background preloader

Les bibliothèques participatives restent à inventer !

Patrick Bazin lors au Salon du livre de l’année dernière avait fait une remarque très juste en affirmant qu’un des principaux défis de l’avenir pour les bibliothèque est la participation des usagers. Attention je ne parle pas de participation au sens des commentaires ou des tags dans l’OPAC mais d’une participation proche du sens que lui donne le concept controversé de « démocratie participative » : La démocratie participative est un modèle politique alternatif. Il recouvre des concepts permettant d’accroître l’implication et la participation des citoyens dans le débat public et la prise de décisions politiques qui s’en suit. Il est clair que nous sommes interrogés aujourd’hui sur notre capacité, au même titre que bon nombre d’institutions publiques, sur la manière d’élaborer nos services et nos contenus de manière collaborative. Il me semble que nous devons nous interroger sur ces enjeux (et trouver des réponses) à l’échelle de la bibliothèque. Offices : Clubs de lecture : 26 janvier 2010

Imaginer un nouveau modèle de bibliothèque Dix scénarios pour un portail : l’évaluation du site web de la BCU par ses internautes. C’est mon tour de distiller, et je le passe sans alambiquer aux trois étudiantes de la licence professionnelle “Gestion et mise à disposition de ressources documentaires”, Jennifer Barbé, Elisabeth Lang et Chloé Wojtczak, dont j’ai eu le plaisir d’encadrer le projet tutoré sur l’évaluation du portail de la BCU. Et clap ! (CC BY-NC 2.0) by Jojo on Flickr Début septembre 2011, eurêka, nous décrochons le projet de la BCU pour notre licence professionnelle. La bibnum, après sept petits mois d’existence du site, veut déjà savoir si VOUS, les usagers, êtes contents, pas contents, satisfaits, pas satisfaits de son portail tout neuf. Cela s’annonçait bien : un questionnaire, un peu de boulot et nous étions sûrs d’avoir plié notre projet en un tour de main. Mais qui vend la peau de l’ours avant de l’avoir tué, s’expose à des surprises ! Rendez-vous fin octobre à la bibnum et retour à la case départ : nous devions évaluer les usagers dans leur pratique du portail. Imprimer ce billet

Rendre lisible la présence web de chaque bibliothécaire Cet article a été publié il y a 3 ans 4 mois 8 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. J’aime bien cette page du site de la bibliothèque de l’université d’Indianapolis proposant de contacter directement un bibliothécaire non pas au nom de l’institution, mais par le prénom du bibliothécaire. Rendre lisible la présence web ou non de chaque bibliothécaire est comme on dit une « bonne pratique » même s’il manque selon moi le domaine de spécialisation de chacun. Auteur : Silvae (1100 Posts) Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris.

Related: