies chez les hommes ou les animaux sont associées, au niveau mondial, à des pathogènes provenant des animaux sauvages. Au cours des dernières décennies, les changements socio-économiques et environnementaux (climat) ont sensiblement contribué au risque accru d'épidémies causées par les pathogènes des animaux sauvages. La nécessité d'une analyse de risque bien organisée et continue dans ce domaine est, par conséquent, elle aussi croissante. Il existe depuis 2001 en Wallonie (Belgique) un réseau efficace de surveillance active et passive des pathogènes dans la faune sauvage, principalement le gibier (Réseau de Surveillance de la Faune sauvage en Région Wallone).

MTES 22/04/11 Questions/réponses sur le risque d’hépatite virale E Qu’est-ce que l’hépatite virale E ?L’hépatite virale E (HVE) est une maladie infectieuse due à un virus (VHE) dont les réservoirs sont l’homme et certaines espèces animales. Elle est fréquente dans les pays à faible niveau d’hygiène (cas sporadiques et épidémies). Dans les pays industrialisés, elle a été mise en évidence plus récemment (les deux premiers cas ont été rapportés en 1997). Il existe quatre groupes génétiques de l’hépatite E chez l’homme. Les génotypes 1 et 2 sont exclusivement présents chez l’homme, alors que les génotypes 3 et 4 sont retrouvés chez l’homme et l’animal.

1998 - La faune sauvage et la sécurité alimentaire en Afrique par Yaa Ntiamoa-Baidu Rome, 1998 Liste des tableaux Liste des figures

Related: