background preloader

Le MOOC, désir de révolution

Le MOOC, désir de révolution
Le phénomène des MOOC, apparu récemment dans les universités les plus prestigieuses des États-Unis, est une mutation peu ordinaire dans l'enseignement à distance. Ce n'est pas une simple mise à jour technologique. Expliquons. Quand Jean Michel Billaut titre un de ces billets « MOOC : "LA" révolution de l'éducation au niveau Monde», on sait qu'on touche quelque chose qui enflamme les imaginations. Lorsqu'ensuite Claude Coulombe ajoute sur G+ que les «[MOOC] vont tout changer! Il y a de quoi! Les MOOC arrivent! On appelle ces nouveaux cours des «cours en ligne ouverts et massifs», traduction littérale de l'anglais «massive open online course» ce qui donne l’acronyme «MOOC». Ce qui frappe l'imagination? Internet est-il en train de bouleverser l’enseignement supérieur? J'ai écrit deux billets sur le sujet des MOOC récemment sur mon autre blogue, Triplex à Radio-Canada À quand les MOOC en français? Made in Canada Est-ce si différent? Not your cup of tea? 1) les cMOOC (c pour connectivisme). Related:  Mooc ITyPAMOOC

Bientôt des cours filmés de l’École Polytechnique gratuitement sur Internet : l’enseignement supérieur de demain se fera-t-il à distance Avec le développement des massively open online courses (MOOC), ces cours en ligne gratuits dispensés aux États-Unis par les plus grandes universités, le e-learning est devenu le sujet d’intérêt majeur des acteurs de l’enseignement supérieur. En annonçant qu’elle rejoint Coursera, l’École polytechnique ouvre bien grandes les portes des MOOC à la française. On doit cette terrifiante allégorie d'un MOOC transformant tout sur son passage dans l'enseignement supérieur à Michael Branson Smith, un professeur assistant de communication du York College de New York. Aux États-Unis ils s’appellent Coursera, Udacity ou edX, au Royaume-Uni FutureLearn s’apprête à se lancer, tous mettent en ligne des centaines de cours gratuits pouvant ensuite déboucher sur l'obtention de certificats. Auparavant, la Khan Academy mettait bien des cours en ligne mais ne se prenait pas pour une grande université pour autant. La page de l'Ecole Polytechnique sur Coursera. Former ceux qui ne se forment pas Share and Enjoy

L'incroyable productivité des cMOOCs Si vous vous intéressez à l'actualité des MOOCs et lisez les articles réguièrement publiés sur Thot Cursus sur ce sujet, vous devez maintenant savoir qu'on distingue habituellement deux catégories de MOOCs : - Les xMOOCs, qui sont des cours académiques massivement distribués; les contenus sont préparés par l'institution distribuant le cours, et les apprenants doivent assimiler ces contenus. Des tests réguliers et un examen final (qui peut prendre diverses formes) permettent de vérifier le niveau de rétention et de compréhension des contenus, et d'attribuer un certificat de réussite à ceux qui ont obtenu le niveau minimal exigé. - Les cMOOCs, qui sont des espaces de co-construction des savoirs et savoir-faire par les apprenants eux-mêmes. Le MOOC ITyPA s'affichait comme un MOOC connectiviste, directement inspiré des cMOOCs réalisés par S. Sur la plateforme Coursera, on trouve une majorité de MOOCs académiques (xMOOCs), mais aussi quelques MOOCs connectivistes (cMOOCs). Eh bien non ! ITyPA

Les cours ex-cathedra, c’est bientôt fini ! De qui se MOOC-t-on ? Vous en avez certainement entendu parler. Un Massive Online Open Course (en bref, un MOOC) est un cours en ligne ouvert à une large participation (on parle, pour certains de ces cours, de 100 000 inscrits) et distribué sur le Web. Par exemple, edX, démarré il y a quelques mois à l’initiative du Massachusetts Institute of Technology et de Harvard University, offre de tels cours complets (les vidéos d’enseignement, des parcours pédagogiques…) gratuitement. Ces cours, pour le moment, n’offrent pas de certification : ils sont considérés comme un enrichissement de l’enseignement (intégration dans des cours bien réels ceux-là) et de l’apprentissage. edX se présente d’ailleurs comme une association sans but lucratif. Les MOOC comme vecteur de transmission du savoir Image : blog Inside Higher Education, Les xMOOC sonnent-ils la fin des cours ex cathedra à l’université ?

L'éthique des Moocs Parce qu'ils sont massifs et ouverts, les Moocs accueillent un très grand nombre de participants, dont quelques-uns seulement teminent le cours dans lequel ils sont inscrits, et obtiennent le certificat qui valide le succès à l'examen final. Dans la bataille que doivent mener depuis quinze ans les professionnels de la formation en ligne pour exister, le taux d'abandon constitue un argument massue, constamment brandi par les tenants du tout présentiel. Les commentateurs n'ont par exemple pas hésité à exploiter les résultats d'une récente enquête (voir ici l'article d'Alexandre Roberge à ce sujet), qui souligne que les formations à distance distribuées par les colleges américains accusent un taux de décrochage légèrement supérieur à celui des mêmes formations en présence (9 % contre 5,5 %), pour affirmer que la FAD n'était décidément pas une voie d'avenir. Bien faire et faire le bien - Les enseignants ont effectué ce travail bénévolement, sur leur temps personnel. J. J. Moins mais mieux

Apprendre par soi-même, mais pas tout seul et pas pour rien Après avoir compilé le Répertoire des cours ouverts et Moocs (Open Courseware) et celui des ressources éducatives libres (OER), j’ai été impressionné par l’expansion qu’a pris le mouvement de l’éducation ouverte depuis deux ans. Ce ne sont plus quelques centaines de cours en anglais mais bien des dizaines de milliers en plusieurs langues, du polonais au mandarin en passant par l’espagnol, le français ou le portugais et autres langues. À ces cours s’ajoutent des réseaux d’entraide et de diffusion bien organisés. Mais en regardant les chiffres de fréquentation de la plupart de ces sites, on constate qu’ils n’ont rien de mirobolant. Pas tout seul Un individu isolé et ignorant (par définition, il vient pour apprendre) ne peut pas réaliser efficacement ces activités ni même arriver à les obtenir. Pas pour rien Pourquoi un professeur enseigne t’il ce sujet pointu ? Aussi je vous invite à aller visiter ces deux répertoires et constater par vous-même l’ampleur du mouvement en éducation.

Un MOOC (un quoi?!?) sur les réseaux sociaux en éducation débutera le 11 mars Audrey Miller, publié le 14 février 2013 Les organismes belges Pedago-TIC et École Numérique se sont alliés pour créer ReSOP, un MOOC qui permettra de réfléchir et participer pendant 4 semaines à l’intégration des réseaux sociaux dans les pratiques pédagogiques. (Vous n’y comprenez rien? Pas de problème, on vous explique!) Premièrement, définissons le MOOC. L’acronyme vient de Massive Open Online Course. Ensuite, comprenons que ReSOP est l’acronyme de Les Réseaux Sociaux comme Outils Pédagogiques. Donc, ReSOP est un MOOC qui mettra à la disposition des intéressés une communauté d’apprentissage au sein de laquelle les participants pourront réagir, encourager, enrichir, proposer et partager autour d’une thématique précise : les réseaux sociaux, et plus particulièrement Facebook et Google+, dans la pratique pédagogique. Le cours débute le 11 mars et se termine le 7 avril. Comment ça se passe? À propos de l'auteur Audrey Miller Pour suivre l'auteur :

Le travail collaboratif et les MOOCs Aujourd’hui, c’est à Brest que je parle de MOOCs dans le cadre d’une journée « apprendre avec le numérique ». Le point d’entrée qui m’a été demandé est de partir du travail collaboratif. Je commence donc sur des exemples de travail collaboratif qui enrichissent l’expérience dans la vie de tous les jours dans la classe, pour ensuite présenter les MOOCs, et me concentrer sur les aspects d’échanges, ce qui va m’amener naturellement au connectivisme:-) On a parlé dans la matinée de l’importance du multimédia, de la question qui se pose face à des entreprises du softpower comme Coursera. Michel Briand a introduit la journée en parlant de l’importance du phénomène collaboratif, de l’ouverture pour construire une société numérique. L’ensemble des vidéos de cette journée sont accessibles en ligne. Crédit photo : LabFab_20_fev_12_065 Par flamand_laurent – licence CC-by-sa Like this: J'aime chargement…

MOOC de Culture digitale : le principe d’apprentissage. Dans la salle du serveur – 2 Tout apprentissage est le résultat d’une exposition aux informations, de leur appropriation et de leur transformation. Chacun apprend ce qu’il veut, peut, souhaite, mais jamais exactement comme le formateur l’a imaginé. Une fois l’exposition aux informations réalisée, tout reste à faire ! Utiliser, discuter, comparer, mettre en cause, détruire, reconstruire… L’apprentissage est toujours actif et met en oeuvre des opérations complexes, qui vont bien au-delà de la mémorisation. Les pédagos ont tous la pyramide des objectifs de Bloom accrochée au-dessus de leur bureau, n’est-ce pas ? Parmi les concepteurs du MOOC Le Digital, Vivons-le ensemble chez Orange, on compte nombre de formateurs et de concepteurs pédagogiques pour qui ce qui précède est une évidence ou au moins, une réalité quotidienne dans leur métier. Ce qui n’est pas complètement évident à respecter, tant les ressources sont abondantes (je reviendrai sur les ressources dans le prochain billet). Like this: J'aime chargement…

2013, l'année des Moocs en français ? Les Moocs étaient des grains de sable, ils sont en train de se transformer en rochers. Pas une enceinte universitaire dans laquelle on n'évoque ces cours en ligne massifs et ouverts, qui attirent des millions de participants sur les plateformes américaines. À première vue, il semblerait que ce mouvement soit en capacité d'emporter tout l'enseignement supérieur mondial dans une avalanche dont sortiront bien peu de survivants.Mais, à y regarder de plus près, on voit que les choses ne sont pas aussi catastrophiques qu'elles en ont l'air pour les prestataires d'enseignement supérieur francophones et européens. Plusieurs Moocs en français attendent vos inscriptions La communication se fait mezza voce, mais celui qui tend l'oreille comprendra bien vite que plusieurs projets de Moocs en français sont en voie de finalisation. Pour plusieurs d'entre eux, les inscriptions sont déjà ouvertes : Deux de ces acteurs ne sont pas des débutants en matière de Moocs. Le Royaume-Uni entre par la grande porte

Revue de la littérature nord américaine sur les apprenants de MOOCs Les MOOCs (Massive Open Online Courses) ont connu en 2012 un développement sans précédent. Gratuits et ouverts, ils permettent à tous d’accéder à la connaissance. Ces nouveaux dispositifs d’éducation en ligne proposent l’accès à des cours sous la forme de capsules vidéo ainsi qu’à des QCM. Ils incitent les apprenants à réaliser des exercices ou des projets qui sont évalués soit par leurs pairs, soit de manière automatique. Les apprenants ont la possibilité d’interagir entre eux grâce à un ensemble d’outils comme des blogs, des forums ou des groupes créés sur des réseaux sociaux. L’ouverture massive à des milliers d’apprenants d’horizons différentsLes échanges, la collaboration et l’évaluation entre pairsLa possibilité depuis chez soi d’obtenir des certificats provenant d’universités prestigieuses Liyanagunawardena et ses collègues ont proposé en 2013 une revue de la littérature nord-américaine publiée par des chercheurs sur les MOOCs entre 2008 et 2012. Principaux résultats Références

Apprendre sur Internet avec les Moocs Effet de mode pour certains, révolution pour d’autre, les Moocs (Massive Open Online Courses) sont des cours gratuits dispensés exclusivement sur Internet. Avec plus de 10 000 élèves inscrits en moyenne, l'ambition des Moocs est d'instruire le plus grand nombre et de rendre l'éducation accessible : on peut les suivre de n’importe quel lieu et il n’y a pas de critères de sélection pour s’inscrire. Guide pratique pour bien choisir son Mooc et le réussir ! © iStockphoto À lire aussi Pourquoi suivre un Mooc ? Découvrir une matière, se perfectionner sur un sujet très pointu, se remettre à niveau, compléter sa formation, réviser, valider son choix d’orientation : les objectifs des participants à un même Mooc peuvent être très différents ! Où trouver un Mooc ? Depuis la rentrée 2013, le Ministère de l’enseignement supérieur et de la Recherche a ouvert la plateforme "FUN" (4) (France Université Numérique). Le site Mooc Francophone répertorie l’ensemble des Moocs disponibles en langue française.

Suffit-il de suivre des cours en ligne pour apprendre Liminaire : Ce texte termine l’année 2012. Il est certes un peu long, mais surtout il mérite des enrichissements… au plaisir de vous lire… en 2013 Le développement de iTunesU incorporé à IOS6 sur iPad, celui de iBooks Author et celui de Course Builder qui viennent d’apparaître, laissent entrevoir une question qui n’est pas non plus souvent explicitée dans de nombreux projets de mise en ligne de cours. Suffit-il de suivre ces cours pour apprendre ? Cette question qui semblera naïve à nombre de lecteurs est pourtant récurrente au cours des cinquante dernières années, dès lors que la technologie a été utilisée pour des fins d’enseignement. Un récent article du journal les échos ( renvoie à cette idée du développement de cours en ligne ce que le ministère semble penser. Quel genre de cours mis en ligne ? Qu’est-ce que mettre en oeuvre un cours en ligne ?

Data Visualization [infographie] Ukraine : la démocratie en dictature ! L’Ukraine, un bien beau pays qui est dans l’actualité en ce moment pour de bien tristes raisons… Malgré les vaillants efforts de l’opposition en Ukraine, le Parlement ukrainien a adopté une loi brutale qui dirige le pays en plein dans la dictature. Sont interdits en vertu de la nouvelle loi (sous peine d’emprisonnement) de conduire des voitures dans des colonnes qui dépassent cinq véhicules longs, de mettre en place un système sonore (émission ou réception) non déclaré, les « perturbations de masse » sont passibles de 10 à 15 ans d’emprisonnement, des informations sont collectés sur la police ou les juges, j’en passe… (l’image en grand format) Bref, comme souvent je vous invite à rester vigilant autant que possible sur vos droits, vos libertés et à rester informés tout en informant… et à militez avec vos propres moyens, si vous le pouvez! source Êtes-vous adepte du multitasking ? (voir l’image en grand) Et vous, êtes-vous « multitâche » ?

Les MOOCs d'équipes débarquent ! Ah, les MOOCs ! On s'en éloigne un moment et quand on revient, un nouvel épisode est déjà commencé ! L'épisode de la semaine s'appelle "MOOCs d'équipes". Quoi de nouveau là-dedans, allez-vous dire. Personne (ou presque...) ne se lance tout seul dans la conception et l'animation d'un cours massif ouvert en ligne ! Vous avez raison. La nouveauté de ces derniers jours ne tient donc pas à la taille globale des équipes concevant des MOOCs, mais au nombre de personnes engagées sur leur conception pédagogique. Un cours, un prof Nous l'avions dit ailleurs, le MOOC signe un certain "retour du prof" au centre de la formation en ligne. Certains profs mooqueurs se font aider d'un assistant pour tailler dans leur cours initial, le découper en petites bouchées digitales digestes. Les cMOOCs fonctionnent différemment. On l'aura compris : X ou C, les MOOCs étaient jusqu'à présent rarement l'affaire d'un groupe de concepteurs. Les pionniers canadiens explorent de nouvelles voies Références : Cormier, Dave.

Related: