background preloader

Rechercher un prisonnier de guerre, 2e guerre mondiale (1/2)

Rechercher un prisonnier de guerre, 2e guerre mondiale (1/2)
Être généalogiste, c’est aussi porter attention à l’Histoire récente, et notamment, au XXe siècle, celle d’ascendants proches de nous, nos pères, grands-pères ou arrière-grands-pères. Certains ont traversé des périodes tragiques, comme la Seconde Guerre Mondiale. Ils ont pu alors subir le sort de nombreux soldats, et ont été faits prisonnier ; et nous n’avons pas toujours pensé, ou osé, les questionner, échanger sur leur « petite » histoire, qui parfois s’en est allée avec eux. Maurice MARSEUL photographie prise au Stalag XVII A J’ai démarré moi-même des recherches concernant la captivité de mon défunt grand-père maternel, Maurice MARSEUL. Soldat de 2ème classe du 4e Régiment du Train, il est fait prisonnier en mai 1940, dans les Flandres. Si votre père, votre grand-père ou arrière-grand-père a été prisonnier de guerre en 1939-1945, je vous propose ici une liste d’adresses à contacter, afin de retracer, et ainsi partager un peu, son parcours. Renan À mon grand-père, héros anonyme.

http://www.yvongenealogie.fr/2011/04/methodes-ressources/recherches-sur-un-prisonnier-de-guerre-de-la-2nde-guerre-mondiale-12/

Related:  Prisonniers, stalags ...Prisonniers Stalags...Archives militairesBlogs et Forum

Rechercher un prisonnier de guerre, 2e guerre mondiale (2/2) Après vous avoir fourni, dans un premier article, les principales institutions à contacter pour effectuer des recherches sur un prisonnier de guerre de la Seconde Guerre Mondiale, voici la suite promise. Stalags et Oflags Médaille commémorative 1939-45 Commencez par consulter sur Gallica les listes de Prisonniers de guerre français, dans lesquelles vous trouverez peut-être votre père ou votre grand-père. Seront indiqués son régiment (R.I., R.A., Tr. …) et son Stalag (St., pour « StrafLager ») d’arrivée en Allemagne ou en Autriche – ou son Oflag (Of. pour « OffizierLager »), s’il était officier. Liste des camps de prisonniers de guerre du IIIe Reich Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Types de camps[modifier | modifier le code] Dulag ou Durchgangslager : camp de transit.Frontstalag : camp de prisonniers dans les territoires français occupés.Ilag/Jlag ou Internierungslager : camp d'internement pour civils.Luftlager ou Luftwaffe-Stammlager : (camp Luftwaffe) administré par l'aviation et destiné aux aviateurs y compris les officiers.Marlag ou Marine-Lager : administré par la Marine et destinés aux marins.Milag ou Marine-Internierten-Lager : administré par la Marine et destinés aux marins des marines marchandes.Oflag ou Offizier-Lager : camp pour officiers.Stalag ou Stammlager : camp pour les soldats et sous-officiers. Liste des camps par district militaire[1][modifier | modifier le code] Les districts militaires en Allemagne. District militaire I[modifier | modifier le code]

Les archives militaires à Paris - Généalogie de Jean-Claude GEOFFROY Jeudi 4 novembre 2010 4 04 /11 /Nov /2010 21:23 Les archives de Paris ont mis en ligne il y a peu les registres des matricules des conscrit pour la période 1875-1909. Etant tombé par hasard sur cette information j'ai recherché pour mon arrière-grand-père dont on mentionne sur son acte de mariage en 1899 qu'il était avant militaire au 155e régiment d'infanterie à Jouy-sous-les-Côtes. Né en 1875, il a été conscrit comme la plus part des jeunes de son époque à 20 ans. Voyages des lorrains consignés en 1793 - épisode 1 des Découvertes Meusiennes Avant-propos sur la découverte des lieux J'ai profité de congés pour me rendre, le 2 mai dernier, aux Archives Départementales de la Meuse situées à Bar le Duc (dans la Ville Haute, pour ceux qui connaissent...). C'était ma première dans ses archives. J'avais organisé ma venue auparavant, à savoir quels étaient les documents à apporter, et surtout les horaires d'ouverture ; ma venue coïncidant avec les "ponts de mai", je ne souhaitais pas me retrouver face à des portes closes après un si grand chemin.

La liste des prisonniers de guerre 39-45 accessible gratuitement On connait parfois mieux la vie de ses ancêtres éloignés que celle de ses grands-parents ou arrière-grands parents, souvent discrets sur des sujets douloureux tels que les deux guerres mondiales. Grâce à Internet vous pouvez aujourd'hui retrouver la liste des prisonniers de guerre 39-45, en quelques secondes et gratuitement. Remercions Gallica, vitrine web de la Bibliothèque Nationale de France, pour cette publication. Ces listes de prisonniers ont été établies au cours de la guerre, sous la forme de 99 ouvrages d'une soixantaine de pages chacun. Ils ont été fournis par l'autorité militaire allemande. Les soldats prisonniers y sont simplement mentionnés par ordre alphabétique, nom puis prénom, suivis de la date et du lieu de naissance, et enfin du grade et de l'unité, de précieux éléments qui vous permettront de reconstituer le parcours de votre ancêtre si vous avez l'occasion de consulter les registres de marche par exemple.

Camps de Prisonniers de Guerre (doc 5è Bureau) Avec l'accord d'un Administrateur, voici une documentation de l'Etat-Major de l'Armée de Terre, 5ème Bureau établi en 1945, que j'ai achetée il y a une vingtaine d'années, en brocante. Elle est très intéressante car elle donne les camps par Wehrkreiss (région militaire) et de nombreuses informations par camps (type d'infra des camps, chef du camp, aumonier, nombre de prisonniers, journal du camp, évènements particuliers, hommes de confiance, infirmerie, éléments douteux...etc...)Egalement dans cette documentation, en annexe, il y a de nombreuses informations sur les Bau Arbeit (bataillons de travail), ainsi que les Dachdecker (Couvreurs), et les Glaser (vitriers) avec leurs Stalags de rattachement.A la suite de chaque Wehrkreiss, il y a la liste des Kommandos de travail rattachés aux Stalags ou Oflags. Bien que cela est postérieur à la période 39-40 qui nous intéresse, cette documentation est une suite malheureusement pour des milliers de soldats Français, Belges, Hollandais...etc...

Une liste de 16 000 militaires morts pendant les guerres napoléoniennes Quels progrès depuis les débuts de l'Internet grand public ! On peut aujourd'hui y dénicher des documents que l'on n'aurait jamais pu rêver de consulter, comme cette " Liste de seize mille militaires Français ou au service de France, faits prisonniers de guerre de 1810 à 1814 et qui sont morts en Russie, en Pologne et en Allemagne, suivis d'une autre liste de militaires encore vivans en Russie". Cet ouvrage est disponible sur le site de la Bibliothèque Nationale de France, Gallica. Son titre en précise exactement le contenu, comme on le faisait à l'époque. Il a été édité en 1826 par le sieur Mehliss, notaire royal à Hemmendorf, alors un simple quartier de la ville de Rottenburg-am-Neckar, dans le Bade-Wurtemberg en Allemagne. Pourquoi ce personnage a t-il décidé de publier une telle liste ?

Les archives hospitalières en généalogie Début avril 2014, j'ai eu l'occasion de retourner aux archives départementales de la Meuse à Bar-le-Duc. Dans ce lieu assez agréable, mais un peu excentré du centre-ville (cf. article sur les archives de la Meuse), j'ai pu y découvrir un nouveau type d'archives : les archives hospitalières. Dans le cadre de ce nouvel épisode de mes découvertes archivistiques meusiennes, je vais vous présenter l'intérêt de ce type d'archives. Pourquoi les archives hospitalières? Cela fait plusieurs années que j'ai pu constater que certains de mes ancêtres ne sont pas décédés à leur domicile, mais à l'hôpital notamment. Ayant peu d'éléments sur la médecine du XVIIIème et XIXème siècle, j'ai du mal à imaginer quels pouvaient être les soins et les chances de survivre à son passage en hospice.

registres matricules Parmi la masse des documents exploitables par les généalogistes, le registre matricule, qui récapitule la carrière des soldats depuis 1875, est un élément précieux dans la reconstitution d'une vie. Début septembre, les archives de Paris ont mis en ligne des "sources généalogiques complémentaires", parmi lesquelles les tables alphabétiques des registres matricules. Paris est le quinzième département à publier ces répertoires... même si, hélas, les fiches complètes et détaillées de chaque soldat restent à consulter sur place. C'était néanmoins l'occasion de revenir sur ce document très utile au généalogiste grâce à la foule d'informations qu'il renferme.

Related: